Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Comme tous les soirs, Gino marque un premier arrêt à l’angle de l’avenue de la plage et de la rue de l’albatros. Il adore cet emplacement qui offre une vue imprenable sur l’océan. Le bruit des vagues s’échouant sur la plage résonne dans ses oreilles et l'odeur des embruns mélangée à celle des pins lui chatouille les narines. Le bruit, l’odeur, la sensation du vent frais sur sa peau ; même en fermant les yeux Gino sait qu’il se trouve proche de la mer.

Le soleil s’est noyé dans l’océan depuis une bonne heure déjà. L’animation nocturne des environs de la plage bat son plein. Les amoureux, installés sur les bancs du remblai, profitent de la fraîcheur de la soirée. Les plus sportifs ne rechignent pas face à une dernière promenade, les pieds dans l’eau. Les moins frileux s'amusent avec les vagues. Les plus téméraires s’aventurent dans la dune baignée par le clair de lune. Les groupes de jeunes munis de leurs enceintes, investissent la plage pour une bonne partie de la nuit. Chacun vaque à ses occupations.

Mais lorsque la musique annonçant l’arrivée du marchand de glaces carillonne, tous convergent vers un seul et même endroit. Un seul !


*****

Seul à bord de sa camionnette Gino enchaine les boules de glace. En pot ou en cornet, il y en a pour tous les goûts ! A chaque nouvel arrêt pièces et billets s’accumulent dans la caisse.

Lorsque les vacanciers profitent de leurs congés estivaux, Gino sillonne le littoral avec sa camionnette chargée de glaces. C’est sa dixième saison, il a commencé dés l’obtention de son permis de conduire. Au fil des ans il s’est constitué sa clientèle. Chaque été la file d’attente s’étire un peu plus. Il retrouve avec joie les habitués, il les voit grandir, vieillir. Et puis il y a toujours les curieux qui intrigués par la douce musique viennent à sa rencontre.

Cela fait dix ans que son sourire, sa bonne humeur, sa gentillesse et sa disponibilité sont le gage de sa réussite. Lorsque les enfants rejoignent leur appartement souriant et sautillant tout en dégustant l’une de ses glaces, cela fait fondre son petit coeur de marchand ambulant. Et c’est dans ces moments-là qu’il se souvient pourquoi il aime autant ce métier qui lui grignote une bonne partie de ses soirées estivales.

Victime de son succès, il songe à prendre un associé pour le prochain été.


*****

Eté rime parfois avec orage. Ce soir ce dernier joue les trouble-fêtes dans la tournée de Gino. Il maintient tout de même son périple. Il sait pertinemment que les plus courageux, ou les plus gourmands peut-être, ne se laisseront jamais intimider par quelques éclairs et coups de tonnerre. Même si Gino sait que son escapade sera moins fructueuse, il aime les soirs d’orage.

Il roule les fenêtres ouvertes, il tourne à droite sur l’avenue qui mène à la plage. Un magnifique éclair transperce le ciel sombre au dessus de l’océan. Il observe les abords de la plage délaissés par cette nuit orageuse. Plus que quelques mètres avant son point de chute préféré. Il lance la mélodie annonciatrice de sa venue qui se dissipe dans le ronronnement de l’orage. Le vent se lève et s’insinue dans la forêt de pins avoisinante.

Nouvel éclair. Gino coupe le moteur et passe à l’arrière de sa camionnette. Tandis que le tonnerre gronde, ses fidèles habitués effectuent un sprint depuis leur appartement, protégés sous leur capuche ou leur parapluie. L’ambiance est légère et détendue. Gino à plus de temps pour échanger avec chacun d’eux. Et c’est pour cette raison qu’il apprécie les soirs comme ça.


*****

Ça fait plusieurs soirs qu’elle se trouve-là, au dernier arrêt de sa tournée. Dés le premier regard il l’a trouvée très jolie. Adossée au lampadaire, elle reste en retrait, l’observe de loin. Parfois elle le gratifie d’un timide sourire. Depuis que son regard a croisé le sien, elle occupe continuellement ses pensées. Il ne sait pas si c’est de l’amour mais ce qui est sûr c’est qu’il meurt d’envie de la connaître un peu plus. Chocolat, non caramel. Gino n’est pas concentré sur ce qu’il fait. Sa belle inconnue vient de rejoindre la file d’attente. Il a du mal à décrocher son regard d’elle. Il a peur de la voir s’évaporer comme les soirs précédents.

Lorsqu’elle atteint enfin le comptoir, il ne reste plus personne. Il est quasi certain qu’elle a fait exprès d’être la dernière, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Sa voix est rauque et tremblante lorsqu’il s’adresse à elle. Il se sent stupide mais son sourire chaleureux l’encourage.

Au moment de payer son cornet passion il lui manque quelques centimes. Il lui propose d’apporter la somme manquante le lendemain.

Le coeur de Gino bat plus fort lorsqu’elle lui promet d’être présente au rendez-vous le jour suivant.

Note de fin de chapitre:
Merci à vous d'avoir lu !

Pour le premier double-drabble j'ai choisi Mami Wata pour le thème de l'eau, pour le deuxième Ogum Zobla pour la réussite, pour le troisième Hevioso pour l'orage et le dernier Erzulie Freda pour l'amour.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.