Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Nom d'auteur : Haru Nonaka [Contacter] Prénom : Lisa
Membre depuis : 02/12/2017
Statut : Membre
Bio:

Relecteur / correcteur: Oui
Sexe: féminin
[Signaler ceci]
commentaire de Haru Nonaka
Contes et décomptes par Eejil9 Déconseillé - 12 ans [Commentaire(s) - 124]

Nous sommes multitude et nous sommes un, à vibrer au fil de l’histoire inventée au rythme des mots prononcés.

Entrez, suivez-nous. Venez découvrir nos fables, venez danser sur nos fils.

Entrez dans l’Histoire, par le chemin périlleux de nos histoires. Gardez à l’esprit toutefois, qu’au jeu du mensonge, on a autant à gagner qu’à perdre. Prenez garde, ayez confiance.

Venez nous écouter.

 

Nous, les menteurs.

 

 

Participation au Calendrier de l'Avent du Héron 2017

Crédit image : Celiarts



Categories: Historique, Tragique, Science-Fiction | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Oui | 24 chapitre(s) | 18188 mots | Lu 23374 fois
Avertissement: Contrainte (chantage, viol...), Violence physique, Violence psychologique
Langue: Anglais, Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 05/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 03/12/2017 Title: Chapitre 3: [3 décembre] Phare abandonné

hum, le destin des menteurs a l'aube de leur mort est de plus en plus triste, Eejil9.

Si la première transmet la mémoire et crée des histoires pour les autres, glissant une part d'elle même a l'intérieur, tendue vers les le futur, sacrifiant sa vie a raconter les légende et ses mensonges, pour protéger et faire briller les yeux de ceux de son clan, conteuse se plaçant en barrière pour protéger de ses histoires ceux qui viendrons après elle (comme cette femme qui danse pour protéger son enfant, pour lui donner plus de chance de survivre). Par l'échos de ses histoires elle porte a la fois le passé, et une partie d'elle même qui se transmettra a son tour a une autre tisseuse d'histoires et porteuses de légende.

Thot lui centre le mensonge pour lui même, et en fait le centre de sa vie, pour défier le temps qui passe, la solitude, c'est un destin encore plus triste pour lui car ses histoires vont disparaitre, il ne les as même pas contées a la mer. C'est triste, ces histoires le protègent et le détruise tout a la fois, car elle le maintienne sur son ile, détruise encore plus son contact a la réalité.
Sa vie volée, c'est aussi son choix? s'isoler et ne pas partir, oublier le monde réel a l'écart et n'en apprendre que des bribes par la bouche des marins, par le biais des histoires, sans contact. Comment est il arrivé sur cette ile? Qu'est ce qui l'a poussé a choisir l'exil? (il ne semble plus s'en souvenir non plus a vrais dire, les rêves et le réel se sont mélangés peu a peu peut être). Rêveur devenu peu a peu plus amer envers ce a quoi il a dédié une partie de sa vie. Les marins sauvés qu'il envie jusqu'a l'amertume totale. Lui aussi donne une direction aux autres, par le feu allumé, mais de cela, il ne tire plus aucuns plaisir, car le feu n'est pas lui. C'est triste comme histoire. Mais ça ferait un très joli début pour un roman d'aventure, avec un jeune marin qui s'échoue sur l'ile le soir ou le feu n'est pas allumé, et ensuite partira vivre d'autres aventures. A près tout peut être que Thot a écrit quelques uns de ses mensonges sur la roche, dans un carnet, sur les murs de son phare, et qu'a la lueur du bois il transmettra une histoire qui sera, plus encore que son feu, le guide du chemin d'un autre, lui qui regrette de ne pas avoir eu d'enfant.

Bon, j'arrête de blablater, merci pour ces textes, et j'ai hâte de lire le prochain.

Réponse de l'auteur:

Haha, même s'il y a des textes un peu plus joyeux, j'ai bien peur que ça n'aille pas en s'améliorant d'ici Noël...

J'aime beaucoup ta lecture de mes deux nouvelles, je la trouve très juste et très intéressante, c'est super cool ce genre de reviews, qui donnent vraiment un ressenti, merci <3

Je ne sais pas s'il a choisi l'exil... Sauf qu'il faut bien quelqu'un pour alimenter le phare. J'ignore si on l'y a envoyé ou s'il a décidé d'y aller. Je suis désolée, je ne suis pas d'une grande aide pour tes questions ;) C'est vrai que j'avais vraiment vu ça comme un ensemble clos, mais on pourrait tout à fait suivre ton idée et en faire un début de roman d'aventure. J'aime beaucoup ton idée, il y a de quoi écrire quelque chose de génial ! (si jamais ça t'inspire, je te donne mon feu vert ;))

Merci pour ce magnifique commentaire, ça m'a vraiment fait plaisir !

