Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Nom sur le Héron : Kriss [Contacter]
Prénom : France
Membre depuis : 08/01/2013
Statut : Membre
Bio:
Éternelle gamine trop jeune pour être vieille, nocturne et idéaliste, qui vit par procuration.
Aime l'excès en tout genre, les méchants très psychopathes et les gentils très torturés.
Groupie à temps plein, fanficeuse et Pandalcoolique à ses heures perdues.
Aimerait être écrivain-Sidney Fox-pirate plus tard.
Auteur indigne qui publie très aléatoirement.


Sexe: féminin
Relecteur / correcteur: Non
[Signaler ceci]
commentaire de Kriss
Sélection Flamboyante


Inspiré de plusieurs romans de chevalerie (dont "Bel Inconnu") et des légendes traitant de la fée Mélusine. Cette célèbre fée ou "serpente" est décrite pour la première fois dans "La Noble Histoire de Lusignan" de Jean d'Arras. Elle est aussi représentée sous la forme d'un dragon jaune dans "Les Très Riches Heures" du duc de Berry en train de survoler le château de Lusignan, peint par les frères Limbourg.

Categories: Conte, Fable, Mythologie | Series: Aucun
Complet : Non | 1 chapitre | 6387 mots | Lu 1784 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 12/07/2014 | Mis à jour le : 13/07/2014 [Signaler ceci]
Reviewer: Kriss Signé
Date: 30/09/2014 Title: Chapitre 1: Chapitre 1

Ton texte était très intéressant !

La notion de suspens en était relativement absente : au vu de la forme choisie on sait que le preux chevalier triomphera de toutes ses épreuves et en sortira grandi. Mais l'intérêt de ton texte ne se situe pas là, il réside dans l'intelligence des épreuves, et dans la morale qui en découle. J'ai énormément apprécié le passage dans la ville, avec cette histoire de cité-labyrinthe dont on ne peut trouver la sortie qu'en prenant littéralement de la hauteur. J'ai vu que tu t'es inspiré d'une véritable ville grecque, mais quelle bonne idée tu as eu de l'intégrer à ton histoire ! Ca amène également une dimension de flou géographique qui fait écho au flou temporel : on ne sait ni exactement quand, ni exactement où ça se passe (même si Mélusine est traditionnellement située à Lusignan). La dimension esthétique m'a aussi beaucoup plu, avec toutes ces descriptions opposées qui se font le reflet l'une de l'autre (le chevalier miroir dans l'environnement putride, le château avant et après...).

La façon que tu as eu de décrire les différentes épreuves et rencontres était également très bien amenée. La vieille qui doit prouver plusieurs fois qu’elle ne lui veut pas de mal, le serpent qui s’incline deux fois, la voix dans les marais qui le prévient qu’il est bienvenu avant de lancer ses troupes à l’assaut… J’ai trouvé que cette notion d’étapes à l’intérieur même de chacune des épreuves était très utile pour donner de la crédibilité à ton histoire. On se met ainsi, nous, lecteurs du 21ème siècle, incrédules devant l’Eternel et facilement blasés, à la place du chevalier. Y a un peu l’idée de « sceptique tant que je ne l’ai pas vu de mes propres yeux ». J’ai trouvé ça tout à fait d’actualité. Ça donne plus de profondeur à ton personnage.

Et puis l'histoire de Mélusine est très chouette à la base, alors j'aime ton interprétation !

Dans les points négatifs, je citerais le caractère assez pesant de ton texte, en matière de forme je veux dire. Je trouve que l'équilibre entre tes mots (choisis pour leur précision et leur sonorité médiévale, bien entendu, mais qui amènent fatalement une "légère lourdeur" si je peux dire ^^) et les paragraphes longs et denses est assez maladroitement dosé. Tu aurais peut-être gagné en confort de lecture en aérant ton texte avec des sauts de lignes plus fréquents.
De plus, j'ai tiqué plusieurs fois sur des coquilles…

Mais en dehors de ça, mon avis est tout de même extrêmement positif. Je n'imaginais pas, en commençant la lecture, rentrer à ce point dans l'histoire. C'était vraiment ingénieux comme texte, et passionnant !

Et pour finir, j'ai relevé quelques tournures de phrases magnifiques, avec une mention spéciale pour « l’ombre de la potence ». Cette phrase est tout simplement brillante, je ne sais pas où tu es allé pêcher cette image mais elle est superbement évocatrice, harmonieuse, et les sonorités et le rythme sont tout simplement parfaits. Je suis amoureuse de cette phrase.

Félicitations, et merci pour ce texte ! :)

Réponse de l'auteur: Pour l'histoire de l'ombre de la potence, elle m'est venue à l'esprit spontanément. Je te remercie de ton intérêt. Je reconnais que je n'ai pas une très bonne orthographe et les coquilles sont malheureusement nombreuses dans mes textes. Pour le style, c'est aussi en partie un choix. Le castel de la Vouivre est en partie basé sur un roman de chevalerie appelé "Bel Inconnu". J'ai donc essayé de garder un aspect médiéval au texte. Pour les sauts de ligne... je n'y ai tout simplement pas pensé.

Reviewer: Kriss Signé
Date: 30/09/2014 Title: Chapitre 1: Chapitre 1

Edit : la phrase dont je parlais est donc bien "Il n’y avait rien d’étonnant à rencontrer de tels êtres si loin de chez eux, car une potence projette une ombre longue de bien des lieues."
J'avais oublié de chercher la citation exacte dans ton texte quand j'ai publié ma review ;)

L'Aveugle par Fleurdepine Tout public [Commentaire(s) - 3]


Blind by anndr


L'Aveugle, cet être exécrable qui détenait sur eux le plus grand des pouvoirs. L'Aveugle, ce type non fréquentable, qui avait réussi l'exploit de s'élever au rang de chef. L'Aveugle, ce gosse inquiétant et fascinant qui n'était en fait qu'un pantin comme tous les autres enfants.

Aveugle, 
Qui es-tu vraiment ?

 

Un peu pour Kriss.



Categories: Low Fantasy, Fantastique | Series: Aucun
Complet : Oui | 1 chapitre | 650 mots | Lu 944 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Poésie (prose)

Table des matières

Publié le : 02/04/2018 | Mis à jour le : 03/04/2018 [Signaler ceci]
Reviewer: Kriss Signé
Date: 03/04/2018 Title: Chapitre 1: L'Aveugle

Argh, ça fait déjà deux ans depuis la fin et c'est toujours aussi sensible. Pincement au coeur à la première référence à Léopard, lèvres qui tremblent quand tu parles d'élan, d'Elan. Et tu te bases peut-être sur l'Aveugle, mais c'est la Forêt qu'on lit ici, évidemment, impossible autrement. Elle est sa Mère, son monde, ses nuits, sa vie, et son Extérieur. C'est un bien joli texte, Fleur, une porte entrouverte vers ce couloir à l'herbe fraîche et aux murs de plâtre écorchés, et une bien jolie surprise au réveil. Merci pour ça *coeur et gros soupir trop grand*

Réponse de l'auteur:

Je me demande si un jour seulement, le sujet sera moins sensible tellement ce livre dispose de cette faculté à te bousculer et te renverser. J'avais envie de partager cette ode avec toi, même si c'est certainement tout plein de défauts, parce que ça a été mon exécutoire lorsque j'ai fini ma deuxième lecture, les premiers mots que j'ai couchés sur le papier, sans vraiment y réfléchir. C'était l'Aveugle qui m'inspirait mais tu as raison, le texte est plutôt focalisé sur la Forêt (mais peut-on vraiment les dissocier ?? Quand je pense à l'Aveugle, je pense à la Forêt). En tout cas, comme toujours, c'est un plaisir immense de te lire, parce que tu as cette façon d'exprimer tes sentiments et de parler des choses dont je suis admirative, en amour total - ce qui me fait d'autant plus regretter qu'on ne te voie plus sur le site, parce que tu avais réellement une plume à toi, qui savait prendre aux tripes. C'est limite si en cinq lignes à peine tu ne parles pas mieux du sujet que moi avec ce petit poème. En tout cas, je suis très contente que tu aies été réceptive à ce que je voulais exprimer, encore plus si ça t'a redonné la volonté de t'y replonger (même si je comprends que tu prennes de la distance ; difficile d'y revenir, surtout après un long moment d'absence) et je suis très touchée par tes remerciements <3 Merci à toi d'être toujours là pour partager ça, merci à toi surtout de m'avoir fait découvrir ce livre, et merci pour tes mots qui, mine de rien, me donnent toujours une pêche de malade tellement je les trouve beaux.