Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Huskey Rescue - New light of tomorrow
2
Nouveau regard


L'alcool est un anesthésique qui permet de supporter l'opération de la vie. George Bernard Shaw

Après une après-midi passée au tribunal, le substitut du procureur Matt Howard redescendit au pas de course les marches du palais de justice.

Il avait à peine eu le temps de déjeuner et mourrait de faim, aussi s'arrêta-t-il dans un snack pour acheter un sandwich et un soda. Tout en remerciant la serveuse, il sourit intérieurement : il se sentait fatigué, venait de passer plusieurs heures à jongler entre négociations infructueuses, témoins récalcitrants et reports d'audiences mais il n'aurait échangé son travail contre aucun autre. C'était son truc. Définitivement.

Aujourd'hui comme à l'époque où il avait commencé à travailler comme assistant du procureur, seuls quelques chefs de département chanceux disposaient de leur propre réception, ce qui évitait à leur secrétaire de travailler dans une pièce bruyante et bondée. Treize ans plus tard, désormais responsable des affaires pénales pour le comté, il faisait partie des heureux élus.

- Des messages, Veronica ? demanda-t-il à sa fidèle secrétaire.
- Le docteur Lang a appelé. Il veut que vous passiez le voir dès que possible. Il m'a dit que c'était urgent.

Matt acquiesça et entra dans son bureau.

La table ployait sous le fouillis habituel : une tasse avec un fond de café froid datant de ce matin, des documents de la police, des rapports officiels sur les affaires d'homicides en cours. Veronica ne cessait de soupirer, en se demandant comment il faisait pour s'y retrouver mais il la trouvait plutôt bien rangée pour une fois.

Une photo de sa femme et de sa fille trônait sur un coin du bureau, seules touches un tant soit peu personnelles dans la pièce.

Intrigué par la requête du docteur Lang, le médecin légiste du comté, il décida de manger sur le pouce et d'aller le voir. Il engloutit rapidement son sandwich, essayant de ne pas penser à ce que Terry dirait si elle le voyait.

L'institut de sciences médico-légales se trouvait dans la pittoresque ville de Middletown, à une demi-heure en voiture de Charlestown.

Matt se souviendrait probablement jusqu'à la fin de ses jours de sa première autopsie. Les armoires grises et ternes, la balance utilisée pour peser les organes et surtout, les coups de scalpels rapides et précis du médecin … Au bord de l'évanouissement, il n'avait pu s'empêcher de vomir.

Il avait plus ou moins fini par s'y habituer, ou à mieux cacher son dégoût, mais chaque autopsie à laquelle il était contraint d'assister demeurait une épreuve.

Le médecin légiste en chef devait lui aussi se souvenir de ses mésaventures ; c’est en tout cas ce que Matt se dit lorsqu’il lui proposa de s'entretenir dans son bureau à l'étage.

À soixante ans passés, les cheveux plus rares que blancs, il avait la silhouette amincie d'un homme qui venait de reprendre une activité physique. Mais son visage anguleux aux traits tirés, son nez veiné et ses joues creusées sous les pommettes rougies par l'alcool trahissait ce qu'il n’essayait plus vraiment de cacher, la dépression consécutive à la mort de sa femme. Il n'avait cessé de boire que récemment, quittant la mauvaise pente sur laquelle il s'était engagé et conservant ainsi son poste de médecin légiste du comté.

Cette décision avait fait polémique mais Matt s'en réjouissait secrètement. Parce que Lang était l'un des plus brillants spécialistes de la région et parce que, mieux que quiconque, il était capable de saisir la difficulté de l'épreuve qu'il traversait.

- Je suis content de vous voir, lui dit-il alors qu'ils prenaient place de part et d'autre de son bureau.
- Je m'en doute. Votre appel m'a beaucoup intrigué. Vous vous montrez rarement aussi sibyllin.
- C'est un peu différent cette fois-ci, lui avoua le légiste. Cela concerne la petite Michelle Duncan.

