Faeria : les sept pièces d'or by magno
Summary:

Dina, une jeune sorcière, se retrouva propulsée dans un autre monde, appelé Faeria. Là-bas, elle fera la connaissance de quatre jeunes gens qui, comme elle, ont été amenés par le peuple des Fées afin de leur confier une mission de la plus haute importance.
Pourquoi eux ? Qu'ont-ils de si spécial ? C'est ce qu'ils ne tarderont pas à découvrir.


Categories: Aventure, Fantasy, High Fantasy Characters: Aucun
Avertissement: Violence physique
Langue: Français
Genre Narratif: Aucun
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 26 Completed: Oui Word count: 81667 Read: 112066 Published: 15/04/2010 Updated: 01/10/2010
Story Notes:

Voici mon tout premier roman. J'espère que l'histoire vous plaira.

1. Chapitre 1 : Une visite inattendue by magno

2. Chapitre 2 : Bienvenue à Avalon by magno

3. Chapitre 3 : Tests d'aptitudes by magno

4. Chapitre 4 : L'île des Amazones. by magno

5. Chapitre 5 : Le port de la Wicca by magno

6. Chapitre 6 : L’entrée de la cité des Sorciers. by magno

7. Chapitre 7 : La ville souterraine by magno

8. Chapitre 8 : La grotte et l'autel. by magno

9. Chapitre 9 : La forêt noire by magno

10. Chapitre 10 : Dévoreuses de cœurs by magno

11. Chapitre 11 : La maison hantée by magno

12. Chapitre 12 : La rivière by magno

13. Chapitre 13 : Les Montagnes du Nord by magno

14. Chapitre 14 : Gladsheim by magno

15. Chapitre 15 : Le désert by magno

16. Chapitre 16 : Le Champ des Elfes. by magno

17. Chapitre 17 : L'épreuve by magno

18. Chapitre 18 : L'arbre de Féerie City by magno

19. Chapitre 19 : Forestia by magno

20. Chapitre 20 : Rencontre avec des Magiciens. by magno

21. Chapitre 21 : La Cité cachée dans les nuages by magno

22. Chapitre 22 : Rencontre espérée. by magno

23. Chapitre 23 : En Pays Celte by magno

24. Chapitre 24 : Le peuple Ondin by magno

25. Chapitre 25 : Les sept armes by magno

26. Chapitre 26 : Far' Hor by magno

Chapitre 1 : Une visite inattendue by magno
Author's Notes:
Voilà le premier chapitre. Bonne lecture !
Chapitre 1 : Une visite inattendue




C’était vraiment une chaude journée, mais rien d’inhabituel pour une fin de mois de juillet en Espagne. Dina était dans sa voiture, elle se rendait à Séville pour passer le week-end chez ses parents, mais elle voulait aussi récupérer quelques cartons qu’elle n’avait pas encore prit lors de son emménagement à Madrid. Elle allait rentrer à l’université à la rentrée, et avait enfin quitté le nid familial.

Elle pensait à sa famille, à sa mère surtout. Elle avait tellement vieilli ces derniers mois !
Elle avait l’air si préoccupé la dernière fois que Dina l’avait vu. Elle adorait sa mère, même si elle ne ressemblait en rien aux mères classiques. Il est vrai qu’avoir pour mère une Sorcière n’a rien de banal.


Dina se souvenait de son enfance, quand Magda, sa mère, recevait des gens à la maison. Ils venaient lui demander des conseils, en tout cas c’est ce qu'elle lui racontait à ce moment-là. Déjà petite, Dina était très curieuse, et elle était très intriguée par les activités de sa mère. Elle ne comprenait pas pourquoi les habitants regardaient sa mère si étrangement, avec un respect mêlé de crainte.

Alors qu’elle avait huit ans, une nuit, elle s’éveilla brusquement. Elle avait une étrange sensation, elle sentait une présence dans la maison. Elle se glissa lentement hors de son lit, regarda dans le lit d’à côté pour vérifier si son frère aîné Marco dormait toujours. Voyant que c’était bien le cas, elle s’avança doucement jusqu’à la porte. Elle l’ouvrit sans faire de bruit, et
entendit la voix de sa mère qui provenait d’en bas. Il y avait une autre voix, celle d’un homme qu’elle ne connaissait pas. Elle traversa silencieusement le couloir jusqu’à l’escalier. Elle descendit les marches une à une, avec appréhension, mais aussi avec une curiosité grandissante. Elle arriva enfin à la dernière marche et s’y assit. Elle voyait sa mère avec deux
autres dames qu’elle connaissait bien, car elles étaient des amies de sa mère. Elles se trouvaient dans la cuisine. Soudain, Dina se figea, ce qu’elle voyait était incroyable. La table de la cuisine flottait dans les airs ! Elle était à au moins dix centimètres du sol. Dina fut tellement surprise qu’elle laissa échapper une exclamation. La table retomba lourdement sur le sol. Sa mère tourna la tête dans la direction de sa fille, l’air un peu ennuyée. Dina courut dans l’escalier, se rua dans sa chambre, et s’enfouit sous les couvertures en sanglotant de terreur.

Au bout d’un court laps de temps, elle entendit la porte de la chambre s’ouvrir.

– Heureusement que ton frère n’a pas le sommeil léger, dit sa mère. Dina ma chérie réponds-moi, tu n’as pas à être effrayée.

Dina sanglotait toujours sous sa couverture.

– Ma chérie n’aie pas peur, c’est fini. Viens avec moi dans la cuisine, j’ai à te parler. Il n’y a plus personne, tu ne crains rien.
– Tu promets ? fit Dina d’une petite voix.
– Oui, je te le promets, dit calmement sa mère.

La petite Dina enleva ses couvertures, prit la main de sa mère et se laissa guider jusqu’à la cuisine. Elle s’assit sur une chaise en jetant un regard apeuré à la table. Elle savait qu’elle allait enfin avoir les réponses qu’elle attendait sur ses activités pour le moins étranges. Sa mère lui servit une tasse de chocolat, prit place en face d'elle et dit :

– Je pense que tu es suffisamment grande pour connaître la vérité. Comme tu dois certainement t’en douter, je suis une sorcière, et toi aussi.

Cette affirmation curieuse laissa Dina sans voix.
– Nous avons reçu des dons particuliers à la naissance, continua sa mère. Je rends certains services aux gens. Je peux me débarrasser de mauvais esprits qui hantent une maison, je peux communiquer avec eux. C’est ce que je faisais ce soir. Mais j’ai d’autres pouvoirs,
je te les montrerai en temps voulu, et je t’apprendrai à te servir des tiens. Tu as même probablement des pouvoirs que je n’ai pas. Mais je te rassure, nous sommes de bonnes
Sorcières. Nous sommes ainsi pour aider les gens.

– Papa sait que tu es une Sorcière ?
– Oui et Marco aussi. Mais pas tes sœurs, elles sont trop jeunes, et auront du mal à comprendre.
– Pourquoi ? Moi je te crois, et je comprends.
– Oui, mais toi tu n’es pas étonnée de ce que je viens de te dire, tu es comme moi, nous sommes pareilles. Pas ton frère et tes sœurs.
– Pourquoi ?
– Il n’y a qu’une Sorcière ou qu’un sorcier par génération, c’est comme ça.
– Comment tu sais que c’est moi qui ai des pouvoirs ?
– Je l’ai su à ta naissance, je l’ai senti. Nous sentons certaines choses que d’autres ne ressentent pas. C’est pour ça que tu t’es réveillée tout à l’heure, tu as senti la présence de l’esprit avec lequel je communiquais, n’est-ce-pas ? Si tu l’as senti c’est que tu es prête pour ton apprentissage.
– Il me tarde de commencer, fit-elle, pas le moins du monde étonnée par les déclarations de sa mère.

Sa mère sourit pour la première fois depuis le début de son récit.

– Il est temps que tu retournes te coucher. Je vais attendre le retour de ton père. Je sens qu’il a eu des difficultés avec un de ses patients. Bonne nuit ma chérie, à demain.
– À demain maman.


Dina repensait à cette nuit-là, elle revoyait le visage de sa mère, si calme, si grave, gardant toujours son sang froid même dans des situations dangereuses, comme elle a pu s’en apercevoir en grandissant. À présent, elle avait terminé son apprentissage. Elle était soulagée d’être partie de la maison, elle ne supportait plus l’ambiance qui y régnait depuis que Marco était parti. Il était devenu vendeur de voitures à Madrid, et d’après son patron, il était plutôt doué. Sa sœur Louisa qui avait deux ans de moins qu’elle, était terriblement jalouse de Dina.

Louisa pensait que sa sœur était la préférée de leur mère, parce que c’était elle, la Sorcière. La plus jeune des sœurs de Dina était Alicia. Alicia était très proche de leur père, elle rêvait de devenir médecin comme lui. Elle essayait néanmoins d’être le moins possible à la maison.


Dina arriva bientôt chez ses parents, elle était impatiente d’y être. Elle ne voulait pas arriver trop tard, car elle voulait parler seule à seule avec sa mère. À cette heure-ci, son père devait encore être à son cabinet, et son frère ne viendrait pas ce week-end. Louisa passait une semaine à la mer avec une amie à elle et ses parents, quant à Alicia elle était en ville cet après-midi avec ses amies.

Dina se gara devant la maison familiale. C’était un petit pavillon, avec un jardinet à l’avant et un plus grand jardin à l’arrière. La maison était d'un blanc cassé, et possédait un garage suffisamment grand pour deux voitures.

Dina franchit le portillon, s’avança dans l’allée et s’apprêta à sonner quand la porte s’ouvrit. Une femme d’une quarantaine d’années, mais en paraissant dix de plus, se trouvait dans l’encadrement de la porte. On voyait sur son visage, qu’elle avait vu beaucoup de choses
dans sa vie, des choses terribles. Elle avait de longs cheveux prématurément gris, portait une chemise bordeaux et une jupe noire en lin.

- Bonjour ma chérie, je t’attendais. Tu as l’air fatigué. Aurais-tu passé une mauvaise nuit ?
- Tu as deviné juste maman, comme toujours.
- Entre, je t’en prie.

Sa mère s’effaça pour la laisser entrer. Elles s’assirent dans le salon.

- Si tu viens si tôt, c’est que tu voulais me parler. Est-ce que ça a un rapport avec tes magnifiques cernes ? fit sa mère perspicace.
- Exact. Je voulais parler avec toi d’un rêve étrange que j’ai fait la nuit dernière. J’étais
en train de faire un rêve tout ce qu’il y a de banal, lorsqu’une Fée m’est apparue en plein milieu.
- Comment sais-tu que c’était une Fée ? demanda sa mère le regard pétillant.
- Parce qu’elle me l’a dit. Elle a dit qu’elle était la Fée Présine. Moi qui ai toujours imaginé que les Fées étaient petites, comme la Fée Clochette dans Peter Pan. Ce n’était pas son cas, elle avait une taille normale, comme les humains. Elle était brune, sa robe était bleue, et sa peau et ses vêtements scintillaient. Elle était très belle.
- Elle était jeune ou âgée ?
- En apparence elle était jeune, mais en regardant ses yeux on s’apercevait qu’elle était
âgée. Elle m’a parlé, continua-t-elle après un moment de silence. Elle m’a parlé d’un autre monde qui vivrait en harmonie avec le nôtre. Elle m’a appelé « la descendante
de la grande Gwenola », elle m’a dit que l’heure était venue, que je devais aller à elle, que je devais accomplir ma mission. Elle m’a demandé de ne pas oublier la pièce. Et c’est là que je me suis réveillée. Qu’est-ce que tu en penses ?
- Viens avec moi s’il te plaît, lui demanda sa mère, l’air plus grave que d’habitude.

Dina la suivit jusque dans la chambre de ses parents.

- Ferme la porte et assieds-toi sur le lit ! lui enjoignit sa mère en ouvrant la grande malle qui se trouvait au pied du lit.

Sa mère fouilla dans la malle quelques secondes puis la referma. Elle tenait dans ses mains un petit livre relié de cuir. Magda s’assit à côté de sa fille, et ouvrit le livre. Elle lui montra le dessin d’une femme. En regardant attentivement, Dina s’aperçut qu’il s’agissait de la Fée qui lui était apparu en songe.

- Mais c’est la Fée que j'ai vue en rêve ! s’exclama Dina.
- Oui, c’est la reine des Fées, tu sais.
- Elle existe vraiment ? fit-elle sceptique.
- Bien sûr, elles vivent dans un autre monde, un monde qui se nomme Faeria. C’est un monde où règne la magie, et toutes sortes de créatures magiques.
- Je ne savais pas que cela existait ! Je croyais qu’on ne voyait ce genre de monde que dans les livres.
- Et bien, vois-tu c’est pourtant la vérité. Tu ne t’es jamais demandée d’où te venaient ces pouvoirs ?
- Si, parfois.
- Elle t’a parlé de Gwenola, il s’agit de notre ancêtre. C’était une Sorcière, c’est grâce à elle que nous avons ces dons. Tu vas devoir aller à Faeria pour accomplir ta mission, lui dit-elle après un moment de réflexion.
- Quelle mission ?
- Sauver Faeria des forces du mal. J’aurai aimé que tu sois plus âgée, plus expérimentée. Mais je ne m’inquiète pas trop, tu es forte et plus puissante que moi. Dis-moi as-tu le médaillon que je t’ai offert ?
- Bien sûr, il est dans mon sac à main. Pourquoi ? Et tu es sûre que c’est à moi qu’on a confié cette mission ? La reine aurait pu se tromper !
- Non ma chérie, certainement pas ! Rappelles toi de toujours garder le médaillon avec toi, tu en auras vraiment besoin.
- Maman, je ne comprends pas bien comment je vais pouvoir sauver un autre monde ? Tu es sûre de ce que tu dis ? Et comment je vais y aller ?
- Ne t’inquiète pas. Tu sauras en temps voulu. Aie confiance.

Elles furent interrompues par la porte d’entrée qui claqua.

- Magda ? C’est moi !
- Oui mon chéri, je viens.

Et elle descendit rejoindre son mari. Dina resta un moment dans la chambre, à réfléchir à tout ce qu’elle venait d’apprendre. Elle avait encore plein de questions à poser à sa mère. Mais elle devrait attendre qu’elles soient de nouveau seules toutes les deux.


Elle se décida au bout d’un moment à descendre embrasser son père. Elle l’écouta raconter sa journée, et parler de ses clients pendant au moins une heure. Ensuite, elle alla aider sa mère à préparer le repas du soir. Elle ne put parler à sa mère, car sa sœur Alicia était rentrée, et se trouvait dans la cuisine. Elle monta se coucher vers 23h30 sans avoir eu l’occasion de lui
parler. Dina n’était pas fatiguée, elle avait le cerveau en ébullition.

Elle se déshabilla, mit un short et un débardeur pour dormir. Elle alla ouvrir la fenêtre et regarda dehors. Il faisait toujours très chaud. C’était la pleine lune. Elle prit son sac à main et en sortit le médaillon. Il faisait environ dix centimètres de diamètre, et était en or. Sur le côté face, on pouvait voir l’entrée d’un tunnel souterrain au milieu d’une plaine. Sur le côté pile on voyait une ville souterraine. Sa mère lui avait raconté qu’il s’agissait d’une cité, où il n’y avait que des Sorcières et des Sorciers. Elle le posa sur sa table de chevet à côté de la fenêtre.

Elle sentit quelque chose qui volait près de son oreille droite, et fit un geste impatient pour la chasser.

- Hé ! Doucement voyons ! En voilà des manières !

Dina se figea.

- Qui est là ? demanda Dina d’une voix incertaine.
- Je m’appelle Mélita. Je suis venue te chercher.
- Où es tu ?
- Derrière toi.

Dina se tourna. Et ce qu’elle aperçut la laissa perplexe. À un mètre d’elle environ, se trouvait une créature à la peau scintillante et qui devait mesurer cinq centimètres.


- Tu es une Fée ?
- Exact ! fit Mélita rayonnante.

Passé le moment de surprise, Dina demanda :

- Je croyais que les Fées avaient la même taille que les humains ?
- Nous pouvons prendre la taille que nous voulons. Enfin, presque. Mais nous sommes obligées d’avoir une petite taille quand nous allons dans le monde des humains. Il faut être discret tu comprends ?

Dina ne comprenait pas trop comment on pouvait être discret quand on scintillait de la sorte. C’était comme si on l’avait saupoudrée de paillettes. Mais elle préféra s’abstenir de tout commentaire, et acquiesça.

- Alors ! Tu es prête ? On peut y aller ? La reine nous attend !
- Pour aller où ?

Dina avait peur de la réponse. Elle commençait à croire qu’elle rêvait.

- À Faeria bien sûr ! fit-elle agacée.
- Comment ?
- Tiens, bois ça. Comme ça tu pourras passer le portail avec moi.

Mélita lui tendit une minuscule bouteille, à moins que se ne fût une fiole, difficile à dire. Dina la prit entre le pouce et l’index. Elle craignait de la briser.

- De quel portail parles-tu ?
- Du portail qui permet de passer de mon monde au tien, et vice versa.

Subitement, la petite Fée se mit à voler en faisant un grand cercle. Elle volait de plus en plus vite, si vite, que Dina ne la distinguait plus. Elle ne voyait qu’un cercle de paillettes. Tout à coup, Mélita s’arrêta, mais le cercle était toujours visible. La fée recula, prit quelque chose dans une petite sacoche qu’elle portait accrochée à sa robe verte. Elle souffla dans sa main, et
une espèce de poudre s’envola vers le cercle. Il y eut une lumière aveuglante. À présent, de l’énergie se dégageait de l’intérieur du cercle.Ce n’était pas lisse, au contraire, il y avait des sortes de vagues violettes. Dina avait mal aux yeux en regardant le cercle.

- Maintenant que je viens d’ouvrir le portail, bois la potion, fit Mélita pressée.
- Je ne peux pas tout laisser tomber comme ça ! Est-ce que je reviendrais au moins ? demanda Dina qui commençait à paniquer.
- Je ne sais pas si tu reviendras. Je l’espère vraiment pour toi. Mais tu dois venir avec moi. Tu as une mission à accomplir, fit Mélita, soudain l’air grave.
- Je ne sais même pas ce que je dois faire !
- Tu le sauras quand on sera de l’autre côté. Hâte-toi, je t’en prie, supplia Mélita.
- Je n’y arriverai pas toute seule ! se lamenta Dina.
- Qui te dit que tu seras seule ! Aller, bois la potion avant que le portail ne se referme. Je n’aurais pas la force de recommencer. Et n’oublie pas la pièce ! Tu l’as avec toi j’espère !
- De quelle pièce tu parles ? Oh ! Le médaillon tu veux dire ! dit-elle en prenant le médaillon posé sur sa table de chevet.
- Tu es prête ?
- Non.
- Tant pis, il faut traverser.


Dina se résigna. Elle savait qu’elle n’avait pas le choix. Elle ouvrit tant bien que mal la fiole contenant la potion, et la but. Elle sentit une chaleur réconfortante s’insinuer en elle. Elle se décida enfin à traverser le portail, une boule au ventre.

Le portail était aussi chaud que la potion. Elle eut soudain l’impression qu’elle avait attendu ce moment toute sa vie, elle sut que tout ce que sa mère lui avait enseigné jusque là, n’avait servi que pour ce moment-là.

Le passage de l’autre côté ne dura que quelques secondes. Lorsqu’elle arriva à Faeria, elle se dit qu’elle n’aurait jamais imaginé voir cela un jour.
End Notes:
N'hésitez pas à me donner votre avis, cela me permettra de progresser.
Le second chapitre est prêt et devrait vite suivre.
Chapitre 2 : Bienvenue à Avalon by magno
Author's Notes:
Voici le second chapitre. Je pense pouvoir poster un chapitre par semaine, ayant presque fini d'écrire l'histoire (en tout cas le premier tome).
J'espère que vous apprécierez. Bonne lecture !
Chapitre 2 Bienvenue à Avalon




Dina se trouvait dans un jardin magnifique. Elle était entourée d’arbres et de fleurs aux couleurs étincelantes. Cela ne ressemblait en rien à ce qu’elle connaissait. Les plantes n’avaient pas les mêmes teintes que dans son monde. Les troncs des arbres étaient dorés ou argentés, les feuilles étaient d’un vert éclatant. Tout semblait irréels, et à la fois plus vivant.

Dina pouvait sentir la vie qui émanait de ce qui l’entourait, elle prit conscience pour la première fois que la nature vivait. Elle l’avait toujours su évidemment, mais elle ne l’avait jamais ressenti.

- C’est beau n’est-ce pas ? dit Mélita.

Dina avait complètement oublié la Fée.

- C’est vrai, c’est magnifique ! Ce n’est pas comme ça dans mon monde, la nature n’est pas aussi vivante, aussi éclatante !

- Il n'y a qu'ici, à Avalon, que la nature a de telles couleurs, dans le reste de Faeria, cela ressemble davantage à ce que tu connais. Il faut y aller maintenant.

Dina se retourna et vit un château d’un blanc immaculé, aux fines tourelles se dresser devant elles.

- C’est le château de la reine Présine.

- Où sommes-nous ? Quel pays je veux dire ? demanda Dina.

- Nous sommes sur l’île d’Avalon, répondit Mélita.

- Avalon ! dit-elle émerveillée.


Dina suivit la Fée en silence tout en admirant le paysage. Le jardin où elles se trouvaient, était situé à l’arrière du château. À l’avant, s’étendait une forêt, mais elle ne put voir jusqu’où.

Elles arrivèrent à l’entrée du jardin et contournèrent le château. Au bout d’une demi heure de marche, elles arrivèrent à l'intérieur du château.

Deux gardes se trouvaient à l’entrée, c’étaient des hommes-Fées, elle avait toujours pensait que les Fées étaient toutes des femmes, mais à l'évidence, elle s'était trompée. Elle les

observa attentivement. Leur peau aussi scintillait, ils portaient une tunique verte qu’on devinait faite avec une étoffe précieuse. Leurs ailes, fines et transparentes, étaient plus courtes et plus larges comparait à celles de Mélita. En revanche, ils possédaient une taille humaine.

Mélita les salua. Ils firent signe aux gardes qui se situaient sur la tour de guet d’ouvrir les portes. Elles s’ouvrirent plus vite que Dina l’aurait cru, car pourtant, elles étaient épaisses et semblaient très lourdes. Dina suivit Mélita dans l’enceinte du château.

Elles traversèrent un hall immense, montèrent ensuite un fin escalier de marbre, couleur bleue nuit. Arrivé en haut, elles marchèrent le long d’un couloir. Les murs étaient couverts de tentures dans les tons jaunes orangés exquis. Dina se dit que le palais, tout comme la décoration et l’aménagement, ressemblaient bien aux Fées. Tout était fin et accueillant. C’est comme cela du moins qu’elle les voyait.

Elles arrivèrent enfin devant une immense porte blanche à doubles battants, finement sculptée. La porte s’ouvrit sur la salle du trône. Elles marchèrent dans l’allée. De part et d’autre, se trouvait des Fées, hommes et femmes, qui les regardaient fixement. Où plutôt qui regardaient Dina, fixement. Elle se rappela soudain pourquoi elle se trouvait ici, à Faeria. On allait lui confier une mission. Tous ses doutes et ses peurs lui revinrent brusquement. Elle remarqua qu’il y avait quatre personnes qui se trouvaient non loin du trône. C’était des humains, comme elle. Et même des humains qui venaient de son monde à en juger par leurs vêtements. Il y avait une fille et trois garçons. La fille et l’un des garçons étaient en pyjama.

Elle aussi, se rappela-t-elle. Elle fut soudain gênée. Non pas qu’elle soit du genre pudique, mais se présenter ainsi vêtu devant la reine, était quand même peu reluisant. À voir la tête qu’ils faisaient tous, elle pensa qu’elle n’était pas la seule à se demander ce qui pouvait bien se passer, et s’ils ne rêvaient pas. Quatre Fées les accompagnaient, de la même taille que Mélita.

- Bienvenue à Avalon, leur dit la reine. J’espère que ce changement n’a pas été trop brutal. Je suis la reine Présine. Je règne sur le monde des Fées qui se trouve au-delà de la mer, au fond des Terres Enchantées.

- Excusez-moi votre altesse, mais je pensais que nous étions au Pays des Fées ? demanda l’un des garçons, un grand blond aux yeux bleus.

- Non, jeune homme, Avalon est une île où j’ai trouvé refuge il y a quelques mois. Pour des raisons que je ne puis vous expliquer pour le moment, je ne peux revenir dans mon pays. Mais, ma fille aînée veille sur mon peuple en mon absence, dit la reine le regard triste.

- Je suis désolé votre altesse… je ne voulais pas…balbutia-t-il.

- Ne vous excusez pas. Ce n’est rien, vous ne pouviez pas savoir. Mais l’heure n’est pas aux explications. Je sais que vous êtes intrigués et que vous attendez des renseignements précis quant à votre présence ici, mais cela devra attendre que vous soyez changés et nourris.

- Suivez-nous, je vous pris, dit une des Fées qui les accompagnait, l'air revêche, et qui semblait être la plus âgées des cinq Fées.

Ils les suivirent docilement, en silence. Au bout de dix minutes de promenade à travers le château, elles s’arrêtèrent. Ils se trouvaient dans un large couloir avec une multitude de portes. Chaque Fée était devant une porte. Dina s’avança vers Mélita et ouvrit la porte.

- Voici ta chambre, lui dit-elle.

- Elle est superbe ! s’exclama-t-elle.

Elle l’était vraiment. Au fond, l’on pouvait voir un lit à baldaquin, et à côté de la porte se trouvait une grande armoire en bois sculpté.

- Dans l’armoire tu trouveras de quoi te changer. La porte qui se trouve en face de toi, mène à ta salle de bain personnelle. Je t’attends devant ici.

Et sur ce, elle quitta Dina.

Cette dernière alla droit vers la salle de bain. Celle-ci était tout aussi luxueuse. Il y avait une baignoire immense, ainsi qu’un lavabo en marbre. Les serviettes posaient à côté, étaient faîtes de tissus moelleux, délicats, et joliment brodés de fleurs. Sur les murs étaient peint des arbres, des fleurs, et des plantes comme dans le jardin du château.

Elle quitta la pièce et retourna dans la chambre. Elle se dirigea vers l’armoire et l’ouvrit. Il y avait une vingtaine de robes toutes plus somptueuses les unes que les autres. Ce n’était pas des robes dans le style meringue comme au moyen âge, avec corset et toute la panoplie de torture de cette époque. Non, c’était des robes légères, qui avaient l’air agréable à porter.

Elles étaient simples, mais élégantes. La jeune femme en choisit une d'un très beau vert foncé, aux manches longues et effilées, avec un décolleté relativement sage, et des broderies d’argent au niveau de la taille, du décolleté, et du haut des manches.

Une fois changée elle sortit de la chambre.

- Tu es très belle dans cette robe ! dit Mélita en souriant. Suis-moi, nous allons dans la salle de réception, où la reine vous attend.

Les autres les avaient rejoints. Ils suivirent leur escorte féérique. La Fée Pernelle en tête. C’est comme ça que les autres Fées la nommaient. Dina comprit qu’elle avait un grade supérieur aux autres Fées qui les accompagnaient.


Une fois arrivée dans la salle de réception, Dina vit la reine assise au bout d’une longue table, où une dizaine de convives étaient déjà présents. Dina fut invité à s’asseoir près de la reine, mais deux chaises inoccupées les séparées. La jeune fille de tout à l’heure s’assit à côté d’elle.

- Bonjour, je m’appelle Aurore. Et toi ? demanda-t-elle.

- Moi, c’est Dina.

- Encore une fois, bienvenue dans mon château, fit la reine. J’espère que vos chambres vous plaisent, ainsi que vos nouvelles gardes robes. Je vous invite à vous restaurer, ensuite viendront les explications.

Dina mangea avec un excellent appétit, comme si elle ne s’était pas nourrie depuis longtemps. Elle en profita également pour détailler à loisir ses compagnons de table. Ceux qui, de toute vraisemblance, sont arrivés dans les mêmes circonstances qu’elle.

Elle regarda avec attention Aurore. Elle avait de longs cheveux auburn ondulés, des yeux verts, et elle était plutôt bien faîte de sa personne. Elle avait certainement choisit sa robe avec beaucoup de soin. Elle n’avait l’air ni effrayée, ni étonnée. Dina se disait qu’elle devait en savoir plus qu’elle-même sur ce qui les attendait. À moins qu’elle ne se posait pas autant de questions qu’elle-même. Non pas, qu’elle n’avait pas l’air intelligente, au contraire.

Dina arrêta là ses réflexions, car elle sentait qu’on l’observait. C’était le jeune homme assit en face d’elle. Il était brun aux yeux marrons verts. Il lui souriait.

- Tu te demandes aussi ce que tu fais là, je parie, lui dit-il.

Les trois autres prêtèrent attention à leur conversation.

- Il y a de ça, c’est vrai. Je m’appelle Dina.

- Justin. Je viens de Paris.

- Oh ! Moi je viens de Madrid.

- Je suppose que l’on vient tous d’un pays différent, mais ce que je ne comprends pas, c’est comment se fait-il que l’on se comprenne ? demanda avec justesse, le garçon assis à la droite de Justin.

Il s'agissait du blond aux yeux bleus qui avait pris la parole tout à l’heure, dans la salle du trône.

- C’est une bonne question. Il faudrait la noter pour plus tard. Je m’en pose tellement, que celle-là je risquerai de l’oublier, fit avec sarcasme, le jeune homme assis à la droite du blond. Au fait, moi c’est Evan, et je viens de Londres. Et toi ? demanda-t-il au garçon blond.

- Je m’appelle Zach, je vis à Munich.

- Et toi Aurore, tu n’as pas dit d’où tu venais ?

- Des Caraïbes.

- On fait un sacré mélange ! s’exclama Justin.

Il regarda à sa gauche, là où se trouvait la reine. Elle ne semblait pas s’occuper de leur conversation, mais semblait plutôt soucieuse, remarqua Justin.

- Les présentations c’est bien, mais la question la plus importante selon moi est, qu’est-ce que vous êtes ? demanda Aurore.

- Comment ça, qu’est-ce que nous sommes ? demanda Evan l’air inquiet.

- Soyons francs. On sait tous plus ou moins ce qu’on fait là ! On m’a parlé de Faeria il y a quelques temps, je savais bien qu’un jour je serai appelée ici. Peut-être qu’on ne vous en a jamais parlé, mais on est tous là pour cette raison. Et à voir votre tête je ne me trompe pas. Mais réfléchissons. Si nous étions des personnes tout ce qu’il y a de plus normales nous ne serions pas là.

- Perspicace, dis-moi, fit Zach un sourire en coin.

- Mais peut-être que tout le monde n’a pas envie de répondre à cette question, répondit Evan. Après tout, je ne connais aucun d’entre vous. C’est peut-être dans mon intérêt que de garder ça pour moi.

- Tu crois qu’elle, dit Justin en désignant d’un signe de tête la reine, elle ne le sait pas ! fit-il ironique. Tu crois vraiment que tu serais là, si elle ne le savait pas ?

- Justin a raison. Libre à toi de ne rien dire, mais nous le saurons bien un jour. Et même très vite je pense, fit Aurore.

- D’accord, se résigna Evan. Alors commence, dit-il à Aurore.

- Si tu veux. Je suis la descendante d’une Nymphe.

- Vraiment, dit Zach, intéressant. Moi je suis le descendant d’une Ondine.

- Qu’est-ce que c’est ? Je n’en ai jamais entendu parler, dit Dina.

- C’est un être des eaux, lui répondit Zach. Et toi ? lui demanda-t-il.

- Je suis une Sorcière, répondit-elle simplement. Et toi Justin ?

- Un Druide.

- Mais, vous êtes aussi, tous les deux, je suppose, les descendants d’un habitant de Faeria comme nous, leur demanda Aurore.

- Oui, répondirent-ils en cœur.

- Et toi Evan, de qui es-tu le descendant ? demanda Zach.

- D’un Magicien, répondit-il avec quelques réticences.

- À présent, interrompit la reine Présine en se levant, maintenant que nous sommes tous restaurés, le moment est venu de vous donner quelques explications. Mais d’abord je tiens à remercier mes invités d’être venu, il est temps à présent pour eux de ce retirer. Je voudrais m’entretenir seule avec ses jeunes gens. Merci.

Des bruits de chaises et de conversations retentirent. Un à un, les convives s’inclinèrent devant la reine et sortirent. Au bout d’un moment, le calme revint. La reine se rassit et les regardèrent tous. Puis elle reprit :

– Avant de me laisser inonder par le flot de vos questions, fil-elle en souriant, je vais vous parler un peu de Faeria. Il existe dans ce monde, une organisation que l’on nomme la Guilde Enchantée. C’est une association de divers faeriens comme les Fées ou les Elfes, qui se battent contre les démons, ou autres créatures maléfiques. Chacun d'entre vous possède un ancêtre qui faisait partie de la Guilde. Vos ancêtres étaient hors du commun, ils étaient très importants au sein de la Guilde. Un jour, il y a de cela des siècles, voir même des millénaires, le Conseil des Anciens, qui dirige Faeria, décida d'envoyer vos ancêtres dans votre monde. Nous ne connaissons pas les raisons précises, mais il s'agissait de parer à un futur danger. Une grave menace qui planait sur tout Faeria. Le Conseil des Anciens, dont je fais partie, est composé des représentants de tous les peuples Faeriens. Il gouverne Faeria, il est chargé de faire régner la paix entre tous les peuples, et de protéger tous les faeriens. C'est pour les protéger que vos ancêtres ont été envoyés dans votre monde.

Le conseil demanda à tous les membres de la Guilde, d’élire sept d'entre eux qui iraient dans votre monde. Les sept membres étaient Imogen, une Ondine, Seltech, un Druide, Thélonius, un Magicien, Gwenola, une Sorcière, Calypso, une Nymphe, Palestine, une Fée, et Elfy, un Elfe. Comme vous pouvez le constater vous n’êtes que cinq, au lieu des sept membres prévus. Ils sont tous partis séparément, à des lieux et dates différentes, car certaines créatures maléfiques ont eu vent de nos projets, certainement à cause d’un traître dans nos rangs, probablement au sein même de la Guilde. Palestine fut dévorée par les Trolls, la voix de la reine se brisa soudain, puis reprit, elle était ma fille.

- Nous sommes désolés votre altesse, dit Justin visiblement bouleversé par le récit.

- C’était il y a longtemps, mais je la pleure encore aujourd’hui. Elfy aussi fut tué. Massacré par des Chimères. Vos ancêtres ont eu de la chance. Mais vous n’êtes que cinq. Cela rendra votre tâche encore plus ardue. Heureusement que la deuxième partie de notre plan a marché à la perfection.

- Quelle est la deuxième partie, Altesse ? demanda Zach.

- Il n’est pas encore temps que vous le sachiez. Disons que vous possédez chacun une pièce d’or, et chaque pièce doit être placée dans un lieu précis. Une fois les sept pièces en place, vous aurez avec vous, disons, un certain atout.

- Mais nous n’avons que cinq pièces Majesté ! s’exclama Dina.

- Non, avant de mourir Elfy et Palestine ont réussi à envoyer leur pièce dans un endroit sûr. Elles n’ont jamais été découvertes par l’ennemi. Par sécurité, il n’y a que les membres du Conseil qui sache où elles se trouvent.

- Que se passera-t-il quand les pièces seront en place votre Majesté ? demanda Evan.

- Il ne serait pas prudent pour moi de vous le dire maintenant, au cas où vous seriez capturés.

- Nous comprenons, votre Altesse, affirma Aurore, même si à l’évidence, ce n’était pas le cas d’Evan qui parut vexé du manque de confiance de la reine à leur égard.

- Si vous n’avez pas d’autres questions, il est temps pour vous de vous coucher. Demain, une rude journée vous attend. Vous devrez passer des tests d’évaluations. Nous voulons nous assurer que vous avez une chance d’arrivée à gagner cette guerre. Car c'est bien une guerre qui se prépare.

- Ne le prenez pas mal Majesté, mais vous n’avez pas tellement le choix d’après ce que j’ai compris. Que nous soyons compétents ou pas, pour cette mission, vous n’avez que nous, dit Evan.

- Ils n’ont peut-être que nous, mais il faut quand même qu’ils sachent s'ils ont une chance de s’en sortir ou pas. C’est normal ! répliqua Justin.

- Vous avez raison. Tous les deux. Vous n’êtes pas obligés de passer cette évaluation, mais nous préférerions.

- Nous le ferons tous, Altesse, assura Zach.

- Avant de vous laisser votre Majesté, j’aimerais savoir qui siègent au Conseil des Anciens ? Vous en faîtes partis d’après ce que vous nous avez dit, demanda Dina.

- C’est exact. Chaque peuple est représenté, qu'il soit humain, ou créature magique.

- Cela fait beaucoup de monde ? demanda Aurore.

- Une dizaine de membres. Il faut que vous y alliez maintenant. Je vous souhaite une agréable nuit, jeunes gens.

- Vous aussi votre Majesté, firent-ils en cœur, tout en s’inclinant plutôt maladroitement.

La Fée Pernelle les attendait dans le couloir, pour les reconduire à leurs chambres. Ils se quittèrent chacun devant leur porte en se souhaitant bonne nuit, même si toutes ses révélations les maintiendraient éveillés une bonne partie de la nuit. Il y a quelques heures encore, ils ne se connaissaient pas, et pourtant maintenant ils avaient pris conscience que désormais, leurs vies étaient liées.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 3 : Tests d'aptitudes by magno
Author's Notes:
Voilà un nouveau chapitre. J'espère qu'il vous plaira.
Bonne lecture !
Chapitre 3 Tests d’aptitudes





Le lendemain matin, Dina se leva très tôt, vers 7h00, après avoir dormi seulement cinq heures. Elle avait pris un bain, et c’était habillé, lorsque Mélita toqua à sa porte.

- Entrer !
- Bonjour Dina, as-tu bien dormi ?
- Non, pas vraiment. Je n’ai pas arrêté de me demander ce qu’on allait nous faire faire aux tests de capacités.
- Ne te pose pas trop de questions. Le Conseil veut juste vous évaluer. Ils veulent simplement voir de quoi vous êtes capables. Soit tranquille, et si j’ai un conseil, suis ton instinct. L’instinct chez les Sorcières est primordial.
- C’est ce que ma mère m’a souvent dit.
- Elle sait de quoi elle parle. À présent, suis-moi ! Tu dois manger avant de passer ces tests.


En arrivant dans la salle de réception, elle vit qu’il n’y avait qu’Aurore et Evan en train de déjeuner. C’était étrangement calme et vide comparait à la veille. Mélita la laissa à l’entrée et repartit.

- Bonjour, dit Dina.
- Salut, répondirent-ils.
- Vous avez bien dormi ? À voir vos têtes, on ne dirait pas, dit elle en prenant un toast.
- Très bonne observation, madame la Sorcière ! fit Evan de mauvaise humeur.
- Qu’est ce qu’il y a ? Monsieur le Druide a mal dormi lui aussi ? Il s’inquiète pour tout à l’heure ? ironisa Dina.

Aurore esquissa un sourire.

- Bluette, la Fée qui m’a amené jusqu’ici, n’a pas vraiment répondu à mes questions, dit Aurore.
- Mélita non plus n’a pas dit grand-chose, à part de ne pas me faire de soucis, leur dit Dina.

À ce moment-là, Justin et Zach firent leur entrée. Tous les deux étaient pâles et affichaient un air grave. Manifestement ils n’avaient pas passés une nuit des plus agréables eux aussi. Ils firent aux autres un signe de tête pour les saluer.

– De quoi vous parliez ? demanda Justin.
- On disait que nos chères Fées n'étaient pas des plus bavardes en ce qui concerne les tests que l’on doit passer tout-à-l’heure, répondit Evan en se servant du café.
– Les nôtres non plus, dit Zach. Mais je ne pense pas que l’on devrait s’inquiéter. Il faut garder la tête froide.
– Zach a raison. C’est vrai qu’à priori, on a un sacré fardeau sur les épaules, mais il faut rester calme. Je ne connais pas vos pouvoirs, et d’ailleurs, je ne vous connais pas non plus. Vous avez déjà remarqué, je pense, que parfois je peux avoir mauvais caractère. Malgré tout, il va falloir se supporter, dit Evan.
– Il va falloir faire plus que se supporter, il faudra qu’on soit solidaire, qu’on puisse se faire confiance les uns les autres. Sinon, on n’y passera tous, dit Aurore avec raison.
– Tu ne fais pas un peu dans le mélodrame ! s’exclama Justin, qui pourtant, savait qu’elle avait vu juste.
– Non, elle a raison, dit Dina. On est censé être les descendants de membres de la Guilde. Et je ne pense pas qu’ils devaient travailler en solitaire, mais plutôt en équipe.
– Tu as sans doute raison, mais faire ce qu’on nous demande, alors qu’on ne sait pratiquement rien de ce monde et de ses habitants, ça ne va pas être facile, dit Zach. Mais je crois qu’on n’a pas vraiment le choix.

Les portes s’ouvrirent sur les cinq Fées les ayant amenés à Faeria. Elles étaient différentes, elles avaient pris une taille humaine.

- Bonjour, dit la Fée Pernelle d’un ton guindé. Il est temps de vous rendre dans le jardin royal pour votre évaluation.

Arrivé dans le jardin, chacun sentit la pression montait d’un cran. Ils s’arrêtèrent près d’une marre, à la droite de celle-ci, ils voyaient une immense table dressée avec une vingtaine de personnes qui y siégeaient tout le long. La reine Présine se leva et leur demanda de s’avancer devant la table. Ils s’inclinèrent tous les cinq devant eux, sachant que le Conseil ne comprenait que d’éminents personnages.

- Au nom du Conseil des Anciens, je vous souhaite la bienvenue dans notre monde. Il est bien sûr aussi le vôtre à présent. Nous allons procéder à votre évaluation, dit la reine des Fées. Chacun d’entre vous va être appelé par un membre du Conseil, les autres membres prendront des notes. En raison de l’importance de ces examens le Conseil est venu presque au complet aujourd'hui. Et comme vous pouvez sans doute le voir, je suis la seule à être
physiquement présente. Ils utilisent leurs pouvoirs afin que leurs esprits puissent entrer en communication avec nous depuis leurs cités respectives. Maintenant, commençons. Bonne chance à tous.

Ils pouvaient effectivement s'apercevoir, que tous les membres du Conseil hormis la reine Présine, étaient quasiment transparents. Ils ressemblaient à des spectres.

Un grand homme avec une longue barbe blanche se leva et appela Justin. Puis une petite femme brune avec une robe verte aux motifs floraux se leva et fit signe à Aurore d’approcher.

Ce fut ensuite le tour d’Evan, qui se dirigea vers un vieil homme aux cheveux blancs, vêtu d’une tunique et d’un pantalon de toile blanche. Tout de suite après, Dina fut appelée par une femme qui avait l’air plus jeune que les autres membres du Conseil. Elle était brune, portait
un corsage et un pantalon de cuir noir. Elle semblait avoir seulement une trentaine d’années. Zach fut ensuite appelé par une femme blonde aux yeux bleus très clairs, elle était d’une incroyable beauté.

Chacun dû raconter ce qu’il avait appris, par qui, et dans quelles circonstances. Ils durent montrer ensuite ce qu’ils savaient faire.

Dina s’adressait à la Haute Conseillère des Sorciers, Aviva. À côté de celle-ci, deux autres membres du Conseil prenaient des notes. La reine des Amazones, Gena, qui était vêtu d’une sorte de robe faite en peau de bêtes. À la droite d’Aviva se trouvait le chef des Gobelins, Hurth, qui devait mesurer dans les 40 centimètres, avec une grosse tête sur un corps fluet, et des oreilles longues et pointus. Il était plutôt ridicule, mais avait un air redoutable.

Dina expliqua lors de son entretien, qu’elle pouvait communiquer avec les morts, qu’elle savait aussi chasser les mauvais esprits, et qu’elle avait déjà, avec l’aide de sa mère, exorciser quelques démons. Elle dut ensuite leur faire une démonstration de télékinésie en soulevant la Sorcière à deux mètres du sol.

- Quel est l’objet le plus lourd, que tu aies pu soulever ? demanda Aviva.
- Mon lit, fit-elle en se disant que ce ne devait pas être grand-chose en comparaison des pouvoirs que devait posséder Aviva.
- As-tu d’autres pouvoirs ?
- Oui, j’arrive à voler jusqu’à six mètres de haut environ.
- Pendant combien de temps ? demanda-t-elle.
- Honnêtement, je ne peux pas vous répondre. Dans mon monde, il fallait être prudent avec la magie. Je n’ai jamais volé en dehors de chez moi. Si quelqu’un m’avais vu…
- Je comprends, fit Aviva l’air un peu déçu, ce qui mit encore plus mal-à-l’aise Dina. Quels sorts connais-tu ?

La jeune femme cita tous les sorts qu’elle connaissait, ou du moins ceux dont elle se souvenait.
Durant l’entretien, elle dut se retourner, car elle avait entendu quelqu’un plonger dans la marre. Elle vit à côté de celle-ci la femme blonde aux yeux délavés de tout à l’heure, c’était en fait l'impératrice des Ondins, Péroline, comme elle allait l’apprendre un peu plus tard. Elle en avait conclu que c’était Zach qui venait de plonger. Après cette petite interruption, Aviva lui demanda de s’envoler dans le jardin. Elle devait voler aussi longtemps qu’elle en aurait la force.

- Lorsque tu ne pourras plus continuer, si tu vois qu’il n’y a plus personne ici, alors tu reviendras au château. Une Fée t’y attendra pour te conduire à la salle de réception, lui dit Aviva.

Et après avoir écouté ces dernières instructions, Dina s’envola.

Pendant le temps que dura l’entretien de la jeune Sorcière, les autres aussi durent répondre à des questions, et faire la démonstration de leurs pouvoirs.
Aurore alla un peu plus loin dans le jardin, avec Léna, la représentante des Nymphes. Deux autres membres du Conseil les avaient accompagnés afin de prendre des notes. Ticky, le chef des lutins, mesurait environ 30 centimètres, il portait une espèce de chemise marron et un pantalon vert. Ses oreilles étaient anormalement longues, et pendantes. Il avait des yeux ronds et pétillants, et il était armé d’un arc. À ses côtés se trouvaient le représentant du Peuple des Lichenides, Maloch, qui ressemblait à une branche de taille humaine, couvert de mousses, et de lichens.

Aurore montra qu’elle pouvait parler aux animaux, mais aussi qu’elle pouvait faire pousser certaines plantes. Elle avait remarqué que depuis qu’elle était arrivée à Faeria, elle se sentait plus en phase avec la nature. Elle ressentait la vie en chaque plante, en chaque fleur, et en chaque arbre. Elle les entendait murmurer à son oreille. Elle avait ressentit tout cela déjà dans son monde, mais ici c’était plus fort. D’ailleurs, elle aussi, se sentait plus forte. Elle en fit part à Léna qui lui dit en souriant :

- C’est normal Aurore. En venant ici, vos pouvoirs vont se développer plus vite que dans votre monde. Faeria déborde de magie, elle est partout. Tu verras qu’il est même possible que vous vous découvriez de nouveaux pouvoirs. Plus le temps va passer, plus vous serez puissants.
- Tant mieux, parce que sincèrement, avec mes pouvoirs actuels, je doute de réussir ma mission.
- Ne doute jamais de tes capacités ! lui dit-elle le regard sévère. Tu es forte, et il faut que tu crois en toi. Il faudra même que tu crois en tes nouveaux compagnons. Je sais que tu ne les connais pas vraiment, mais il vous faudra apprendre à compter les uns sur les autres.

Au même moment, à la table du Conseil, Justin montrait lui aussi ses talents. L’homme qui était assis en face de lui était Dakin, le chef des Druides, qui était entouré de deux autres membres du Conseil des Anciens. La reine Présine, et le roi des Gnomes, une petite créature aussi grande que la main de Justin, très laid, et apparemment de mauvais caractère. Il était aussi couvert de poils, et avait de petits yeux globuleux.

- Connais-tu les étoiles et les constellations de Faeria ? lui demanda Dakin.
- Oui, mon père m’a appris à reconnaître les étoiles et les constellations de mon monde, mais aussi celles de Faeria.

Dakin fit apparaître au-dessus de sa main la reproduction d’une portion de ciel où l’on pouvait voir des étoiles.

- Parmi ces étoiles, il y a une constellation. Trouve là, et donne-moi son nom. Prends ton temps.

Justin ne mis pas longtemps à reconnaître Centaurus, la constellation ayant comme son nom l’indique, la forme d’un centaure. Justin relia les étoiles avec son doigt.

- C’est Centaurus, monsieur, répondit Justin.
- Très bien. C’était l’une des plus difficiles à trouver. Je n’ai pas besoin de t’en montrer d’autres. Je vois tout de suite que tu les connais. Cela ne servirait donc à rien. Maintenant, montre-moi quels sont tes pouvoirs.

Justin s’exécuta. Il pouvait contrôler, du moins jusqu’à un certain point, les quatre éléments. Il se débrouillait plutôt bien avec la terre et le feu, mais avait plus de difficultés avec l'air et l’eau. Il dû ensuite répondre à des questions concernant les plantes, et leurs propriétés.

- Je peux vous poser quelques questions maintenant que nous avons terminé, monsieur ? demanda Justin.
- Pose tes questions. Mais je ne promets pas d’y répondre, répondit le Druide.
- Est-ce que la Guilde Enchantée existe toujours ?
- Bien sur ! Tu oublies que tu en fais partis.
- Vraiment ? Mais à par mes amis et moi ?
- À part vous, il reste une dizaine de membres de la Guilde Enchantée.
- Alors pourquoi souhaitez-vous nous confier une mission ? Les autres membres connaissent mieux Faeria que nous. Ils doivent même être plus puissants et surtout plus expérimentés.
- Pour cette mission, connaître ce monde et avoir plus d’expérience ne suffit pas. Mais qui te dit que les autres membres sont plus puissants que vous cinq ? Tu ne sais même pas de quoi tes amis sont capables !
- C’est vrai. Vous avez raison. Mais je sais quels sont mes pouvoirs, et je ne pense pas pouvoir rivaliser avec les autres membres.
- Tu as tort de penser cela. Vous avez quelque chose que les autres n’ont pas.
- Qu’est-ce que c’est ? demanda Justin sceptique.
- C’est à vous de le découvrir. Si vous ne le savez pas encore, vous le saurez bientôt.

Sur ces paroles énigmatiques, il disparut, le roi des Gnomes avec lui. La reine Présine rebroussa chemin, laissant Justin dans ses réflexions.

De son côté, Evan faisait aussi une démonstration de ses dons. Il faisait face au chef des Magiciens, Enoch, qui avait un air plutôt sévère et à deux des trois chefs de clans des Nains. Ils ressemblaient en tout point à l’opinion qu’Evan se faisait d’eux. Ils avaient la taille d’un enfant, et portaient un bonnet, l'un le portait rouge, l'autre vert.

Evan, en tant que Magicien, pouvait contrôler et créer certaines énergies comme l’électricité, mais c’était très dur et épuisant. Pour le jeune homme c’était un échec, et il ne supportait pas de perdre. Il se sentait très frustré, et Enoch s’en aperçut immédiatement.

- Tu dois contrôler tes émotions mieux que ça si tu veux survivre pendant ta mission. Tu dois également évité de laisser des pensées négatives t’envahir, sinon tu cours droit à la catastrophe, le sermonna-t-il.
- Vous avez raison, dit-il, non sans amertume.
- Tu es doué tu sais. Et ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de dire. Evan lui lança un regard interrogateur.
- Je parle de faire des compliments et de t’encourager. Je ne le fais jamais avec personne.
- Pourquoi ?
- Parce que certains des apprentis deviennent orgueilleux, et c’est quelque chose qui peut devenir dangereux.
- Pourquoi le faire avec moi alors ?
- Parce que j’ai dans l’idée que tu n’es pas habitué à ce que l’on t’encourage. Et c’est bien dommage.
- Merci, monsieur.
- Ne me remercie pas. Si je te dis que tu es doué c’est que cela est vrai. Tu ne t’en es peut-être pas encore aperçus, car tu n'es là que depuis peu, mais tes pouvoirs se sont accrus depuis que tu es arrivé. Et tu ne vas cesser de devenir de plus en plus fort. Je te laisse à présent, lui dit-il après un moment de silence. Nous nous reverrons bientôt.

Et il disparut, les deux chefs de clans des Nains s'étaient déjà éclipsés.

Près de la marre, Zach dû montrer ses talents aquatiques. Il nageait avec aisance, et pouvait respirer sous l’eau. Il fut ensuite rappelé à la table du Conseil par Péroline, l'impératrice des Ondins, sous l’œil inquisiteur du chef des Koboldes, Karkan, d’apparence humaine. Zach savait d’après son père que les Koboldes pouvaient prendre l’apparence qu’ils voulaient, et particulièrement celles des animaux. Le chef des Farfadets était également présent, Joyin, qui avait l’air de remarquablement bien porter son nom. Il était de la taille d’une chaise, et arborai un air joyeux, et ses yeux respiraient une grande bonté.

- Avant de voir combien de temps tu peux tenir sous l’eau, j’aimerais que tu me dises quels sont tes pouvoirs, fit l’Impératrice.
- Je peux parler avec les animaux marins, et récemment j’ai découvert que je pouvais me transformer en flaque d’eau.
- Tu peux te transformer en eau ? demanda Péroline, l’air abasourdi. Montre-moi !

Zach se leva et se concentra pendant quelques minutes avant de se liquéfier sous les regards incrédules des membres du Conseil. Il lui fallut cinq minutes de plus pour retrouver son état normal.

- D’habitude il me faut me concentrer pendant une demie heure avant d’arriver à un résultat ! s’exclama Zach surpris par sa propre performance.
- Félicitation Zach ! Très peu d’Ondin arrive à le faire. Tu verras que la magie qui règne dans ce monde t’aidera à évoluer plus vite que dans le tien. Maintenant, fais ce que je t’aie demandé tout à l’heure, et retourne dans la marre, s’il te plaît. Je t'attendrais. Bonne chance !
End Notes:
Vous en avez pensé quoi ?
Chapitre 4 : L'île des Amazones. by magno
Author's Notes:
Voici la suite.
Bonne lecture !
Chapitre 4 : L’île des Amazones




Il était neuf heures du soir, quand Dina fit son entrée dans la salle à manger, en compagnie de Mélita. Les autres étaient tous là, hormis Zach, qui n’était toujours pas revenu. Dina s’assit et la Fée les laissa seuls.

- On a été si lamentable que ça, pour ne plus avoir le droit de manger dans la salle de réception avec les autres ? demanda Dina épuisée par son long vol.

Evan souriait.

- C’est exactement ce que j’ai demandé à la Fée « coincée », mot pour mot.
- La Fée « coincée » ?
- Oui, tu sais Pernelle. Tu n’as pas remarqué à quel point elle est sévère ? Elle n'a pas l’air commode. Les autres Fées sont plus sympas. Elle n'a pas l’air de trop m’apprécier, dit-il en souriant. C’est ma Fée protectrice, c’est elle qui m’a amené à Faeria. On en a tous une Fée chargée de veiller sur nous le temps qu’on sera à Avalon, expliqua-t-il.
- Mais pour en revenir à ta question, si on est là, c’est parce que la reine a préférée nous laisser un peu tranquille ce soir. Je pense qu’après avoir montré nos talents, on aurait pas arrêté de nous regarder bizarrement à table, fit Justin.
- Elle a bien fait. Je n’aurais pas aimé les regards en coin, dit Aurore.
- Je suis d’accord, mais je me demande quel genre de regards on nous aurait jeté, fit Justin. Impressionnés, étonnés, déçus, affolés, ou haineux. Je n’arrive pas à me décider.
- Aucune idée, répondit Dina.

À ce moment-là, trois Fées firent leur entrée. Elles étaient chargées de lourds plateaux. Elles disposèrent les plats remplis de mets succulents sur la table. La table dressée, elles s’en furent.

– Je meurs de faim ! s’exclama Evan.

Ils se servirent tous, et commencèrent à manger.

- Où est Zach ? demanda soudain Dina.
- Il n’a pas terminé son test. Dis-moi, je t’ai vu partir en volant tout à l’heure. Tu as volé tout ce temps-là ? demanda Justin.
- Oui, mais je ne sais pas si pour eux se sera suffisant, soupira-t-elle.

Soudain, Zach entra dans la salle à manger, suivit de près par la Fée Pétronille, qui s’en alla rapidement, probablement pour tenir informée la reine.

- Salut ! fit Zach avant de s’écrouler sur la chaise à côté de Dina.
- Pas trop épuisé ? demanda Evan.
- Si, sinon je ne serai pas rentré maintenant, fit-il.
- Comment ça se fait que tu ne sois pas mouillé ? Tu étais bien dans l’eau tout ce temps ? demanda Justin.
- Pétronille m’a séché grâce à sa magie.
- On se demandait si on avait été à la hauteur des attentes du Conseil. Tu penses les avoir impressionné ? lui demanda Aurore.
- Franchement, je n’en ai aucune idée. À mon avis, on saura vite si on a été décevant ou pas.
- Vous êtes rentrés au château à quelle heure ? demanda Dina.
- Vers 16h00. D’ailleurs on a quelques trucs à vous raconter, dit Evan.
- Vas-y, dis-leur, fit Justin à Evan.
- Quand on est rentré, on nous a emmenés dans une salle de réunion. Il ne restait plus que la reine Présine comme membre du Conseil. Les autres s’étaient tous évaporés, mais les Fées qui nous ont amenés ici étaient présentes, sauf les vôtre, dit-il à Zach et à Dina. Elles devaient vous surveiller, je suppose. Et là, la Fée « coincée », pardon, la Fée Pernelle, nous a distribué à chacun une carte de Faeria. J’ai pris les
vôtres, elles sont dans ma chambre. Je vous les donnerai tout à l’heure, fit-il.
- Oui, mais ce n’est pas la carte entière de Faeria. Juste la carte des Terres Enchantées, précisa Justin.
- C’est vrai. Il y a aussi quelques îles dessus. Sur chaque carte, il y a l’itinéraire que l’on devra suivre. On part demain après-midi.
- Déjà ! s’exclama Dina.
- Et oui, déjà, grimaça Evan.
- Je pensais qu’on aurait plus de temps, avoua Dina.
- Tu rêves ! La reine a plutôt insisté sur le fait que, justement, on n’avait pas le temps. Demain on part pour l’île des Amazones, dit Evan.
- Pour quoi faire ? demanda Zach, qui ouvrait enfin la bouche.
- Juste pour le ravitaillement. La reine des Amazones nous y attend après-demain. Ensuite, trois jours de bateau jusqu’au port de la Wicca, si je me souviens bien. C’est à Sorcélia. Ça devrait te plaire Dina, fit-il sarcastique. Pour le reste de l’itinéraire vous verrez sur votre carte. Les lieux où on doit placer les pièces sont soulignés, et ceux où on doit aller chercher les deux pièces manquantes sont entourées.
- Et, est-ce que les dangers ou les créatures que l’on va certainement affronter figurent sur la carte ? demanda Zach.
- Pas vraiment, mais j’ai compris que les Fées nous donnerons un livre là-dessus, quand on sera sur le bateau, répondit Aurore.
- Elles viennent avec nous ? demanda Dina.
- Juste jusqu’à l’île des Amazones. Pour nous rassurer je suppose, dit Aurore.
- Il serait temps d’allé se coucher, je suis vraiment fatiguée, dit Dina.


Malgré la fatigue, tous les cinq passèrent une mauvaise nuit. La peur montait, de même que l'excitation. Ils craignaient ce qui allait leur arriver dans ce monde inconnu d’eux.

C’est donc pâles et angoissés, qu’ils se levèrent, et prirent leur petit-déjeuner en silence. Certains firent ensuite une promenade dans le jardin, et d’autres comme Zach et Dina, retournèrent dans leur chambre pour examiner encore la carte.

Après le déjeuner qui fût tout aussi calme, ils se rendirent à pied, car ce n’était pas loin, avec la reine et leurs Fées protectrices, au port. Ils arrivèrent devant un immense navire. Il était entièrement fait en bois, et à la proue du bateau, se trouvait une Fée sculptée. Elle mesurait près de deux mètres. Elle était magnifique, et elle dégagée un charme étrange. À regarder de plus près, elle ressemblait à la reine.

- Le moment est venu de se quitter, fit Présine. La reine Gena vous attendra demain. Elle vous donnera des vivres pour votre mission et elle vous fournira aussi des armes. J'espère que votre mission se passera bien, dit-elle avec inquiétude. Maintenant partez ! Sachez que mon cœur vous accompagne, jeunes gens. Ala toren !
- Qu’est ce qu’elle a dit ? demanda Justin.
- Elle a dit « ala toren ». Ça veut dire bonne chance dans la langue ancienne, répondit la Fée Cléo.

Ils embarquèrent tous à bord.


Pendant que les autres se trouvaient à l’avant du navire, Aurore parlait avec sa Fée protectrice, Cléo.

- Comment se fait-il qu’ici nous parlons tous la même langue ?
- C’est grâce à la magie. Il y a des siècles de cela, chaque peuple avait sa propre langue, et en magie, certaines formules étaient prononcées dans la langue des anciens. Mais un jour, le Conseil des Anciens a décidé de lancer un sort sur notre monde, pour que l’on s’exprime tous dans la même langue. C’est une langue dérivée de celle des anciens. Mais chaque peuple a conservé la capacité de parler dans leur langue natale, seulement maintenant la « nouvelle langue » est entrée dans les mœurs.
- Il a dû falloir beaucoup de magie pour réaliser ce sortilège ?
- Pas autant que tu le penses.
- Est-ce que toutes les Fées vivent des milliers d’années ? s’enquit la Nymphe.
- Nous ne vivons que quelques centaines d’années, répondit Cléo.
- Pourtant la princesse Palestine faisait partie de la première Guilde, et c’était il y a des milliers d’années.Pourquoi la reine Présine est-elle toujours en vie si vous ne vivez que quelques centaines d’années ?
- Le cas de notre souveraine est différent, répondit la Fée. Peut-être qu’un jour la reine
vous expliquera pourquoi elle vit toujours, fit la Fée.

Elles furent interrompues par l’arrivée des quatre autres.

- Regarde Aurore, lui dit Justin, en lui tendant un petit livre de la taille et de l’épaisseur d’un agenda.
- Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle en s'en saisissant.
- C’est une sorte de guide pratique, la reine nous en avait parlé hier.
- On a décidé de te le confier, lui dit Evan à contrecœur.
- Pourquoi moi ? demanda Aurore.
- Disons que tu as l’air d’être la plus raisonnable de nous tous.
- Dîtes plutôt que vous n'avez pas su vous décider pour choisir la première personne qui allait le garder. Et comme je n’étais pas là quand vous en parliez, vous me le confiez. Comme ça, pas de jaloux, fit-elle perspicace.
- Je vous avais dit qu’elle comprendrait tout de suite, fit Justin.



Ils accostèrent comme prévu le lendemain en fin d’après midi. Les Fées n’avaient autorisé que les filles à descendre du navire. Les Amazones n’aimaient pas les hommes. Elles ne s’en servaient que pour la reproduction. Aurore et Dina allèrent donc avec les Fées à la rencontre de la reine Gena. Les garçons observèrent la scène du pont.

- Bienvenue sur mon île ! Je suis Gena, reine des Amazones et membre du Conseil des Anciens, fit la fière guerrière qui les attendait.

Les filles s’inclinèrent devant la reine.

- Vous n’avez pas à vous incliner devant moi. Je ne suis pas votre souveraine. Mais cette marque de respect m’honore. Suivez-moi, je vais vous conduire dans ma cité. Je vous donnerai des vivres et des armes, comme convenu.

Elles n’eurent pas à faire le trajet jusqu’à la cité à pied. On leur avait amené un cheval pour chacune. Les Fées, bien sûr, n’en avaient pas besoin, elles savaient voler. D’ailleurs les chevaux n’avaient été prévus que pour Dina et Aurore.

La cité de la reine des Amazones était entourée de remparts en bois. Il n’y avait pas de château. La reine vivait dans un temple très luxueux. À l’inverse du château des Fées, la décoration du temple était assez ostentatoire. Les richesses étaient partout, étalées, mises en avant.

La reine s’assit sur son trône, et fit appeler des serviteurs. Ils s'avancèrent vers Dina et Aurore, s’inclinèrent et leur exposèrent des armes sur une table en or massif, face à la reine. Ils s’inclinèrent devant la reine et devant les filles, puis se placèrent dans un coin.

- Désormais, ses armes sont les vôtres. Vous les prendrez avec vous sur le bateau.
- C’est très généreux de votre part, Altesse, mais, mes compagnons et moi-même, n’avons pas vraiment l’habitude des armes.

C’était vrai. Ils en avaient parlé tous les cinq. Aucun d’entre eux ne savait se battre, avec ou sans arme. Quand la reine Présine leur avait dit que la reine des Amazones allait leur en offrir, un malaise s’était installé. Pendant les tests, personne ne leur avait demandé s'ils savaient se servir d’une arme.
La reine Gena avait souri.

- Ce n’est qu’un détail, croyez-moi. Vous en aurez besoin, et leur maniement vous viendra très vite, assura-t-elle. Nous allons manger maintenant. J’ai fait faire un banquet en votre honneur, dit-elle en se levant.

Aurore et Dina se regardèrent, médusées. Elles suivirent la reine jusqu’au banquet, qui avait lieu dehors. Elles se sentaient toutes les deux tellement petites et insignifiantes face à toutes ses guerrières. Elles étaient toutes très grandes, armées, et vêtues de peaux de bêtes.

La nourriture aussi, n’avait rien à voir avec celle qu’ils avaient goûté à Avalon. Elle n’était pas aussi raffinée. Des têtes de cochons, des lapins entiers, et au centre de la table trônait un sanglier énorme. Il fallait qu’elles se servent elle-même, et comme les animaux n’étaient pas découpés, ce n’était pas vraiment pratique. Aurore n’avait pas de problème avec ça, car elle était végétarienne. C’était tout de même très bon, mieux que la nourriture qui se trouvait sur le navire.

Les garçons n’avaient pas été très heureux de devoir rester sur le bateau alors que les filles allaient festoyer avec des sortes de mannequins guerriers. Parce qu’elles étaient toutes vraiment belles. Elles devaient choisir leurs partenaires avec soin.

La reine ne leur adressa pas la parole de la soirée. Elle observait les deux jeunes femmes attentivement. Elle semblait absorbée par ses pensées.

Le repas terminé, leur hôtesse se leva.

- Je vous souhaite de garder courage, car de nombreux dangers vous attendent. Puissiez-vous accomplir votre mission avec courage et honneur. Au revoir, jeunes guerrières. J’espère vous revoir un jour.

La reine les fit alors raccompagner jusqu’au bateau, avec les armes et les vivres.



- Alors ? Qu’est ce qu’elle vous a raconté la belle Amazone ? demanda Evan.
- Pas grand-chose. Elle nous a surtout observées. Je ne sais pas si on lui a plu, dit Aurore.
- Elle nous a bien donné des armes, par contre. Quand je lui ai dit qu’on n’avait jamais appris à s’en servir, elle nous a souri. Elle nous a dit que ce n’était qu’un détail, et que ça nous reviendrait, ajouta Dina.
- Que ça nous reviendrait ? Comment ça peut nous revenir, si on n’a jamais appris à s’en servir ? s’inquiéta Justin.
- À mon avis, elle sait quelque chose sur nous qu’on ignore, dit Aurore.
- À mon avis, elle n'a pas dû comprendre ce que vous lui avez dit ! s’exclama Evan.
- Je suis d’accord avec Aurore. Elle doit avoir une bonne raison pour vous avoir dit ça, dit Zach. Elle doit savoir quelque chose. Où sont ses armes ? demanda-t-il aux filles.
- Près de la passerelle, répondit Dina.
- Allons les voir, fit Zach, intéressé.

Ils allèrent chercher les armes, et les étalèrent sur le pont. Il y avait trois épées, une longue, une plus courte à lame recourbée, qu’on appelle cimeterre, et la dernière plus courte et plus épaisse que l’épée ordinaire. Il y avait à côté, un arc et son carquois remplit de flèches, une sorte de massue, et deux dagues. Il y avait aussi un autre sac à côté de celui qui contenait les armes. Celui-là était remplit de vêtements et de côtes de mailles. En renversant son contenu, un mot tomba sur le sol. Zach le ramassa et le lut aux autres.

- Voici un présent qui vous sera plus utile au combat que les tenues que vous ont donné les Fées. Les robes de ce genre ne seront pas vraiment pratiques lors d'une bataille. Les côtes de mailles sont un présent des Nains, et les vêtements sont les tenues traditionnelles portaient par la Guilde. Amitié, Gena, reine des Amazones.
- Elle a pensé à tout, commenta Evan.
- Effectivement, se sera mieux avec ses vêtements, leur dit Dina.


Chacun avait choisi une arme. Justin avait pris la longue épée, Aurore le carquois et l’arc, Evan prit le cimeterre. Zach, lui, avait prit l’épée la plus courte, et Dina les deux dagues. Une fois que les armes avaient été choisies, chacun prit de quoi se changer.

Les garçons portaient une côte de mailles sous une tunique et un pantalon. Les filles aussi portaient une côte de mailles sous une tunique plus courte. Leurs pantalons étaient plus courts également.

- Maintenant, je nous trouve plus crédible. On ressemble davantage à des membres de la Guilde, dit Evan.
- Tu ne sais même pas à quoi ressemblent les membres de la Guilde ! dit Zach.
- Oui, mais armé, on est quand même plus crédible. Tu n’es pas d’accord ?
- Si, je suis assez d’accord.


Le reste de la traversée fût sans problème, les eaux restèrent calmes et le temps était au beau fixe. Après trois jours de voyage, ils arrivèrent enfin au port de la Wicca, à Sorcélia. À présent, chacun savait que leur mission allait réellement commencer.
End Notes:
Qu'avez-vous pensé de ce chapitre ?
Le prochain chapitre s'intitule : Le port de la Wicca.
Chapitre 5 : Le port de la Wicca by magno
Author's Notes:
Voilà un nouveau chapitre. Ils vont enfin découvrir à quoi ressemble le continent des Terres Enchantées.
J'espère que ce chapitre vous plaira.
Bonne lecture !
Chapitre 5 : Le port de la Wicca




À leur arrivée au port, ils remercièrent le capitaine du navire, ainsi que leurs Fées protectrices.

- Nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait pour nous, leur dit Justin.
- Ne nous remerciez pas, jeune homme. Nous n’avons fait que notre devoir. Ce qui n’est pas toujours très simple, répondit Pétronille, d’un ton toujours aussi guindé.

Après quelques embrassades avec les autres Fées, ils descendirent du navire.

- Que fait-on ? demanda Aurore.
- Je propose de trouver un pub ou une taverne quelconque, pour en parler. Installons-nous quelque part où on pourra parler tranquillement.
- D’accord, firent-ils.


Ils trouvèrent rapidement une taverne. Elle n’était pas spécialement accueillante, mais ils n’avaient vraiment pas le temps de chercher quelque chose de mieux. Ils s’installèrent à une table du fond, et Evan alla chercher à boire. Une fois revenue avec les boissons, Zach dit :

- Ce que je voulais vous dire, c’est qu’on n’a pas encore décidé de qui allait commander, ou bien si quelqu’un doit le faire.
- Je ne pense pas qu’élire un chef soit une bonne idée. Tout le monde n’acceptera pas d’obéir aux ordres d’un presque inconnu, moi la première, dit Dina.
- Honnêtement, je suis assez d’accord avec toi, dit Zach.
- Si personne ne commande, on fait quoi ? Je veux bien qu’on prenne les décisions ensemble, mais suivant les endroits où on se trouvera, il y en aura forcément un qui sera mieux placé que les autres pour savoir ce qu’il faut faire, dit Evan.
- Explique-toi ! Je ne suis pas sûr de bien te suivre, lui dit Justin.
- Chacun d’entre nous à un savoir différent. Moi je suis mieux renseigné sur tout ce qui concerne les Magiciens, alors que Dina par exemple, c’est ici, à Sorcélia, que son savoir va nous être le plus utile.
- Tu as raison. Qu’est-ce que tu proposes ? Qu’on change de chef suivant l’endroit où on se trouve ? demanda Justin.
- Pas vraiment, dit Evan.
- Quoi, alors ? demanda Zach.
- Disons plutôt, que suivant l'endroit où l'on est, une personne sera chargée de prendre certaines décisions, quand les autres ne le peuvent pas. Par exemple, là, on est à Sorcélia, se sera donc à Dina de prendre certaines décisions que nous ne pourrons pas prendre à sa place.
- D’accord, mais il ne faudra quand même pas oublier de demander son avis aux autres, dit Aurore.
- Oui, surtout que ça ne fait pas de nous des spécialistes. N’oublions pas que nous sommes dans un monde que l’on ne connaît pas. Je ne prétends pas tout
savoir des Sorcières et de leur magie, dit Dina avec justesse.
- C’est vrai. Disons qu’on adopte un système démocratique, mais que là, ton opinion Dina compte davantage, parce que nous sommes au Pays des Sorcières, et que tu en es une. Est-ce que ça vous convient ? demanda Evan.
- C’est pas mal, je suis d’accord avec ce système, dit Zach.
- Nous aussi.
- Bien, puisque nous sommes sur les terres de ton ancêtre Dina, qu’est ce qu’on fait, maintenant ? Tu as une suggestion, avant de partir pour la ville souterraine des Sorcières ? demanda Evan.
- Oui, il serait peut-être judicieux de chercher des renseignements sur cette ville. Demandez aux habitants d’ici ! Moi j’ai quelques achats à effectuer, déclara Dina.



Pendant que Dina faisait le tour des boutiques de magie, les autres demandaient des renseignements aux habitants de la ville portuaire.

- Alors, comme ça, vous voulez vous rendre à la cité des Sorciers ? Depuis quelques jours, il y a des rumeurs qui courent. Il paraîtrait que de nouveaux membres de la Guilde aurait été envoyé en mission. À vous voir, j’en conclus que c’était vrai, dit le patron d’une taverne.
- Les nouvelles vont vite. Mais qu’est-ce qui vous fait croire que nous sommes des nouveaux membres ? Vous les connaissez tous, peut-être ? demanda Evan.
- C'est-à-dire que d’habitude, ils ne sont pas si jeunes. Et puis, ça fait longtemps qu’on n’en a pas vu par ici.
- Vraiment ? Pourquoi ? Vous avez rarement besoin d’eux ? demanda Justin.
- C’est pas ça. C’est juste qu’il y en a de moins en moins. Ils se font tous tuer. Il y en avait une centaine avant. Maintenant, si vous êtes vingt, se serait déjà pas mal, fit-il d'un ton bourru.
- Je vois. Est-ce que la cité des Sorciers est difficile à trouver ?
- À vrai dire, personne ne va plus là-bas. Il parait que des Trolls ont pris le contrôle de la ville. Mais elle est pas très loin d’ici. À, à peine un jour et demi de marche, vers l’ouest. Mais il n’y a qu’un Sorcier ou une Sorcière qui puisse trouver l’entrée. J’espère que c’est le cas de l’un d’entre vous, sinon je vois pas comment vous allez faire. Personne ne voudra vous accompagner maintenant.
- Ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas un problème. Merci beaucoup, dit Justin en lui donnant un peu de l’argent que la reine Présine leur avait donné.


Ils interrogèrent encore d’autres personnes, mais ils n’apprirent rien de plus. Ils retournèrent sur le port pour y attendre Dina, mais cette dernière était déjà là.

- Tu es là depuis longtemps ? lui demanda Justin.
- Non, depuis dix minutes à peine. Qu’est-ce que vous avez appris ?
- Que les autres membres ont presque tous étaient tués, et que d’après les rumeurs, les Trolls ont pris possession de la cité des Sorciers, répondit Evan.
- Super ! C’est de plus en plus compliqué, dit Dina d’un air sombre.
- Le tavernier nous a aussi dit que seul un Sorcier ou une Sorcière peut trouver l’entrée de la cité, continua Zach.
- A priori, ça ne devrait pas poser trop de problèmes, dit Aurore en regardant Dina.
- Dis-moi, qu’est ce que tu as acheté ? demanda Zach à Dina.
- Des choses qui, je pense, nous serons bien utiles.
- Madame la Sorcière est énigmatique ! dit Evan.
- Bon, si on se mettait en route ! On a un jour de marche apparemment, dit Aurore.
- Oui, mais quelqu’un sait où est l’ouest ? Je dois reconnaître que ce n’est pas mon cas, dit Evan.
- T’inquiètes pas, moi je sais, dit Justin.

Ils se mirent en route. Ils sortirent de la ville, et marchèrent jusqu’à ce que la nuit tombe.

Ils arrivèrent ensuite dans une clairière où ils décidèrent d’établir leur camp.

- Bon, il faudrait ramasser du bois et faire du feu, dit Evan.
- D’accord pour le bois. Je m’occuperai de créer un feu par la magie, dit Justin.
- Je m’occupe du bois. Je vais demander aux arbres où trouver du bois mort, dit Aurore.
- Tu peux vraiment parler aux arbres ? demanda Evan interloqué.
- Au départ, je les entendais chuchoter, je ne comprenais pas ce qu’il disait, mais depuis que nous sommes ici, je les entends clairement. Je comprends leur langage.
- Ok. Prends tes armes, je viens avec toi, dit Evan.
- Je n’ai pas besoin d’être protégée ! répliqua-t-elle.
- Il a raison. Il peut y avoir des Trolls dans le coin, dit Zach.
- D’accord allons-y, se résigna-t-elle.

Ils prirent tous les deux leurs armes et allèrent dans le petit bois qui se trouvait à côté.

- Pourquoi on ne va pas camper dans le bois ? On ne serait pas à découvert au moins, dit Dina.
- Oui, mais là, au moins, on peut voir venir le danger. Dans le bois, ce ne serait pas possible. Se serait dangereux, je pense, expliqua Zach.
- Oui, tu as sans doute raison. Je n’y avais pas pensé. Mais faire du feu n’est pas prudent non plus. On risquerait de se faire repérer.
- Oui, mais on n’a pas trop le choix, tu as vu le froid qu’il fait, dit Justin.
- Je pense pouvoir empêcher la fumée de trahir notre présence. Je pourrai la rendre invisible grâce un sort simple, et qui ne me coûtera pas trop d’énergie, fit Dina.
- Si tu y arrives, tant mieux, mais fais quand même attention. Nous ne savons pas jusqu’où nous pouvons aller avec nos pouvoirs, lui dit Justin.
- Je crois qu’il va falloir prendre quelques risques de ce côté-là, dit Zach. Nous devenons plus fort de jour en jour. Il faudra apprendre à repousser nos limites, si on veut accomplir notre mission, et gagner la guerre.
- Mais, est-ce que ça suffira ? Pour le moment, on n’est que cinq. On est à peine adulte
et on est seuls. Si on arrive à placer les pièces au bon endroit, qu’est-ce qui se passera après ? La reine Présine n’a pas été très bavarde à ce sujet, dit Dina.
- C’est vrai, j’avais oublié. Peut-être que ça réveillera une ancienne créature très puissante, dit Justin avec espoir.
- Je crois que tu fantasmes un peu. Elle n’a pas voulu nous le dire. C’est parce que l’ennemi n’est pas au courant. Ils savent que le conseil à cacher quelque chose, mais ils ne savent pas quoi, ni où, dit Zach.
- Quelque chose ou quelqu’un, s’obstina Justin.
- Comment veux-tu que le conseil cache une personne, ou une créature. Ce n’est pas très logique, dit Dina.
- Cite-moi un truc de logique dans cette histoire, lui demanda-t-il.

Après un instant de silence, Dina reprit :

- Depuis combien de temps sont-ils partis ?
- Pas loin d’une demie heure. Mais ne nous affolons pas, ils ont peut-être eu du mal à trouver du bois mort, répondit Justin.
- Pourquoi du bois mort ? demanda Dina.
- Je ne crois pas qu'une Nymphe veuille tuer un arbre, lui dit Justin.
- C'est juste, lui dit-elle.
- S'ils ne sont pas là dans dix minutes, j’irai voir, dit Zach.

Pendant ce temps, dans le bois, Aurore et Evan marchaient en silence. Au bout d’un moment, Aurore s’arrêta devant un chêne. Elle parla dans une langue qu’Evan ne comprit pas. D’ailleurs, ça ne ressemblait pas vraiment à une langue. C’était plus une suite de sons étranges, qui ressemblait à des craquements de branches, puis l’instant d’après, il entendit un bruit ressemblant au souffle du vent dans les feuilles. Evan aurait juré que l’arbre lui répondait.
Après quelques minutes de conversation avec le chêne, Aurore se tourna vers Evan :


- Il dit que vers le sud, à cinq minutes d’ici, un arbre a été foudroyé il y a quelques temps. Il dit que l’on peut se servir du bois de cet arbre.
- Très bien, je te suis. Mais faisons vite. Je sens qu’on nous observe, et je n’aime pas ça.

Comme lui avait dit le chêne, cinq minutes s’écoulèrent avant qu’ils aient trouvé l’arbre mort.

- Je vais grimper pour couper des brindilles. Je te les jetterai après, dit Evan.
- D’accord, mais fais attention.

Il lui fallut dix minutes, pour accomplir sa tâche. Ensuite, chacun pris un tas, et ils rebroussèrent chemin.
- Tu crois qu’on est les seuls membres vivant de la Guilde ? Après tout, au port de la Wicca, ça fait longtemps qu’ils n’en ont pas vu, dit Evan.
- Je préfère ne pas y penser et rester concentrée sur ce que nous allons affronter demain, répondit-elle.
- Tu as raison, dit-il l’air anxieux. Il faudrait penser à organiser notre défense pour ce soir. Je peux créer un champ magnétique autour du camp. Pour éloigner les animaux sauvages ça devrait suffire, mais pour des Trolls ou autres choses dans le genre, ça, je ne sais pas. En tout cas si quelqu’un essaye de le franchir, ça devrait me réveiller. En principe.
- Au premier abord tu n’as pas l’air, mais tu manques de confiance en toi et en tes pouvoirs.
- Quoi, n’importe quoi ! Ce n’est pas parce que contrairement à toi, je ne frime pas avec mes pouvoirs, que je manque de confiance en moi ! s’énerva-t-il.
- Ce n’est pas la peine de crier. Et puis, je ne suis pas du genre à frimer, comme tu dis, s’enflamma-t-elle.
- Je suis désolé. C’est juste que tu as l’air de mieux maîtriser tes pouvoirs que moi et…
- Je suis sûre que tu es doué, tu dois seulement maîtriser tes émotions, si tu ne veux pas que ça se retourne contre toi.
- C’est à peu près ce qu’Enoch m’a dit quand il m’a évalué, grogna-t-il.
- C’est le Magicien qui siège au Conseil ?
- Oui.
- Alors, écoute-le. Il a l'air sage et avisé.
- On arrive au camp, dit-il pour changer de sujet.
- Où vous étiez ? Zach était sur le point d’aller à votre recherche, dit Dina.
- Aurore était en grande conversation avec un arbre, répondit Evan, sarcastique.
- Vous avez le bois, c’est bien. Donnez-moi un tas, demanda Justin.

Justin fit un petit tas avec les brindilles. Puis il mit ses mains au-dessus, et bientôt un feu crépitait.

- Bien joué ! dit Zach.
- Maintenant, à mon tour, dit Dina.

Elle se mit face au feu, se concentra sur la fumée qui s’en dégagée, et qui disparut progressivement.

- Evan a eu une idée pour assurer notre défense cette nuit, leur dit Aurore.

Le jeune Magicien leur expliqua en quelques mots son plan. Les autres acquiescèrent, et Evan se mit au travail. Après un moment de concentration, un cercle brillant se mit à les entourer.

- C’est bon ! On en aura besoin. Quand on était dans le bois, j’ai senti qu’on nous observé, dit Evan.
- Il faudrait qu’on monte la garde chacun notre tour, suggéra Dina.
- On a qu’à se relayer toutes les heures. Je commence, leur proposa Zach.


Aux alentours de minuit, alors que Justin montait la garde, il entendit des bruits provenant du bois. Le cercle magnétique d’Evan était assez large, sa limite n’était pas loin du bois.

Justin espérait que ce n’était que des animaux, et que le cercle suffirait à les protéger, mais les bruits se rapprochaient. Soudain, Evan se réveilla en sursaut.

- On a pénétré le champ magnétique ! cria-t-il.
- Tu es sûr ? Je n’ai rien vu. J’ai juste entendu des bruits qui provenaient de la forêt.
- Réveillez-vous ! dit Evan.
- Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Zach en prenant son épée.
- Vous sentez cette odeur ? C’est l’odeur du sang, dit Dina en prenant ses armes.

À présent, chacun tenait son arme fermement. Ils observaient chaque côté, mais ne voyaient rien.

- Ce sont des Trolls, affirma-t-elle.
- Tu es sûre ? J’ai feuilleté le livre qu’on nous a donné. Il y avait des informations sur eux. Ce n'était pas marqué qu’ils pouvaient se rendre invisible, dit Aurore.
- Oui, je les sens. Ils sont tous près.
- Il n’y en aurait pas un d’entre vous qui aurait la capacité de voir les choses invisibles par hasard ? Se serait utile, dit Evan.

Ils entendirent à ce moment un rire. Un rire fort et gras. L’odeur de sang était de plus en plus écœurante. Evan fut soudain projeté en arrière. Puis, il fut soulevé de terre, il se tenait la gorge. On aurait dit qu’une main invisible essayé de l’étrangler. Avant que les autres aient pu faire le moindre mouvement pour l’aider, de l’électricité jaillit de la main de leur compagnon.

Le Troll, à présent visible, fit un vol de plusieurs mètres, avant d’atterrir lourdement sur le sol.

D’autres Trolls apparurent. Il y en avait quatre de plus. Ils mesuraient tous dans les deux mètres de haut, avaient une horrible tête hirsute, et devaient peser pas loin de cent kilos.

Evan ramassa son arme qui était tombée plus loin, et trancha net la tête du Troll qui était encore sonné par la décharge qu’il venait de recevoir. Voyant que les ennemis ne revenaient toujours pas de leur surprise, les autres en profitèrent pour attaquer.

Justin rassembla ses pouvoirs, et grâce au feu de camp qui brûlait encore, envoya une boule de feu sur l’un d’eux qui s’enflamma aussitôt.

Aurore se montra très habile au tir-à-l’arc. Elle tua un Troll en lui envoyant une première flèche dans le cou, et une autre dans le cœur. Il s’écroula, mort.

Zach était pris dans un combat à l’épée. Au début, le Troll semblait avoir le dessus, mais au fur et à mesure, Zach montrait plus d’agilité que précédemment, sa vitesse semblait augmenter aussi. Il finit part avoir le dessus, et planta son épée dans le ventre de la créature.

Dina, elle, se mouvait avec une grâce certaine. Elle n’avait que deux dagues, mais la façon dont elle repoussait les assauts de son ennemi montrait qu'elle était bien plus forte qu’elle ne le laissait supposer. Elle finit par avoir le dessus, et enfonça une de ses dagues dans la tempe du monstre.

Le combat était terminé. Ils venaient d’avoir un aperçut de ce qui les attendait. Ils avaient pu également se rendre compte de leurs capacités en situation dangereuse. Ils avaient été grisés par le combat. Ils n’avaient plus doutés, ils n’avaient pas hésité. Leur instinct avait pris le dessus.

Des bruits insolites leur parvinrent tout à coup. On aurait dit des gémissements qui provenaient du Troll qu’Evan avait terrassé.

- Ne me dites pas qu’il est vivant ! s’exclama Evan.

Ils s’approchèrent tous lentement du corps. Quelque chose remuait dans le petit sac qui était accroché à la ceinture du monstre.

- Qu’est-ce que c’est encore ? demanda Dina.


Aurore approcha sa main du sac, et l’ouvrit. Une petite créature sauta à terre. Elle avait deux petites cornes sur une tête couverte de poils.
End Notes:
Alors qu'en avez-vous pensé ?
Le prochain chapitre s'intitule : L'entrée de la cité des Sorciers.
Chapitre 6 : L’entrée de la cité des Sorciers. by magno
Author's Notes:
Voici la suite.
J'espère qu'elle vous plaira. Bonne lecture !
Chapitre 6 : L’entrée de la cité des Sorciers.




- Vous êtes un Tulmarian! s’exclama Dina.
- Exact ! Et vous, qui êtes vous ? demanda celui-ci.
- C’est nous qui posons les questions, compris ! dit Evan, la pointe de son épée levée vers la petite créature.
- À vraiment ? Jeunes imbéciles, vous ne savez pas de quoi je suis capable !

Le vent se leva subitement, avec une force incroyable. Cette tempête les obligea tous les cinq a resté coucher au sol. Puis le vent se calma, aussi soudainement qu’il s’était levé.
Le Tulmarian les regarda avec un air narquois.

- Alors ? Vous êtes des Guildéens, ou bien des usurpateurs ?
- Nous faisons partie de la Guilde, répondit Justin.
- Comment puis-je en être sûr ?
- On vient de tuer cinq Trolls, ça ne vous suffit pas ? répliqua Evan.
- Ce n’est pas une preuve. Même entre eux, les forces du mal se massacrent. Et le fait que vous portiez les vêtements traditionnels des destructeurs des ténèbres ne prouvent rien non plus. Vous auriez pu en tuer et vous approprier leurs vêtements.
- Les destructeurs des ténèbres ? Je ne savais pas qu’on nous appelait aussi comme ça ! dit Dina, surprise.
- Je le savais bien ! Vous êtes des menteurs !
- Non pas du tout ! Écoutez, nous sommes de nouvelles recrues. Nous venons d’un autre monde. C’est le Conseil qui nous a envoyé ici, expliqua Aurore.
- Tu es folle, ça ne va pas !On ne le connaît pas et toi tu lui fais confiance, s’insurgea Evan.
- Evan, calme-toi. Les Tulmarians sont de notre côté. Leur chef siège au Conseil des Anciens, dit Zach.
- Aroch n’est pas mon chef. C’est le chef de la famille des Krins. Mon chef est Tenof, de la famille des Tulmarianed, s’indigna le Tulmarian.
- Nous ne savions pas qu’il y avait plusieurs familles. Excusez notre ignorance, mais comme Aurore vous l’a dit, nous ne venons pas de ce monde, dit Justin.
- J’en ai entendu parler, c’est vrai. Vous êtes les sauveurs. Je suis désolé pour tout-à-l’heure, mais on doit se méfier de tout le monde maintenant. Beaucoup de vos semblables ont été tués ou capturés. Il doit y avoir des traîtres quelque part.
- C’est ce que la reine Présine pense, dit Zach.
- Vous avez vu la reine ?
- Oui, nous venons de…
- Chut ! Taisez vous ! fit le Tulmarian, affolé.
- Pourquoi ? fit Justin, surpris.
- Ne dîtes pas d’où vous venez. La reine ne peut plus venir ici. Personne ne sait où elle est. Si nos ennemis la trouvaient, ils la tueraient.
- Nous ne savions pas, dit Dina.
- Que c’est il passé ? demanda Justin.
- Nous ne pouvons pas en parler ici. C’est trop dangereux.
- Très bien ! Mais peut-on quand même savoir votre nom ? demanda Evan.
- Je me nomme Kerof. Et vous jeunes gens ?
- Mon nom est Zach, et voici Aurore, Dina, Justin, et Evan.
- Et où comptez-vous aller ? demanda Kerof.
- Nous allons à la cité souterraine, répondit Zach.
- Vous devrez affronter plus de Trolls que tout à l’heure vous savez. Qu’allez-vous faire là-bas ?
- Désolé, mais nous ne pouvons pas vous le dire, répondit Evan.
- Fort bien, vous êtes en mission sûrement. Permettez-moi de vous accompagner ?
- Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, intervint Evan.
- Je pense qu’il pourrait nous être utile. Il sait mieux que nous ce qui se passe, et ses pouvoirs ne sont pas à négliger, dit Aurore.
- Je suis d’accord avec Aurore, répondit Dina.
- Bon on l’emmène, dit Zach.
- Sage décision. Mais seul un Sorcier peut trouver l’entrée de la ville, dit Kerof.
- On nous a déjà averti. Ce n’est pas un problème. Par contre, j’aimerais savoir, pourquoi les Trolls vous ont capturé ? demanda Dina.
- À cause de mes pouvoirs. Eux n’en ont pas. Tout ce qu’ils savent faire, c’est détruire, piller, et massacrer. Ils m’ont obligé à utiliser ma magie pour les rendre invisibles. Ils ont enlevé énormément de gens de mon espèce. Des Fées, des Sorciers, des Elfes, et d’autres ont disparu aussi.
- Nous ferons ce que nous pourrons pour eux, décréta Zach.
- D'où venez-vous, Kerof ? demanda Aurore.
- Mon peuple et moi vivons à Forestia, un pays frontalier à celui des Fées.
- J'ai bien étudié la carte qu'on nous a donné, vous êtes bien loin de chez vous. Qu'est-ce qui vous amène ici ? lui demanda Justin.
- J'ai été envoyé en éclaireur par mon chef, pour connaître la situation des autres pays. Moi ainsi que certains de mes compagnons avons été fait prisonniers par des Trolls, au Pays des Fées. C'était il y a quelques mois maintenant.
- Il faudrait se mettre en route, interrompit Justin.
- Oui, vous avez raison, lui dit Kerof.

Ils plièrent donc bagages, et partirent en direction de la première étape de leur mission.

- Il serait peut-être temps d’établir un plan, vous ne croyez pas ? demanda Zach quelques kilomètres plus loin.
- Oui, mais sans connaître les lieux, ni les ennemis, ce n’est pas évident. Des suggestions ? demanda Dina.
- Kerof, pourriez-vous nous rendre tous invisibles ? demanda Aurore.
- Je ne sais pas si j’y arriverais. J’ai employé beaucoup d’énergie pour ses misérables Trolls. Je ne sais pas combien de temps je pourrai tenir.
- Et si je vous aidais ? demanda Dina.
- C’est donc vous la Sorcière du groupe ! Oui, si vous m’aidez, ça devrait aller.
- Par contre, on va avoir un sacré problème ! On ne sait pas où se trouve le lieu exact où l’on doit accomplir notre première mission, fit Evan.
- C’est vrai, Aviva devait nous montrer. Vous croyez qu’ils l’ont tué ? demanda Justin.
- Je ne crois pas. Elle est trop puissante, ils voudront se servir de ses pouvoirs à leur fin, répondit Kerof.
- Il va falloir la libérer. Et même en étant invisible, ça risque de devenir compliqué à un moment où à un autre, dit Aurore.
- On improvisera ! dit Dina.
- On improvisera ! Super ! Avec un plan pareil c’est sûr que les Trolls ont de quoi avoir la frousse ! ironisa Evan.
- Si tu as une meilleure idée, vas-y on t’écoute ! s’énerva Dina.

Pour toute réponse, Evan haussa les épaules. Ils continuèrent à marcher en silence, un froid s’étant installé entre eux.

Au bout de plusieurs heures, Kerof n'y tenant plus, décida de briser la glace.

- Je ne voudrais pas vous dire ce que vous avez à faire, mais ce n’est pas en vous chamaillant que vous sauverez ce monde, dit-il avec justesse.
- Vous avez raison, dit Aurore.
- Vous savez pourquoi la reine ne nous a rien dit sur l’occupation de la ville ? Aviva aurait pu nous avertir aussi ? demanda Justin aux autres.
- Sûrement parce que c’est très récent, répondit Zach.
- C’est plutôt inquiétant, non ? Si elle n’est pas au courant de ça, on risque d’avoir d’autres surprises, dit Evan.
- Kerof, savez-vous depuis quand les Trolls ont envahi la ville souterraine ? demanda Dina.
- Effectivement, c’est assez récent. Deux jours à peine. Ils sont arrivés par la mer. Les Chimères sont avec eux, certaines en tout cas.
- Qui les commande ? Je suppose que ce n’est pas une coïncidence si deux espèces maléfiques envahissent Faeria ?
- Il y a plus de deux espèces qui se sont ralliés. Mais nous ignorons qui est leur chef. D’après mes informations, personne ne sait de qui il s'agit, répondit Kerof.
- Stop ! On est arrivé, prévint Dina.
- Tu es sûre, je ne vois rien dans cette clairière ! dit Evan.
- Fais confiance à quelqu’un, pour une fois ! s’exaspéra Dina.
- O.K. Montre-nous le chemin, dit-il, résigné.

Au moment où Dina allait s’avancer vers la clairière, Aurore l’arrêta d’un geste.

- Qu’est ce qu’il y a ? demanda Dina.
- Les arbres me parlent. Il y a quelque chose qui cloche.
- Quoi ?
- Ils disent qu’il y a deux Chimères invisibles qui font le guet dans la clairière.
- Elles peuvent être invisibles ? demanda Zach à Kerof.
- Non, à ma connaissance, seul mon espèce, certains démons et des Sorcières très puissantes ont ce pouvoir.
- Ils ont dû enlever d’autres de vos compagnons, dit Justin.
- Les arbres me disent que non .
- Peut importe. Kerof, aidez-moi à nous rendre invisible, demanda Dina.
- Elles ne vont pas voir qu’on essaye de rentrer dans la ville ? demanda Aurore.
- Non, seul un Sorcier ou une Sorcière, peut voir l’entrée de la ville, expliqua Kerof.
- Et comment on va faire alors pour entrer, si on ne voit pas l’entrée ? fit Evan sarcastique.
- Il suffit d’être en contact avec Dina, et nous verrons l’entrée, expliqua Kerof.

Ils se tinrent tous par la main. Kerof prononça une formule dans une autre langue, et Dina prononça quelques paroles inaudibles. Ils devinrent tous subitement invisibles. Ils avancèrent vers la clairière, et lorsqu’ils arrivèrent au milieu, Dina s’arrêta net :

- Aout’aïa ! prononça-t-elle.

La terre se souleva, et l’entrée d’une caverne apparut.

- Je ne touche pas Dina et pourtant j’arrive à la voir, dit Aurore.
- Moi aussi, mais on ne va pas s’en plaindre, dit Evan.
- Entrons, dit Zach.


Ils pénétrèrent dans la caverne. Il faisait si sombre, qu’ils n’y voyaient pas à un mètre.

- À moins que l’un d’entre vous n’est la vision infrarouge, ça serait gentil à toi Justin, si tu pouvais nous éclairer de ta douce chaleur, fit Evan.
- Je pense que nous apprécions de plus en plus ton humour tu sais, fit Zach.
- Tu te mets aux sarcasmes maintenant ? C’est du plagia tu sais ! dit Evan en souriant.
- Taisez-vous un peu ! Je vais nous éclairer, dit Justin.

Justin se concentra, puis il fit apparaître une boule de feu dans sa main.

- Pas mal ! avoua Evan.


Ils continuèrent lentement leur progression. Ils étaient à l’écoute du moindre bruit. La peur se faisait de plus en plus insistante. Un bruit de pas les arrêta brusquement. Justin fit disparaître la boule de feu. Des voix se firent entendre, elles étaient graves, rocailleuses. Aurore prit Kerof, et le mit dans sa sacoche.

- Collez-vous contre les parois. Dina peut voler et se mettre contre le plafond. Moi, je peux me liquéfier, chuchota Zach.
- Ce ne sera pas suffisant. Nous sommes invisibles, mais pas immatériels. Le tunnel est étroit et les Trolls sont gros, dit Kerof.
- Je peux me transformer en souris, dit Aurore. Je ne l’ai fait qu’une fois, mais je sais que je peux recommencer.

Les pas se rapprochaient de plus en plus.

- Dépêchez-vous ! Faîtes-le. Ne vous inquiétez pas pour nous, on va se débrouiller, dit Justin.

Ils s’exécutèrent. Dina s’éleva et s'aplatit contre le haut du tunnel, Aurore se métamorphosa en Souris après avoir confié Kerof à Dina, et Zach se liquéfia. Chacun ne pouvait voir ce que les autres faisaient, tant il faisait
noir. Deux Trolls arrivèrent près d’eux. Ils continuaient à marcher et à parler sans se rendre compte de leurs présences. Soudain, l’un des deux s'arrêta.

- Tu sens ! Il y a des humains pas loin, grogna l’un.
- Tu dérailles ! C’est parce qu’on n’a rien mangé depuis longtemps ! Moi je rêve de dévorer cette satanée Sorcière ! fit l’autre.

Ils partirent tous les deux d’un grand rire.

- Je suis bien d’accord. Elle est orgueilleuse que c’est pas permis.
- Allons, continuons, il faut voir pourquoi les autres ne sont pas encore revenus.

Et ils passèrent leur chemin.

Aurore, et Zach reprirent leur apparence normale. Dina revint à terre.

- Justin ? Evan ?

Ils tâtèrent les murs, et le vide. Ils ne voyaient rien sans la boule de feu de Justin. Soudain, Aurore étouffa une exclamation de surprise. Le mur qu’elle touchait se transforma sous ses doigts.

- On vous a manqué ? fit Evan.
- Comment avez-vous fait ? Et puis, d’abord, qu’est-ce que vous avez fait ? demanda-t-elle.
- Justin a créé un pan de mur dans un angle. Les Trolls n'y ont vu que du feu, expliqua Evan.
- Et tu as pu faire ça, en quelques secondes à peine ? s’étonna Dina.
- Faut croire que je suis efficace dans l’urgence, dit Justin.
- Bon, continuons, on n’est pas au bout de nos surprises, dit Zach.

Justin fit réapparaître sa boule de feu et ils se remirent à marcher.

- Il y aura au moins une bonne nouvelle dans tout ça, dit Dina.
- J’aimerais bien savoir laquelle, fit Evan.
- La Haute Conseillère Aviva est vivante, continua Kerof.
- Il va falloir la délivrer, dit Zach.
- Si on y arrive, fit Evan.
- Vous êtes quelqu’un de pessimiste mon cher, dit Kerof.

Dina se mit à sourire.

- Pourquoi une cité souterraine ? demanda Zach à Kerof.
- Les Sorciers n’ont pas toujours vécus cachés. C’est depuis quelques années qu’ils se terrent. Ils ont senti un danger venir, une recrudescence anormale de Trolls. Aviva a décidé avec l'aide des Nains de créer une cité sous la terre. Aviva est très puissante, et elle est très respectée au Conseil. Mais je ne crois pas que ce soit les seules raisons qu'ils aient de la garder en vie.
- Chut ! Silence ! On arrive, dit Dina.

Ils étaient arrivés à la sortie du tunnel, où un escalier de pierres se présentait. Une ville s’étendait sous leurs pieds. Une cité immense creusait dans la roche. Au loin, un grand bâtiment. De là-haut, ils pouvaient voir que trois rues y conduisaient. Des Trolls par dizaines les arpentaient, tous solidement armés.

- On va avoir du mal à passer, déclara Zach.
- On n’abandonnera pas maintenant ! affirma Dina.
- Personne n’a dit ça. Je pense que c’était juste une constatation, affirma Evan.

Justin commença à descendre les marches, lentement, pour ne pas faire de bruits, et par la même occasion, ne pas attirer l’attention des Trolls sur eux. Les autres le suivirent. Lorsqu’ils arrivèrent en bas, Dina dit :

- Il vaudrait mieux se séparer.
- Kerof et moi, on prend la rue de gauche, déclara Aurore.
- O.K. Evan et moi on prend celle du milieu, dit Zach.
- Très bien, vient Justin, on va à droite. On se retrouvera devant le grand bâtiment. Il faudra l’inspecter pour voir si Aviva se trouve à l’intérieur, dit Dina.

Et ils se séparèrent.
End Notes:
Alors verdict ?
Le prochain chapitre s'intitule : La ville souterraine.
Chapitre 7 : La ville souterraine by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
Chapitre 7 La ville souterraine.




À part les Trolls, peu de Sorciers étaient dehors. Les volets des maisons étaient clos, et les boutiques fermaient, ou dévastaient. Aurore et Kerof arrivèrent les premiers devant le grand bâtiment. Ils avaient longé la rue sans encombre. Kerof se tenait perché sur son épaule.

Les portes de la bâtisse étaient gardées par quatre Trolls encore plus grand que les autres, semblait-il à Aurore. Ils restèrent tous les deux assis sur la première marche du bâtiment, pour éviter que les ennemis ne finissent par sentir leurs présences.

Ils entendirent bientôt des bruits de pas rapides, qui provenaient de la rue d’en face.
Pourtant, ils ne voyaient personne arriver.

- Aurore ! chuchota la voix essoufflée d’Evan.

Evan et Zach les entraînèrent à l’écart pour ne pas être entendu par les Trolls.

- Qu’est ce qui se passe ? demanda Aurore inquiète.
- Dina et Justin se sont fait prendre. On a entendu un cri venant de la rue de droite. On a coupé par une ruelle, et on les a vu se faire capturer par des Trolls. On a couru le plus vite possible pour vous avertir.
- Ils étaient visibles ? Et comment ils ont fait pour se faire prendre ? demanda Aurore.
- Oui, ils étaient visibles, sinon on n’aurait pas pu les voir, fit-il agacé. Et on ne sait pas comment ils se sont fait prendre, continua t-il énervé. Mais je pense qu’ils les emmènent par ici.
- Arrête d’être aussi désagréable, s’il te plaît, répliqua Aurore.
- Calmez-vous ! Tout ceci est fâcheux ! Oui, extrêmement fâcheux, dit Kerof, soucieux.
- Fâcheux ! C’est catastrophique oui ! Qu’est ce qu’on va faire ? demanda Evan.
- Regardez ! Les voilà ! s’exclama Aurore.

En effet, Dina et Justin arrivaient vers eux, encadré par six Trolls à l’air réjouis. Ils passèrent devant leurs quatre amis, montèrent les marches, et s’arrêtèrent devant les Trolls qui montaient la garde. Ils expliquèrent à leurs collègues la situation, et ceux-ci éclatèrent de rire.

Celui qui se trouvait à gauche de l’une des deux portes l’ouvrit, et les laissa passer.

- Il faut qu’on arrive à entrer, dit Zach.
- On devait déjà rentrer de toute manière, dit Evan.
- Ils n’ont pas l’air de se demander s'ils n’étaient que deux, fit remarquer Kerof.
- Oui, c’est bien vu. Mais ils finiront par se poser la question, dit Aurore.
- Il faudrait faire diversion, dit Zach.
- Comment ? demanda Evan.
- Je ne sais pas ! Réfléchissons.
- Je vais vous aider. Je vais attirer leur attention sur moi. Vous vous dépêcherez de rentrer à l’intérieur.
- C’est trop dangereux ! s’exclama Aurore.
- Ma chère, je n’ai pas peur du danger. Et se serait un honneur de vous venir en aide. Seulement, si je venais à mourir, ma magie ne fonctionnerait plus. Vous seriez à nouveau visibles. Vous seriez seuls. À présent, laissez-moi faire.
- Merci beaucoup de nous aider. Nous vous promettons de faire tout notre possible pour aider votre peuple, déclara Evan.
- Je vous fais confiance.

Et il s’en fut. Quelques minutes plus tard, de la fumée se dégageait d’une boutique abandonnée. Deux Trolls allèrent voir ce qui se passait. Les deux autres furent bientôt appelés. Les trois compagnons en profitèrent pour entrer.

Le hall d’entrée était désert. Une porte se trouvait sur leur droite, et un escalier sur leur gauche. Ils optèrent pour les escaliers. Ils arrivèrent au premier étage, celui-ci était désert.

- Continuons, il doit y avoir des tas de Trolls pour les garder, dit Zach.

Ils grimpèrent jusqu’au deuxième étage, qui lui, n’était pas désert. Huit Trolls discutaient près d’une porte, d’où des cris s’échappaient.

- On dirait la voix de Dina, dit Aurore.
- On n’a pas le temps de trouver un plan, on fonce, dit Evan joignant le geste à la parole.

Il sortit son épée et s’approcha doucement du Troll le plus proche. Aurore lui attrapa la main. Elle prit une flèche, et banda son arc. Elle visa le grand lustre au-dessus du hall, et tira.

Le lustre se détacha du premier coup et vint atterrir avec pertes et fracas sur le sol.

Les Trolls se précipitèrent dans les escaliers. Un autre sortit la tête de l’entrebâillement de la porte, qui, à présent, n’était plus gardée. Evan vit qu’il n’y avait que quatre monstres dans la pièce. Il fonça sur celui qui se trouvait à la porte, et lui planta son épée dans le cœur. Le Troll s’écroula à terre. Les trois autres vinrent voir ce qu'il se passait. Aurore planta une flèche dans l’œil de l’un d’entre eux, tandis que Zach abattit son épée sur un autre.

Aurore se rua dans la pièce et vit Dina et Justin ligoté à une chaise. Dina avait été rouée de coups et semblait au bord de l’inconscience. Justin avait une vilaine plaie à la tête. Aurore les détacha, pendant que Zach et Evan réglaient son compte au dernier Troll.

Des bruits de pas précipités résonnèrent dans les escaliers.

- Faut pas traîner ! Elle peut marcher ? demanda Evan.
- Je vais la porter, déclara Justin.
- Trop tard, il faut se barricader ! cria Zach.

Zach ferma la porte. Ils rassemblèrent les chaises et une armoire devant elle. Justin, qui portait Dina, observa par la fenêtre ce qui se passait dehors.

- On ne peut pas passer par là ! À moins que vous vouliez mourir ! Il y a pleins de cadavres dans la cour. C’est ignoble, déclara-t-il.
- Attendez ! J’ai une idée, leur dit Evan.

Il s’approcha du mur opposé à la porte. Des éclairs sortirent de ses mains et le mur explosa.
Ils passèrent tous dans la pièce d’à côté, et sortirent par la porte. Evan éleva un mur d’énergie pour empêcher les Trolls de les suivre.

- Courrez ! Je vais les retarder, hurla-t-il.

Ils dévalèrent tous les escaliers. Evan faiblissait. Il entendait Aurore lui crier de venir. Il baissa les mains, et le mur se dissipa. Il se mit à courir, et sauta par-dessus la rambarde des escaliers. Sa chute lui sembla interminable. Avec le peu de force qui lui restait, il parvint à faire apparaître un champ d’énergie sous lui, qui freina considérablement sa chute. Il finit par atterrir sur le sol, sans trop de dégâts.

Les autres venaient d’arrivée dans le hall. Mais des Trolls étaient devant les sorties. Aurore
se précipita vers Evan, et l’aida à se relever.

- Foncer vers la porte ! cria Zach en montrant celle qui se trouvait à droite de la sortie.

Ils se mirent tous à courir vers elle, avant de la franchir. Ils venaient d’entrée dans la salle du conseil. Il y avait une autre porte tout au fond. Ils se précipitèrent vers elle, et l’ouvrirent.

Un escalier descendait vers, ce qui semblait être, le sous-sol.

- Qu’est ce qu’on fait ? demanda Justin.
- Descend ! On n’a pas le choix, dit Evan.

Lorsqu’ils arrivèrent en bas, ils ne virent que des cellules. Elles étaient pleines de Sorciers et de Sorcières.

- Aviva, murmura Dina qui reprenait conscience.
- Comment tu te sens ? lui demanda Justin.
- Ça va, merci. Pose-moi, s’il te plaît.

Des cris provinrent de la salle du conseil. Dina se retourna et bloqua la porte, grâce à sa
magie.

- Trouvez Aviva ! ordonna-t-elle.
- Nous cherchons Aviva ! Nous sommes des membres de la Guilde Enchantée, cria Aurore.
- Je suis là, dit une voix.

Aurore s’approcha de la cellule d’où provenait la voix. Elle reconnue tout de suite la Haute Conseillère des Sorciers. Elle avait les mains liées par des menottes, qui n’étaient pas faites de métal apparemment, mais qui brillaient étrangement. Pourtant, elles possédaient une serrure.

- Pourquoi ne pas vous échapper ? demanda Aurore.
- Ce sont des entraves magiques. Elles nous empêchent de nous servir de nos pouvoirs.
- Dépêchez-vous ! Je vais lâcher, leur dit Dina.

Evan vint l’aider. Il utilisa ses pouvoirs pour bloquer avec elle la porte, grâce à un champ magnétique.

- Les clefs sont dans l’armoire derrière vous, dit Aviva à Aurore.

Aurore se précipita vers l’armoire, Justin vint l’aider. Il y avait une trentaine de clefs. Ils prirent les plus grosses qui devaient ouvrir les portes des cellules. Ils libérèrent les prisonniers, et leurs enlevèrent leurs entraves tant bien que mal.

À ce moment-là, Dina et Evan cédèrent. Les Trolls débarquèrent. Aviva ouvrit une autre armoire qui contenait des armes. Une bataille s’ensuivit. Il y eut des morts, beaucoup de morts. Chacun se battait avec acharnement. Les cinq Guildéens se montrèrent finalement très doués au corps à corps, et aussi avec des armes, comme l’avait prédit Gena, la reine des Amazones.

C’était comme s'ils avaient appris à se battre il y a très longtemps, et que leur mémoire et leurs réflexes revenaient petit à petit.

Tout à coup, le mur du sous-sol qui faisait face à la porte explosa. Les combats cessèrent soudainement. Kerof apparut dans un nuage de poussière.

- Sortons ! hurla Aviva.

Tous prirent la fuite. Aurore prit Kerof au passage. Lorsqu’ils furent tous sorti, et avant que les Trolls ne fassent de même, Aviva fit apparaître une petite boule étrange dans sa main, de la taille d’une bille, et la jeta. Le sous-sol du bâtiment explosa à son tour.
C’était terminé. Ils avaient vaincu les Trolls. En tout cas, pour le moment.



Les quelques monstres qui avaient réussi à sortir avant l’explosion, furent emprisonnés dans un magasin. Les blessés et les morts furent acheminés vers un autre grand bâtiment qui servait d’hôpital. Les autres retournèrent chez eux, voir les dégâts que les Trolls avaient causé.

Aviva conduisit leur six sauveurs chez elle. Elle possédait une très grande maison, et chacun pu avoir sa chambre. Dina et Justin furent soignés. Dina souffrait de diverses contusions et d’une légère hémorragie interne que le dernier Sorcier guérisseur restant dans la cité put soigner de suite. Justin avait une plaie à la tête, et une côte cassée qui fut vite ressoudée par le Sorcier guérisseur également.

Aviva les laissa se reposer un moment, puis une fois qu’elle eut réglé les affaires les plus urgentes, elle les convoqua dans son bureau. Elle possédait un grand bureau en pierre, et six chaises de la même matière étaient disposées en face de celui-ci. Il y avait une bibliothèque, et sur le mur de gauche, des pierres précieuses et semi-précieuses avaient été suspendus dans le vide.

- Avant tout, je tiens à vous remercier pour nous avoir libérés, dit elle.
- Nous n’avons fait que notre devoir, Haute Conseillère Aviva, répondit Dina en s’inclinant légèrement.
- Malheureusement, d’autres Trolls viendront sûrement. Plus nombreux, et certainement accompagnés de Chimères, voir pire, continua Aviva.
- À ce propos, euh… Madame, il y a deux Chimères qui montent la garde à l’entrée du tunnel, dit Zach.

- Nous nous en sommes chargés. Ce qui m’inquiète, c’est qu’il n’y a aucune trace des Nains. Je ne sais pas ce que les Trolls ont fait d’eux. Beaucoup des miens ont été massacré. Leurs corps gisent dans la cour du Hah Sodac. Mais pas de corps de nos précieux amis.
- Pardonnez mon ignorance, euh… Haute Conseillère, mais qu’est-ce que le « Hah Sodac » ? Et puis, je ne savais pas qu’il y avait des Nains qui vivaient dans cette cité. Je croyais qu’ils vivaient dans des grottes, fit Justin.
- Le Hah Sodac est le nom du lieu où vous nous avez libérés. C’est là que les membres du Haut Conseil des Sorciers ont leurs bureaux et se réunissent, expliqua-t-elle. Quand aux Nains, nous avons fait alliance avec le clan des Nains mineurs. Ils ont été capturés par les Trolls. Beaucoup d'autres ont été enlevés, surtout ceux qui font partie des petits peuples. Celui qui les commande, et dont nous ignorons l'identité, veut faire
prisonnier toutes les petites créatures, mais nous ne savons pas pourquoi. En échange de notre protection, les Nains ont construit cette ville souterraine.

- Vous ne savez donc pas qui est leur chef ? Qui les dirigent ? On nous a dit que les Créatures maléfiques ne s’entendaient pas entre eux. Il faut bien quelqu’un de très puissant pour les commander tous ? Ce n’est pas une coïncidence si des créatures maléfiques aussi diverses envahissent simultanément plusieurs pays, plusieurs terres de Faeria ? demanda Aurore.
- Non, tu as raison. Ce n’est pas une coïncidence. Mais j’ignore qui peut-être aussi puissant. Tous les membres du Conseil des Anciens et de la Guilde se posent la question. À notre connaissance, aucune créature, quelle qu’elle soit, n’a autant de pouvoirs et d’influence. Le plus étrange, c’est que personne n’a senti de nouvelles créatures émerger.
Tout ce que nous savons, c’est que les Terres Enchantées ont été les premières à être envahis. Les derniers habitants des Montagnes du Nord ont été tués, il n'y a aucun survivant à notre connaissance. Mais nous n’en sommes pas sûr.
Nous avions envoyé trois membres de la Guilde sur les lieux pour savoir se qu’il en était, mais personne n’est jamais revenu, nous avons perdu le contact avec eux. Ensuite, un traître de Magicien, qui s’est allié à notre ennemi inconnu, a combattu la reine Présine à la frontière du Pays des Fées. La reine a été obligée de s’exiler, comme vous le savez. Le Magicien dont je vous parle, était l'un des plus doués de sa génération, d'après ce que m'a dit Enoch. Sa traîtrise a été un coup rude pour nous tous.
Heureusement, il n’a pas pu prendre pleine possession du Pays des Fées. Pour le moment en tout cas. Durant l’absence de la reine, c’est sa fille, la princesse Mélusine, qui règne, et empêche Pelham d'avancer. Ici, à Sorcélia, seule cette cité a été touchée.
Il ne reste plus énormément de Sorciers, c’est pour ça que nous nous sommes réfugiés sous terre. Par contre, jusqu’à présent, Forestia, et le Pays Celte, n’ont pas subi de dommages. Ils ne sont pas encore arrivés jusque là-bas. Mais, ça ne saurait tarder.
Voilà, pour l’essentiel de la situation.
- Et le désert ? Quelle est la situation de ce côté-là ? demanda Evan.
- Nous n’en avons aucune idée. Une équipe de la Guilde devait aller voir, mais eux aussi ne sont jamais revenus.
- Rassurez-nous, et dites-nous que nous ne sommes pas les seuls membres de la Guilde ? demanda Justin, inquiet de connaître la réponse.
- Je n’en sais rien. Je suis désolée. Je ne l’espère vraiment pas. Mais il est temps pour vous de faire ce que vous êtes venu faire ici. Je vais vous indiquer le chemin pour vous rendre jusqu’à l’autel où devra être placée la pièce.
- Pourriez-vous nous dire, Haute Conseillère Aviva, ce qu’il se passera, lorsque les pièces seront toutes placées ? demanda Dina.
- Je suis désolée, mais je n’en sais rien. À présent, suivez-moi.

Ils sortirent de la maison, Kerof toujours assis sur l’épaule d’Aurore, n’avait pas dit un mot depuis qu’il avait fait sauter le mur du sous-sol.

- Vous êtes bien silencieux, Kerof, vous vous sentez bien ? lui demanda Aurore.
- Oui, rassurez-vous, je vais bien. Je réfléchis seulement à tout ce que l’on vient d’apprendre.

Ils sortirent de la ville, Aviva les conduisit à l’entrée d’un tunnel. D’autres Sorciers les encadraient.

- Je vous avertis tout de suite, il ne sera pas aisé de mettre la pièce à sa place. L’autel est entouré de pièges et de sortilèges pour empêcher quelqu’un de mal intentionné de le faire à votre place. C’est une protection que l’on a jugée nécessaire, au cas où on vous aurait volé la pièce.
- Nous comprenons, dit Justin.
- Mon cher Kerof, je vois que vous vous êtes liés d’amitié avec ces jeunes gens. Vous pouvez, soit resté ici avec nous, soit les accompagné dans leur mission. Vous avez montré beaucoup de courage et de ruse, et je suis sûre qu’ils auront encore besoin de vous. Je suis certaine que le Conseil des Anciens n’y verrait aucune objection.
- Je serais ravi de les accompagner dans leur mission, si, bien sûr, ils ne se lassent pas encore de moi.
- Nous serions enchantés de vous voir rester avec nous. Vous nous avez beaucoup aidés. Nous ne l’oublions pas, répondit Dina.
- Bien. Dina, voici un objet qui te permettra de communiquer avec moi si besoin est.

Elle lui donna un petit miroir. Avant qu'elle ait pu lui demander comment il fonctionnait, la Haute Conseillère enchaîna.

- J’aimerais que vous me teniez au courant, si vous avez des nouvelles des Nains. Je souhaiterai aussi, savoir où vous en êtes de vos déplacements. Dès que j’aurai des nouvelles, j’en informerai le Conseil des Anciens. Maintenant, partez. Que la déesse Hatari vous protège.
- Un instant, Haute Conseillère, j’ai deux questions à vous poser, si vous n’y voyez pas d’inconvénients, lui demanda Zach.
- Parle ! Je t’écoute.
- Que se passe-t-il, en dehors des terres enchantées ? Je suppose qu’il y a d’autres Pays, d'autres Terres ?
- Il y a d’autres Terres, et d’autres îles. Mais, nous ne savons pas qu’elle est la situation là-bas. Nous avons perdu le contact avec eux, depuis plusieurs mois maintenant. Et quelle est ta deuxième question ?
- À Avalon, la reine Présine nous a dit ne pas connaître la raison exact pour laquelle le Conseil avait décidé d'envoyer nos ancêtres dans notre monde. Elle ne savait pas quel danger allait menacer Faeria. Je me demandais comment se pouvait être possible.
- Il existe un livre où le Conseil des Anciens y note soigneusement tous les évènements importants qui se passent à Faeria. Seulement, ce livre a disparu il y a longtemps. C'est pour cela que nous ne connaissons pas l'histoire entière.
- Je vois, nos ennemis avaient bien préparé leurs arrières, commenta Zach.
- Maintenant que j'ai répondu à toutes vos questions, il vous faut partir, fit la Haute Conseillère.
End Notes:
Alors votre opinion ?
Chapitre 8 : La grotte et l'autel. by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
Bonne lecture !
Chapitre 8: La grotte et l'autel.




Ils marchèrent longtemps sans rien dire, trop absorbés par leurs pensées. Seulement, au bout d'un quart d'heure de marche, ils virent que le tunnel se séparait en trois branches.

– Qu'est-ce qui se passe ? demanda Evan.
– Je n'en sais rien. Aviva nous a pourtant dit qu'il n'y avait qu'un tunnel, et qu'on ne pouvait pas se perdre ! s'exclama Dina.
– Ce doit être les Trolls qui les ont creusés, suggéra Zach.
– Oui, mais pour quoi faire ? Quel est l'intérêt de faire des tunnels alors qu'ils peuvent circuler à la surface ! Ce n'est pas comme s'ils voulaient prendre les Sorciers par surprise, dit Justin.
– Qu'est-ce que tu en sais ! On ne sait pas comment ils sont rentrés, dit Aurore.
– Ils ont forcé une jeune Sorcière à leur montrer l'entrée. Ils ne sont pas arrivés par ces tunnels, ils n'auraient pas pu. Un enchantement puissant les en aurait empêché, expliqua Kerof.
– Comment le savez-vous ? demanda Dina. C'est Aviva qui vous l'a raconté ?
– Oui. Nous avons beaucoup parlé pendant que vous vous reposiez.
– Peut-être qu'ils cherchaient la salle où l'on doit placer la pièce, dit Aurore.
– Le tunnel y va déjà. Pourquoi en creuser d'autres ? demanda Evan.
– Ils ne doivent pas pouvoir rentrer à l'intérieur, suggéra Zach.
– Je pense que seule la personne qui possède la pièce peut entrer, ou ouvrir un passage, dit Dina.
– C'est très probable, en effet. Dites-moi, jeunes gens. La Haute Conseillère m'a expliqué le but de votre mission, mais je ne sais toujours pas ce qu'il adviendra lorsque vous aurez placé toutes les pièces, demanda Kérof.
– Désolé, mais nous n'en savons pas plus que vous. La reine Présine nous a seulement précisé que nous le saurions en temps voulu, expliqua Evan.
– C'est très sage de la part du Conseil, répondit celui-ci.
– Vous trouvez que c'est sage de leur part de ne pas nous faire confiance ! lança Evan.
– Vous vous méprenez mon cher, ce n'est pas là, ce que je voulais dire. Seulement le Conseil ne vous connait pas vraiment, ils ne savent pas grand-chose de vous. Vous venez d'arriver dans un monde que vous connaissez très mal, et personne ne peut savoir comment vous allez réagir. Il y a eu beaucoup de trahisons, certaines venant de personne en qui le Conseil avait entièrement confiance. Et qui peut savoir ce que vous feriez si vous étiez capturés ? On pourrait vous torturer pour vous soutirer des informations vitales pour la réussite du plan du Conseil. Est-ce que vous comprenez ?
– Oui, je comprends. Mais sachez que je ne suis pas du genre à trahir qui que ce soit. Je préfèrerai mourir plutôt que d'aider l'ennemi, déclara Evan.
– Je vous crois aisément, vous commencez à parler comme un vrai membre de la Guilde.

Aurore et Dina regardaient Evan d'un air étrange.

– Si nous nous mettions en route. On sait que c'est tout droit, intervint Justin.

Ils poursuivirent leur chemin, rencontrant plusieurs autres tunnels, mais ils continuèrent toujours tout droit.
Lorsqu'ils arrivèrent vers un autre tunnel adjacent, tous se figèrent. Ils entendaient des bruits de pas. Mais ce n'était pas le même bruit qu'ils avaient entendu au moment de leur rencontre avec les deux Trolls dans le tunnel qui menait vers la ville souterraine.

Là, c'était des bruits de pas plus légers comme si une petite créature marchait.
Soudain, un Nain déboucha dans le tunnel principal, où ils se trouvaient. Le Nain fut si surpris qu'il tomba à terre, et son bonnet rouge glissa sur ses yeux. Aurore se précipita sur lui pour le rassurer et lui faire comprendre qu'il n'avait rien à craindre, mais cela échoua. Il se releva très vite, et se mit à courir comme s'il avait reçu un choc électrique. Aurore fut plus rapide et le rattrapa en quelques foulées. Même lorsqu'elle courrait, elle était très gracieuse. On pouvait deviner qu'elle était descendante d'une Nymphe.

Elle prit le Nain à bout de bras, en lui tenant des propos rassurant, mais rien ni fit, il continuait à se débattre comme un diable. Aurore dû le lâcher, et il chuta à terre. Dina utilisa ses pouvoirs pour l'immobiliser.

– Merci, fit Aurore.
– De rien.
– Tu n'as pas à avoir peur de nous. Nous ne te voulons aucun mal, lui dit Aurore.
– Lâchez-moi. Ils vont me retrouver, et ils vont me tuer. Laissez-moi partir, pitié.
– De qui parles-tu ? Des Trolls ?
– Oui, oui, répondit le Nain tout en essayant de se débattre, mais sans y parvenir.
– Nous les avons chassés, tu ne risques plus rien pour l'instant. Calme toi, lui dit Dina.
– Vous mentez, vous êtes avec eux ! hurla le nain.
– Tu te trompes, nous sommes de la Guilde Enchantée. Nous avons libéré la cité des Sorciers.
– Menteurs ! éructa-il. Les membres de la Guilde sont morts, ou emprisonnés.
– Mon ami, je t'assure que tu peux leur faire confiance, ils disent la vérité. Je les ai vus à l'œuvre. Se sont « les envoyés ». Ceux qui délivreront Faeria de nos ennemis, dit Kerof, apaisant.
– Tu essaies de me tromper ?
– Non, je te le jure.
– D'accord, mais attention si vous essayez de me berner.
– Racontez-nous ce qui vous est arrivé. Vous avez parlé de membres de la Guilde qui étaient prisonniers. Vous les avez vus ?
– Oui. Quand les Trolls ont envahi la ville, ils ont commencé par menacer le Conseil des Sorciers de massacrer tout le monde s'ils ne cédaient pas. Nous, les Nains, nous sommes au côté du Conseil et des autres Sorciers. La moitié n'a pas survécu. Ils étaient trop nombreux. Alors, nous nous sommes rendus. Ils ont enfermé les Sorciers dans la prison. Ils voulaient emmener mon peuple dans les Montagnes du Nord.
Apparemment, c'est là-bas qu'ils envoient les prisonniers. En chemin, nous avons rencontré quatre Guildéens. Ils étaient déjà dans un sale état. Ils ont combattu, mais s'était en vain. Ils ont été capturés, comme nous. J'ai réussi à m'échapper pendant la nuit. Je ne sais même pas s'ils s'en sont aperçus. On était nombreux. Il y avait un Sorcier parmi les membres de la Guilde. C'est lui qui m'a aidé à m'enfuir. Il me parlait dans ma tête. Il m'a demandé de trouver un membre du Conseil des Anciens et de le prévenir de la situation à Sorcélia. Je ne voulais pas revenir ici, seulement, je suis tombé dans un trou, et j'ai atterri dans un de ses maudits tunnels qu'ils ont construit.
– Pourquoi ont-ils construit ses tunnels ? demanda Zach.
– Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est qu'ils avaient l'air de chercher quelque chose.
– Dis-moi, quel est ton nom ? demanda Dina. Moi je m'appelle Dina, voici mes compagnons, Aurore, Justin, Zach, et Evan, et bien sûr notre ami Kerof.
– Mon nom est Tulms, du clan des Nains mineurs, vivant dans la cité souterraine des Sorciers. Je suis content de vous connaître.
– Nous aussi. Nous avons une mission à accomplir Tulms, et vous, vous devriez poursuivre votre route. En allant tout droit, vous arriverez à la ville et vous irez trouver la Haute Conseillère Aviva et vous lui raconterez tout ce que vous venez de nous dire, lui intima Dina.
– Très bien, je vous laisse et vous souhaite bonne chance pour votre mission. J'espère que si vous êtes vraiment « les envoyés », oui, j'espère vraiment, que vous nous sauverez tous. Je prierai pour vous.

Et il s'éloigna à pas pressés. Ils continuèrent eux aussi leur chemin, dans le plus grand silence. Les heures passèrent, et ils finirent par arriver dans un cul-de-sac. Le tunnel prenait fin.

– Qu'est ce qui se passe ? On a peut-être fait une erreur, et on a atterri dans un tunnel construit par les Trolls ? suggéra Evan.
– Non, je ne pense pas qu'on ait fait une erreur. On est allé tout droit, dit Zach.
– J'ai une question, dit Justin. À chaque fois qu'on devra placer une pièce, on devra le faire tous ensemble, ou seulement celui qui la possède ? Je suppose qu'il y aura des épreuves à passer à chaque fois. Sinon se serait trop simple. Mais est-ce qu'on doit tous passer ses épreuves, ou pas ? Vous me suivez ?
– Parfaitement ! ironisa Evan.
– Je comprends ce que tu veux dire. Je pense que nous devrons tous affronter les épreuves, si tu as raison en parlant d'épreuves, répondit Dina.
– Je suis assez d'accord, après tout, on n’a pas arrêté de nous dire qu'il faudrait se faire confiance et que cette mission, on est sensé l'accomplir ensemble, ajouta Aurore.
– C'est très bien tout ça, mais là, qu'est ce qu'on fait ? s'impatienta Evan.
– Dina s'avança vers la fin du tunnel, et passa sa main sur la terre. Puis, elle recula, et dit
:
– Darg wa na dé'oh.

Le fond du tunnel qui était en terre l'instant d'avant, se transforma en une porte immense et massive, faite dans un métal qu'ils ne reconnurent pas.

– Comment on fait pour entrer ? demanda Justin.

Et comme pour répondre à sa question, Dina enleva la pièce qu'elle portait en pendentif, elle la tendit vers la porte, qui pivota sur ses gonds pour s'ouvrir à eux.

– D'accord j'ai rien dit, fit Justin.

Dina passa la porte la première et les autres la suivirent. Ils pénétrèrent dans une espèce de grotte au plafond plutôt bas. Au centre, se trouvait un autel.

– Je suppose que l'on doit placer la pièce sur l'autel, dit Dina.
– Non, tu crois ! fit Evan sarcastique.
– J'en ai vraiment marre de tes sarcasmes, tu sais. Ce n'est pas ça qui nous fera avancer, répliqua Dina.
– Concentrons-nous plutôt sur comment arriver jusqu'à l'autel en vie, intervint Aurore. Parce que je ne pense pas que ce soit aussi simple que ça en a l'air.
– Je suis d'accord, restons vigilants, dit Zach.
– Regardez, vous voyez sur les parois de droite et de gauche, il y a des trous, fit observer Justin.
– Dina, passe-moi le bâton qui est à tes pieds, s'il te plaît, demanda Evan.

Pensant qu'il s'agissait encore d'une mauvaise blague de sa part, Dina hésita quelques instants, puis ramassa le bâton, et le lui tendit. Evan le prit, et le jeta au milieu de la grotte. De l'électricité apparut des trous qui étaient dans les murs. Les éclairs apparaissaient de bas en haut, ne montrant aucune possibilité de se frayer un passage jusqu'à l'autel.

– Evan, tu pourrais les empêcher de nous griller, tu penses ? lui demanda Zach.
– Je ne sais pas. Mais je n'ai pas vraiment le choix, je pense.
– Attendez, pourquoi lui demander de prendre ce risque alors qu'il n'est pas sûr de pouvoir y arriver. Je pense pouvoir passer si je me transforme en souris, dit Aurore.
– Et si tu échoues ? demanda Justin, anxieux.
– Alors, Evan sera le second plan.
– D'accord. Prends le médaillon, lui dit Dina, en lui tendant la pièce.

Aurore prit la pièce et la mit autour de son cou.

– Attends, tu n'y arriveras pas ! s'exclama Zach.
– C'est gentil de me faire confiance.
– Ce n'est pas ça, seulement, pour une souris le médaillon sera trop lourd.
– C'est vrai, je n'y avais pas pensé. Il faudrait que je me métamorphose en un animal plus gros pour porter la pièce, mais suffisamment petit, pour passer sous les éclairs. Une fouine, ça irait ?
– Je pense que ça pourrait passer. Tu peux te transformer en fouine ? demanda Zach.
– Je n'ai jamais essayé, mais je pense que j'y arriverais.
– Je serais là pour empêcher les éclairs de passer si ça tourne mal, lui dit Evan.
– Espérons-le, dit Dina.
– N'oublie pas, essaie de rester plaquer contre le sol pour éviter les éclairs. Tant pis si c'est plus long ! Autant ne prendre aucun risque, lui dit Zach.

Aurore se métamorphosa en fouine. Cela lui prit dix bonnes minutes pour y arriver. Elle s'avança vers l'autel, doucement, et presque en rampent. Pour le moment, rien ne sortait desmurs. Tout se passait relativement bien, même si cela semblait durer une éternité. Evan se tenait près à intervenir, en cas de problème.

Ce moment sembla durait des heures. Puis, soudain, alors qu'elle n'était plus qu'à deux mètres de l'autel, l'électricité jaillit des murs. Un éclair toucha Aurore au niveau de la queue qui n'était plus plaquée au sol. Evan réagit immédiatement. Il leva les mains vers chaque côté des parois et, tout en continuant d'avancer, bloqua les éclairs au fur et à mesure.

Les autres étaient sur ses talons. Lorsqu'ils arrivèrent vers Aurore, Justin se pencha vers elle et la ramassa alors qu'elle était toujours sous sa forme animale. Ils arrivèrent ensuite devant l'autel, et Evan relâcha son pouvoir. L'électricité disparut. Aurore commença à retrouver sa forme normale. Elle était inconsciente, mais respirait encore. Dina lui reprit la pièce et s'approcha de l'autel.

Celui-ci était fait dans un marbre d'un magnifique bleu foncé. Il y avait des symboles gravé tout autour d'un trou. Ce trou avait la taille de la pièce, et le dessin qui se trouvait à l'intérieur, correspondait au motif sur la pièce, la gravure de la ville souterraine. Dina plaça la pièce à l'intérieur, et le tout s'emboîta facilement. Soudain, un grondement sourd retentit dans la grotte. La pièce s'affaissa à l'intérieur de l'autel jusqu'à disparaître totalement. L'autel se mit à irradier d'une lumière aveuglante. Tous durent se protéger les yeux tant la lumière était forte. Le grondement continuait, de plus en plus fort. La terre se mit à trembler, et l'apparition d’une Sorcière qu’ils ne connaissaient pas, se tenait à présent derrière l'autel. On voyait qu'il s'agissait d'une apparition magique. Elle leur souriait et irradié presque autant que l'autel. Elle leur dit :

- Vous êtes parvenus jusqu'ici et vous avez réussi. D'autres épreuves vous attendent, il sera de plus en plus difficile de parvenir à placer les pièces.
- Qu'est ce qui arrivera si nous réussissons à toutes les placer ? lui demanda Dina.
- Je suis désolée, je ne puis répondre à aucune question. Je ne suis qu'une illusion créée par le Conseil il y a longtemps pour vous signifier que votre première mission est un succès.
À présent, il vous faut poursuivre votre route. La grotte va être détruite.

Et elle disparut aussi subitement qu'elle était apparue. La grotte se remit à trembler, et à s'effondrer. Aurore était toujours inconsciente et Justin la portait en travers de son épaule. Il y eut un éboulement qui les sépara des autres. D'un côté se trouvait Dina et Evan, et de l'autre Aurore et Justin. Mais il n'y avait aucune trace de Zach et de Kerof.

– Justin ! Est-ce que tout va bien ? demanda Evan en hurlant.
– Oui ça va. On n’a rien. Zach et Kerof sont avec vous ?
– Non, on pensait qu'ils étaient de ton côté, répondit Dina.
– Je ne les vois pas. Et la sortie est de mon côté.
– Alors va-t-en. Prends Aurore, et pars. On se rejoindra à Inglesfield, après la forêt noire, cria-t-elle.
– O.K. J'entends des pas. Qu'est-ce qu'on fait pour Zach et Kerof ? demanda Justin.
– On n'a pas le choix. Si on reste, on va tous y passer. Zach est solide et Kerof est puissant, ils ont dû s'en sortir. Maintenant va-t-en ! hurla-t-il.

Evan fit exploser le pan de mur grâce à ses pouvoirs. Ils se trouvaient, lui et Dina sur le flan d'une montagne. Ils étaient très hauts et pouvaient apercevoir un lac en dessous d'eux.

- Il va falloir sauter ! dit Evan à Dina.
– Non, mais ça va pas ! On ne survivra pas à la chute ! s'insurgea Dina.
– Fais-moi confiance pour une fois !

Evan la saisit par le bras avant qu'elle ait eu le temps de protester, et ils sautèrent. Il tenait toujours fermement Dina par le bras. Il créa un bouclier d'énergie qui ralentit leur chute si bien qu'ils atterrirent dans le lac sans trop de dégâts.

– Non mais ça va pas ! Tu aurais pu nous tuer ! cria Dina en émergeant à la surface de l’eau.
– Pourquoi tu ne veux pas me faire un peu confiance ! Ça changerait pour une fois. On est en vie, c'est le principal non.
– Si tu le dis, fit-elle en le foudroyant du regard.

Ils sortirent du lac, et s'allongèrent sur l'herbe le temps de reprendre haleine. Ils restèrent un moment comme ça, en silence. Ils étaient trop occupés à se demander ce qui avait bien pu arrivé à Zach et à Kerof.

– Tu crois qu'ils sont morts ? demanda Evan à Dina.
– Je n'en sais rien. Je ne crois pas. Je pense qu'on l'aurait senti si c'était le cas. Je ne peux pas m'empêcher de penser que nous sommes liés tous les cinq.
– Normal, on fait tous partie du même club : la Guilde Enchantée.
– Je ne parle pas du fait que l'on fasse tous partie de la guilde. Il y a autre chose.
– C'est probable. Après tout, on nous cache des choses. Et je ne vois pas pourquoi on serait différent des autres Guildéens. On nous a dit que pour cette mission ils avaient fait voter tous les membres du Conseil pour savoir qui partirait dans notre monde. Et ça, je n'y crois pas du tout.
– Pourquoi ?
– Réfléchis, comme par hasard, ils envoient un membre d'un peuple différent, soit disant pour se mêler aux humains. C'est un mensonge, ils les ont choisi pour des raisons qu'on ne connait pas encore.
– Je ne savais que tu savais réfléchir, dit Dina en souriant.
– Tu sais, je suis un homme plein de surprise, lui répondit-il en lui rendant son sourire.
End Notes:
Alors verdict ?
Le prochain chapitre se nomme : La forêt noire
Chapitre 9 : La forêt noire by magno
Author's Notes:
Voici un nouveau chapitre !
Bonne lecture !
Chapitre 9 : La forêt noire




Justin et Aurore avaient réussi à fuir par un tunnel se trouvant derrière l'autel, avant que tout ne s'écroule. Aurore était toujours inconsciente, mais Justin préférait ne pas trop y penser. Avant de partir, il comprit que les bruits de pas qu'il avait entendu, étaient produits par des Trolls. Maintenant qu'ils avaient réussi à mettre la pièce en place, le sort qui interdisait à l’ennemi d'approcher avaient dû être brisé.

La sortie menait encore à un tunnel, lequel était plus étroit que l'autre. Justin essayait d'aller le plus vite possible, car la galerie où ils se trouvaient commencé à s'effondrer elle aussi. Aurore remua faiblement, ce qui rassura quelque peu Justin. Contrairement au tunnel par lequel ils étaient arrivés tous les six, celui là ne montait pas, mais descendait. Justin se demandait où il allait encore atterrir, et si Dina et Evan avaient pu sortir d'ici. Le fait de les imaginer tous les deux, livraient à eux-mêmes lui arracha un sourire, malgré les circonstances.

Au bout de ce qu'il semblait être des heures de marches, Justin vit enfin poindre la lumière du jour. Ils franchirent la sortie, et arrivèrent au pied d'une montagne.

Il déposa Aurore à terre, et s'assit près d'elle. Il observa attentivement les alentours. Au pied de la montagne s'étendait un lac. Il pouvait entendre le bruit d'une cascade, mais ne la voyait pas d'où il était. En face d'eux, de l'autre côté du lac, se trouvait une forêt qui n'avait pas l'air des plus amicales. Justin pensa qu'il s'agissait surement de la forêt noire. Il fouilla dans sa poche et sortit le plan qu'il possédait de Faeria. Chaque étape de leur voyage avait été numérotée. La prochaine était le manoir hanté d’Inglesfield. Une pièce était cachée là-bas.

Mais pour s'y rendre, il fallait traverser la forêt noire. Kerof leur en avait un peu parlé. Plus personne n'osait s'approcher de cet endroit. Il était soit disant maudit.


Justin s'approcha du lac et y remplit sa gourde. Il revint ensuite vers Aurore et lui versa le contenu sur le visage pour tenter de la réanimer. Elle se mit à remuer, et bientôt elle ouvrit les yeux.

– Comment tu te sens ? lui demanda Justin.
– Un peu sonnée, mais ça va, je survivrai.
– J'espère bien. Tu m'as fait une sacrée peur, tu sais !
– Où sommes-nous ? Et où sont les autres ? demanda-t-elle en regardant autour d'elle.
– Je pense qu'on est au-dessus de la ville souterraine. La grotte s'est écroulée après que Dina ait mis la pièce en place.
– On a réussi ?
– Oui. Mais on a été séparé à cause d'un éboulement. Dina et Evan ont dû trouver un autre moyen pour sortir de la grotte.
– Et Zach et Kerof ?
– Je ne sais pas, lui dit-il avec un regard triste. Ils n'ont pas répondu quand on les a appelés. Et on ne les a pas vu.
– Oh ! Non ! Ne me dis pas qu'ils sont morts !
– Je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que des Trolls sont arrivés dans la grotte peu de temps après que la pièce ait été mise sur l'autel. Dina et Evan nous attendront près du manoir.
– Comment les Trolls ont fait pour entrer ? Et par où ils sont arrivés ?
– Sûrement par les galeries qu'ils ont creusées. Ils devaient y en avoir caché à l'intérieur, attendant qu'on vienne. Le sort qui les tenait éloigné a dû se rompre à partir du moment où notre mission était accomplie. C'est comme ça qu'ils ont pu atteindre la grotte.
– Comment savaient-ils ce que l'on devait y faire?
– Ils ne le savaient peut-être pas. Ils sont certainement au courant pour les pièces, sinon ils n'auraient pas été là, mais ils ne devaient pas savoir ce que nous sommes censés faire avec. Ni de ce qu'il se passera après.

Des bruits de voix les firent s'interrompre. Elles provenaient de l'autre côté de la montagne.
Ils entendaient des cris et des grognements. C'était des Trolls, probablement ceux qui étaient dans la grotte. Justin et Aurore ne pouvaient pas les voir, mais ils reconnurent deux autres voix, même si elles étaient moins puissantes que celles des Trolls. C'était les voix de Zach et Kerof.

– Tu entends ? On dirait Zach et Kerof qui crient, dit Aurore soulagée de les savoir en vie.
– Oui, mais qu'est ce qu'on peut faire ? On ne peut pas les secourir pour l'instant.
– Tu te souviens de ce que le Nain nous a dit. Ils emmènent les prisonniers dans les Montagnes du Nord. Ils vont les torturer pour savoir ce qu'ils faisaient dans la grotte, continua Aurore, dont le soulagement se changea en horreur.
– Regarde, de l'autre côté du lac. Il y a quelqu'un. On dirait qu'ils sont deux. Tu les vois, derrière les buissons.
– Oui, je les vois. Se doit être Evan et Dina. De l'autre côté, ils doivent apercevoir les Trolls. Se doit être pour cela qu'ils se cachent.
– Parfait, on est tous vivant, dit Justin.
– Tu trouves ça parfait toi ! Zach et Kerof sont prisonniers et on est tous séparés.
– Désolé, « parfait », n'est peut-être pas le mot qui convient. Je suis juste content qu'on soit tous en vie. Pour le moment. Écoute, on doit faire le tour du lac pour arriver devant la forêt noire qui est en face. On doit ensuite la traverser, et aller au village d'Inglesfield. Un peu en dehors du village, il y a un manoir. C'est là qu'on doit se rendre pour trouver la pièce. Ensuite on devra aller dans les Montagnes du Nord. Et là-bas, on fera tout pour sauver nos amis. D’accord ?
– On n'a pas vraiment le choix, soupira-t-elle. Mais ça me rend malade, j'ai l'impression de les abandonner, dit-elle des larmes pleins les yeux.
- Je sais. Mais on n’a pas d'autres solutions. Et il ne faut pas oublier notre mission, lui rappela Justin.
– Si on se mettait en route, Evan et Dina seront arrivés avant nous. Autant ne pas trop les faire attendre, dit Justin après une pause.

Alors qu’ils s’apprêtaient à partir, ils entendirent une voix leur parler dans leur esprit.

De l'autre côté du lac, Dina et Evan se demandaient ce qu'ils allaient devoir encore affronter dans l'avenir. Ils s’interrogeaient aussi sur ce qu'ils feraient au cas où Aurore et Justin ne les rejoindraient pas.

– Pourquoi veux-tu qu'ils ne viennent pas au manoir ? On s'est donné rendez-vous là-bas, dit Dina.
– Oui, mais imagine que l'état d'Aurore ne s'améliore pas, et que Justin ne puisse pas l'aider.
– Tu crois qu'il l'abandonnerait ?
– Non, je ne crois pas. Même si notre mission est une priorité, on n'abandonne personne.
– Pourtant, c'est ce qu'on a fait avec Zach et Kerof, lui rappela-t-elle.
– C'est différent, on ne savait pas où ils étaient, et ça aurait été dangereux de rester là. Justin viendra avec Aurore. Même s'il doit la porter tout au long du chemin. Si on ne les voit pas arriver, on va chercher la pièce tous les deux. Et si en sortant ils ne sont pas là, on leur laissera un message au cas où. D'accord ? lui demanda-t-il.
– C'est d'accord.

Ils restèrent un moment en silence, à méditer sur leur sort, et celui de leurs amis. Un bruit attira soudain leur attention. Il provenait de l'autre côté du lac, vers la montagne. Dina empoigna Evan et l'attira à l'abri des regards, derrière des buissons qui bordaient le lac. De là, ils pouvaient observer ce qu'il se passait sans être vu. Ils remarquèrent les entrées de plusieurs galeries dans la montagne. Devant l'une d'elles, ils pouvaient voir trois grandes silhouettes trapus. Ils entendaient aussi des voix rocailleuses au loin.

– Ce sont des Trolls ? demanda Evan à Dina.
– Apparemment. Justin avait raison quand il nous a dit qu'il avait entendu des bruits de pas quand la caverne s'effondrait.
– Regarde, il y a quelqu'un d'autre avec eux. On dirait un humain, mais on ne voit pas bien à cette distance.

Dina fouilla dans son sac et en sortit une sorte de longue vue. En réalité, c’était un verre épais entouré de cuir, ayant la forme d’une longue vue.

– D'où tu sors ça ?
– Ça fait partie des choses que j'ai achetées quand on était au port de la Wicca. Au nom d'Hatari, c'est Zach ! s’exclama-t-elle. Et je vois Kerof aussi. Ils sont vivants, mais comment allons-nous faire pour les délivrer ?
– Montre s'il-te-plaît !

Dina passa la longue vue à Evan qui constata par lui-même la véracité de ses dires.

– Ils vont sûrement être emmenés dans les Montagnes du Nord. Le Nain qu'on a rencontré dans le tunnel nous a bien dit qu'ils avaient fait une sorte de prison là-bas.
– Exact. C'est vrai. Mais, pense qu'ils vont certainement être sévèrement interrogé pour avoir des informations sur nos activités.
– « sévèrement interrogé » est-il un euphémisme pour dire torturé ? interrogea Evan.
– On peut dire ça, oui. Et ça, ce n'est pas bon pour nous, dit-elle l'air grave.
– Tu crois qu'ils nous trahiraient ?
– Je n'en sais rien. Tout dépendra de ce qu'ils pourront endurer.
– Qu'est-ce qu'on peut faire alors ? On ne peut pas les laisser comme ça !
– Pour le moment on ne peut rien faire. Il faut continuer comme prévu. On traverse la forêt, et on se rend au manoir. Après, direction les Montagnes du Nord. On essaiera de les sauver une fois là-bas.
– Oui, mais il y a une chose que tu sembles oublier ma Sorcière. La pièce de Zach. Il l'a Peut-être perdu, et s’il l'a, les Trolls ont dû mettre la main dessus. Et quand ils verront le motif dessus, ils enverront un comité d'accueil au manoir.

Dina jura entre ses dents.

- Tu as raison, je n’y avais pas pensé.
- Je vois ça. Désolé de te le rappeler, mais tu n'es pas la seule à posséder une pièce, on en a une chacun.
– Épargne-moi tes commentaires, grinça-t-elle. J'ai une idée. Je vais essayer de rentrer en communication avec Zach par télépathie.

Un long silence s'ensuivit pendant lequel Dina se concentra de toutes ses forces pour parvenir à parler à Zach. Pendant ce temps-là, Evan continua d'observer les alentours avec les jumelles.

– Il m’a dit avoir laissé tomber la pièce à l'entrée du tunnel par où ils sont sortit. Il va falloir allé la chercher. Je lui ai expliqué qu'on viendrait le chercher dans les montagnes plus tard. Il a compris pourquoi.
– Très bien, on attend qu'ils soient partis et j'irai la chercher. Mais avant, sache qu’Aurore et Justin sont sur la rive d'en face, du côté opposé de la montagne où sont les Trolls. Et ils nous ont vus. Je pense qu'ils ont dû entendre les Trolls, et ils ont compris que nos deux amis étaient vivants, mais capturés. Tu ne peux pas leur dire qu'on continue comme prévu ?
Pendant ce temps je rapporterai la pièce. Ce côté-là de la rive n’est pas trop loin, comparé au coin où se trouvent Justin et Aurore.
– D'accord, vas-y, je m'occupe de les rassurer, dit-elle d'un air las.

Les Trolls s'étant éloignés, Evan nagea jusqu'à la rive d'en face. Il lui fallut un certain pour l'atteindre.

Pendant ce temps-là, Dina communiqua avec Aurore par télépathie juste au moment où tous les deux s'apprêtaient à partir. Dina leur expliqua brièvement qu'ils allaient récupérer la pièce de Zach, et qu'ils s'en tenaient a leur plan. Ils libéreraient Zach et Kerof quand ils passeraient dans les montagnes. Elle lui dit aussi qu'ils les attendraient quatre heures seulement près du manoir, et que, passé se laps de temps, ils iraient chercher la pièce seuls.
Ils ne pouvaient se permettre de perdre du temps.

Lorsque Evan revint, Dina lui fit un résumé de ce qu'elle avait dit à Aurore. Evan n'avait eu aucun mal à trouver la pièce. Ils décidèrent de se mettre tout de suite en route, sachant qu'ils venaient de perdre au moins une heure.

Après avoir reçu le message de Dina, Aurore le répéta à Justin. Ils se dirent qu'effectivement ils ne devaient pas traîner en route. Ils marchèrent des heures durant, en essayant de se presser, mais après le choc électrique qu'elle avait reçu, Aurore ne pouvait marcher aussi vite qu'elle l'aurait voulu au début. Heureusement, au fur et à mesure de leur marche, la jeune femme semblait aller mieux et accéléra le pas.

– On aurait plus vite fait de traverser à la nage ! soupira Justin.
– Je ne peux pas aller dans le lac. J'ai peur de l'eau, avoua-t-elle sans le regarder.
– Quoi ? Une fille qui a du sang de Nymphe et qui ne peut pas aller dans l'eau ! Tu es sérieuse ?
– Extrêmement sérieuse. Le plus ironique, c'est que je vis dans les Caraïbes.
– Pourquoi tu as peur de l'eau ? Reconnaît que c'est bizarre.
– Oui, c'est bizarre. Et ça ne vient pas d'un traumatisme quand j'étais petite. J'ai peur de l'eau
depuis que je suis née. Déjà bébé, je ne supportais pas de prendre un bain. J'ai comme une réaction allergique à l'eau. Je ne l'explique pas, et mes parents n'y ont jamais rien compris. Les docteurs non plus.
– Qui sait, tu trouveras peut-être la réponse ici, dit-il en souriant.
– Honnêtement, je pense que c'est très probable.

Le soleil commençait à se coucher lorsqu'ils atteignirent l'orée de la forêt noire.

Il fallut quand même quelques minutes pour permettre à Evan de reprendre son souffle.

Ensuite, ils décidèrent de partir, et entrèrent presque immédiatement dans la forêt.

L'atmosphère qui y régnait, était oppressante. Rien à voir non plus avec le paysage qu'ils avaient au bord du lac. Ici, tout était sombre, comme s'il faisait nuit. Il n'y avait également aucun bruit, pas un souffle de vent dans les branches, pas un oiseau en train de pépier. Le néant. Dina frissonna.

– Je n'aime pas cet endroit. Cette forêt à des yeux, dit-elle.
– C'est vrai que ce n'est pas franchement accueillant. Je me sens comme le petit chaperon rouge qui sent le loup en train de la guetter, murmura Evan.
– Le petit chaperon rouge ? dit Dina en souriant.
– Laisse tombé ! Oublie ce que je viens de dire.

Ils s'enfoncèrent davantage dans ce paysage obscur, pas rassuré du tout.

– Il faudrait une boussole, déclara Evan.
– Pas besoin.

Dina fit apparaître au creux de sa main une petite lueur verte.

– C'est elle qui va nous guider. Le manoir se trouve vers le sud-ouest. Il n'y a qu'à la suivre.
– Et Aurore et Justin ? Comment ils feront pour se repérer là-dedans ?
– Ne t’inquiète pas pour ça. Justin est Druide, il sait où se trouve le sud-ouest, et il sait parfaitement se repérer dans une forêt, même s'il ne la connait pas.
– J'avais oublié qu'il était Druide.
– Comment ça, tu pensais que tu étais le seul à avoir des pouvoirs ? fit-elle moqueuse.
– Très drôle. Mais je l'ai mérité. Et puis, s'ils se perdent, Aurore demandera son chemin aux arbres.
– Je ne crois pas qu'ils soient très communicatifs ici, dit Dina tout en continuant à marcher.

Au bout d'un moment, Evan n'y tenant plus, lui dit :

– On n’y voit plus rien ! Déjà en plein jour il fait très sombre ici, mais là j'ai même du mal à voir ton espèce de luciole verte !
– Je sais bien, mais on n’a pas le temps de s'arrêter !
– Dina, on n’a pas le choix ! On n’a aucune visibilité ! Il faut dormir un peu aussi, dit-il avec justesse.
– D'accord ! fit-elle agacé.

Evan fit comme la première fois où ils avaient campé, il créa un champ magnétique pour repousser l'ennemi. Dina prit le premier tour de garde, Evan finit par s'endormir, malgré le froid, et les ténèbres de la forêt.

Lorsque Justin et Aurore y entrèrent à leur tour, une sensation glaciale les pénétrèrent.

– Je n'aime pas ça ! s'exclama Aurore.
– Je te comprends, ce n'est pas ici que quelqu'un viendrait pour une promenade, dit Justin.
– Non, tu ne comprends pas, ce que je n'aime pas, ce n'est pas qu'elle soit lugubre, mais qu'elle soit silencieuse. Je n'entends même pas le murmure des arbres. Il y a quelque chose d'anormal, il a dû se passer des choses affreuses ici, pour que même les oiseaux se
taisent.

– Continuons d'avancer, et restons sur nos gardes ! D'après la carte, il faut se diriger vers le Sud-ouest. C'est par là, dit il en montrant sa droite.
– Tu peux te repérer alors que tu ne connais pas l'endroit ?
– Je suis Druide, déjà à huit ans, mon père m'emmenait dans les bois et je devais retrouver seul le chemin jusqu'au campement.
– Quoi ? À huit ans !
– Mon père n'est pas un monstre, il restait près de moi. Il disait qu'il devait m'entraîner plus sévèrement qu'on l'avait fait avec lui, parce que je suis spécial. C'est ce qu'il disait.

Aurore trouvait tout de même cruel d’abandonner ainsi un enfant dans les bois, mais préféra ne rien dire.

Soudain, un cri déchira la nuit. Ce ne pouvait être un cri humain. Il dura longtemps, avant de s'éteindre subitement. Et le silence qui suivit était plus effrayant que tout ce qu'ils avaient entendu jusque là.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 10 : Dévoreuses de cœurs by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
Bonne lecture !
Chapitre 10 : Dévoreuses de cœurs




Evan et Dina couraient aussi vite qu'ils le pouvaient. Ils filaient vers l'endroit d'où devait provenir le cri qu'ils venaient d'entendre. D'après ce qu'ils avaient entendu, ce ne devait pas être loin. Finalement, ils virent deux silhouettes à terre, un peu plus loin. Lorsqu'ils arrivèrent à leur niveau, ce qu'ils aperçurent les figea d'effroi.

Deux Trolls gisaient sur le dos, les bras en croix. On leur avait arraché le cœur. Il y avait du sang partout, mais leur sang à eux était noir. Ils avaient les yeux ouverts, dans lesquels on pouvait lire une expression mêlant la surprise à l'horreur.

Un bruit les tira de leur torpeur. Quelqu'un qui courait dans leur direction. Evan dégaina son cimeterre et Dina sortit ses dagues. Leurs cœurs battaient à tout rompre. Ils se demandaient qui venait vers eux. Peut-être la chose qui avait massacré les Trolls. Qu'est-ce qui pouvait être pire qu'un Troll ? Puis, soudain, ils les virent venir vers eux, et ils en furent tout deux soulagés. C'était Justin et Aurore.

– Bon sang ! Vous ne savez pas la peur qu'on vient de se faire ! s'exclama Evan, très pâle.
– Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Justin, les yeux rivés sur les cadavres.
– On a entendu un cri et on a accouru pour savoir ce que c'était. On a découvert... ça, répondit Dina en désignant les Trolls.
– Qu'est-ce qui a pu leur faire ça ? demanda Aurore, avec une expression dégoutée.
– Aucune idée. Et sans vouloir paraître froussard, je ne tiens pas à le savoir, dit Evan.
– Aurore, tu as toujours le livre que les Fées nous ont donné ? demanda Dina.
– Oui. Tu veux voir s'il y a des infos sur cette forêt dedans ?
– Oui, acquiesça-t-elle. Je pense que ça devient nécessaire.

Aurore sortit le livre de son sac et le donna à Dina. Celle-ci le feuilleta et s'arrêta à une page qui parlait de la forêt noire.

– Alors ? Qu'est-ce que ça dit ? demanda Justin.
– Pas grand chose. Seulement que depuis des centaines d'années les gens considèrent ces bois comme maudits. On dit qu'un esprit les hante. Apparemment, beaucoup de gens ont disparu ici. Le Conseil a même envoyé une équipe de la guilde pour voir ce qui s'y passait. Aucun d'entre eux n'est jamais revenu.
– Super ! Moi qui commençais à m'inquiéter, dit Evan.
– Il ne faut pas s'arrêter. Il faut partir d'ici très vite, souffla Aurore.

Ils reprirent leur route, l'oreille aux aguets, le cœur battant la chamade aux moindres bruits suspects, aux moindres craquements de branches.

– Quelqu'un ou quelque chose nous suit, déclara Dina.
– Oui, et depuis un moment, confirma Justin.
– Ignorons-le, ou ignorons-les, je ne sais pas. Plus vite on sera sorti de là, et mieux ce sera, fit Evan.
– Amis, ou ennemis, selon vous ? demanda Aurore.
– Aucune idée, répondit Dina.

Ils poursuivirent dans le silence.



Il était près de minuit, lorsqu'ils arrivèrent près d'une source. Comme chacun se méfiait, personne ne voulait s'y arrêter. Seulement, ils aperçurent quelqu'un agenouillé près du ruisseau. C'était une jeune femme brune, pas beaucoup plus âgée qu'eux. Elle portait une longue robe noire qui épousait ses courbes à la perfection. Elle leva la tête vers eux, se remit debout, puis les observa longuement chacun à leur tour. Elle s'attarda plus longtemps sur Evan et Justin.

– Bonjour étrangers ! Vous n'avez rien à craindre, je ne mords pas, leur dit-elle en souriant.
– Qui êtes-vous ? demanda Dina, méfiante.
– Je me nomme Kitia. Je vis près d'ici avec mes sœurs.
– Où ça ? Dans la forêt ? demanda Aurore, suspicieuse.
– Oui, nous vivons dans la forêt. Je sais qu'elle a mauvaise réputation, mais je vous assure que ces bois ne sont pas plus dangereux que d'autres.
– Vous êtes une Sorcière, dit Dina.

Ce n'était pas une question de sa part, plutôt une affirmation.

– Oui, mes sœurs et moi sommes des sorcières. Nous vivons ici depuis longtemps. Nous aimons notre tranquillité, déclara-t-elle sans se départir de son sourire.
– Ce ne doit pas être une vie très amusante pour des jeunes femmes, dit Evan, subjugué par la Sorcière.
– C'est une vie qui nous convient, déclara-t-elle simplement.

Le craquement d'une branche les interrompit. Une autre jeune femme approchait du ruisseau. Elle portait aussi une longue robe noire, mais semblait un peu plus âgée que Kitia.

Elle était tout aussi brune même si ses cheveux à elle, étaient plus courts.

– Je vous présente ma sœur Milia.
– Je suis ravie de voir des étrangers, personne ne vient plus par ici, se désola-t-elle.
– Et quels sont vos noms, étrangers ? leur demanda Kitia.
– Je m'appelle Justin. Et voici Evan, Aurore, et Dina, dit-il en désignant ses compagnons.
– Enchantée de vous connaître, fit Milia en regardant les garçons d'un regard plein d'avidité.
– Milia, peut-être devrions-nous les inviter à boire quelque chose ? Qu'en dis-tu ? lui suggéra sa sœur.
– Très bonne idée. Suivez-nous, les enjoignit-elle.
– Désolée mais nous ne pouvons pas. Nous sommes extrêmement pressés, répliqua Dina.
– Oh ! Dina ! Pour cinq minutes ce n'est pas la mer à boire, dit Evan en s'avançant vers les jeunes femmes.

Voyant que Justin le suivait, Dina et Aurore se résignèrent. Elles ne pouvaient les laisser seuls.
Dina songea aux cadavres des Trolls, et elle serra fort ses dagues dans ses mains.



Ils ne marchèrent pas longtemps. Les deux sœurs stoppèrent devant un arbre. Ce n'était pas un arbre comme les autres, il semblait plus grand, plus large, il faisait environ six mètres de diamètre, et surtout, il semblait bien plus ancien que ses congénères aux alentours.

Milia posa sa main à plat sur le tronc, et une entrée apparut. Aurore et Dina sentaient le danger, mais avant qu'elles aient pu protester, les garçons s'étaient déjà engouffrés à l'intérieur, derrière les deux Sorcières. Elles durent donc entrer à leur tour.

Ils pénétrèrent dans une pièce qui devait servir de cuisine et de salon. Une grande table noire en bois trônait au centre, encadrée par six chaises de la même couleur. La lumière était créée par magie, de petites boules lumineuses flottaient dans les airs. Tout au fond, une sorte de cuisine avait été aménagée. Sur les parois de l'arbre, un escalier de bois, en forme de spirale faisait le tour du conifère et montait tellement haut que personne ne distinguait ce qu'il y avait au sommet.

– Asseyez-vous, je vous en prie, les invita Kitia.
Chacun obtempéra, les garçons le firent avec plaisir, alors que les filles se sentaient prises au piège.
– Dites-nous, que faites-vous dans les parages ? Ce n'est pas tous les jours que l'on a de la compagnie, dit Milia en s'affairant dans la cuisine.
– Nous sommes de simples voyageurs, répondit Aurore avant que Justin puisse ouvrir la bouche.

Aurore et Dina s'inquiétaient de l'influence que ses Sorcières semblaient avoir sur les garçons. Elles craignaient qu'ils n'en disent trop.

– Des voyageurs ? Vraiment ? Et peut-on savoir où vous vous rendez ? demanda Kitia.
– Nous avons été chassés de chez nous par des Trolls, et nous cherchons un nouvel endroit pour y vivre, inventa Dina.
– Comme c'est triste, répondit Milia en posant une tasse devant chacun d'entre eux. Nous détestons les Trolls. Ils pensent qu'ils peuvent venir chez les gens et tout détruire, dit-elle avec colère.
– Entièrement d'accord, répondit Evan en portant sa tasse à ses lèvres.

Avant que Dina ait pu faire un geste pour l'en empêcher, un cri retentit au dehors. C'était un cri identique à celui qu'ils avaient entendu plus tôt dans la nuit. Dina et Aurore se ruèrent au-dehors. Seulement, il n'y avait rien, personne. La forêt était à nouveau calme. Quand

Aurore se retourna vers l'arbre, l'entrée avait disparu. La jeune Nymphe jura, ce qui n’était guère dans ses habitudes.

– On s'est fait posséder ! s’écria-t-elle.
– Je ne savais pas que tu connaissais ce genre de mots, dit Dina en souriant.
– Quoi ? Ce n'est pas le moment de plaisanter ! s'insurgea-t-elle.
– Je suis désolée, j'ai dû rester trop longtemps au contact d'Evan, déplora Dina.

Ce fut au tour d'Aurore de sourire.

– Maintenant on sait qui a massacré les Trolls, dit Dina.
– Je savais qu'elles n'étaient pas claires. Il fallait voir comment les garçons les regardaient.
– Avec des yeux de merlans frits. Que des idiots ! Deux jolies filles en noir dans une forêt maudite au milieu de la nuit, et ils ne se posent pas de questions ! s'énerva Dina.
– Comment fait-on pour rentrer ?
– Je n'en sais rien, avoua Dina.
– Attends ! Réfléchissons. Cet arbre est magique, et je peux sentir qu'il n'est pas du tout satisfait de sa condition, décréta Aurore.
– Il est creusé à l'intérieur, et il est meublé. Et tu es en train de me dire qu'il est vivant ?
– Exact. Mais tout ça, c'est par magie.
– Tu pourrais essayer de lui parler ? demanda Dina
– C'est ce que je vais faire.

Elle se tut un moment, les yeux fermés, les mains au contact de l'arbre. Dina se demandait si elles arriveraient à rentrer, et si elles le feraient à temps. Peut-être étaient ils déjà morts ?

– Il veut bien nous aider, à condition qu'on élimine les Sorcières.
– Honnêtement, je ne voyais pas les choses autrement.

Et comme si l'arbre avait entendu la réponse de Dina, une légère brise souffla. C'était la première fois depuis qu'ils avaient pénétré dans la forêt. L'entrée apparut soudainement. Elles s'engouffrèrent à l'intérieur rapidement, craignant le pire et ce qu'elles virent les stupéfia.

– On commençait à se demander si vous alliez revenir ! dit Evan, assis nonchalamment sur une chaise.

Ils étaient tous les deux assis, et les corps des deux Sorcières gisaient à terre. L'une était décapitée, il s'agissait de Milia, et Kitia avait été poignardée.

– Ne faites pas ces têtes, vous avez vraiment cru qu'on était aussi stupide ? leur demanda Evan avec un sourire goguenard.
– Franchement oui, répondit Dina soulagée qu'ils n'aient rien.
– On pensait qu'elles vous avez ensorcelés, dit Aurore.
– C'était vrai. Au début, quand elles nous ont invités chez elles, on était sous leur emprise.

Mais plus ça allait, et plus on se sentait lucide, répondit Justin.

– Elles étaient pas mal, mais bon, j'ai vu mieux. Et puis, post mortem, on voit bien qu'elles n’étaient pas aussi jeunes qu'elles paraissaient, fit Evan, souriant.

Effectivement, leurs cheveux étaient blancs, et leurs peaux ridées. Elles vivaient là depuis très longtemps sûrement.

– Tu trouves ça drôle ! Tu sais le souci qu'on s'est fait ! Et tu trouves encore le moyen de plaisanter ! Vous auriez pu y rester ! cria Dina à Evan.
– Ne t'énerve pas, je suis désolé, répondit Evan, troublé par son attitude.
– Pendant qu'on vous attendait, on a un peu fouiné, dit Justin pour changer de sujet. Et on a trouvé deux cœurs. Et pas humains. Ils doivent appartenir aux Trolls qu'on a retrouvés. On a aussi découvert un livre de magie noire. Elles mangeaient le cœur des mâles, humains ou pas, pour rester jeunes et en vie, d’après ce qu’on a lu.
– Elles tenaient un journal, où elles notaient le nom et les pouvoirs, quand ils en avaient, de leurs victimes. Elles tenaient des comptes pour savoir laquelle faisait le plus de morts.

Et vous savez quoi ? Elles sont trois, et n’on a pas vu la dernière, fit Evan.

– Oui, mais on n’a pas le temps de la chercher, dit Dina en regardant Aurore.
– J'ai promis qu'on les tuerait toutes, déclara Aurore.
– Tu as promis à qui ? demanda Justin.
– À l'arbre ! répondirent-elles ensemble.
– Tu as parlé à l'arbre ?
– Oui, c'est comme ça qu'on a pu rentrer, expliqua-t-elle.

Justin et Evan sortirent les cadavres dehors. Ils mirent le feu aux corps, et reprirent leur chemin, toujours guidés par la lueur verte créée par Dina.

– Je n'aime pas ne pas tenir mes promesses. Ce n'est pas loyal, fit Aurore.
– Si on perd plus de temps, Zach et Kerof risquent de mourir, répondit Dina.
– Je sais que tu as raison, mais ça ne me plait pas quand même.
– À moi non plus, lui dit Dina.

Ils n'avaient pas fait dix pas, que Dina fut projetée dans les airs avec une telle force, qu'elle atterrit dix mètres plus loin, heurtant un arbre.

Tous dégainèrent leurs armes, et observèrent les alentours mais sans rien apercevoir. Un rire strident retentit non loin d'eux. C'était le rire d'une femme, probablement celui de la troisième Sorcière. Dina ne bougeait pas, elle semblait inconsciente. Le rire continuait, mais semblait s'éloigner. Evan envoya un éclair dans sa direction mais la manqua. Elle rit plus
fort, et le jeune homme répliqua une nouvelle fois, et, ce coup-ci, ne la manqua pas. La Sorcière devint visible, et alla atterrir lourdement sur le sol quelques mètres plus loin. Elle se releva aisément en souriant bien qu'elle ne rît plus. Elle leva les mains, et, instantanément, Evan fut à son tour projeté dans les airs.

Avant que les autres aient pu réagir, des grognements se firent entendre. Deux chiens surgirent de nulle part, et se jetèrent sur la Sorcière. Evan en profita pour se relever et ramasser son épée qui était tombée dans sa chute. Aurore fut malgré tout la plus rapide, et elle eut saisi une flèche de son carquois, bandé son arc, et décoché sa flèche qui se ficha en plein dans la tête de la Sorcière avant qu'Evan ne soit arrivé à la hauteur de celle-ci.

Les chiens la lâchèrent, comprenant qu’elle était morte sur le coup. Evan s'approcha de Dina qui revenait à elle.

– Tu vas bien ? demanda-t-il inquiet.
– Oui, ça va. D'où sortent ces chiens ?
– Bonne question, mais je pense que c'est eux qui nous suivaient, lui dit Aurore. Je vais leur demander.

Elle s'approcha d'eux. Ils étaient assis, en train de les observer. Le premier était un grand chien blanc avec des taches marrons dont une grande qui lui mangeait une partie des côtes ainsi que l'épaule gauche. Il avait un regard triste et semblait du genre peureux.

L'autre en revanche, était un petit chien noir, aux pattes rousses et au poitrail blanc. Il avait le corps plutôt long, et le regard vif.

– Fais attention ! On ne connait pas ses chiens, ils ont peut être la rage, lui dit Justin.
– Ils ne sont pas dangereux, lui dit-elle.

Aurore les caressa en les regardant tour à tour dans les yeux. Au bout de quelques minutes, elle se releva.

– N'ayez aucune crainte, ils sont adorables. Approchez, venez les caresser, leur dit-elle.

Le plus petit s'appelle Louka, et son copain se nomme Sony.
Tous les trois s'approchèrent et les caressèrent.

– Tu connais leurs noms ? lui demanda Evan.
– Oui, ils me l'ont dit. Et ils m'ont dit bien d'autres choses aussi. Ils souhaitent venir avec nous.
- D'accord, mais alors on part de suite ! On a assez perdu de temps, dit Dina.

Et ils se remirent en route, avec les deux chiens en tête.

- On ne va pas passer inaperçu avec eux, dit Justin.
- Ah parce que d'habitude on passe inaperçu peut-être ? demanda Evan.

Justin préféra ne pas répondre.

- Qu'est-ce qu'ils t'ont dit d'autre Aurore ? la questionna Dina.
- Ce sont des chiens de chasse. Il y a quelques mois, une battue a été organisée, les gens pensaient que c'était une bête qui était à l'origine de ces disparitions. Ils voulaient la traquer et la tuer. Ils étaient une bonne quinzaine de chasseurs. Ils ont tous été massacrés par les Sorcières. Même les chiens sont morts, ou se sont enfuis. Nos deux compères aimaient trop leur maître, et ne pouvaient laisser les Sorcières agir. Ils sont allés plusieurs fois chez elles, et ont volé des cœurs pour ne pas qu'elles s'en servent.
- Ils ne sont pas banals comme chiens, dit Justin.
- Oui, leur maître était en fait un membre de la Guilde. Ils ont reçu une éducation et un entraînement spécial. Au début, ils ne savaient pas si on était des amis ou des ennemis, et ont décidé de nous suivre. Ils attendaient que quelqu'un vienne, pour voir les Sorcières mourir, et ainsi savoir que leur maître était vengé.
– Ils savent qui nous sommes ? demanda Dina.
– Oui, et ils veulent nous aider, répondit-elle.
– Et bien c'est un plaisir que de vous savoir à nos côtés, et merci beaucoup pour tout à l'heure, leur dit Dina.

Sony et Louka se retournèrent et la regardèrent dans les yeux en remuant leur queue.

– Pas besoin de traduire, je pense que j'ai compris.



Ils mirent encore une journée pour sortir des bois et arriver dans un pré. Ils étaient tout près d’Inglesfield à présent. Une autre épreuve les attendait avant de pouvoir porter secours à Zach et à Kerof. Ils espéraient tous ne pas arriver trop tard pour les sauver.
End Notes:
Alors verdict ?
Le prochain chapitre se nomme : La maison hantée.
Chapitre 11 : La maison hantée by magno
Author's Notes:
Et voici la suite !
Chapitre 11 : La maison hantée




Lorsqu'ils pénétrèrent dans la ville d'Inglesfield, ils ne virent pas âme qui vive. C'était le milieu de l'après midi, et pourtant il n'y avait personne dans les rues. Les volets des maisons étaient clos. Tout était silencieux. Ils n'entendaient que le bruit du vent qui s'était brusquement levé à l'approche de la ville.

– C'est sinistre ! Vous croyez qu'il n'y a plus personne, ou bien qu'ils se cachent ? demanda Justin.
– Non, ils se terrent chez eux. Je peux sentir leur présence, dit Evan.
– Tu es sûr que ce sont des humains que tu sens ? C'est peut-être des Trolls, ou autre chose ? suggéra Aurore.
– Ce sont bien des humains, je les sens aussi, déclara Dina.

Ils arrivèrent au centre du village, sur la place. Quelques villageois s'y trouvaient, se pressant pour rentrer chez eux.

– Excusez-moi ? Pourquoi n'y a-t-il presque personne dans les rues ? Il s'est passé quelque chose ici ? demanda Aurore à un homme d'environ trente ans, grand, brun, au regard fuyant.
– La nuit va bientôt tomber, il faut être chez soi quand il fait nuit. Vous ne devriez pas être là, partez, tant qu'il est temps !
– Pourquoi ? Il n'est que quatre heures de l'après-midi. Le soleil ne se couchera pas tout de suite ! dit Aurore.
– Ici le soleil se couche tôt. Vous êtes des étrangers, vous ne pouvez pas comprendre !

En le regardant de plus près, Justin s'aperçut que l'homme avait une vilaine plaie au niveau de la tempe droite.


– Que vous est-il arrivé ?
– Les Trolls.
– Ils sont venus ici ? Où sont-ils allés ? le questionna Dina.
– Dans le manoir. Il faut que je rentre, il va faire nuit.

L'homme s'enfuit en courant, l'air terrorisé.

– Qu'est-ce qu'ils sont venus faire dans ce trou perdu ? demanda Evan.
– La même chose que nous, dit Dina.
– Impossible. Ils ne peuvent pas être au courant. À l'heure qu'il est, Zach et Kerof n'ont même pas dû arriver dans les Montagnes du Nord. Ils n'ont pas pu dire quoi que ce soit encore, dit Justin.
– Ils ont pu le savoir d'une autre manière. Par un traître, par exemple, dit Evan.
– Si ce que tu dis est vrai, alors la situation est encore pire que ce que je croyais, déclara Dina.

Ils continuèrent de traverser le village, ne croisant plus personne d'autre. Ils finirent par sortir d'Inglesfield, et virent le manoir au loin, se dresser sur une colline. Il était immense et lugubre. Le vent doubla d'intensité, il était glacé.

– Je ne sais pas ce qui se cache dans ce manoir, mais c'est dangereux, affirma Dina.
– Il va falloir se tenir sur nos gardes, à cause de la chose qu'il y a à l'intérieur, mais aussi à cause des Trolls qui s'y cachent sûrement encore, dit Justin.
– Nos amis les chiens sentent-ils quelque chose qui nous échappe ? demanda Evan.
– Ils sentent aussi le danger, et Louka nous exhorte à la prudence, répondit Aurore.


Ils grimpèrent la colline, en avançant avec difficulté à cause de la tempête qui s'était levée.
Les nuages s'amoncelaient, noirs et menaçants. Ils pouvaient entendre le tonnerre rouler au loin. Lorsqu'ils arrivèrent devant l'entrée du manoir, un éclair déchira le ciel. Chacun sortit son arme, se préparant à affronter ce qui se trouvait à l'intérieur.

Ce fut Evan qui entra le premier. Il poussa la lourde porte, lentement. Elle pivota sur ses gonds en un grincement sinistre. Le hall d'entrée était désert. Ils entrèrent tous en essayant de faire le moins de bruit possible. Ils tendirent l'oreille, aucun son ne leur parvinrent. Pas un bruit, à part celui de la pluie, et le grondement de l'orage. Aurore, qui fut la dernière à entrer, ferma la porte derrière elle. L'atmosphère de la maison était encore plus glaciale qu'au dehors.

Les garçons se dirigèrent vers la pièce se situant à gauche, tandis que les filles allèrent vers la pièce de droite. Les chiens restèrent dans le hall, leur queue raide, et les poils hérissés. Justin et Evan avançaient prudemment, leurs armes levées. Ils se trouvaient dans le salon, l'odeur de moisi, la poussière, et les toiles d'araignées montraient que le manoir était inoccupé depuis des lustres. Le salon était vide, pas le moindre signe de vie.

De leur côté, les filles visitaient ce qui semblait être la salle à manger. Elle était vide elle aussi. Elles se dirigèrent vers la pièce du fond, la cuisine. Soudain, quelque chose frôla la jambe de Dina. Elle poussa une exclamation de surprise, et regarda vers le bas. Il n'y avait rien. Un bruit sourd retentit au dessus de leurs têtes. Elles se précipitèrent dans le hall. Les garçons les attendaient. Sony tremblait de tout son corps, et Louka grognait. Ils montèrent les marches une à une, en évitant de les faire grincer. Quand ils arrivèrent au premier étage, le bruit recommença. Il venait de plus haut. Ils montèrent donc au second étage, l'oreille aux aguets. Le bruit se répéta plusieurs fois. Il provenait du grenier. Justin attrapa la ficelle qui pendait à la trappe. En tirant, il fit descendre l’ecalier. Ils grimpèrent les uns derrière les autres, Evan en tête.

Le grenier était si sombre, qu'ils ne pouvaient rien distinguer à un mètre. Lorsque Dina les rejoignit, elle utilisa un sort faisant apparaître des boules lumineuses. Ils purent voir que le grenier était assez vaste, et qu'il n'y avait que très peu de meubles. Seulement un vieux secrétaire sur la droite, et un grand coffre dans le fond. Mais lorsqu'ils se tournèrent de l'autre côté, ils virent les cadavres de cinq Trolls. Tous les quatre s'approchèrent des corps, et purent voir qu'ils avaient une plaie énorme au niveau du torse. Il était évident que cette blessure leur avait été mortelle.

– Trouvons la pièce et fichons le camp d'ici ! déclara Aurore.
– Entièrement d'accord, dit Justin.

À ce moment-là, la trappe se referma d'un claquement sec. Quelque chose frappa contre le panneau d’entrée. Trois coups secs et réguliers. Puis cela recommença encore et encore.

– C'est un esprit frappeur. Mais il doit être très puissant pour avoir tué les Trolls, déclara Dina. Si on lui ouvre, il nous blessera aussi fatalement qu'eux.

Brusquement, une force implacable les força à se coucher sur le sol. Les coups frappés contre la trappe redoublèrent. Sony s'écroula lourdement, et se mit à trembler plus fort, les yeux révulsés.

– Si on lui ouvre... on subira la même chose que les Trolls, parvint à articuler Dina malgré la pression exercée sur elle.

La pression se relâcha, ils purent respirer normalement.

– Dina ! Viens m'ouvrir s'il te plait ! fit la voix de sa mère.
– Tu n'es pas ma mère !
– Ça me fait de la peine que tu dises ça ma chérie. Ouvre-moi, j'ai si peur ! se lamenta la voix.
– Erreur, ma mère n'a jamais peur. Surtout pas d'un vulgaire esprit frappeur.

Le silence revint.

– Il est parti ? demanda Justin.
– Pas pour longtemps à mon avis, répondit Dina.


Aurore s'approcha de Sony. Louka le poussait du bout de la truffe et pleurait. Quand Aurore le caressa et le rassura, Sony cessa de trembler, et se releva lentement.
Un éclair illumina un bref instant la pièce. Sony s'approcha du grand coffre de bois. Il se mit à renifler. Louka le rejoignit et ils se mirent à gratter le coffre.

– Pas besoin de nous traduire, je pense qu'ils veulent qu'on l’ouvre, dit Evan.

Justin alla ouvrir le coffre. Il était bourré de vieilleries en tout genre.

– Surtout, qu'il ne le prenne pas mal, c'est un très beau chien, et qui a l'air très brave. Mais, pour un chien dressé pour appartenir à un Guildéen, il n’est pas un peu peureux ? demanda Evan pendant que Justin et Dina fouillaient le contenu de la malle.
– Il est malade. La Guilde voulait s'en séparer, mais son maître ne voulait pas. Il disait que ce n'était pas le plus courageux et qu'il était peut-être malade, mais qu'il était très doué sur le terrain. Et puis Louka et lui sont inséparables.
– Qu'est-ce qu'il a comme maladie ? demanda Evan sérieusement.
– Ils ne connaissent pas bien cette maladie mais moi je la connais. Il est épileptique. Mon frère l'est aussi.
– Je ne savais pas que tu avais un frère, lui dit Dina.
– Je ne sais pas si vous, vous en avez. C'est vrai qu'on ne sait pas grand chose les uns sur les autres, répondit Aurore.
– On n’a pas vraiment eu le temps pour ça. Mais il faudra y remédier quand on sortira d'ici, dit Dina.
– Regardez ! J'ai trouvé un journal intime, dit Justin.
– Qu'est-ce que ça raconte ? demanda Evan.
– Celui qui l'a écrit est un certain Wilfried Hipert. Sa famille vivait là depuis des générations. Il vivait là avec sa femme et ses deux filles. C'étaient des jumelles, raconta-t-il, en le parcourant rapidement. Vers la fin du journal, il dit qu'il a découvert que sa femme
avait une liaison avec le jardinier. Il dit qu'il était fou de douleur, et qu'il s'est réfugié dans l'alcool. Il n'osait pas l'affronter, et lui avouer qu'il savait pour son infidélité.
– Tu parles ! Il a dû la tuer et voilà pourquoi on a un esprit frappeur sur le dos ! dit Evan.
– Ne tire pas de conclusion trop vite, lui dit Justin, il dit aussi qu'il est tombé sur une lettre dans la chambre de sa femme. C'était une lettre de son amant. Il disait dans la lettre qu'il ne pouvait pas tuer son mari parce que c'était un homme bien, et que ça ne serait pas bien pour leurs filles. Il disait aussi qu'il préférait rompre avec elle. Ça s'arrête là, fit Justin en
fermant le journal.
– Il faut trouver lequel est mort. L'esprit frappeur, c'est celui qui s'est fait assassiner, dit Dina.
– Il n'y a pas d'autres indices dans le coffre ? demanda Aurore.

L'esprit recommença à frapper, mais avec plus d'insistance. Louka et Sony se mirent à aboyer.

– Non, il n'y a rien d'intéressant, répondit Dina.
– Il faut descendre. Il faut fouiller la maison, et aussi le jardin, dit Evan.

Soudain, il cessa de frapper.

– T'as entendu, il s'est arrêté quand tu as parlé du jardin, dit Justin.
– Le corps doit être enterré dans le jardin, c'est logique ! s’écria Evan.
– Oui, et il faut brûler le corps, après avoir versé une potion dessus, dit Dina.

Louka et Sony se mirent à aboyer de nouveau. Aurore les observa puis dit aux autres :

– Ils disent qu'ils peuvent passer par la fenêtre pour atterrir dans le jardin. Ils chercheront le corps pour nous.
– Ils ne vont pas se tuer à cette hauteur ? demanda Dina.
– Ils disent que non, lui répondit Aurore.
– Bon, très bien, allez-y, pendant ce temps, je préparerai la potion, dit Dina aux chiens.


Justin leur ouvrit la fenêtre, et ils sautèrent au-dehors. Malgré la hauteur, ils se posèrent aisément sur le sol. Dina fouilla dans son sac à la recherche des ingrédients pour la fabrication de la potion.

– Quand j'aurai fini, il faudra la faire chauffer. Je devrai aller dans la cuisine, dit Dina.
– Je pense que l'esprit est allé surveiller sa tombe. Je vais aller jeter un coup d'œil dans la maison, n'oublions pas qu'il faut trouver la pièce, dit Justin.
– Je viens avec toi, lui dit Aurore. Il te faut combien de temps pour que ta potion soit prête ? demanda-t-elle à Dina.
– Environ une demi-heure, il faut laisser infuser, lui répondit-elle.
– Très bien, à tout à l'heure ! dit Justin à Dina et Evan.

Aurore et Justin ouvrirent la trappe, et descendirent les escaliers. Evan aida Dina à broyer ou hacher des herbes. Dix minutes plus tard, la potion était presque prête. Tous les deux quittèrent à leur tour le grenier, ils retournèrent au rez-de-chaussée sans croiser ni leurs amis, ni les chiens, ni l'esprit. Une fois dans la cuisine, Evan trouva une casserole, et Dina y versa la potion. Elle la fit bouillir sur le poêle à bois, et la laissa un peu infuser. À ce moment-là, Aurore et Justin entrèrent dans la cuisine.

– Je pense qu'on a trouvé où est cachée la pièce. Elle est au sous-sol, leur dit Justin.
– Il y a une forte concentration de magie, on l'a sentie de loin, continua Aurore.
– Parfait, il va falloir faire vite ! La potion est prête ! fit Dina.

Dina fut interrompue par l'arrivée des chiens qui semblaient extrêmement essoufflés.

– Ils l'ont trouvé, il faut les suivre ! dit Aurore.

Dina prit la potion qu'elle avait versée au préalable dans un bol, et ils suivirent leurs nouveaux amis. Ces derniers les conduisirent dans le fond du jardin. Il pleuvait à verse. Là,une tombe venait d'être découverte. Sony et Louka avaient creusé et déterré le cadavre. Sans plus attendre, Dina s'apprêta à verser la potion dessus, quand le froid s'intensifia, et que le hurlement d'une bête se répercuta dans tout le domaine. L'esprit frappeur n'était pas content.

Dina versa le contenu du bol sur le squelette, et eut le temps de voir que les habits qu'il portait, étaient ceux d'un homme, avant que la potion ne commence à le ronger. Justin utilisa ensuite ses pouvoirs pour y mettre le feu. Le hurlement s'intensifia, Dina et Justin furent projetés à terre. Le hurlement devint un cri, puis un murmure avant de s'éteindre complètement. L'atmosphère se réchauffa, le vent se calma, et la pluie cessa. Ils virent une silhouette fluorescente s'élever de la tombe. À ses vêtements qui ne venaient pas de quelqu'un de noble, ils purent voir que c'était le jardinier qui était en fait l'esprit frappeur. Il leur sourit, comme pour dire merci, et s'éleva dans les airs avant de disparaître.

– Voilà une bonne chose de faite ! s'exclama Aurore.
– On se croirait dans un film d’horreur, dit Evan.

Ils retournèrent tous à l'intérieur du manoir, passèrent dans le salon, et ouvrirent une porte qui, Evan l'aurait juré, n'était pas là tout à l'heure.

– Elle est apparue quand on s'est approché, lui dit Justin, comprenant à quoi il pensait.

Justin l'ouvrit, et ils descendirent un long escalier de pierre en spirale. Ils pensaient arriver dans un sous-sol sombre et lugubre, mais en réalité, dès que Justin posa un pied à l'intérieur, les chandeliers qui étaient accrochés aux murs s'allumèrent d'eux-mêmes.
Plusieurs tonneaux contenant du vin étaient entreposés au fond. La cave n'était pas très grande, et rien ne pouvait la distinguer des autres caves classiques.

– Je sens la magie, mais je ne vois pas ce qu'on doit faire ! s'exclama Evan.

Dina prit un morceau de bois qu'elle avait dans son sac, et le jeta au centre de la cave. Rien ne se produisit. Ils s'avancèrent donc, lentement, et arrivèrent au fond sans que rien ne se produise. Aurore tâta les murs, les autres l'imitèrent, et les chiens reniflaient dans tous les coins. Mais toujours rien ne se produisit, ni attira leur attention.

- Ce n'est peut-être pas là, dit Aurore.
- Non ! C'est forcément là, on peut tous le ressentir, dit Justin.
- Ce n'est peut-être pas quelque chose qu'on doit faire, ou trouver, mais quelque chose qu'on doit dire, suggéra Evan.
- Possible, dit Dina. Mais qu'est ce qu'on doit dire ? Essaye n'importe quoi on verra bien, lui dit-elle.
- Pourquoi moi ?
- C'est ton idée !
- Bon. Euh ...Nous sommes des membres de la Guilde Enchantée. Nous venons chercher la pièce d'or qui nous permettra d'accomplir notre mission, dit-il d'une voix forte, mais mal assurée.

Il se sentait ridicule de parler dans le vide. Le silence dura un moment. Puis, il reprit :

- Nous sommes envoyés par le Conseil des Anciens. Nous devons mettre les pièces à leur place !
- Vous devez dire le mot de passe ! déclara une voix forte et caverneuse.
- Quoi ? On ne nous a jamais parlé d'un mot de passe ! s'exclama Evan.
- Bon réfléchissons. Un mot de passe. Qu'est-ce que nous savons sur cette pièce ? demanda Dina.
- Qu'elle était destinée soit à l'Elfe, soit à la fille de la reine Présine, répondit Aurore.
- C'est juste. Et je pense que c'est celle de la princesse Palestine. Dans le livre qu'on nous a donné, il était marqué qu’elle était dans la forêt noire au moment où elle s'est fait tuer par les Trolls. Elle n'a pas dû l'envoyer très loin, dit Justin avec justesse.
– Tu dois avoir raison. Le mot de passe doit être Palestine. Mais tu crois qu'elle aurait utilisée son propre prénom comme mot de passe ? demanda Dina.
– Je viens de comprendre, on n’a pas pu nous donner un mot de passe parce que personne ne savait lequel c'était, ni même qu'il y en avait un. Le Conseil savait où trouver la pièce, parce qu'ils avaient établi une sorte de plan B au cas où l'un d'entre eux n'atteindrait pas notre monde. Mais, je pense qu'ils ont dû laisser le soin à chacun de piéger l'endroit pour éviter que les Trolls ou autres ne s'en emparent. Nos ennemis ont dû finir par comprendre que l'une des pièces se trouvait ici, à moins qu'ils n'aient fait que le supposer, ou qu'un membre du Conseil soit un traître. Donc, pour nous, le mot de passe doit être simple, par rapport aux informations que l’on possède. Et je suis certain qu'il n'y a que le conseil et nous qui connaissions l'identité des membres de la Guilde qui étaient chargés d'aller sur Terre. Le mot de passe est bien Palestine, dit Justin.
– Le mot de passe est correct, gronda la voix.

Un socle de pierre apparut au centre de la cave. La pièce d'or luisait grâce à la lumière des bougies qui s'y reflétait.

– Bien joué Justin. Bon raisonnement, lui dit Evan.
– Seule la personne ayant trouvé le mot de passe peut détenir la pièce ! dit la voix caverneuse.
– À toi l'honneur, alors, lui dit Dina.

Justin s'empara de la pièce. Le socle disparut. Ils remontèrent les escaliers en vitesse, traversèrent le salon, et sortirent avec soulagement du manoir.

L'air frais leur fit du bien. Un soleil éclatant les éblouit alors qu'il était six heures du soir.
Ils descendirent la colline, et traversèrent à nouveau le village, qui, cette fois, grouillait de monde.

Les gens riaient, sautaient, et dansaient. Ils les acclamèrent tous, car ils savaient que c'était grâce à eux que leur cauchemar était enfin terminé. Les effets néfastes de la présence de l'esprit frappeur s'étaient dissipés.

À présent, les Guildéens devaient se mettre en route pour les Montagnes du Nord. Mais malgré leur brillante victoire, ils savaient tous que le chemin était encore long et incertain. L'angoisse leur revint comme un boomerang. Arriveraient-ils à sauver Zach et Kerof ? Leur avaient-ils déjà révélé des secrets ? Toutes ces questions les firent replonger dans la crainte.
End Notes:
Qu'en pensez-vous ?
Chapitre 12 : La rivière by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
Chapitre 12 : La rivière




Près de la forêt noire coulait une rivière. De l'autre côté se trouvaient les Montagnes du Nord. Le problème était de traverser cette rivière. Elle avait été créée par des Naïades, il y a des mois, pour empêcher les créatures maléfiques qui s’étaient emparé des montagnes de venir envahir les Terres Enchantées. Cette rivière était donc magique. Personne n'osait la traverser car, disait-on, une créature vivait à l'intérieur et veillait à ce que personne ne la traverse. Ni dans un sens, ni dans l'autre. Telle était la légende qui était écrite dans le livre que leur avait transmis les Fées.


– Elle a l'air anormalement profonde ! Et on sent la magie qui émane d'elle, dit Aurore.
– Comment va-t-on la traverser ? demanda Justin. C'est Zach qui est doué dans l'eau. Et le courant est fort. On ne pourra pas la traverser à la nage.
– Même si le courant n'avait pas été rapide, je n'aurais pas pu nager, lui rappela Aurore.
– C'est vrai ! J'avais oublié, désolé.
– De quoi vous parlez ? demanda Dina.
– Je ne peux pas nager. Je fais une sorte d'allergie à l'eau. Je ne supporte pas son contact, et
j’en ai très peur, expliqua Aurore.
– Ça ne va pas arranger nos affaires, mais on va bien trouver une solution, lui assura Dina.
– Je peux essayer de créer un pont d'énergie. La distance est courte pour traverser, ça ne prendra pas longtemps pour qu'on se retrouve de l'autre côté, intervint Evan.

Il joignit le geste à la parole. Les mains en avant, il se concentra un instant. Une énergie bleue en sortit, et créa une passerelle. Dina et Evan traversèrent, suivis de près par Sony et Louka. Aurore hésita à passer et Justin dut lui donner la main pour l'aider. À mi-chemin, un tentacule géante s'abattit sur le pont magique et le brisa. Un autre tentacule s'empara d'Aurore. Tout fut tellement rapide que personne n'eut le temps de réagir.

Aurore était aux prises avec un monstre et Justin avait disparu dans les profondeurs de la rivière. Le Druide ne revenait pas à la surface, le courant l'avait emporté.

– Occupe-toi d'Aurore avec nos deux amis, je vais essayer de repêcher Justin. Si on met trop de temps à revenir, ne nous attends pas, et va dans les montagnes sauver Zach et Kerof, ordonna Evan.
– Non, attends ! hurla Dina.

Mais c'était trop tard, il avait déjà plongé. Dina était seule. Enfin, pas vraiment, il y avait toujours Louka et Sony, mais il était difficile de communiquer avec eux sans la présence d'Aurore.

– Bon, écoutez-moi tous les deux ! Je sais que vous me comprenez. Je vais voler au-dessus de l'eau pour retrouver cette...cette chose qui a enlevé Aurore. Vous, vous allez me suivre en marchant sur la rive. Sony, peux-tu prendre le sac d'Evan, s'il-te-plaît ?

Pour toute réponse, il émit un long aboiement tout en remuant la queue et prit le sac dans sa gueule. Louka, lui, fixait Dina droit dans les yeux. