Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Et voilà pour le thème "Verjus" qui m'a bien rendue chèvre alors que c'était l'un des miens ! 

 

Le verjus est le jus extrait de raisins qui ne sont pas encore mûrs et était particulièrement utilisé dans la cuisine médiévale. 

Verjus

 

Charlotte et Aseel

 

Les vignes étaient plus hautes que les deux petites filles qui marchaient seules entre les raisins. Charlotte avait grandi là toute sa courte vie et connaissait chaque racine, chaque allée par cœur ; Aseel, elle, découvrait le verger en silence, ses grands yeux noirs écarquillés. Le soleil rasant de la fin de l'après-midi nimbait les cultures d'une lumière d'or fondu ; les milliers de particules de poussières soulevées par le pas des deux gamines sur le chemin brillait de blanc entre le vert vif des feuilles de vigne.

Charlotte et Aseel se tenaient par la main, la première, un peu plus haute que la seconde, babillant sans s'arrêter.

-Là tu vois, le raisin est pas encore mûr, mais dans deux mois pleins d'amis de papa viendront l'aider à le ramasser et quand ça sera fini il y aura une grande fête et on pressera le raisin pour faire du jus, on pourra en boire c'est très bon. Papa et Maman le transforment en vin après ; ça on a pas le droit d'en boire parce qu'on est trop petites.

Aseel écoutait avec attention, les sourcils froncé par la concentration ; elle ne vivait en France que depuis quatorze mois et même si elle avait vite apprit cette langue étrangère à la force des choses, le débit presque ininterrompu de la blondinette était difficile à suivre.

Charlotte entraîna sa nouvelle petite sœur vers une vigne lourde de petits raisins d'un vert très vif, presque translucide, et ronds comme des ballons, tout bombés ; avec un petit bruit sec elle décrocha un grappillon qu'elle souleva pour le faire briller au soleil.

-Ils ne sont pas encore mûrs mais ont peut les manger, expliqua-t-elle.

-Tu es sûre ? demanda Aseel, une moue intriguée sur le visage.

-Oui, mais pas beaucoup sinon on va être malades. Regarde !

La gamine croqua un raisin puis se mit à grimacer et sauta sur place avant de déglutir ; Aseel, pour la première fois depuis longtemps, éclata de rire, naturellement, sans s'en rendre compte.

-C'est très acide ; se justifia Charlotte, j'aime bien. Tu peux goûter si tu veux !

-Je veux bien !

Aseel mit le fruit dans sa bouche et le pressa contre son palais avec sa langue, le faisant éclater ; elle grimaça et frémit, et les deux petites filles éclatèrent de rire derechef.

 

Leur hilarité fit pépier un merle ; un lièvre détala à quelques pieds de vigne de là ; le soleil enveloppait avec douceur le verger, au creux duquel deux sœurs se découvraient et une belle amitié prenait racine.  

Note de fin de chapitre:

J'espère que ça vous aura plu ! :) 

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.