Matt réfléchit quelques instants, tâchant de se remémorer dans quelles circonstances il avait entendu ce nom. Il lui rappelait définitivement quelque chose.
- Ah oui, se souvint-il. La lycéenne dont on a trouvé le corps sur les berges, n'est-ce pas ? Elle est tombée dans l'eau en rentrant chez elle et s'est noyée.

Il ne s'était pas personnellement occupé de l'affaire, l'enquête ayant conclu à une noyade accidentelle, mais en avait entendu parler aux informations la semaine précédente. Triste histoire.

- Une noyade, oui, confirma Lang. Au premier abord en tout cas.
- Et maintenant ?
- Tout ne colle pas. Mais en premier lieu, il faut que vous gardiez à l'esprit que le diagnostic de noyade criminelle est l'un des plus difficiles à déterminer, si ce n'est le plus difficile. Il marqua une pause avant de reprendre. On peut rarement être sûr à cent pour cent. C'est la présence de signes positifs ajoutée à l'absence de signes négatifs qui permet de détenir un faisceau de preuves permettant d'évoquer fortement la submersion.

Un peu perdu, Matt leva la main.

- Attendez, que sont ces … signes positifs ou négatifs ?
- Les signes positifs sont ceux qui laissent penser à une noyade, à commencer par le lieu de découverte du corps.
- Le fleuve, compléta le jeune avocat.
- Exact. Il y a aussi les preuves médico-légales. Il s'agit de la présence d'un champignon de mousse dans les voies aériennes, qu'on associe à un brassage air-eau, l'aspect des poumons qui sont distendus, lourds, spongieux et de teinte violacée à noire, la congestion des viscères ….
- Les viscères ?

Etudiant, il avait suivi quelques cours d'anatomie et de médecine légale mais ce n'était définitivement pas sa tasse de thé. L'expertise et la pédagogie du docteur Lang était d'autant plus appréciable.

- Ce sont les organes se situant dans les cavités corporelles. Dans le cas qui nous intéresse : reins, foie, poumons, rate et coeur, récita-t-il. Chez Michelle Duncan, on note que ces organes ont augmenté en poids, présentent un aspect foncé et sont gorgés de sang.
- Signe d'asphyxie, se rappela Matt.
- Tout à fait, approuva le vieil homme. De plus, l'estomac et les intestins contenaient de l'eau. Tous ces indices, couplés à l'absence de traces de strangulation ou de blessures vitales ante-mortem, laissent à penser qu'il y a bien eu noyade.
- Dans ce cas, qu'est-ce qui vous a poussé à venir me consulter ? Moi, plutôt que le procureur Clemmons ? ajouta-t-il, citant ainsi son supérieur hiérarchique.

Le visage de son interlocuteur se fendit d'une petite grimace.

- Allons Matt, inutile de faire semblant. Je sais ce qui se dit à mon propos dans les couloirs du tribunal ou du bureau du procureur. Ce pauvre vieux Lang … Est-ce qu'il a vraiment arrêté de boire ?

Rêveur, son regard se fit avant de se perdre dans la contemplation du mur derrière Matt. C'était, il le savait, à cet endroit que se trouvait une photo encadrée de sa défunte épouse.

- Si vous voulez que je convainque Clemmons de rouvrir l'enquête, il va falloir que vous me donniez davantage. Qu'est-ce qui vous fait penser que Michelle Duncan ne s'est pas noyée ? Concrètement ?
- Les éléments manquants. Ce que je n'ai pas trouvé lors de l'autopsie mais qui aurait dû être là. Les diatomées, par exemple, sont des micro algues abondantes en eau douce. Pourtant, il n'y en avait presque pas dans les tissus de Michelle. Tout comme, poursuivit-il d'un ton préoccupé, il n'y avait pas de corps étrangers tels que la vase, le sable ou les algues dans sa trachée et ses bronches.
- C'est troublant, reconnut Matt, mais tout indique qu'elle s'est noyée. C'est ce que vous venez de me dire.
- Oh oui, je suis intimement persuadé qu'elle s'est noyée mais certainement pas dans le fleuve.
- Où ça, dans ce cas ?
- Le liquide retrouvé dans ses poumons a toutes les caractéristiques de l'eau du robinet. Ce qui signifie qu'elle a pu mourir n'importe où. Dans une baignoire, une cuvette de W-C ou un lavabo. Peut-être même dans une piscine.
- Mais pourquoi aurait-on déplacé le corps après la noyade ? s'interrogea le substitut du procureur.
- Je me pose justement la question. Sans parler du fait que si quelqu'un a pris la peine de déplacer le corps de la jeune Michelle, on peut également se demander jusqu'à quel point sa noyade était accidentelle.