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 04/12/2017 Title: Chapitre 4: [4 décembre] Un cri dans la nuit

Ok, donc cette fois les histoires sont des maladies transmissibles, portant la colère des morts et des dieux, d'une époque incertaine. Prendre la malédiction de son ami, c'est bien entendu pour elle un moyen de maintenir son souvenir en vie, de donner un sens a son manque, d'accepter le fait que même dans sa folie il était toujours lui, de donner une continuité et un échos a sa courte vie brisée. C'est triste mais beau aussi, ce lien.
Et puis qui sait si les dieux ne visitent pas véritablement Ankhti, car après tout si personne ne l'écoute vraiment, comment savoir si ils sont dans son esprit uniquement?
("Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel ?" ;) ok je sort)

C'est toujours pas super joyeux tout ça, mais toujours très bien écrit (j'aime beaucoups tes menteurs pour l'instant )
à bientôt

Réponse de l'auteur:

Maladies transmissibles. Hm. J'ai décidément l'esprit tordu. Bref.

Alors l'époque n'est pas vraiment incertaine, au contraire, je m'y connais plutôt bien en histoire de l'Egypte... Alors certes c'est le début d'une période incertaine, la première période intermédiaire, mais le Haut Empire, c'est une période qu'on connaît relativement bien par rapport à d'autres.

Je n'avais pas vu les choses ainsi, Ankhti devient folle pour continuer à faire vivre Harekheni dans sa propre folie... C'est une bonne idée même si je n'y avais pas pensé, sans doute parce que, à choisir entre folie et surnaturel, je penche toujours un peu vers le surnaturel, même quand j'écris du fantastique et que je laisse planer le doute (ce qui, somme toute, est la caractéristique du fantastique).

Non mais il a raison Dumby ;)

Non, c'est toujours pas super joyeux et j'ai bien peur que ça ne le devienne jamais, je suis pas très fun comme fille ;)

Merci pour ton super commentaire, je suis ravie que ça te plaise ! <3

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 06/12/2017 Title: Chapitre 5: [5 décembre] Instant figé

(concernant ta réponse a ma review principale, je ne sait pas si c'est toi qui a l'esprit tordu, je pencherait plutôt pour moi, j'ai écrit "maladie transmissible" en pleine conscience de ce que j'écrivait ;) )

Finalement, un texte qui est joyeux!

Plus sérieusement, j'aime beaucoup ce texte, le moment suspendu, le rappel du contrat du lecteur, de l'auditeur dans ce cas. Bizarrement cela me fait penser a la notion de "l'intervalle" au cinéma, a Dziga Vertov (ce moment du montage, le cut entre deux plans, deux photogrammes , l'intervalle entre des images mouvante, terriblement visuelle dans son cas, moment suspendu de tout les possible, respiration, ouverture au monde, sur l'imaginaire, et base aussi de la croyance) Sauf que la, c'est un aveugle qui en fait le récit, le moment d'éternité, le rythme du silence qui ouvre tout. En tout cas tu sait captiver ton auditoire aussi avec tes mots, (lus et vus) cette fois encore. Joli :)

Réponse de l'auteur:

Haha je vois, donc nous avons toutes les deux l'esprit tordu. Surtout qu'il était question d'enfants, enfin !

OUI TU AS VU c'est pas déprimant ! c'est un peu le seul en fait.

Je suis contente que ça t'ait plu ! Je ne connaissais pas du tout la notion de "l'intervalle", mais c'est passionnant. Merci d'avoir partagé cette idée !

Merci encore pour ton commentaire <3

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 18/12/2017 Title: Chapitre 6: [6 décembre]Le silence de la mort

Coucou,
encore une conteuse, une exilée, encore un destin triste pour une femme courageuse mais qui a abandonné son passé aussi pour choisir d'être cette étrangère, cette sorcière, cette figure qui raconte des mensonges qui deviennent réel lorsqu'on les entend, lorsqu'ils trouvent échos dans le coeur des auditeurs. Mais pour toute ces raison qui font qu'on la rejette, elle est aussi celle qui ouvre les portes, fais grandir, guérit, fait avancer la communauté dans laquelle elle s'est installée. Pourquoi Aletheia? Parcequ 'elle transmet des veritées universelles de par ses histoires, parce qu'elle est tout l'opposé des préjugés des gens, qu'elle signifie l'ouverture sur le monde? Parce que mépriser la vérité c'est accepter de souffrir du poid du silence?

