Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Et voilà pour le thème : Veillée d'antan ! 

La prière

 

Mains jointes, genoux sur le sol, tête baissée, il priait.

Ses muscles étaient tendus, ses articulations douloureuses ; le vent qui hurlait à l'extérieur s'infiltrait parfois dans la petite chapelle et glaçait une nuque déjà durcie par l'immobilité. On l'avait vêtu d'une chemise blanche, pour la pureté, puis d'une chasuble rouge en symbole des blessures qui ne l’effareraient point, et enfin d'une robe noire, pour rappeler qu'il n'hésiterait pas à mourir pour son Roi.

Mourir pour son roi.

Il n'était rien au monde qu'il n'endurerait pour son Roi.

Puis il s'était confessé et on l'avait laissé seul pour sa nuit de veille, passée en prières au creux de la Chapelle.

Demain, son Roi l'adouberait.

Ils avaient grandi ensembles, fait leurs premières armes ensembles, leurs premières veillées et leurs premières batailles. Il était devenu Roi, non parce que son sang était bleu mais parce qu'il avait si bien su verser celui des autres...

Et le jour suivant, il ferait chevalier son ami de toujours, son guerrier le plus fidèle, le plus dévoué.

 

Le premier coup de minuit sonnait lorsque son Roi surgit devant l'homme en prière.

Au second coup, ils étaient agenouillés face à face ; au troisième les mains du monarque étaient posées de chaque côté de ce visage accidenté, à la barbe noire et drue et aux yeux bleus et limpides ; au quatrième coup ils s’immobilisèrent, les yeux myosotis de l'un comme cadenassés à ceux, noirs et brillants, de l'autre et les échos des guerres qu'ils avaient menées résonnèrent à leurs oreilles. Au cinquième coup, le futur chevalier saisit dans ses poings les boucles châtain du monarque, au sixième, à la manière de deux armées furieuses se fracassant l'une contre l'autre dans sang et la douleur, leurs lèvres se rencontrèrent.

Septième coup.

Huitième coup.

Neuvième coup.

Leurs barbes se frottaient, leurs langues s'exploraient, leurs cœurs battaient plus fort qu'au sein des plus violentes mêlées.

Dixième coup, la tête du guerrier, blanche comme du marbre, retomba soudain et se ploya.

Onzième coup, les yeux du roi le brûlaient, le goût de son ami l'obsédait.

 

Au dernier coup de minuit, il avait quitté la chapelle, laissant le futur chevalier, tremblant de tout ses membres, prostré dans l'ombre de la Croix.  

Note de fin de chapitre:

Je suis partie dans l'antan antan antan pour ma veillée d'antan haha !

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.