OOoOo

Même s'il le cachait bien, Matt n'appréciait que modérément son patron, le procureur Martin L. Clemmons. Il lui reconnaissait cependant des qualités indéniables, la clairvoyance et l'habileté politique, qui lui avait permis de se maintenir à son poste durant près d'une décennie. Et qui lui permettrait peut-être de devenir maire en novembre prochain.

Contrairement à nombre de ses collègues, Clemmons était suffisamment sûr de son autorité pour laisser à ses chefs de département une certaine latitude dans leur manière de traiter les dossiers. Mais, s'il voulait rouvrir l'affaire Duncan, Matt allait d'abord devoir le convaincre. Et ce ne serait pas chose aisée.

Comme il s'y était préparé, Clemmons considéra sa requête avec une prudente réserve. Matt en connaissait la raison.

Leur bureau venait d'essuyer un sévère et très médiatique revers après l'acquittement d'un médecin accusé du meurtre particulièrement brutal d'une de ses patients, enceinte de ses oeuvres. L'affaire avait fait la une des médias, pas seulement à Charlestown et son patron s'en était personnellement occupé. L’opposant de Clemmons à la mairie ne manquait jamais une occasion de souligner cet échec retentissant. Désormais, moins de six mois avant les élections municipales, il effectuait avec une bonne dose de circonspection.

Le visage un peu flasque de son patron semblait se tendre au fur et à mesure qu'il parlait.

- Donc, vous voulez rouvrir ce dossier sous la foi de … d'une intuition de Lang ? finit-il par demander.
Matt grimaça.
- Je n'irais pas jusque-là Martin. Ce que le docteur Lang avance s'appuie avant tout sur des preuves médico-légales et sa longue expérience, défendit-il. Je pense que ses intuitions, comme vous dites, sont dignes de confiance. Après tout, il fait ce boulot depuis ...
- Je sais parfaitement depuis combien de temps Chester Lang exerce, le coupa Clemmons. Je vous rappelle que je travaille pour ce bureau depuis bien plus longtemps que vous.

Et que je vous y ai fait entrer, aurait-il pu ajouter, mais c'était inutile. Matt n'était pas prêt d'oublier ce que son patron avait fait pour lui, en lui proposant un travail dès sa sortie de la fac de droit. Et c'était parce qu'il l'avait engagé puis lui avait fait monté les échelons que Matt lui devait fidélité et loyauté. Notamment pour les élections à venir.

Mais, malgré la tiédeur de leurs rapports qui n'avaient jamais dépassé le stade professionnel en plus d’une décennie de collaboration, il ne se plaignait pas. De l'élection de Clemmons à la mairie dépendait son propre avenir et son ambition secrète : lui succéder comme procureur du comté.

Les sourcils froncés, l'actuel procureur regarda les photos de l'autopsie et le rapport du docteur Lang.

- Franchement, Matt, reprit-il, malgré tout le respect que j'ai pour le docteur Lang, ça tiendra difficilement devant un tribunal et sûrement pas devant un jury. Depuis ces problèmes de boisson, vous savez qu'il a commis quelques erreurs.
- Non, je ne sais pas, s'entêta Matt. Et avec tout le respect que je vous dois, vous non plus d’ailleurs. C'est une excuse facile dont se servent certains procureurs du comté dès que leurs affaires tombent à l'eau parce qu’ils refusent d’assumer leurs erreurs. Ce n'est pas de ma faute, monsieur, c'est celle du docteur Lang ! En fin de compte, ce ne sont que des bruits de couloir, des rumeurs sans fondement.

