Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Nom sur le Héron : Elyon [Contacter]
Prénom :
Membre depuis : 30/11/2017
Statut : Membre
Bio:

Relecteur / correcteur: Oui
Sexe: masculin
[Signaler ceci]
commentaire de Elyon


Dark-indigo sur DA

Connaissez-vous la Pythie de Delphes ?
Cette jeune femme choisie pour révéler l'avenir à ceux qui n'ont pas peur de connaître leur destin.
Pendant des siècles, elles se sont succèdées par la mort ou la folie.
Voyez-vous maintenant ?
Alors laissez-moi vous raconter l'histoire d'Aurore une Pythie parmi tant d'autre qui a sombré bien plus que les autres...

Participation au concours Marions-les des beiges!

Saurez-vous démêlez le vrai du faux ?


Categories: Historique, Conte, Fable, Mythologie, Projets/Activités HPF | Series: Marions-les
Complet : Oui | 1 chapitre | 2401 mots | Lu 1214 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Aucun

Table des matières

Publié le : 13/09/2017 | Mis à jour le : 13/09/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Elyon Signé
Date: 12/03/2018 Title: Chapitre 1: Chapitre 1

Alors, je vais être directement embêtant, et je suis désolé, mais "Aurore se glissa derrière l'hôtel" ça ne marche pas. A moins qu'elle n'ait un bâtiment trois étoiles dans sa grotte, il serait plus question d'un autel qu'autre chose.

Le texte en lui-même rend effectivement perplexe et les notes de bas de page ne m'ont pas spécialement aidé à comprendre. S'il est bien écrit, je ne vois pas vraiment comment tu vas là où tu es censée aller. De ce que je comprends, Aurore m'a l'air perdue à la fin, entre des visions du futur et son présent, voire le passé, je ne sais pas. La jeune fille qu'elle aperçoit serait à mes yeux sa remplaçante future, mais elle n'est pas encore arrivée et Aurore divague en quittant la grotte. J'ose émettre l'hypothèse que ses visions l'ont rendue folle et qu'elle ne discerne plus le probable du certain ou le présent du futur, ce qui fait qu'elle part de la grotte et cause le désarroi des fées.

Ce fut agréable à lire, cela dit, même si ça rend un peu confus à la fin. Merci beaucoup !



Réponse de l'auteur:

Coucou!

oui, c’est bien un autel et pas un hôtel tu l’auras deviné. Erreur aussi stupide que mélanger les er/é 

Ce qui se passe : à force d’avoir des visions, elle est effectivement devenue de plus en plus folle jusqu’à ne p’us arriver le vrai du faux. Du coup, ses visions sont pas tout à fait vraie. Puis oui, sa remplaçante arrive tandis qu’Aurore se perd à jamais.

Merci du commentaire!

Une petite comptine sur les fées écrite pendant les nuits qui a plu plus que je l'aurais cru.



Categories: Nuits HPF, Humour, Fantasy | Series: Aucun
Complet : Oui | 1 chapitre | 226 mots | Lu 1210 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Poésie (vers)

Table des matières

Publié le : 31/10/2017 | Mis à jour le : 03/11/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Elyon Signé
Date: 12/03/2018 Title: Chapitre 1: Chapitre 1

C'est tout mignon comme texte ! 

Bon, je n'ai pas grand chose à dire du coup, mais c'est très agréable à lire et j'imagine également agréable à chanter, du moment qu'on trouve l'air qui va avec.

C'est tout simple mais très plaisant malgré tout. Pauvre Bouton d'Or, tout de même, d'être aussi étourdie alors qu'elle devrait s'amuser.

 



Réponse de l'auteur: Merci de ce commentaire c’est vraiment apprécié!

Contes et décomptes par Eejil9 Déconseillé - 12 ans [Commentaire(s) - 127]
Sélection Flamboyante

Nous sommes multitude et nous sommes un, à vibrer au fil de l’histoire inventée au rythme des mots prononcés.

Entrez, suivez-nous. Venez découvrir nos fables, venez danser sur nos fils.

