Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes :

Je ne suis pas complètement convaincue par l’écriture de ces chapitres (je trouve les thèmes trop présents par rapport aux personnages pas assez développés) mais j’aime bien l’idée de l’histoire alors voilà, je la partage.

N’hésitez pas à me donner votre avis…

Bonne lecture…

Notes d'auteur :

Thème du calendrier : Balade au clair de lune

Accroupi sous le vieux pont, Eulric se lamentait. L’hiver arrivait et le froid s’installait déjà. Le jeune garçon errait dans les rues. Il connaissait la misère et le froid, depuis qu’il était enfant. Tous les jours, et toutes les nuits, sa vie se passait dehors.

Dormir à la belle étoile, sous les chaleurs du printemps ou de l’automne lui convenait assez bien. Mais l’hiver, Eulric ne supportait pas le froid, le gel et la neige. Comme tous les ans, il devait à nouveau trouver un endroit à la fois discret et à l’abri. Malheureusement, cette année, il ne pouvait plus retourner dans la petite allée sombre, derrière l’atelier du forgeron. Pendant les derniers hivers, chaque soir, il y élisait domicile dans un recoin qui donnait derrière la forge. Au printemps dernier, après une forte tempête, le vieux mur en pierre s’était écroulé. L’artisan avait déblayé l’endroit pendant l’été et la cachette abritée qui donnait sur l’âtre était désormais ouverte et surtout visible de tous les passants et des voisins. Eulric ne pouvait plus s’y réfugier tranquillement.

Le garçon était connu dans le village, mais il savait qu’il n’était pas vraiment aimé par ses concitoyens. Eulric était un enfant abandonné qui vivait seul dans les rues depuis l’âge de ses douze ans, après la mort de sa mère et de son père lors d’un incendie accidentel. Sans famille et sans aide, le jeune garçon était livré à lui-même et devait se débrouiller seul pour manger, pour se laver, pour vivre… La plupart du temps, ses solutions étaient hors la loi et le garçon s’était rapidement fait une mauvaise mais inévitable réputation de petit brigand.

Les habitants d’Elustal l’avaient vu grandir de saisons en saisons, sans rien faire de particulier pour lui. Certains lui donnaient toutefois des restes de marché, une pomme un peu pourrie, un morceau de carotte, une bouchée de pain dur. Eulric avait grandi en passant ses journées à chiner à manger et ses soirées à chercher un abri.

- - -



Eulric avait désormais quinze ans mais restait encore petit. Son allure famélique d’enfant errant n’encourageait personne à l’accueillir en échange de services. Les travaux de force ou dans les champs n’étaient pas fait pour lui.


L’hiver promettait d’être glacial cette année. A passer des années dans les rues, il s’était habitué à lutter contre les faibles températures mais cet hiver-là, le froid était particulièrement sévère. Se cacher dans les caves l’enthousiasmait peu. Cela le protégerait du vent mais pas du gel. Se cacher au dos des âtres de l’autre côté des foyers ne suffirait pas non plus. Il devait se protéger du froid, du gel et du vent. Sa fine veste de coton était un maigre vêtement qu’il possédait pour se protéger. Son pantalon troué et ses chaussures de cuir le couvraient légèrement. Eulric devait se trouver de quoi se couvrir et se réchauffer. Mais les vêtements chauds ne courraient pas les rues. Le pauvre garçon devait trouver une solution.


Le soleil était couché depuis quelques heures. Pour ne pas se refroidir trop vite, Eulric avait décidé de se promener encore quelques minutes sous la lumière de la lune avant de s’installer dans un coin pas trop froid, pas trop venteux, pas trop ouvert. Ce soir là, Eulric avait décidé d’explorer le quartier des artisans. Il se rendait rarement dans ce coin là, car la nuit, les cheminées étaient éteintes, tout était vide et froid. Rien n’était en vie. Eulric avait juste envie de rester actif, et ainsi de se balader en profitant du clair de lune qui éclairait la soirée.

Les bâtiments étaient vides. Personne travaillait. Les machines étaient elles mêmes endormies. Eulric était déjà venu dans la journée, il y a longtemps et avait vite déchanté en comprenant que rien ne lui serait utile ici. Aucune nourriture ne pouvait être trouvée entre l’atelier du maréchal ferrant ou l’atelier d’enluminures des artistes.

Toutefois, cette nuit là serait marquante dans la vie d’Eulric. Le jeune garçon allait faire une découverte qui lui changerait radicalement la vie.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.