Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Hola !
Le texte d'aujourd'hui est inspiré par Dans ma ville on traine d'Orelsan, qui a du coup un côté très personnel. Et mélancolique. Un peu comme les trois précédents textes, en fait. Disons que c'est l'effet hiver (et aussi ma malédiction de ne savoir écrire des textes heureux haha) !
Tu ne t'es jamais senti chez toi ici, et pourtant tu connais ces rues par coeur.
Il y a ce bar qui était un peu votre repère. La bière y a mille couleurs et autant de fois vous avez joué aux fléchettes avec une précision toujours plus trouble.
Il y a le tram, plein à craquer le matin et plein de vos chants le soir, où les voix dissonantes s'étouffent en rires. Tu en connais tous les arrêts et chacun est pour toi un différent souvenir.
Il y a cette rue bondée les jeudi soirs, dont la clameur disparaissait derrière les fenêtres du deuxième étage. Sur le tableau blanc, les formules mathématiques laissaient place aux paroles d'une chanson ribaude et à des dessins incohérents. Puis elle est partie et vous n'étiez plus que trois.

Tu ne t'es jamais senti chez toi ici, et pourtant tu connais ces rues par coeur.
Il y a la cathédrale, toujours habillée d'échafaudages ; il y a cette rue pavée que tu as toujours traversée sans t'arrêter pour la contempler. Il y a le château et cet épicier en bas où vous avez bien trop payé pour une bouteille de rosé.
Il y a le port, enfin, lieu de mille et une aventures.
Il y a cet appartement où se tenaient vos rassemblements, serrés à trente sur un canapé défoncé. Peut-être y reste-t-il un faible parfum de tequila et de citron, prisonnier du plancher.

Tu ne t'es jamais senti chez toi ici, et pourtant la nostalgie t'envahit lorsque tu remontes pour la dernière fois chacune de ces rues. Ici, vous avez couru en riant aux éclats. Là, vous avez partagé plus d'un repas en débattant de philosophie et des résultats des partiels. A l'angle de cet immeuble vous vous êtes trompés de chemin, une fois. En face, vous avez fêté des anniversaires jusqu'au petit matin.

Ici, vous vous êtes dit au revoir.

Tu ne t'es jamais senti chez toi ici, et pourtant tu ne changerais cette ville pour rien au monde.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.