Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

 

Aidé par les rayons que dardait le Soleil
Et par le vent froid qui soufflait
Le tas de bois s’embrasa rapidement

Un corbeau téméraire s’approcha
Et chaparda quelques brindilles
Sans doute pour renforcer son nid

J’étais exténuée
Assise par terre
Je puisai un certain réconfort auprès du brasier

Je ne vis pas le temps passer
Sûrement m’étais-je endormie
Aussi, ma surprise fut considérable
Quand au-dessus de moi j’aperçus les étoiles

Je n’étais pas très rassurée
D’être au milieu de nulle part
Au beau milieu de la nuit
Près d’un gouffre sans fond

Je me relevais cependant
Le feu faisait briller d’une lueur pâle et froide
La roche tout autour du gouffre
Et soudain je compris

 

Note de fin de chapitre:

Merci pour votre lecture !

On se rapproche doucement des étapes finales...

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.