Entrez dans l’Histoire, par le chemin périlleux de nos histoires. Gardez à l’esprit toutefois, qu’au jeu du mensonge, on a autant à gagner qu’à perdre. Prenez garde, ayez confiance.

Venez nous écouter.

 

Nous, les menteurs.

 

 

Participation au Calendrier de l'Avent du Héron 2017

Crédit image : Celiarts



Categories: Historique, Tragique, drame, Science-Fiction | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017
Complet : Oui | 24 chapitre | 15946 mots | Lu 69224 fois
Avertissement: Contrainte (chantage, viol...), Violence physique, Violence psychologique
Langue: Anglais, Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 05/11/2017 | Mis à jour le : 24/12/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 6: [6 décembre]Le silence de la mort

La traîtrise de la foule, la batardise (chut, ce mot existe maintenant ^^) de gens qui ne savent pas être reconnaissants parce qu'on leur fournit sans qu'ils aient à le demander quelque chose qui les arrange. Pourquoi remercier quand c'est bénévole, après tout ?

Je crains de devoir me répéter et, n'ayant pas mon dictionnaire de synonymes sous la main, je te dirai donc que j'ai bien apprécié ce texte et que vivement la suite (qui est déjà disponible, quelle chance !).

 



Réponse de l'auteur:

Je crois que ça existe, bâtardise. Enfin ça ne me choque pas comme néologisme. Je risque de me répéter aussi, mais merci pour ton commentaire, je suis contente que ça t'ait plu :)

Reviewer: Elyon Signé
Date: 26/12/2017 Title: Chapitre 1: [1er décembre]Nous les menteurs

Ca commence bien, j'aime beaucoup le style. Les phrases courtes et les tournures répétées permettent, à mes yeux, de bien rentrer dans l'ambiance que tu cherches à donner. Telle que je la vois, celle d'une veillée où vont s'enchaîner les histoires de ces personnes qui se nomment menteurs.

Pas grand chose de plus à ajouter, au tour du premier chapitre !



Réponse de l'auteur:

Merci Elyon, je suis contente que ça t'ait plu :)

Reviewer: Elyon Signé
Date: 26/12/2017 Title: Chapitre 2: [2 décembre] Dernière danse

Peut-on vraiment dire que l'on s'est perdu quand on emmène ses auditeurs avec soi ?

J'ai bien peur de ne pas être spécialement original et simplement dire que j'ai également apprécié ce premier chapitre, mais tout de même, pour la forme, une tentative de développement.

Là encore, j'ai apprécié la façon dont le texte est construit. Pour tout ce qui est des paysages ou bien des protagonistes, de leurs émotions, c'est écrit de manière à ce qu'on puisse au moins en avoir une idée, si ce n'est visualiser clairement de quoi il retourne. J'ai presque vu le chène et les montagnes, où la grotte de la tribu d'Edda.

Bien joué, bien écrit.



Réponse de l'auteur:

On peut se perdre à plusieurs, toi, tu n'as pas regardé assez de films d'horreurs :P

Merci pour ton commentaire, je suis ravie que tu aies aimé !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 26/12/2017 Title: Chapitre 3: [3 décembre] Phare abandonné

C'est... frappant, pour le moins.

Thot est à plaindre, effectivement, s'il ne reçoit que peu de visites de ceux qu'il sauve. Mais j'imagine qu'à l'époque (Egypte antique ?), on remerçiait d'abord les dieux puis les hommes, ces derniers demandant quand même moins d'offrandes pour leurs services.

Redondance, tu me pardonneras, j'espère, mais là encore, très appréciable comme texte. Le vieux gardien de phare seul sur son île qui perd ses idéaux au fur et à mesure de sa vie pour finir par vouloir mourir. On sent sa solitude, sa lassitude et son envie d'en finir. Vieux et aveugle, c'est juste un peu violent de le faire mourir comme ça. L'eau dans les poumons, c'est déjà peu agréable, pour faire un euphémisme, alors de l'eau salée...

Bref, en avant vers le quatrième texte !