En même temps c'est très symbolique qu'elle attende sur les berges du Styx, elle met les enfant au monde, et a l'aube de la mort elle est a nouveau là, son chant les accueillent tandis qu'ils glissent vers les Enfers. De par la elle est aussi leur plus grande peur, a ces hommes qui la méprise, parce qu'elle les connait depuis leur premier regard sur le monde jusqu'a leur dernier soupir....
Ok je divague.
Donc en conclusion ce texte n'est pas triste, non, absolument pas ... snif

Réponse de l'auteur:

Coucou ! C'est très amusant, dans tes reviews on seeeent la fanfiction, tu développes des points qui ne sont pas du tout dans l'histoire et auxquels je n'ai pas du tout pensé... C'est cool, ces interprétations personnelles, et pour une autrice, c'est super flatteur de voir qu'une de ses histoires prend vie comme ça.

Merci :D

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 18/12/2017 Title: Chapitre 7: [7 décembre]Perles égrénées

Donc nous avons une menteuse qui se ment a elle même autant qu'aux autres. Mais en même temps, ayant grandie en temps qu'Esclave, puis été libérée mais encore enfermée dans son identité d'affranchie, de femme, par la projection que les hommes lui tendent d'elle et qui lui donne l'opportunité d'inventer des histoires qui lui conviennent, en quoi Auguste se permet il de la juger? (espérons qu'il se contente du collier, mais j'ai le pressentiment que ce n'est pas juste le collier qui sera brisé.). Le problème est qu'un mensonge est plus facile a présenter en facade, ça évite d'être blessée, ça évite d'avoir l'impression d'avoir blessé les autres aussi, et pourtant ça creuse un vide. Mais est ce ses mensonges qui la perde ou simplement le fait que le monde dans lequel elle a vécu lui a denier le droit fondamental d'avoir une identité égale aux autres dés le début?

Réponse de l'auteur:

Auguste ne la juge pas pour s'être affranchie, à peine pour avoir menit, mais pour avoir escroqué des tas de gens... J'ai beau trouver Sylvia badass, la grande escroquerie c'est pas encore mon truc... ;P

Tiens, je n'avais pas du tout pensé au châtiment possible de la part d'Auguste (#autrice en carton).

Merci pour ta review :)

Par-dessus le pont par Dedellia Déconseillé - 12 ans [Commentaire(s) - 41]

photo de Symone Byrne sur DA, montage de moi

Pointe-au-Cap c'est un petit village de pêcheurs replié sur lui-même au milieu de nulle part. Un jour, un étranger arrive et chamboule leur vie, jusqu'à ce qu'il disparaisse et que tout revienne à la normale.

Enfin, pour un certain temps, car un jour Azalée quitte le village décidée à ne plus y retourner et tout est à nouveau chamboulé surtout pour Ayal. Ne reste plus qu'à comprendre ce qui s'est passé et retrouver son chemin, car ressasser son passé n'est qu'une ancre qui nous tire au fond de l'eau.

Participation au Calendrier de l'Avent 2017


Categories: Tragique | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Oui | 24 chapitre(s) | 17871 mots | Lu 24453 fois
Avertissement: Violence psychologique
Langue: Français
Genre Narratif: Aucun

Table des matières

Publié le : 12/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 05/12/2017 Title: Chapitre 5: 5 décembre - Bulle de savon

Hum, apercevoir Artical, ou une impression de ce dernier, peut être dans un silence suspendu partagé entre deux amis, au milieux d'un éclat de brume dans la lumière du matin, dans le moment ou les yeux fermé dans l'eau de la mer s'ouvrent a la surface, et que la lumière est trop forte, que les taches obscurcissent un instant la vision sur l'horizon, le vent soufflant sur les cheveux. Ou encore dans le cours interstice entre deux racords de plan de films, lorsque le champ des possible est infini ;) .
Bon, trêve de dispersion, revenons a cette review. J'aime beaucoup ton texte et j'ai hâte d'en apprendre plus sur la quête d'Azalée, sur sa destination, les périples qui l'attendent sur la route. Les bulles de savons rappellent ses souvenirs, le contraste du village et de la jeune fille est aussi en elle, l'horizon de la mer ne l'intéresse peut ètre pas, mais c'est bien cette ouverture sur le monde, sur les possible qui fait qu'elle avance dans les terres les yeux grand ouverte, un manque a combler, une horizon vaste et vierge qui manque de clarté, une page blanche a écrire ou fourmillent déjà les passion. (oui, j'avoue, contrairement a elle je suis une fana de la mer)

Ou se dirige t'elle, sait elle ou Erdal est parti? Elle se lance a sa poursuite mais c'est elle même que ce voyage permet de découvrir, après tout quand on court après un souvenir, une silhouette, on est souvent aussi tout simplement en train de s'élancer vers une nouvelle déclinaison de nous même. J'espère en tout cas que sa quête aura une issue joyeuse mais que le voyage sera aussi précieux pour elle que ce qu'elle trouvera. J'attend de lire la suite avec impatience.

