Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Nom de l'épreuve : Scènes préhistoriques.

Résumé de l'épreuve : Vous allez devoir écrire une scène de pièce de théâtre qui impliquera un personnage historique la veille d'un des grands événements de sa vie. Par exemple, Napoléon la veille de Waterloo, Henry V avant Azincourt, Marie-Antoinette avant la Guillotine, Louis XIV avant son mariage, etc. Votre personnage devra dialoguer avec quelqu'un d'autre, réel ou non (vous pouvez inventer l'autre personnage). Cela peut même être avec un arbre, un lapin, du moment que l'arbre (ou le lapin) répond.

Contraintes : Le dialogue est obligatoire. Comme dans toute pièce de théâtre, pensez aux didascalies. Présentez la scène, l'état des personnages, etc. Minimum 500 mots.

Délai de réponse : Vous avez jusqu’au 6 mai 23h59 pour poster votre texte.
---

Nous sommes donc à la veille de l'assassinat du roi Henri IV par François Ravaillac.
Vengeance de favorite

ACTEURS

FRANÇOIS Ravaillac
Catherine HENRIETTE de Balzac d’Entragues, marquise de Verneuil

La scène a lieu chez le duc d’Épernon, absent. Nous sommes le 13 mai 1610.


ACTE UNIQUE, SCENE UNIQUE


FRANÇOIS, HENRIETTE.


Elle entre.


HENRIETTE, pressée - Le duc n’est point là ?

FRANÇOIS, sur le ton de l’évidence - Il est au couronnement.

HENRIETTE, furieuse - Le couronnement, évidemment.

FRANÇOIS - Vous n’aimez vraiment pas la reine, n’est-ce pas, Madame ?

HENRIETTE - Si je l’aime ? Je la hais du plus profond de mon être, cette Florentine ! Marie de Médicis, voilà un bien joli nom pour une pareille voleuse !

FRANÇOIS - Mais que vous a-t-elle volé ?

HENRIETTE - Rien de moins que notre bon roi Henri IV, Monsieur Ravaillac. Le roi qui m’avait promis deux fois de m’épouser, et qui a finalement préféré la grosse banquière.

FRANÇOIS, surpris - Vous épouser ?

HENRIETTE - Mais oui ! Il y a déjà onze ans de cela ! Son premier mariage n’avait même pas encore été annulé ! Mais non, il a choisi la royauté, et l’argent surtout. Il n’a eu que faire de sa favorite qui venait de perdre leur enfant… Peste soit de l’argent, des banquiers et de la reine couronnée !

FRANÇOIS, incertain - Mais si vous êtes sa favorite, pourquoi vouloir le tuer ?

HENRIETTE, jetant des regards de tous côtés - Chut ! Ne dites pas cela !

FRANÇOIS - Dites-moi pourquoi ou je ne le fais pas.

HENRIETTE, impérieuse - Vous le ferez ou c’est vous que je fais assassiner.

FRANÇOIS, inflexible - Dites-moi pourquoi.

HENRIETTE - Elle m’a tout pris. Mon mariage, mon mari, ma couronne, mes héritiers au trône. Même les faveurs du roi ! Oui, je ne suis même plus la favorite du roi. Depuis quelques mois, il y a cette Charlotte et si je suis acceptée à la Cour, je sais bien que ce n’est que parce que j’ai porté deux enfants légitimés du roi.

FRANÇOIS - Ainsi vous voulez lui prendre le roi en retour.

HENRIETTE - C’est cela même. Elle est couronnée aujourd’hui, demain elle sera veuve. Faussement triste, Pauvre petite Henriette qui ne se souviendra pas de son papa… Furieuse, Et ils ont osé lui donner mon prénom !

FRANÇOIS - Comment devrai-je procéder ?

HENRIETTE - Demain, le roi va se rendre à l’Arsenal, pour rendre visite à Sully. Elle sort un feuillet de son corsage. Voilà son itinéraire. Elle indique un point du parcours. Ici, il y a une auberge, « Au coeur couronné transpercé d’une flèche ». Vous vous tiendrez à proximité, avec le couteau. Le duc sera avec lui dans le carrosse, il l’aura incité à lever les rideaux auparavant. Vous n’aurez qu’à atteindre la voiture et à frapper.

FRANÇOIS - Il n’y aura pas de gardes ? De valets ?

HENRIETTE - Moins qu’à Pâques où vous n’avez pu l’approcher. L’Arsenal est tout proche, le roi ne se fera pas escorter par la Garde. Quelques officiers comme le duc, et quelques fantassins tout au plus.

FRANÇOIS - Comment être certain que le convoi ralentira à cet endroit ?

HENRIETTE - C’est tout arrangé. Il y a un peu plus loin sur le trajet une autre auberge, dont le tenancier a accepté contre quelque ristourne de faire livrer vin et foin à la même heure, vers seize heures. Malheureusement, l’arrière-cour ne peut recevoir deux voitures en même temps, l’une d’elles devra stationner dans la rue en attendant que la première soit déchargée. Mais la rue est étroite à cet endroit. Cela nous assurera un ralentissement pour plusieurs dizaines de minutes.

FRANÇOIS - Et après ? Comment vais-je m’en sortir ?

HENRIETTE - Le duc sera là. Il fera le nécessaire pour que vous ne soyez pas lynché sur place. Ensuite…

FRANÇOIS, pressant - Ensuite ?

HENRIETTE, faussement assurée - Ensuite, il vous fera disparaître avant votre emprisonnement et vous n’aurez plus qu’à rentrer à Angoulême.

FRANÇOIS, rassuré - C’est tout ? C’est simple de tuer un roi.

HENRIETTE - Je compte sur vous pour ne pas rater votre coup, vous n’aurez pas de seconde chance.

FRANÇOIS - Et pour vous ?

HENRIETTE - Comment, pour moi ?

FRANÇOIS - Et bien… Qu’allez-vous faire après ?

HENRIETTE - Mon fils et ma fille, les enfants du roi, sont encore petits. Je rentrerai à Verneuil pour les élever loin de la Cour. Ils n’ont pas besoin de fréquenter ceux qui leur ont volé leur père.

FRANÇOIS - Personne ne s’en étonnera ?

HENRIETTE - Je n’ai aucune raison de rester. Même si j’étais encore la favorite du roi, lui mort, la grosse banquière reine régente, je ne serai plus la bienvenue à la Cour. Mes enfants, peut-être, mais ils ne les sépareront pas de moi.

FRANÇOIS - Bien. Ma récompense ?

HENRIETTE - Cinq mille écus, comme convenu. Vous les trouverez sur la route d’Angoulême, à Chastres. Demandez le tavernier à la première auberge sur la grand-route. Vous vous présenterez sous le nom de l’abbé Roissac, de la part du consul de Basse Saintonge. Il saura ce qu’il a à faire. Retenez bien. L’abbé Roissac, de la part du consul de Basse Saintonge.

FRANÇOIS - Parfait. Tout est dit, alors ?

HENRIETTE - Tout est dit. Adieu, Monsieur Ravaillac.

Il sort.


HENRIETTE, restée seule - Quel benêt. Croire qu’il pourra commettre un régicide et s’en sortir aussi aisément. Il faudra que je rappelle au duc l’importance de sa condamnation, que ses dires ne puissent jamais inquiéter nos réputations.
Note de fin de chapitre:
Et voilà, c'était donc le dernier défi de PeF !

Comme vous le savez, ou pas si vous êtes quiche en histoire comme moi, François Ravaillac a été condamné à mort pour avoir tué Henri IV et exécuté le 27 mai 1610, 13 jours après le meurtre. Son acte a été jugé l'oeuvre d'un fou isolé, cette histoire de complot est donc fausse (même si il y a effectivement eu des soupçons sur Henriette et le duc d'Épernon).
Par contre, tout le reste est vrai, l'historique entre Henriette et le roi, les infos sur Marie de Médicis, le contexte de l'assassinat, ... Le lieu du meurtre est réel également, c'était effectivement devant une auberge nommée « Au coeur couronné transpercé d’une flèche ».

J'espère que ça vous a plu, moi je me suis bien amusée à inventer un complot derrière cet événement historique, j'ai presque envie de détourner d'autres événements de l'Histoire de France après ça :)

A bientôt !
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.