- Il a réellement commis des erreurs et certains de ses collègues l'ont couvert tant bien que mal.
- Il a arrêté de boire de toute façon alors la question ne se pose plus.
- Peut-être mais ce que vous qualifiez de rumeurs sans fondement en a suffisamment pour que tous les avocats de la défense s'engouffrent dans la brèche à chaque fois que nos affaires reposent sur ce légiste et ses preuves.

Matt haussa les épaules, fataliste.
- On ne parle pas de procès pour le moment, juste de rouvrir l'enquête.
- Dans ce cas, ne préfériez-vous pas vous adresser à un autre médecin légiste ? Pour un second avis, en quelque sorte ?

Il se retint de lever les yeux au ciel et se força à garder une voix égale. L'homme en face de lui n'était pas friand de l'insubordination caractérisée.

- Je ne pense pas que ce soit judicieux, sur le plan médico-légal comme juridique, répondit-il. Si on devait arriver au procès, n'importe quel avocat de la défense soulignerait ce changement de praticien et on aurait l'air de vouloir cacher quelque chose. Et Michelle Duncan a déjà été enterrée de toute façon, donc pas de seconde d'autopsie. À moins que sa famille n'autorise une exhumation mais je ne vois aucune raison de leur imposer ça pour le moment.

Il n'ajouta pas qu'il trouvait l'idée d'un « second avis » insultante et profondément irrespectueuse vis-à-vis du docteur Lang. Il était venu le trouver, en prenant le risque de s'exposer au scepticisme de ses collègues et des procureurs. Matt tenait à le traiter de manière professionnelle et courtoise.

- Voilà ce que vous allez faire, lui dit Clemmons au bout d'un moment. On va rouvrir l'enquête discrètement et loin, très loin de la presse. S'il y a quelqu'un qui s'amuse à noyer des lycéennes, je ne veux pas créer de panique en ville, ni que nos chers amis les journalistes nous accusent d'incompétence si on ne trouve pas le coupable ou qu'il est acquitté.

- Très bien.
C'était davantage qu'il espérait à vrai dire.

- Et vous ne déléguez pas ce dossier à quelqu'un d'autre, compris ? l'avertit Clemmons. Je veux que vous vous chargiez de cette affaire personnellement, que vous assistiez à tous les interrogatoires, que vous supervisiez absolument toutes les étapes si on inculpe quelqu'un ou qu'on va jusqu'à un procès. Cette histoire a mal commencé et je n'ose imaginer l'effet que produirait un avocat de la défense en interrogeant Lang, qui disait il y a encore quelques jours que c'était un accident, je vous rappelle, mais Michelle Duncan mérite qu'on lui rende justice. Alors tâchons de rattraper le coup.

Matt aurait pu se sentir touché qu'il lui témoigne une telle confiance mais il n'était pas dupe. La solution proposée par son patron lui permettait de se dédouaner en cas de pépin et de récolter les lauriers si l'affaire finissait par une inculpation d'ici les élections de novembre.

Clemmons, impeccable dans son onéreux costume bleu marine et sa cravate rouge ornée de la bannière étoilée, se leva et rangea un petit papier dans sa poche.

- On en reparlera à mon retour. Je dois prononcer un discours au lycée dans moins d'une heure.
Comme à chaque fois qu'il entendait ce nom, le coeur du jeune avocat se serra mais son visage n'en laissa rien paraître.

Matt se leva et prit congé de son interlocuteur avant de regagner son propre bureau. Il n'y avait pas de temps à perdre et de longues heures de travail l’attendaient. Un meurtrier courait peut-être dans les rues de Charlestown.

OOoOo

C'est avec soulagement que Matt vit arriver la fin de l'entretien avec les Duncan. Il présenta une nouvelle fois ses plus sincères condoléances aux parents de Michelle, leur assura que le bureau du procureur et la police feraient le maximum pour découvrir ce qui était arrivé à leur fille et prit congé.