Réponse de l'auteur:

Ce qui est bien quand on écrit sur des époques aussi floues, c'est qu'on peut à peu près tout dire donc oui, ils pouvaient remercier les dieux plus que les hommes :mg:

Je suis contente que ça t'ait plu, merci pour ton commentaire !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 26/12/2017 Title: Chapitre 4: [4 décembre] Un cri dans la nuit

Admettre que l'on est fou, ce n'est juste pas possible, ou alors très difficile. Mentir à quelqu'un qui l'est en lui disant qu'il ne l'est pas, c'est encore plus compliqué. Et à ce genre de période où ces visions pouvaient passer pour des prophéties et pas des problèmes, j'imagine le calvaire.

J'ai de l'empathie pour Ankhti, tellement prise par le bien-être de son ami qu'elle finit elle aussi par sombrer et connaîtra peut-être le même destin. C'est bien rendu, également la sensation d'impuissance et l'impossibilité de se confier à qui que ce soit de haut placé, qui éliminerait la nuisance plutôt que de la soigner.

Vivement la suite !



Réponse de l'auteur:

C'est tout à fait possible d'admettre qu'o nest fou, demande à Maupassant ;) Mais je vois le raisonnement !

Merci pour ton commentaire, ça me fait plaisir ! :)

Reviewer: Elyon Signé
Date: 26/12/2017 Title: Chapitre 5: [5 décembre] Instant figé

Autant j'avais compris que l'histoire était l'Odyssée, autant, avant la fin, je n'aurais pas deviné que le conteur était Homère. J'avais pensé à Tirésias, mais non seulement il était devin, pas conteur, et c'est un personnage de fiction (enfin de mythologie).

Un texte sur un instant, c'est une idée qu'il fallait exploiter et c'est bien fait ici. Par un conteur, effectivement, tout ce qui est temporel devient très relatif, puisqu'ils peuvent très bien transporter plusieurs millénaires en arrière ou au contraire donner un aperçu d'un futur qui n'appartient qu'à eux et qu'ils vont partager pendant quelques minutes avec leur auditoire. Avancer, reculer, mais aussi figer le temps, une capacité intéressante qui leur est spécialement allouée.

A eux ainsi qu'à une certaine personne qui nous emmène en Grèce, au huitième siècle avant notre ère, et ce sans bouger de chez soi.



Réponse de l'auteur:

Tiens, oui, ça aurait été possible si ça ne s'était pas passé au VIIIe siècle !

En tout cas, je suis contente que ça t'ait convaincu !

Tu as vu, Eejil agence de voyage dans l'espace et dans le temps, since 1994.

Merci :D

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 7: [7 décembre]Perles égrénées

C'est le risque, à force d'inventer trop d'histoires, de finir par s'y perdre soi-même et de perdre la vie, la liberté, ou d'autres choses. Mais tant que ça dure, c'est tellement grisant de s'inventer des nouvelles identités et de tirer sur la corde sans se soucier des conséquences quand elle cassera...

Sylvia a bien fait d'essayer. Même si son histoire à elle se finit mal, c'est malgré tout agréable à lire, parce que c'est bien raconté, bien rythmé.

Sur ce, je passe à la suite.



Réponse de l'auteur:

C'est exactement ça dont il était question... :) J'espère que les histoires qui finissent mal sont parfois agréables à lire, sinon mon calendrier ça risque juste d'être l'antichambre de l'enfer ;P

Merci !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 8: [8 décembre] Chagrin d'enfant

Ah, la fameuse question sur la famille de Jésus et son frère potentiel, je me souviens encore de la discussion (et vaguement de l'article sur Wikipédia). Bon après, même si Jésus est parfait, il y a quand même un petit brin de favoritisme de la part de sa mère. Tout ça parce qu'il a une ascendance divine, tout de suite... Il en faut vraiment peu. Et on peut dire qu'il est bien mature pour son âge, le Jésus.

Encore une fois, un texte appréciable et personnellement apprécié. Je m'en vais lire la suite.



