Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Déjà le dernier thème, ce qui est plutôt cocasse, c'est que je l'ai écrit parmi les premiers lors d'une nuit insolite. Trouverez-vous l'oxymore que je devais inclure?

Thème : parapluie

La pluie tombait avec fracas sur les carreaux du petit appartement d’Émilie. Les vents faisaient frémirent les arbres quelques étages plus bas et le froid faisait sentir sa présence sur les carreaux qui s’embuaient doucement. C’était une journée pour boire du café et lire un bon livre emmitouflé dans une couverture épaisse. C’est ce que l’étudiante avait d’abord tenté de faire comme le prouvait l’épais livre d’aventure ennuyante abandonné sur la table du salon.

 

Ce n’était tant la lecture qui lui était insupportable que l’envie de bouger. Elle avait envie de sautiller, de courir et de danser. Le mieux qu’elle pouvait faire ici était de marcher de long en large de la pièce, ce qu’elle avait eu le temps de faire et de s’en ennuyer. Bon, il fallait dire que ce n’était pas bien difficile de s’ennuyer en marchant dans son salon. Elle regarda à nouveau par la fenêtre, sentant une idée venir. La trouva ridicule, mais….

 

— Pourquoi pas ? se dit Émilie.

 

Elle enfila un pull en laine et saisit son parapluie déposé contre le mur. Elle ignora l’ascenseur et dévala plutôt les escaliers, portée par une énergie enfantine.

 

Aussitôt à l’extérieur, elle ouvrit son parapluie et respira l’air particulier qui venait dans les averses. Tenant le manche à deux mains, elle pirouetta sur elle-même. Le vent lui projetait des gouttes d’eau venant de tous les sens, mais elle n’en fit cure. Elle se mit plutôt à courir évitant les rubans d’eau qui couraient sur le sol de longs sauts enthousiastes. Émilie sautillait sur le trottoir laissant son parapluie rebondir à chacun de ses pas, exposant sa tête aux éléments. Les passants, pressés de se mettre à l’abri, lui jetaient des regards perplexes.

 

Après quelques minutes de cette danse euphorique, elle était complètement trempée. Son parapluie était complètement inutile, mais elle l’utilisait comme accessoire pour se défouler s’imaginant être une Mary Poppins française. Elle était libre comme l’air, enfin.

Note de fin de chapitre:

Et voilà! C'est terminé!

Joyeux Noël et n'oubliez pas d'aller voir les autres calendriers maintenant que le congé des fêtes est réellement présent!

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.