Réponse de l'auteur: Hello Haru! Ton commentsire fait trop plaisir! J'aime beaucoup tes interprétations et tout'! C'est plaisant une perspective de ce genre! Et puis moi aussi j'aime la mer. Particulièrement son odeur et le bruit! Pour sa destination, elle ne sait pas vraiment où elle va elle-même, elle cherche et tu as raison sur ce point elle se cherche un peu elle-même J'espère que la suite te satisfera!



Dessin fait par moi-même



Dans toute bonne histoire, il y a forcément un chat quelque part, affalé sur un canapé, courant après un rongeur ou jouant avec une boule de papier.
Il suffit juste de bien regarder...



Categories: Romance, Humour, Contemporain | Series: William, Juliette, Boudue et Cie..., Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Non | 24 chapitre(s) | 23226 mots | Lu 25019 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Aucun
Genre Narratif: Nouvelle, Poésie (prose), Poésie (vers), Théâtre

Table des matières

Publié le : 14/11/2017 | Mis à jour le : 25/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 03/12/2017 Title: Chapitre 3: 3 décembre : "Espoir" - Ninja-cat

Ha les chat ... je suis heureuse de la retrouver, cette mignonne Boudue dans de nouvelles aventures (Voldemort touché par ses yeux de chatons au point d'en perdre un duel, je ne sais pas par contre, Nagini agirait rapidement pour protéger son maitre je pense et Boudue ferait mieux de se carapater rapidement).
Une ça vas encore, surtout qu'elle est du coté du bien, pas une vrais malfrat la Boudue, bien polie malgré ses griffes aiguisées. Moi je côtoie des chats qui s'associes avec les chiens pour former une équipe de cambrioleur de haut vol de frigo. J'ai longtemps soupçonner mon chats (a juste titre) d'être la matrone du quartier, a la tète d'une mafia organisée dans le trafic d'herbe a chats.... hum lire ton calendrier m'inspire. J'attend en tout cas de découvrir tes prochains textes. Vive les chats ;)

Réponse de l'auteur:

Bah bah bah, Boudue aurait vaincu Nagini, j'en suis convaincue^^

Allez, c'est vrai que Boudue n'est pas un vrai malfrat, tout au plus une chipie ! ;-)
Merci de m'avoir lue et j'espère que tu auras le temps/l'occasion de repasser lire la suite^^

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 05/12/2017 Title: Chapitre 4: 4 décembre : Le quatrième mur - Ingénieurs Ikea

haha, bien entendu elle est dans le carton. En tout cas j'aime beaucoup ce couple dont on apprend plus, la douceur entre eux, et puis je plussoie, les meubles ikea a monter, il y a toujours un détails qu'on oublie et hop, il faut tout recomencé. J'attend avec enthousiasme des nouvelles de ces trois là, et je vais chercher sur le net ce qu'est ce fameux hygge. Merci de me faire sourire avec ce calendrier, juste ce qui me fallait après tout les autres textes que je continue a lire (qui me plongent dans une torpeur mélancolique) . A bientôt, et je laisse un boulon pour Boudue dans le carton, histoire qu'elle joue avec en mode chat fou a deux heure du matin, pour réveiller ses maitres de leur sommeil du bienheureux.

Réponse de l'auteur:

Merci pour le boulon pour Boudue ! Elle adore ! XD

Je suis contente d'arriver à te faire sourire par ces texte, c'est mon but premier en les écrivant, je suis contente de voir que ça fonctionne^^

Merci pour ton commentaire^^

Inconnus Connus par Catie Déconseillé - 16 ans [Commentaire(s) - 86]

Inextremiss sur DA

 

Rhys est un serveur désabusé et solitaire, dégoûté par la vie. Passionné de photographie, il distingue un jour une jeune femme à l’arrière-plan d’un de ses clichés.

Evelyn. Qui se réveille une semaine plus tard amnésique, nue, couverte de bleus et le crâne rasé.

