Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

 

Soudain une envie irrésistible me prit
Celle de voir le gouffre le plus précisément possible
J’en oubliais alors complétement ma promenade initiale
Et entrepris de suivre de nouveau le précipice

Cette fois-ci en revanche
Je me rendis utile
J’arrachai les herbes sèches
Je ramassai un nombre incalculable de papiers

D’emballages en plastique
De sachets de gâteaux
De bouts de bois apportés par le vent

Je fis le tour du gouffre
Et le nettoyai comme s’il était une maison
Et non un trou dans la lande

Puis je fis un tas avec les branches
Les herbes et les papiers
Et craquai une allumette

 

Note de fin de chapitre:

Merci pour votre lecture, j'espère que le poème vous a plu :)

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.