Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Il fait nuit noire en Illawyn, une des nombreuses contrées ornant la surface de l'entité Erdarane. Comme tout pays Erdaranien qui se respecte, Illawyn était peuplée d'une multitude d'ethnies, aussi bien bipèdes que quadrupèdes, humanoïdes ou non, privilégiant ou non la parole comme mode d'expression. Autant de populations ne pouvaient vivre que dans tout autant de provinces à l'image de leur diversité. Illawyn, de par son importante superficie, encadrait des décors aux formes et aux couleurs extrêmement panachées. Sur ce point, Illawyn pouvait être comparée à d'autres états Erdaraniens tels que le pays-continent d'Ilionia, quand bien même s'en distinguait-elle radicalement par sa culture, son histoire, et l'allure de ses habitants. Les deux pays partageaient cependant l'appartenance à une même Confédération, créée afin d'assurer la paix entre les différentes civilisations d'Erdarane.

Nous nous intéresserons plus exactement à une petite contrée Illawine du nom d'Urvakane. Il s'agissait, a priori, d'une région joyeuse, aux sols bien souvent enneigés et aux montagnes à la fois impressionnantes et accueillantes. De façon générale, ses habitants étaient réputés bien recevoir les étrangers, qu'ils soient d'autres provinces Illawines ou d'états tiers. Les nouveaux arrivants, d'abord charmés par les magnifiques paysages qui faisaient la réputation du pays, l'étaient encore d'avantage par l'accueil que leur réservaient les locaux ! On raconte même que de nombreux touristes, venus en Urvakane pour une simple promenade de santé ou de curiosité, en étaient venus à s'y installer définitivement !

Mais, comme susmentionné, c'était a priori...

La charmante Urvakane renfermait un point noir majeur, trouvant sa source dans un vieux manoir abandonné, isolé de toute civilisation, perché sur une noire montagne. Et c'est justement dans ce lieu sinistre que notre histoire commence...

De l'intérieur, on voyait bien que l'abandon habitait la bâtisse, tant les toiles d'araignées et la saleté peuplaient le sol et les murs. De nombreux objets épars, dont il était difficile de deviner la nature d'origine, jonchaient le sol crasseux. Mais il ne s'agissait pas des éléments les plus inquiétants de cette vieille baraque. Loin s'en fallait, car celle-ci n'était, en quelque sorte, pas totalement abandonnée. En effet, trois silhouettes fantomatiques se dessinaient en son sein : la première était d'une rutilance sanglante et n'avait pour seul corps qu'un visage flottant surmonté de deux yeux globuleux auxquels s'ajoutaient une gueule béante et deux gigantesques pinces donnant à la créature nommée Gaffor des allures de crabe fantôme.

La seconde entité avait l'aspect type d'un drap désincarné flottant dans les airs et répondait au nom de Kummitus. Quand bien même était-il d'un aspect fort commun pour un ectoplasme, il n'en était pas moins dangereux et nul ne pouvait vraiment savoir quel tour démoniaque ce spectre cachait sous son drap !

Enfin, le troisième élément, Skhorns, évoquait un squelette doté de cornes ainsi que d'ailes de chauve-souris.

Tous trois étaient connus par les habitants d'Urvakan comme les Trois Fléaux, de par la terreur qu'ils semaient à travers la province, jouant des tours (bien souvent mortels) aux locaux, quand ils ne décidaient pas, à l'occasion, d'en capturer pour les amener dans leur antre. Peut-être cela avait-il à voir avec les ossements présents dans certaines salles de leur repaire...

Kummitus tournoyait furieusement dans les airs, visiblement en proie à un profond agacement.

-Oh ! Que je m'ennuie, râlait-il. Les gens continuent à nous craindre mais sont de mieux en mieux préparés à nos farces ! Ils ne sont plus aussi intéressants à effrayer qu'avant !

-Tout à fait d'accord, approuva Gaffor sur un ton psychotique. Je partirais volontiers sur une tuerie en masse pour changer un peu !

-Imbécile ! Qui aurons nous sous notre joug, dans ce cas ? le rembarra Kummitus. Déjà que nous n'avons presque plus que les vieux de la vieille à nous mettre sous la dent...

-Beurk !!! s'exclama le crabe spectral, non seulement leur chair n'est pas fameuse, mais elle n'est pas aussi nourrissante que celle des chérubins ou des jeunettes !

A cette pensée, Gaffor passa une horrible langue bleue et disproportionnée sur son gouffre buccal. Un peu à l'écart, Skhorns lorgnait par l'une des étroites fenêtres de la maison, comme guettant une venue hypothétique dans leur repaire.

-C'est à croire que nos exploits se répandent à travers l'ensemble d'Illawyn ! soupira-t-il. De moins en moins d'imprudents semblent venir s'égarer dans nos pénates, ces derniers temps...

-Nous sommes bien trop doués, les mecs !

Le rire suraigu du spectre à pince résonna à travers les murs délabrés. Les deux autres, pour leur part, n'avaient pas du tout le cœur à rire. Surtout Kummitus qui grommela de plus belle.

-Je me sens ramollir de jour en jour, quand bien même ai-je perdu mon enveloppe charnelle depuis des siècles ! Vivement qu'il se passe quelque chose pour changer ça !!!

Kummitus et ses deux complices n'avaient pas à s'inquiéter. Ils ne s'en doutaient pas, mais leur sombre prière allait être exaucée bien plus tôt qu'ils ne l'espéraient...
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.