Ils ne se connaissent pas. Pas encore du moins.

 

« Ils sont deux inconnus connus. Des anonymes qui ne le sont plus »

 

Participation au Calendrier de l'Avent du Héron 2017



Categories: Tragique, Contemporain | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Oui | 24 chapitre(s) | 38350 mots | Lu 22190 fois
Avertissement: Violence psychologique
Langue: Français
Genre Narratif: Aucun

Table des matières

Publié le : 17/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 03/12/2017 Title: Chapitre 3: 3 décembre - Dix-huit heures vingt-six

Bonjour Catie,

Alors, j'aime beaucoup le personnage de Rhys, de toute façon en en faisant un photographe et un arpenteur de rues et de lieux vides nocturnes, légèrement misanthrope et autodestructeur tu m'avais dans tes filets. J'attend d'en apprendre plus sur la famille du jeune homme, sur la cassure entres eux.

J'aime bien ton écriture, tu sais bien doser ton suspens avec toute ces pistes tendues, les émotions et les scènes passent bien, fluide, bien rythmée, c'est très agréable de te lire (même si le contenu n'est pas joyeux).

Sinon Evelyn est plus difficile à cerner bien sur, du fait de son amnésie, on sait qu'elle a vécu un traumatisme mais sur sa personnalité beaucoup moins, malgré les bribes dont elle se souvient, ses colocataires ne semblent pas non plus s'être tant inquiétées de ne pas avoir eu de nouvelles, la jeune femme aurait elle tendance a partir parfois sans donner de nouvelles, chez un amant, en week end? Leur réaction face au corps roué de coup de leur amie me perturbe un peu (mais pour moi j'avoue qu'en plus de l'inquiétude, il y aurait la question du qui, la colère contre les responsables éventuels de son état. Evelyn aurait t'elle tendance a maintenir des secrets, ne serais ce pas la première fois qu'elle rentre blessée de la sorte?). Les hauts de hurlevent sur sa table de chevets est t'il la par hasard, lui appartient t'il? Sinon bien d'autres questions se posent Comment est elle rentrée chez elle après l'agression? Retrouveras t'elle une partie de sa mémoire (grâce a une enquête dans la petite gare déserte et brummeuse)?

Bon j'arrête mon interrogatoire... et je croise les doigts pour que le tragique se teinte peu a peu d'espoir dans la suite, pour que leur rencontre soit peu a peu synonyme de libération pour les deux personnages, libérations de leur "démons", de ce qui les empêche d'avancer.

A bientôt

Réponse de l'auteur:

Bonjour Haru ! Merci à toi pour avoir pris le temps de me lire et surotut de me laisser tes impressions en commentaires ! :D 

Je suis très heureuse que le personnage de Rhys te plaise, je trouve que tu l'as parfaitement décrit du coup ça veut dire que je ne suis pas trop à côté de la plaque en l'écrivant. x) Ca me fait aussi très plaisir que tu trouves le suspens bien dosé et que le tout soit un peu fluide, merci beaucoup !

Quant à Evelyn, effectivement ça a été compliqué de l'écrire parce que difficile à cerner au début à l'écriture étant donné sa perte de mémoire et son traumatisme. Quant à ses amies, elles ne sont pas ses colocataires, et je n'ai effectivement pas eu le temps de m'attarder trop sur elle dans ce chapitre étant donné que j'écrivais du point de vue d'Evelyn mais si elles se sont inquiétées pour elle (d'où la dernière réplique de Sacha ^^). Après étant donné qu'elles ont bien vu qu'elle était amnésique, c'est aussi pour ça qu'elles ne se sont pas mises en colère, pour ne pas la brusquer de suite. En tout cas par rapport aux secrets qu'Evelyn pourrait éventuellement garder, tu verras bien si jamais tu continues à lire. :) Ah et tu me fais penser que j'ai oublié d'expliquer un truc en note d'auteur, que je n'ai pas pu développer au sein du texte, mais Evelyn se trouve chez ses amies (Sacha et Adélia), qui vivent ensemble, en couple, mais ce n'est pas chez elle (donc les Hauts de Hurlevent ne lui appartient pas). Et pour répondre à tes autres questions, ce ne sera que plus tard !

