Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Cette nouvelle-ci est sous le thème Cassette video.

Sans détester le texte, j'ai l'impression d'avoir fait foiré mon idée de départ :/ Enfin l'idée me faisait marrer sur le coup et j'ai quand même réussi à l'exploiter un peu. Mais il me manque un truc pour être satisfait.

Mais je vous souhaite un bon moment quand même. :)

 

Martin était postier depuis près de vingt ans. Et en vingt ans, jamais sa tournée n’avait changé. Mais aujourd’hui c’était probablement la dernière.

Il s’en était passé des choses en deux décennies. Des décès de figures du village, comme le vieux Chapman. Donald Chapman était un vétéran de la RAF au glorieux passé de pilote. Certes il radotait un peu sur les Allemands qu’il avait descendus durant ses missions, au cours de ses dernières années. Mais le personnage était vraiment unique en son genre. À l’aube de ses 90 ans, il attendait encore Martin, chaque matin. Et ce par tous les temps. Martin n’avait pas compté les personnes présentes à son enterrement, mais il était encore persuadé que la quasi totalité du village s’était déplacé ce jour là.

Il y avait des nouveaux arrivants, bien sûr. Rien de surprenant, même pour un aussi petit village. Mais ce qui étonnait toujours Martin , c’était à quel point le temps pouvait filer vite. Des mômes, qu’il croisait depuis tout petits, étaient maintenant adultes et avaient leurs propres maisons. Certains étaient même devenus parents.

 

Son ultime tournée, songea-t-il, la main sur le volant de sa camionnette.

Pour son dernier jour il réservait des cadeaux spéciaux à certains habitants en plus des colis habituels. Histoire de finir en beauté.

Mrs Heaton était une vieille femme tout ce qu’il avait de plus méprisable. Cela remontait à loin maintenant, mais Martin était amoureux de sa fille lorsqu’il était adolescent. Et la mégère désapprouvant leur relation, elle avait envoyé Mavis dans un internat à l’autre bout du pays. Il l’avait aimé Mavis, avec douleur même. Surtout quand elle était partie. Mais maintenant elle habitait en Australie ou peut-être en Nouvelle-Zélande, Martin n’en était pas sûr.

Martin avait refait sa vie entre temps et même s’il n’était plus marié avec Jenny, il s’entendait encore àm erveille avec son ex-femme.

Mais il n’avait jamais oublié ce que la vipère lui avait fait subir. Et le chemin qu’il aurait pu emprunter avec Mavis à ses côtés

Il plaça le colis dans la boîte aux lettres, en plus du courrier habituel. Mais il devait patienter un peu. Heaton n’allait pas chercher son courrier d’elle-même évidemment. Son majordome s’en occupait pour elle. Martin en profita pour livrer celui les voisins de Mrs Heaton et quand le majordome récupéra les colis, il remonta dans sa voiture.

Le manoir Heaton était déjà loin derrière lui quand il actionna le déclencheur. L’explosion retentit. Un bruit terrible et une légère secousse. Vu la fumée que se dégageait de l’endroit, son action avait porté ses fruits. Il n’avait pas beaucoup de temps pour poursuivre son œuvre.

Le suivant fut un ancien camarade de classe, du nom de John Welby. Celui qui avait pourri ses années de lycée, et n’avait jamais eu l’intention de s’arrêter là. Les piques ne s’était jamais arrêtées à la remises des diplômes, comme l’avait tant espéré Martin. Et il était temps que Welby paye.

Oh il ne s’agissait pas d’une bombe, cette fois, même si l’effet allait probablement être tout aussi explosif. Welby allait seulement regarder sa bonne femme se faire sauter par le voisin, sur cassettes vidéo. Et grand chasseur, fans d’armes à feu qu’il était, il allait probablement faire sauter quelques cervelles sous l’effet de la colère. Ou peut-être juste la sienne, ce qui était tout aussi bien. Martin avait commencé à filmer Mrs Welby avec son amant à plusieurs reprises, dès qu’il avait pris la décision de se venger de tout ceux qui l’avaient humilié, durant toutes ces années. Après tout il n’avait plus grand-chose à perdre.

Ainsi toute la matinée, il sema chaos et destruction dans le petit village, mais toujours dans la plus grande discrétion. Finalement il distribua précautionneusement une enveloppe pleine d’anthrax dans la boîte aux lettres de la mairie, mairie qui l’emmerdait depuis des années pour des histoires sans grand intérêt. Il choisit ensuite de retourner chez lui. Mais non pas pour rentrer de sa journée, il avait une dernier chose à adresser à son ex-femme. Elle seule méritait de savoir pourquoi il avait fait ça. Pourquoi il avait agit ainsi alors qu’il ne lui restait plus que six mois à vivre

Quand Jenny ouvrit sa boîte aux lettres, elle ne trouva que des factures et plus étonnant une lettre. Elle était certaine que c’était Martin qui avait posté tout ça. Pourtant ce n’était pas son secteur habituel. Mais la camionnette de la poste était déjà loin. Et surtout elle se demandait pourquoi elle entendait toutes ces sirènes.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.