Nelson Duncan, la démarche raide et les yeux rougis, les raccompagna jusqu'à l'entrée. La dernière image qu'eut Matt de la petite maison fut celle de Mme Duncan, recroquevillée sur le canapé, ses cheveux blonds pendouillant tristement devant elle, un portrait de sa fille serrée contre sa poitrine. La scène s'imprima sur sa rétine, jusqu'à ce que sa vision devienne floue.

- Eprouvant, hein ? lui demanda l'inspecteur principal Becker alors qu'ils descendaient les marches du perron.

Matt hocha la tête, sans mot dire. Il était encore bouleversé. Deliah Duncan n'avait cessé de répéter que tout était de sa faute, que si elle avait appelé sa fille plutôt que d'aller se coucher ce soir-là, celle-ci serait encore en vie. Ni les protestations de son mari, ni Matt qui lui assurait que Michelle était sans doute déjà morte à ce moment-là n’étaient parvenus à la consoler.

- Pas très utile surtout, finit-il par dire. On n'a pas appris grand-chose. Les Duncan ne voient pas qui aurait pu s'en prendre à leur fille. D'après eux, elle était très appréciée.

Ronnie Becker haussa les épaules, les mains dans les poches.

- Si elle avait eu des problèmes, ses parents seraient probablement les derniers au courant, fit-il remarquer. Ses amis nous en apprendront sans doute plus.

Matt l'espérait sincèrement. Dans le cas contraire, il serait dans l'obligation de mettre fin à leurs investigations. Il ne voulait pas décevoir le docteur Lang ni laisser un possible meurtrier en liberté. Cette ville avait déjà suffisamment de problèmes.

Les Duncan habitaient une petite maison, juste à l'entrée de la cité. Matt leva les yeux : il était cerné de hauts immeubles, tous identiques, de chaque côté.

Un jeune homme, pas beaucoup plus âgé que Michelle Duncan, les regarda d'un air mauvais mais ne les arrêta pas. Sans se concerter, les deux hommes accélèrent sensiblement le pas. Vu la bosse de sa veste, Matt était certain que ce type était armé.

Mary Abbott était chez elle quand ils arrivèrent. Elle entrouvrit la porte de l'appartement, sans ôter la chaîne. Ses grands yeux noirs les considéraient avec méfiance.

- Je suis le substitut du procureur Matt Howard et voici l'inspecteur Becker. Pouvons-nous entrer ?
- C'est pour Michelle ?
- Oui. On a quelques questions à vous poser. Ça ne prendra pas longtemps, ajouta-t-il, voyant qu'elle hésitait.

Il savait de source sûre (sa femme avait grandi dans ce quartier) qu'ici, on se méfiait de la police comme de la peste. Non sans raison d’ailleurs, toujours d'après Terry.

Elle enleva la chaîne et la porte s'ouvrit. Matt entra à la suite de l'inspecteur de police. Deux jeunes garçons jouaient dans le salon, allongés de tout leur long au pied du canapé. La télévision passait un dessin animé.

- Markus, Connor, allez jouer dans votre chambre ! ordonna-t-elle.
- Vos parents ne sont pas là ? lui demanda Becker en la regardant débarrasser le canapé et le fauteuil.

Elle posa les jouets et les bandes dessinés sur la table et leur indiqua le canapé. Ils s'installèrent.

- Non. Ma mère est sortie faire les courses et mon père est à l'église. Il prépare l'office de demain.

Ils allaient sans doute longuement évoquer Michelle Duncan. Matt se demanda si c'était pour cette raison que Mary n'avait pas accompagné son père.

- Bon, fit-il. Vous êtes mineure, je suppose, donc vous avez le droit de refuser de répondre à nos questions tant que l'un de vos parents n'est pas là.

Elle secoua la tête, les bras croisés sur le haut de son pyjama.

- Pourquoi je ferais ça ?

La jeune fille semblait sincèrement déconcertée.
Matt hocha la tête tandis que Becker sortait un petit calepin et un stylo noir.

- Parfait. Voyons, vous avez déclaré à la police que le soir de sa mort, Michelle était arrivée chez vous peu après vingt heures et qu'elle était repartie environ trois heures plus tard.