Haha par contre que le tragique se teinte d'espoir, ne compte pas trop là-dessus, malheureusement, le warning en début d'histoire n'était pas là pour faire joli. :mg: Mais il y a quandmême quelques moments plus légers au sein de l'histoire quand même ! En tout cas merci beaucoup beaucoup à toi pour ce long avis détaillé, merci mille fois ! :hug:

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 04/12/2017 Title: Chapitre 4: 4 décembre - Perles égrenées

aaaah, la suite, la suite. (désolé, je me laisse emporter).Ce chapitre ne me gène pas, au contraire on en apprend plus sur Evelyn, sur ses amies aussi, même si c'est par bribes, frustrant, mais juste, puisque l'on suit aussi ces découvertes au même rythme que ton personnage. Les perles sont lourdes, les informations a la fois vives et aussi courtes, roulant dans le bol, quelques énonciations de surface, d'évidence et de biographie puis quelque chose de plus profond, enfouis qui résonne en échos. J'aime beaucoup et j'attend la suite avec curiosité ( vas chercher un bol et des perles les mains tremblante)...

Réponse de l'auteur:

Oooh Haru merci beaucoup pour ton commentaire ! Je suis très heureuse que cette suite te plaise et que tu aies apprécié en savoir plus sur Evelyn, son entourage et avoir quelques informations sur elle. J'ai conscience que ça peut être un peu frustrant, mais comme tu le dis vous découvrez au même rythme qu'Evelyn qui est absolument perdue pour le moment ! Merci du fond du coeur pour ta review adorable, ça me fait énormément plaisir, merci mille fois. :hug:

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 05/12/2017 Title: Chapitre 5: 5 décembre - Trois jours d'attente

Hum, je suis curieuse a propos de ce marché entre ces deux, mais plus encore... crises de somnambulisme? Hum, hum ^^ ça explique un peu l'obsession des photos, des moments figés, de "preuves" de ces nuits, un control du temps, de ses souvenirs. Après est ce que ça implique le jeune homme dans quelquechose de plus sombre, ou bien cela le placerait il en position parfaite de bouc émissaire?

En tout cas, les trombes d'eau si tu sait les utiliser, ça peut donner des photos intéressantes, a condition d'être bien équipé, sinon bonjour le rhume ^^

J'avoue que pour l'instant je ne sait pas trop quoi penser de Cassie, il ne l'a plus revue depuis si longtemps, difficile de se baser sur ses propres souvenirs, après tout on ne connait pas sa version de l'histoire. Peut être la juge t'elle aussi trop durement?
Que sait elle de lui, que signifie l'aider, l'aider a échapper aux appels de sa mère, ou bien est ce quelque chose de plus tordu?
J'attend de lire la suite avant d'arrêter mon opinion :)

Réponse de l'auteur:

Pour ce petit marché entre eux, tout sera expliqué au prochain chapitre de Rhys, dans deux jours donc, un peu de patience. :mg: Et je suis contente que tu relèves les crises de somnambulisme ! Bien que je ne compte pas t'en dire plus pour le moment, mais disons que ce n'est pas qu'un petit détail anodin. En ce qui concerne Cassie, on la verra un peu plus par la suite, mais comme tu dis, difficile de juger avec le peu qu'on a ici et vue avec le prisme de Rhys. Je te remercie en tout cas du fond du coeur pour ton commentaire, je suis super touchée que tu continues à lire cette histoire et qu'elle te plaise, je suis toujours trop heureuse de lire comme ça les questions et réactions de mes lecteurs sur des histoires un peu à suspens, donc merci beaucoup de continuer à partager ton avis ici. Merci pour tout :hug:

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 06/12/2017 Title: Chapitre 6: 6 décembre - Phare abandonné

haha, pas de phare a Londres, mais des phares abandonné métaphoriques surement (ok, j'avoue je grogne juste parce que je veut lire la suite ;) )

Sinon c'est toujours sympa d'en apprendre plus sur Evelyn et son couple d'amies, cette pause marche bien dans ton intrigue selon moi, une respiration avant de retourner, pour faire gonfler l'angoisse quand a une éventuelle confrontation, ce flou autour de Benjamin qui grossit, prend plus d'ampleur, et on ne sait toujours pas si le malaise d'Evelyn vient du fait qu'elle n'en est plus amoureuse, ou bien de manipulation, de violences de sa part, ou d'une emprise destructrice qu'il a pus exercer sur elle.
J'imagine que la confrontation vas nous en apprendre plus. Alors bon, voyons voir ce que Rhys et Cassie complotent de leur côté demain (c'est très mal ça, de torturer tes lecteurs en alternant les point de vue d'un perso sur l'autre chapitres après chapitre pour les faire encore plus mariner ;p )
a bientôt ^^

Réponse de l'auteur:

Haha oui ça doit sûrement exister ! Je t'avoue que j'avais une idée tellement précise du phare sur lequel je voulais écrire que j'ai même pas pensé à autre chose, mais j'étais embêtee au niveau de l'endroit et je me disais et zut comment je vais faire. :mg :Je suis contente que ce chapitre t'aie plu et que tu aies apprécié cette petite pause dans l'intrigue ! Après tout, ce n'est que le calme avant la tempête. :p Pour Benjamin, tu auras des réponses très bientôt, il me semble dès le prochain chapitre d'Evelyn. Et effectivement, dès demain on repart sur Rhys pour savoir un peu ce qu'il se trame de son côté avec Cassie ! Haha et oui j'aime bien torturer mes lecteurs. :mg: Mais si ça peut te rassurer, je me torturais moi-même à l'écriture, parce que j'avais beaucoup de mal à quitter un personnage pour me replonger du point de vue de l'autre, ça a pas été évident. x) En tout cas je te remercie du fond du coeur pour ta review, ça me fait très plaisir. :hug:

Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 18/12/2017 Title: Chapitre 18: 18 décembre - Morts les enfants

Oh, ce chapitre, ce chapitre ...si triste, si triste. j'attend avec hâte la suite.

Bien entendu j'ai lu les précédent (je viens juste de rattraper mon retard de lecture, et non ce n'est pas bien c'est mal, je suis pas censé lire, mais écrire ^^, mais que veut tu mon enfant intérieur n'en fait qu'a sa tète et m'a demandé d'aller ouvrir les cases de ce calendrier de l'avant) (malheureusement j'ai essayé de tricher et de toute les ouvrir avant le 24 mais mon adulte intérieur est venu tout gâcher en m'expliquant qu'il n'y avait pas moyen de lire la suite avant qu'elle ne soit publiée ;), comme mon enfant intérieur était en mode boudeur, je l'ai envoyé dans la neige et j'en ai profité pour lire la suite, il a l'âme sensible, il faut que je le préserve).

Trêve de blabla confus, j'avoue que ça s'assombris de plus en plus, je suis toujours a fond mais de plus en plus nerveuse à l'idée de lire la suite, et donc impatiente, et donc EXIGENTE (ok, c'était une minable tentative de vengeance, je ne suit pas aussi douée que toi pour jouer avec les nerfs de tes lecteurs ^^)

Evelyn savait elle ou était rangé le sac, elle l'a trouvé affreusement vite (enfin, le savait elle ou pas c'est la question)? (pourquoi est ce que je vois de la neige dans cette scène a Stonehenge alors que tu n'en a pas décrite ?)

Les visions de Rhys, s'identifie t'il trop a l'histoire, a t'il été témoins de quelque chose ou est il bien en quelque sorte l'agresseur, un dédoublement de la personnalité?.

Qu'est ce que la mère de Rhys pourrait lui racconter, cela a t'il quelque chose a voir avec la mort de son père? Pourquoi son beau père qui semblait tellement sur de lui la dernière fois en aurait t'il peur a présent? Est il arrivé quelque chose entre deux?

Peut on réellement faire confiance à Kioko, y aurait t'il eut une histoire entre elle, cette rencontre inattendue est elle vraiment due au hasard? Tsss, je ne suis plus sure d'a qui ou quoi me fier vraiment. Après tout elle pourrait aussi manipuler Evelyn en profitant de son amnésie pour son propre bénéfice, a plusieurs échelle.

Bon, de toute façon je sait bien que tu ne répondra pas a ces questions, je te souhaite une bonne écriture et vais imaginer un happy end bisounoursique en attendant de lire la suite (histoire de bien dormir cette nuit au lieux de chercher des théories plus déprimantes les unes que les autres a propos du dénouement de cette intrigue) :p Biz

Réponse de l'auteur:

Oh Haru je suis trop contente de te retrouver ! Ca me fait très plaisir que tu aies pris le temps de tout lire et surtout de laisser une review aussi longue, tu es adorable ! Par contre tu aurais peut être dû résister encore quelques jours à ton enfant intérieur, ça t'aurait permis de tout lire d'un coup sans avoir à attendre, je dis ça je dis rien. :mg:

Haha en tout cas je suis très contente que tu apprécies le suspense et que tu aies autant hâte de lire la suite, ça fait vraiment plaisir ! Et oui, ça s'assombrit de plus en plus, et ça va continuer encore. ^^ Et je te rassure, je suis anxieuse  à l'idée de la fin et de si ça va plaire ou non, j'ai peur d'être totalement à côté de la plaque. :mg:

Pour la neige je ne sais pas (c'est sûrement l'effet fêtes de Noël !), mais non elle ne savait pas où était le sac, tu as sûrement eu un ressenti de rapidité parce que je me suis un peu forcée à raccourcir certaines actions pour que le chapitre ne dure pas mille ans et ne fasse pas dix mille mots. ^^

Pour Rhys et sa mère, tu te rapproches de la vérité, et toutes tes questions sont absolument légitimes et trouveront des réponses très bientôt ! Quant à Kioko, je ne peux rien dire, mais si j'avais tout d'abord pensé à lui accorder un rôle bien plus important, j'ai dû revoir mes ambitions à la baisse, si ça peut t'aider. En tout cas je suis ravie que tu te sentes aussi perdue et que tu ne saches plus trop à qui te fier, c'est le but. :mg: 

Je te remercie du fond du coeur pour cette longue review, c'est absolument adorable et ça me fait très plaisir ! Quant à la fin de Bisounours, je suis navrée d'avance, vraiment. :mg: Merci encore ! :hug:


Image par Jarmoluk sur Pixabay


Marguerite Morel a quinze ans, en 1887, lorsque sa meilleure amie Louise de Bois-Héraud quitte leur pensionnat Sainte-Ursule, dans la région lyonnaise, afin de suivre ses parents à Londres. Durant les années suivantes, elles ne cesseront d'échanger des lettres, au fil du temps qui passe et des menus et grands événements de leurs vies.

En voici quelques-unes, extraites de leur longue correspondance.


Calendrier de l'Avent du Héron 2017





Categories: Historique, Société, Témoignages, Histoires vécues | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Non | 20 chapitre(s) | 13110 mots | Lu 22833 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 27/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 07/12/2017 Title: Chapitre 7: Sept décembre - Ville

Alors, je laisse une review après avoir rattrapé mon retard dans les lettres, passant de l'une a l'autre de ce calendrier epistolère. Même si je dois avouer que j'ai un préférence légère pour Louise et ses aventures j'aime bien Marguerite, son attachements au détails, sa curiosité insatiable, sa façon un peu timide mais enthousiaste de s'ouvrir au monde, sa douceur aussi. Elle semble passions par Londres, s'y rendra t'elle un jours, a présent ses jours aux pensionnat arrivent a leurs fin, quel sera son histoire, son futur? J'attend avec enthousiasme de lire la suite de cette correspondance, de voir Marguerite continuer à explorer le monde au dehors des murs du pensionnat Sainte-Ursule. ^^ à bientôt

Réponse de l'auteur: Merci beaucoup ! C'est un choix que nous avons fait, pour des raisons de vraisemblance, de faire en sorte qu'une seule des deux soit réellement une personne libre d'esprit. Même si ma Marguerite est malgré tout plutôt libre pour l'époque ;). L'histoire dure jusqu'en 1902, c'est à dire jusqu'à leurs trente ans ;).


Image Pixabay


Louise de Bois-Héraud a quinze ans, en 1887, quand elle part rejoindre ses parents à Londres. Jusque là, elle étudiait au pensionnat Sainte-Ursule, dans la région lyonnaise.
Elle quitte sa meilleure amie, Marguerite, qui reste à Lyon.

Durant les années suivantes, elles ne cesseront d'échanger des lettres, au fil du temps qui passe et des menus et grands événements de leurs vies.

En voici quelques-unes, extraites de leur longue correspondance.

Participation au Calendrier de l'Avent 2017, écrite en partenariat avec Dame Licorne, en réponse à son histoire Quelques mots par-delà les flots.



Categories: Historique, Société, Témoignages, Histoires vécues | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Oui | 24 chapitre(s) | 15156 mots | Lu 26638 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 29/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Haru Nonaka Signé
Date: 07/12/2017 Title: Chapitre 6: Six décembre - Souvenirs

Voila, je laisse finalement une petite review après avoir lu les lettres en retard de cette correspondance. J'aime beaucoup Louise, elle est déterminée, énergique et a du caractère, l'esprit et la langue acéré et un beau sens de l'observation et de l'humour. J'apprécie particulièrement cette dernière lettre, avec le souvenirs des lucioles, des odeurs, l'anecdote des biscuits disparus des cuisines. Que deviendra la jeune femme, une scientifique? S'éprrandra t'elle de Sunder, Maxim repeindra t'il le bout de son nez dans sa vie, sera t'elle enquêtrice, voyageuse, scientifique ou bien écrivaine?J'attend avec impatience la suite de ce calendrier, moi qui ne suit pas particulièrement fan des correspondance ^^. a bientot