Réponse de l'auteur:

Eh oui, le fameux débat. Je sais pas s'il y a du favoritisme, s'il est parfait il est parfait. Je pense qu'au fond, Marie préfère Jacques, en tout cas dans cette histoire. Lui au moins il est pas trop flippant.

Merci !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 9: [9 décembre]Ce que murmurent les menhirs

En voyant la partie sur la montagne, je dois avouer que ce qui m'est revenu à l'esprit c'est un passage qui, je crois, vient d'un discours de Mao où ce dernier parlait d'un homme qui voulait abattre une montagne pour avoir moins de chemin à faire jusqu'au village voisin et qui montrait tellement d'abnégation que je ne sais plus quelle divinité avait envoyé deux génies du vent pour emporter la montagne sur leur dos. Il y avait ensuite une analogie avec le communisme, mais ce n'est pas le sujet. Juste que ça me rappelait ça (et non, lire des discours de Mao ne fait pas partie de mes hobbies, c'était dans un livre d'histoire).

Bref, c'était sympathique comme texte, et Shakespeare ne fait en rien saigner les yeux. C'est compréhensible, il n'y a pas de fautes ou d'oublis graves (bon, une petite faute, mais c'est mineur --> from afar) et comme le style reste le même, les images sont toujours là pour aider au cas où il y aurait du mal avec les mots.

A la prochaine (qui sera normalement dans une dizaine de minutes si je tiens mon rythme, ou de jours si je papillonne, mais il n'y a aucune raison. ^^) !



Réponse de l'auteur:

Wow, jamais entendu parler de ce discours mais je sais pas ce que ça veut dire sur moi si j'invente spontanément les mêmes histoires que Mao.

Bref, je suis contente que ça t'ait plu et que mon anglais ne soit pas trop mauvais ! Merci pour ton commentaire !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 10: [10 décembre] Danse de feu

La dernière fois que j'ai entendu parler d'une danseuse de feu, elle s'appelait Salamandre. Elle avait failli mourir sur un bûcher pour se découvrir finalement immunisée aux flammes. Si j'avais envie de faire des comparaisons extrêmes (après tout, pourquoi pas), j'aurais presque envie de dire que je la retrouve ici avec Shéhérazade, sauf que le bûcher est moins un bûcher qu'un billot et une hâche (ou un sabre, bref une arme tranchante). Et comme pour mon premier exemple, elle pourrait bien se libérer du bûcher. Tandis que ce serait son bourreau qui, ironiquement, se consumerait.

Je ne sais pas si je suis content de lire tout ça après décembre parce que j'ai tout d'un coup ou, vu comme j'apprécie ces textes, si j'aurais préféré garder la surprise en suivant ces histoires au fil de leur parution.

En tout cas, et ça va te surprendre par rapport aux autres chapitres, j'ai trouvé ça très agréable à lire. Et la suite le sera certainement autant, ce que je m'en vais vérifier dans l'instant.



Réponse de l'auteur:

C'est amusant parce que je trouve des proximités entre les noms maintenant. Mais je ne trouve pas du tout ta comparaison extrême, c'est très joli même, comme idée.

Merci pour ton commentaire :)

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 11: [11 décembre]Capharnaüm

Alors, déjà, merci pour toutes ces informations sur Capharnaüm et la partie biblique, que je ne connaissais pas. Je dois avouer que ma connaissance à ce niveau se résume à Jésus maudissant un figuier qui ne porte pas de fruits parce que ce n'est pas la saison (qui après vérification est dans Marc 11:12-14). Ca m'a laissé pour le moins perplexe.

Ensuite, c'est intéressant (et je ne sais pas si c'est voulu, tu me diras) de renverser le rôle du croisé immortel et de ceux qui passent un test en sa présence qu'on trouve dans Indiana Jones. Sauf qu'ici, pas de Graal mais une simple coupe d'eau. Ca laisse à réfléchir sur les motivations humaines, mais aussi sur celles qui amènent à dire qu'un homme assoiffé mérite de disparaître s'il s'arrête pour de l'eau qu'on lui propose et non la parole divine qu'on lui prodigue.