- Oui.
- Michelle n’habite pas très loin d'ici, n'est-ce pas ? Pourquoi est-ce qu'elle se trouvait sur le pont ?
- Je … je sais pas.
- Ce n'est pas sur son chemin pourtant, insista Becker en la fixant de son regard sombre et intense. C'est même assez loin.
- Je sais mais elle est probablement allée faire un tour.
- Toute seule, à la nuit tombée ? C'était un peu dangereux non ? Et puis, elle savait que sa mère l'attendait pour vingt-trois heures trente au plus tard.

Mary garda le silence mais Matt trouva qu'elle avait l'air mal à l'aise.

- Et donc, vous étiez censée réviser ce soir-là ?

L'air soulagée qu'il change de sujet, elle acquiesça rapidement.

- Oui, pour le test SAT. Michelle était très stressée alors on s'entraidait. C'est aujourd'hui en fait.
- Et vous, vous ne les passez pas ? s'enquit Becker.
- Non, là, je ne m’en sens pas capable.
- C'est compréhensible.

Il laissa passer quelques secondes de silence, uniquement entrecoupé par les cris des garçons dans la chambre et le son de la télévision, avant de revenir à la charge.

- Vous n'avez pas tant révisé que ça, n'est-ce pas ?
- Pourquoi est-ce que vous dites ça ?
- Eh bien, on pense que Michelle est tombée parce qu'elle avait un peu trop bu. Je suppose qu'elle a bu ici, en votre compagnie ?
- Euh … Pas vraiment non. Mary semblait perdue. Je veux dire, elle n'était pas ivre, non ? demanda-t-elle, les sourcils froncés.
- Mary, il faisait très sombre sur le pont, intervint Matt qui scrutait son visage. En plus, il n'y a pas de lumière là-bas donc quand il n'y a aucun véhicule, pas d'éclairage pour se diriger. Il n'y a pas besoin d'être complètement bourrée pour tomber. Il suffit d'un pas de travers …
- Mais, vous êtes la mieux placée pour savoir si elle était ivre ou non quand elle est partie de chez vous, dit Becker. Vous êtes la dernière à l'avoir vue vivante après tout.

Elle hocha rapidement la tête. Elle paraissait un peu plus pâle, malgré sa peau aussi foncée que celle de Matt.

- Mary ? l'appela-t-il d'une voix basse et douce.

Elle ne répondit pas et éteignit la télévision. Elle évitait leur regard scrutateur, comme si elle voulait gagner du temps.

- J'ai menti, finit-elle par murmurer.
- À quel propos ?
- Michelle … Elle n'était pas avec moi le soir de sa mort. En fait, je ne l'ai même pas vue. Elle m'a demandé de la couvrir pour la soirée.
- Vous l'aviez déjà fait ? devina Matt.
- Oui, confirma-t-elle. Elle sort avec un type de notre quartier, Johnny Wright. Il est très gentil (enfin, quand il veut) et elle l'aime beaucoup mais il fait partie d'un gang. Ça ne plaît pas du tout à ses parents, surtout sa mère. Ils lui ont interdit de le voir mais ….
- Elle sort avec lui dans leur dos.

Elle hocha la tête et il jeta un coup d’oeil au policier. Il griffonnait quelque chose sur son calepin. Ce Johnny était le prochain sur leur liste de témoins à interroger.

- Donc, ce soir-là, elle a menti à sa mère pour pouvoir passer du temps avec son copain ?

Nouvel hochement de tête.

- Pourtant, dit Becker sans lever la tête de ses notes, elle n'était pas plus avec ce Johnny qu’elle n’était avec vous ce soir-là. Elle était sur le pont. Et même en admettant qu'elle soit tombée en rentrant chez elle, ce n'était toujours pas sur son chemin. Alors qu'est-ce qu'elle faisait là-bas ?

Les yeux de Mary s'emplirent de larmes.

