Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

 

Je rappelle que le plagiat est un délit et que je refuse, en toute logique, que mes textes soient repris intégralement ou partiellement.

 

OoOoO

 

Bonjour à tou(te)s !

 

Une fois n'est pas coutume, je me suis lancée dans la rédaction d'une nouvelle « à chapitres ». C'est une histoire sans la moindre prétention mais que je prends un réel plaisir à écrire car elle aborde des sujets que j'apprécie tout particulièrement. J'espère qu'il en sera de même pour vous ! :D

Je n'ai pas changé ma « TeamBêta » donc je remercie toujours mes adorables Mariye et Mojack pour leurs corrections !

Je vous souhaite une bonne découverte et une bonne lecture. :)

 

LE BORD DU MONDE

 

Chapitre 1 : Laurelene

 

— Heu… Un… Une… Un Diabolo, s’il vous plaît. Gre-grenadine.

Laurelene cru s’étouffer de honte sous le regard incompréhensif, presque bête, de la tenancière. Néanmoins, celle-ci finit par acquiescer rapidement et se détourna pour préparer la boisson. Elle avait toujours l’air revêche face aux inconnus. Une attitude paradoxale, certes, mais non moins véridique. Seuls les habitués parvenaient à la dérider d’après le peu d’observation qu’avait réalisé la jeune femme. Alors, la patronne semblait devenir une bonne vivante à l’humour potache.

— Voilà. Trois euros, s’il vous plaît.

Jetant un coup d’œil aussi furtif qu’instinctif par-dessus son épaule, Laurelene ouvrit sa petite bourse noire et piocha deux pièces qu’elle déposa d’une main un peu tremblante sur le comptoir. L’instant d’après, la patronne avait encaissé, l’avait remerciée et s’était détournée pour reprendre sa conversation avec un groupe de quinquas masculins au look décontracté. Hâtivement, Laurelene rangea son minuscule porte-monnaie, saisit son verre perlé de condensation et traversa la salle principale. Le long du couloir qui menait aux sanitaires, des tables en bois élimé se pressaient de manière indisciplinée devant une banquette chaleureuse de cuir marron. Quelques tabourets bas mais robustes disposés pêle-mêle y patientaient pareillement. Immanquablement, Laurelene jeta son dévolu sur une petite table ronde que jouxtait une séparation en bois massif percé de vitraux vert bouteille. La paroi dans son dos, elle s’assit sur la banquette, son sac à main plein à craquer tout près. Elle n’allait pas au fond du corridor où la visibilité sur la salle et l’imposante table de billard était quasi-nulle, mais empruntait toujours cet espace où son relatif isolement lui offrait un panorama non négligeable.

C’était la quatrième fois que Laurelene franchissait la porte épaisse et assez intimidante du Bord du Monde, un bar au style irlandais où le bois côtoyait le bois, où les murs lambrissés étaient tapissés d’affiches de groupes de rock, de publicités pour des marques d’alcools et de placards humoristiques. Un rythme toujours atypique faisait vibrer le lieu. Tantôt rock, tantôt folklorique, et surtout un peu des deux. En clair, bien loin de tout ce qui avait toujours bercé ses oreilles. Pour sa première venue, Laurelene s’était fait entraîner par son nouveau groupe d’amis – ou ce qu’il semblait devenir – ; George connaissait de nom par le biais d’un « pote ». Si le choc avait été brutal pour certains, les six camarades de promotions y avaient trouvé leur compte et passé trois heures à boire et rire. Ou rire et boire, en ce qui concernait Laurelene qui avait accepté vingt-cinq centilitres de bière blonde avant de ne s’abreuver que d’anecdotes, blagues et commérages. L’alcool, elle préférait le fuir. Non pas car elle trouvait cela particulièrement mauvais, mais plutôt à cause des effets tout particulièrement… effectifs qu’il avait sur sa personne. Sa bière avait su la rendre beaucoup trop délurée à son goût. Un avis nullement partagé par ses nouveaux amis qui l’avaient encouragée à se « lâcher » une bonne partie de la soirée avant d’abandonner la lutte face à son implacable inflexibilité.

 

Lors de ses deux précédentes venues en solitaire, Laurelene s’était sentie trop embarrassée pour commander autre chose qu’une « Kronenbourg » – l’une des seules marques qu’elle connaissait – à la patronne du Bord du Monde. Le verre et sa boisson étaient demeurés intacts durant les deux heures où elle-même était restée assise sur la banquette, les jambes serrées, les coudes le long du buste, le regard faussement et astucieusement perdu sur son portable.

Ce soir-là, on pouvait presque dire que Laurelene avait empoigné son courage à deux mains pour demander un Diabolo qui toucha ses lèvres très peu de temps après qu’elle se fut assise. Le liquide frais, sucré et pétillant lui fit fermer les yeux tandis qu’un petit sourire de plaisir purement infantile étirait son gloss discret.

Se reprenant, Laurelene reposa son verre. Avec une petite dose de chance de son côté, l’on croirait peut-être qu’il s’agissait d’un cocktail alcoolisé ultra-élaboré. Habituellement, elle n’avait pas aussi honte de ses choix. C’était même tout l’inverse. Pour autant, ici, chacun se désaltérait d’alcool. Les clients fréquentant ce bar semblaient tous plus âgés qu’elle et, même si ce sentiment ne lui avait pas d’ores et déjà serré les tripes, le seul regard de la patronne à l’écoute de sa commande aurait suffi à la faire se sentir comme une fillette dans un monde d’adultes. Si ses parents venaient à la croiser dans cet endroit (événement hautement improbable), ils devraient sans doute s’y reprendre à plusieurs fois pour la reconnaître, tant le Bord du Monde entrait en conflit avec tout ce qu’ils connaissaient de leur fille.

 

Se décider à revenir seule dans cet endroit avait tout autant choqué la jeune femme. Le sentiment un peu rebelle qui flottait dans l’air dès le seuil du pub n’avait rien de familier. Il était même aux stricts antipodes de tout ce qui n’avait jamais caractérisé Laurelene Delouis.

Note de fin de chapitre:

 

Voilà pour ce premier chapitre, la découverte de notre premier personnage principal et une petite mise en bouche ! J'espère que tout ceci vous a plu.

N'hésitez pas à commenter vos impressions sur le chapitre. Évidemment, je réponds à chaque fois !

 

Concernant la fréquence de publication : je pense publier un chapitre par semaine environ. L'histoire devrait en compter 5 ou peut-être 6, et si les deux premiers sont/seront assez courts, les suivants seront plus longs. Voilà pour ces infos ! :)

 

Bien sûr, vous pouvez me retrouver sur ma page FB d'auteure et/ou mon compte Twitter pour suivre les publications.

 

Je vous remercie et vous dis à très vite pour le chapitre 2 ! :)

MCB

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.