Bravo, enfin, pour toutes ces recherches que tu fais histoire d'être historiquement correcte, c'est louable. Et également bravo pour tous ces surnoms que tu donnes à ton lectorat depuis le début, c'est bien, c'est varié. Petits lapins jouflus, lutins... (il fallait que j'en parle à un moment ^^)

Bien, ça fait donc douze, si je ne m'abuse, c'est parti pour le treizième. A tout à l'heure !



Réponse de l'auteur:

J'avoue que je me souvenais juste vaguement d'un truc, et j'ai cherché. Je ne connaissais pas l'histoire du figuier mais ça me fait vraiment rire, quel rigolo ce Jésus :D

J'ai honte mais je n'ai jamais vu Indiana Jones, donc rien de voulu... Mais c'est intéressant !

Et les surnoms, l'idée n'est pas de moi, je l'ai honteusement piquée à Ielenna, même si les surnoms sont différents.

Merci pour ton commentaire, je suis contente que ça t'ait plu !

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 12: [12 décembre]Les adieux du prince

Soit elle a été punie, soit c'est une réincarnation de Cassandre, ça fonctionnerait aussi. Et puis, si Dieu est pardon et que, à part cet écart, Anne est restée pieuse, rien ne l'empêche de laisser passer pour une fois, n'est-ce pas ? Apparemment non. Dieu est pardon, mais un peu rancunier aussi semble-t-il.

Je dois avouer que le début du texte m'a presque fait rire puisque partir à la guerre, déjà c'est mal, mais alors en plus en Italie, c'est juste pas possible.

Pour rester dans le thème, je l'aurais bien écrit en italien, mais je ne connais pas assez la langue et mes années de latin se font vieilles, je me contenterai de dire que c'était muy bien comme texte. Pas la bonne langue, mais ça reste du côté de la méditerrannée, j'espère que tu me pardonneras.

La suite, donc. A bientôt !



Réponse de l'auteur:

Haha j'adore Anne de Bretagne mais je n'irai pas jusqu'à dire que c'est une réincarnation de Cassandre. En fait, si elle l'était, elle ne serait pas une menteuse et n'aurait rien à faire là ;)

Les guerres d'Italie sont une réalité historique, pauvre de toi ! Charles y est vraiment parti, comme tout un tas de rois de France jusqu'à François Ier après lui (pour Henri II je ne suis plus sûre donc je ne me prononce pas). ;)

Merci pour ton commentaire ! :)

Reviewer: Elyon Signé
Date: 16/01/2018 Title: Chapitre 13: [13 décembre]Trois jours d'attente

J'avais lu, il y a quelques temps, l'avis de quelqu'un qui expliquait en quelques mots que Pline le Jeune était l'inventeur du spam, à cause de ses lettres à répétition à l'empereur sur tout et n'importe quoi, qui l'a fait envoyé en province, sans pour autant que les lettres s'arrêtent. Madame de Sévigné n'a pas l'air loin derrière, même si elle a quand même l'excuse de vouloir donner des nouvelles à une fille qui s'est éloignée d'elle, à cause de son mari et potentiellement de cette relation bizarre que tu décris (là encore, merci de le faire découvrir, das wußte ich nicht).

C'est limite dérangeant qu'elle parle à sa fille (enfin que tu la fasses parler à sa fille) comme ça, on s'attendrait plus à ce style pour un amant que pour un enfant.

Pour ce qui est, justement, du style originel, je n'ai jamais lu de Madame de Sévigné avant ça, c'est donc ton texte qui me servira de référence et, par conséquent, je n'ai pas de critique sur la ressemblance avec l'original à faire.

La suite m'attend, je ne vais pas la faire patienter trop longtemps.



Réponse de l'auteur:

Haha mais carrément, Pline le Jeune spammait à fond, et Madame de Sévigné est sa réincarnation. Oui, elle a ce genre de relation ambiguë avec sa fille, c'est assez chelou par moments.

En tout cas, je suis contente que ç t'ait plu ! merci !