- Il faut que vous nous disiez la vérité maintenant. Toute la vérité, insista Matt.
- Très bien, renifla-t-elle. Le jour de … sa mort, elle m'a appelée. Elle m'a dit qu'il fallait qu'on fasse croire qu'elle passait la soirée entière chez moi. Ça m'a surprise parce que d'habitude, elle ne passait que quelques heures avec Johnny, pas toute une soirée.
- Qu'est-ce qui était différent cette fois ? Est-ce qu'elle voulait juste passer davantage de temps avec lui ou y avait-il autre chose ?
- Elle a fini par m'avouer qu'elle n'allait pas passer tout ce temps-là avec Johnny. En fait, elle n'avait l'intention de rester chez lui qu'une heure ou deux.
- Je suppose qu'elle vous a dit ce qu'elle comptait faire ensuite ?
- Elle … elle allait voir son tuteur. Il l'aidait à préparer ses examens et ses dossiers d'inscription pour la fac.
- Résumons, proposa-t-il. Le samedi de sa mort, Michelle vous appelle. Elle veut que vous la couvriez pour la soirée afin qu'elle puisse tranquillement voir son copain. Vous êtes d'accord mais également surprise parce que d'ordinaire, elle ne passe pas toute la soirée avec lui, seulement quelques heures.

Mary, les yeux fermés comme si elle priait, hocha la tête.

- Elle finit par avouer qu'une fois qu'elle en aura fini avec son petit ami, elle compte aller voir son tuteur. C'est bien cela ?
- Oui.
- Mais les parents de Michelle me semblent assez protecteurs donc ça ne m'étonnerait pas qu'ils aient essayé d'appeler chez vous. Pour lui parler, vérifier que tout allait bien, des choses comme ça ...
- Michelle y avait pensé, répondit la jeune fille. Si sa mère appelait, je devais dire qu'elle était partie à la bibliothèque pour vérifier une information. Ça lui aurait fait plaisir. Mais de toute façon, elle ne m'a pas appelée.

Ce que Deliah Duncan se reprochait avec tant de force depuis que les policiers étaient venus lui annoncer la mort de sa fille, une semaine plus tôt, un samedi matin semblable à celui-ci.

- Ce que je ne comprends pas, déclara l'inspecteur Becker, c'est pourquoi Michelle tenait tellement à se cacher de ses parents. Elle aurait pu tout simplement leur dire qu'elle passait la soirée à réviser avec son tuteur. Je ne pense pas qu'ils le lui auraient interdit, surtout à une semaine de son examen.

À nouveau, Mary Abbott sembla gênée.

- En fait, je pense qu'elle voulait surtout se cacher de Johnny.
- Il était jaloux ? voulut savoir le policier qui recommença à écrire.
- Oui.
- Et est-ce qu’il avait des raisons de l'être ?

La jeune lycéenne se mordit la lèvre.

- Je ne sais pas trop. Michelle m'a avoué qu'elle avait une sorte de béguin pour son tuteur mais ce n'était pas sérieux. Il est plus âgé, intelligent et très gentil avec elle. Mais je suis certaine qu'elle n'aurait pas trompé Johnny, assura-t-elle d'une voix forte, pleine de conviction. Jamais. Elle l'aimait vraiment. D'ailleurs, elle n'arrêtait pas de dire à ses parents que c'était quelqu'un de bien et qu'il fallait lui laisser une chance. Elle était douée pour juger les gens et voir au-delà des apparences.

Elle s'essuya les yeux et pendant quelques instants, aucun d'eux ne parla. Ils entendaient les garçons se disputer dans leur chambre, à propos de jeux vidéo.

- Comment s'appelle son tuteur ? finit par demander Matt.
- David Fitzgerald.

Le stylo de l'inspecteur principal Becker s'immobilisa un bref moment avant qu'il ne finisse d'écrire le nom. Matt savait pourquoi. La richesse et la respectabilité des Fitzgerald n'avaient d'égal que leur influence dans la région. Celle-ci s'étendait bien au-delà de la ville de Charlestown. Plus problématique encore, tout le monde savait que le patriarche de la famille était l'un des plus actifs soutiens du procureur Martin Clemmons dans sa course à la mairie.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.