Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Texte écrit durant une Nuit HPF du 31 juillet avec le thème "presque"

 

Clémentine était presque jolie, presque intelligente, presque une gentille fille et tout autant bonne élève. Elle était presque tout, et donc pour ainsi dire, pas grand-chose. A ceci près qu'elle avait un pouvoir vraiment inutile qui faisait qu'elle était capable de presque contrôler les gens à travers les sims qu'elle créait à leurs effigies.

 

Tout avait commencé lors d'une journée presque normale. Elle avait presque failli pleurer à cause de ses camarades de classes presque cons. Ou complètement cons si Clémentine était tout à fait honnête. Mais Clémentine était une éternelle indécise doublée d’une arrondisseuse d’angle en puissance. Elle édulcorait tout et trouvait des explications foireuses à chaque fois… Alors, le petit abruti qui lui avait volé son sac avait presque failli réussi à le lancer par-dessus le muret qui séparait le lycée de la gendarmerie. Mais il n’y était pas parvenu et c’était l’essentiel. Certes, il avait cassé le miroir de poche que lui avait refilé sa grand-mère. Clémentine restait positive. Cette connasse d’Emma avait presque détruit son devoir de maths en renversant le contenu de son chocolat chaud qui puait la chaussette marinée aux poubelles de la cantine. Mais au moins, Emma n’avait pas taché le nouveau pull de Clémentine, qui avait économisé mille ans pour se l’offrir. Ça aurait pu être pire !

 

Voir la vie avoir des presque, c’était plus facile et confortable que de se plaindre tout le temps.

 

Donc, cette journée avait été comme toutes les autres. Longues. Sa meilleure-amie avait déménagé à la Réunion et le décalage de trois heures était assez handicapant … Surtout quand Clémentine avait besoin de parler à la sortie des cours. Lola était souvent en plein dîner, et ne répondrait à ses snaps qu’après être sortie de table. Qui correspondait généralement au moment où la mère de Clémentine rentrait du travail et se mettait à gueuler dans toute la maison un « EST-CE QUE QUELQU’UN A DONNE A MANGER AU CHAT CE MATIN ? ». Sa mère était, presque, une femme discrète. Presque.

 

Clémentine ne souhaitait rien de plus que se détendre après ce genre de journée. Et ce fameux jour où ses pouvoirs s’étaient déclenchés était l’une d’elles. Emma avait ricané en voyant son nouveau sac. Mais Clémentine l’aimait son nouveau sac ! Il était méga stylé, tout en velours noir et avec des clous dorés ! Presque une affaire ! Elle l’avait eu pour la moitié de son prix sur Vinted !

 

Elle avait lancé son sac adoré à l’autre bout de la pièce, soit à quelques centimètres, parce que sa chambre faisait 9 mètres carrés à tout casser, et avait allumé son ordinateur. Bon, c’était encore une fois, presque son ordinateur. Elle le partageait avec son frère. Enfin, presque son frère. Ils n’avaient pas le même père. La machine vrombit. Puis elle lança son jeu préféré : les Sims. Le saint graal de la détente.

 

Bien sûr, rien ne clochait. Tout avait été normal. Au moment de retrouver sa partie, elle avait verrouillé sa porte pour s’assurer que personne ne viendrait l’interrompre dans son jeu. Emma Sansgoût, et Thomas Facedepoisson étaient à deux doigts de se pécho. Elle avait mis des jours avant d’y arriver, à cause du trait de caractère « peur de s’engager » d’Emma qui lui avait bien cassé les pieds… Tout se passait bien. Puis, pendant qu’Emma Sansgoût et Thomas Facedepoisson s’échangeaient un baiser passionné, Clémentine était allée faire un petit tour sur snap.

 

La story d’Emma, la vraie, bien que celle-ci aussi manquait cruellement de goût selon Clémentine, avait fait toute une story sur son sac en velours noir trop stylé acheté sur Vinted. Son merveilleux sac en velours noir. Avec des petits clous en or. Clémentine avait perdu patience. Elle avait mit fin au rencard d’Emma Sansgoût et l’avait fait rentrer chez elle. Elle lui avait offert une belle petite piscine et l’avait ensuite obligé à sauter dedans avant de l’emmurer.

 

Oui, Clémentine était presque une personne normale.

 

Bon ok, c’était malsain. Elle voulait bien l’admettre. Déjà, créer des personnages à l’effigie de vraies personnes, qu’elles détestaient de surcroît, pour les tuer et assouvir ses pulsions meurtrières, c’était chelou. Voir même très psychopathe.

 

La Sims avait été à deux doigts de mourir. Quand Clémentine avait été prise de remord. Les plombs de l’appartement avait sauté au même moment : l’orage était d’une puissance inouïe et elle s’était retrouvée dans le noir quelques minutes en priant pour que la batterie de l’ordinateur ne l’abandonne pas. Elle avait détruit les murs et avait laissé Emma Sansgoût, toute courbaturée et prête à se noyer, sortir de la piscine.

 

Donc on pouvait rajouter à la liste de ses défauts et qualités que Clémentine était presque quelqu’un de méchant.

 

Son presque frère avait ensuite massacré sa porte de chambre pour réclamer l’ordinateur. Un exposé en SVT apparemment… Clémentine avait cédé et sauvegardé sa partie. Elle avait mit de la nourriture dans la gamelle du chat de sa mère et tapé sa meilleure sieste sur le canapé familial.

 

C’était sa mère qui l’avait réveillée, le visage pâle :

 

– Chérie, c’est terrible ! Ta cousine Emma est tombée dans la piscine ! Elle est à l’hôpital !

 

Clémentine avait explosé de rire. Une réaction parfaitement inappropriée. Elle avait réalisé que sa mère disait vrai seulement quand Alice, la meilleure amie de sa cousine, avait fait une story « remets toi bien mon petit ange ! Je ne dormirai pas ce soir tant j’ai peur de te perdre :’( La vie ne tient qu’à un fil ! Oubliez pas ! Peace !  ».

 

Et c’est là, que tout avait commencé à partir en méga cacahuète et que Clémentine avait presque failli tuer sa cousine avec son pouvoir débile.

 

Sérieux, ça servait à quoi de pouvoir contrôler les gens à travers les avatars de leurs sims sur sa sauvegarde de Sunset Valley ?

 

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.