Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Il y a toujours un brin d'inquiétude quand la neige arrive... Mais, si on prend le temps de réfléchir, souvent, il y a aussi un peu de nostaglie
Elle l’attend. Comme on attend sa déclaration d’impôts : sans impatience mais avec résignation puisque de toute façon, elle finira bien par arriver un jour où l’autre.

Là, assise dans son fauteuil près de la fenêtre, elle guette.

Jean-Pierre Pernaut en a parlé, au journal de 13 heures, tout le monde en parle depuis des jours.

Et Odette s’inquiète, un peu.

Oh, bien sûr, pas pour les légumes du jardin - protégés depuis longtemps - ni pour les poules qui ont de quoi se mettre à l’abri.
Si Odette s’inquiète en regardant par sa fenêtre, c’est surtout pour ses enfants et ses petits enfants qui sont au travail, parfois loin de chez eux, et qui vont devoir prendre la route.

De son regard de grand-mère, Mamie Odette espère que même si l’hiver est déjà là, la neige attendra un peu, pour qu’ils aient tous le temps de rentrer chez eux.

Et puis à force d’observer le ciel gris et lourd au dehors, Odette s’assoupit un instant dans son fauteuil, sans même remarquer les premiers flocons qui font leur arrivée.

Depuis ses songes, elle se revoit enfants sur les mêmes chemins enneigés que ceux qui bordent sa maison. Elle a toujours vécu ici.

Elle se rappelle ses galoches dans la neige, son nez froid et son gros manteau de laine alourdi par l’humidité. Elle se remémore les longues marches pour aller à la messe au village ou en veillée au coin du feu chez les voisins.

Les longues soirées d’hiver
La vie à la campagne.
Sa campagne.

Une autre époque, une autre vie, mais tellement de souvenirs.


Lorsqu’elle rouvre les yeux, une heure s’est écoulée et dehors, une fine pellicule blanche recouvre le sol de la ferme.

Odette s’inquiète un peu plus, espère que tous ses proches ont pris leurs précautions. Elle sait qu’avec l’alerte orange et le climat local, tous seront certainement incapables de prendre leur voiture demain, et alors elle se sent soulagée, un peu.

Et puis d’un coup, un fin sourire étire ses lèvres alors qu’elle regarde le coteau au fond de la propriété. Si ses petits-enfants, bloqués par cette arrivée de neige, sont incapables d’aller travailler demain, ses arrières petits-enfants vont très certainement accourir avec leurs luges et passer une bonne partie de la journée à glisser dans la neige et à faire des bonhommes et autres batailles hivernales.

Finalement, cette arrivée a du bon, pense-t-elle.
Dès demain, elle pourra observer sur le coteau toute sa descendance s’amuser… Olivia et Romain, Charlotte et Arthur, Florian et Alan... Le clan des cousins-cousines… Six de ses douze arrière-petits-enfants. Lenny est encore trop petit et les autres, trop loin… Mais Adam sera à coup sûr de la partie. Avec sa démarche incertaine du haut de ses dix-huit mois, il sera accompagné de sa maman, aussi excitée par la neige que tous les petits…

Mamie Odette sourit.
Elle a hâte d’être à demain et de les voir arriver.
Note de fin de chapitre:
Le personnage de ce texte existe vraiment et c'est sans aucun doute la meilleure des grands-mères.
Un gros bisous à ma mamie Odette, la seule et l'unique
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.