Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Parfois les surprises de Noël sont un peu différentes...
Tu déballeras tes cadeaux avec un air malin.
Enjôleur, rêveur, tu seras le plus heureux des bambins.
Tu déchiquetteras l’emballage de tes petits doigts experts, sous nos yeux, tes parents on ne peut plus fiers.
Tu auras deux ans, peut-être trois, qui sait,
Tu ne comprendras pas tout, du gros bonhomme en rouge et de ses paquets.

J’aimerai ton rire quand tu déballeras cette grosse boite en carton. Tu seras malicieux, déchirera le papier et t’exclameras à grands cris :


- WHOUAAAAA ! UNE VOITU’ !


Je te regarderai, m’émerveillerai et chuchoterai à ton père en souriant :


- C’est nous qui l’avons fait…


Et j’aimerai le reflet que je lirai dans ses yeux.

L’amour.
La fierté.
Et tout ce qui se comprendra sans un mot.

Cette année, pour la première fois, tu m’auras aidé à faire le sapin.

J’aurai lancé un vieux CD de Noël et Tino Rossi aura entonné en boucle mon morceau préféré.

Tu auras poussé la chansonnette, toi aussi, déformant les couplets avec tes mots d’enfants. Je fondrais certainement, encore, comme régulièrement depuis ta naissance.

Tu m’auras tendu les guirlandes et montré l’emplacement de chaque boule avec ton petit doigt potelé. On aura mis la crèche en place et tu auras voulu jouer avec chaque santon, avant de les déposer « dans leur maison ».


J’idéalise peut-être, je sais.

Tout se passera peut-être différemment.

Mais je suis impatiente, si tu savais.


J’emballe délicatement le petit paquet et me dirige vers le sapin. Je le pose au pied, en profite pour replacer deux trois décorations que le chat a fait tomber puis je fais un pas en arrière.

Splendide. Tout est parfait.

Je suis aux anges. Je ne pense déjà qu’à toi. Il me semble que c’est ton rire que j’entends, au fond de mon être. Ton rire et tes mimiques que j’imagine déjà.

Je m’assoie sur le canapé, impatiente.

Je regarde l’heure. Guette le moindre bruit et enfin il arrive.

Il s’approche de moi, m’embrasse délicatement. Je lui montre le cadeau que je viens de poser. Il a l’air surpris, s’avance, un peu méfiant et déballe le paquet.

Il met un instant avant de comprendre.
Sourit.
Pleure.
Fait les deux à la fois.

Je crois qu’il ne sait plus trop où il en est.
Il s’approche.
Me prend dans ses bras.

Et puis sa main frôle mon ventre, juste là, près de toi.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.