Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Et le diable rit sous cape.

Silvère et Miette, ces deux-là méritent d'être connus.

Un garçon, une fille, un couple d'amoureux à l'ancienne mode.

Qui se touchent des yeux en attendant mieux.

Mais d'où sortent-ils ces deux-là ?

Enlacés dans un châle d'amour, ils conjuguent la tendresse du bout des lèvres se méfiant comme d'une guigne de cette sensualité qu'ils pressentent et redoutent.

Craignant très certainement que l'ultime assouvissement de leur passion mette un terme à leur union.

Ils sont purs, ils sont jeunes, ils sont beaux, l'avenir est à eux.
À moins que la République ou l'Empire en décident autrement.

La folie des hommes, leurs idéologies, la défense des intérêts nécessitent peut-être que la jeunesse meure prématurément.

Alors tant pis pour Silvère, tant pis pour Miette.

Ce n'est heureusement que pure fiction.

Peut-être pas après tout.

À l'est rien de nouveau.

Des Miette et des Silvère sous un Arc-en-ciel aux couleurs jaune et bleu périssent sous une pluie de fers et de feu.

Nulle inquiétude, petits humains, la guerre est toujours présente sur notre orange bleue.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.