Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Pendant deux mois, Alexia subit son déménagement en Bretagne. Tout lui semblait insupportable, y compris la gentillesse du fils des Tevenn : Delphin, qui avait le même âge qu’elle. Ce ne fut pas faute de lui proposer de sortir et visiter la ville. Alexia refusa chacune des propositions, se contentant parfois de ne pas ouvrir la porte pour éviter une énième proposition.

Même la rentrée scolaire n’emballait la jeune normande. Elle aurait dû ravie, se dire que c’était l’opportunité idéale pour faire de nouveaux amis mais elle n’y parvint pas. Et voir le nom de son voisin dans la liste de ses camarades de classe n’améliora pas son humeur. Elle avait la désagréable impression qu’il la collait, la harcelait même. Dans la rue, dans le bus et maintenant dans la classe… C’en était trop pour elle.

Moins de deux semaines après la rentrée des classes, Alexia reprit connaissance au milieu des rochers. La transformation était de plus en plus intense. Il lui fallut plusieurs minutes pour reprendre ses esprits. Elle était sur le sable en maillot de bain jusque-là rien d’anormal. Elle se releva difficilement. Elle se sentait courbatue comme si on l’avait rouée de coups…

Elle jeta un rapide coup d’œil vers la plage à quelques centaines de mètres. Le pavillon vert flottait au vent. Pas de vagues ou très peu. Alors pourquoi avait-elle l’impression de s’être fait emportée par le courant ?

Son regard se porta sur l’eau. Un hoquet de terreur lui échappa lorsqu’elle vit une écume rougeâtre immerger ses pieds et y laisser une trace sanguinolente. Elle vérifia ses jambes en quête d’une blessure mais elle n’avait rien. Sa peau était intacte. Ce qui signifiait… ce qui signifiait que quelqu’un ou quelque chose était blessé tout près d’elle.

Un bruit mat la fit sursauter. Elle se retourna. Une planche de surf heurtait les rochers au gré des vagues. Il y avait quelqu’un d’autre dans le périmètre. Elle chercha plus attentivement, inquiète de ce qu’elle pourrait trouver. Et si l’autre personne était morte ?

Son souffle et son rythme cardiaque devinrent carrément irréguliers. Cela lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Un en particulier : le suicide de sa mère. Elle s’était jetée du haut d’une falaise. Le sable blanc avait arboré une couleur rouge durant un temps qui lui avait paru infini.

Elle aperçut un bout de combinaison blanche et bleu clair à la surface pendant quelques secondes. Elle regarda à nouveau le poste de secours. Il était trop loin pour que le sauveteur ait vu quelque chose et intervienne rapidement.

Il n’y avait qu’elle qui pouvait réagir. Tremblant de tous ses membres, Alexia s’avança dans l’eau. A mesure qu’elle nageait, le calme revint en elle. Elle se concentra et ne tarda pas à apercevoir une silhouette familière sous la surface de l’eau. Delphin.

Elle s’approcha. Le sang qu’elle avait reçu venait de sa tête, il avait heurté les rochers. Elle devait le remonter. Il avait peut-être une chance de s’en sortir si elle le remontait maintenant.

Il était lourd pour quelqu’un de mince. Elle les émergea rapidement et le poussa sur le sable.

L’état de choc s’empara à nouveau d’elle lorsqu’elle s’aperçut qu’il était inconscient.

-Ré… réveille-toi… Réveille-toi… Pitié, réveille-toi !

Elle prit sa serviette et l’appliqua sur sa blessure. Une plaie en forme de trident perforait le crâne de Delphin. Le sang s’en échappait toujours tandis que l’espoir qu’il s’en sorte s’amenuisait.
Tournant à moitié de l’œil, elle se décida à aller chercher le secouriste.

Heureusement, elle n’eut pas besoin de dire un mot. La voyant en état de choc, le secouriste lui mit une couverture de survie et fila vers l’endroit qu’elle lui avait indiqué.

Une ambulance arriva. Alexia était incapable de faire le moindre geste, de prononcer le moindre mot. Toujours inconscient, Delphin fut emmené sur un brancard.

-Ca va aller. Ça va aller. Réchauffe-toi.
-Est-ce… est-ce… qu’il va-va s’en sortir ? bégaya-t-elle.
-Je l’espère. Tu le connais ?
-C’est… C’est mon voisin…
-Il y a quelqu’un qui peut venir te chercher ? Tes parents ?
-Mon père… est neurochirurgien…
-Et ta mère ?
-… Morte…
-Tu peux utiliser la douche ici. Il y a de l’eau chaude. Je vais appeler Claire, elle te déposera.
-M-Merci…

Quelques instants plus tard, Alexia rentrait chez elle. Elle monta les escaliers sans vraiment s’en rendre compte et se laissa tomber sur son lit. Comment cela avait pu se produire ? Etait-ce elle qui avait provoqué l’accident de Delphin ? Elle ne se souvenait de rien… Elle le détestait mais pas au point de le tuer… Et si, et s’il ne se réveillait pas ? Les autres penseraient qu’il avait fait une mauvaise chute, mais Alexia saurait. Elle avait provoqué l’accident, elle l’avait tué.

Elle ne s’était jamais autant détestée qu’à cet instant. Bien sûr il y avait eu le moment où sa mère était morte devant ses yeux. Elle s’en était voulue… Mais là… Là c’était pire en quelque sorte.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.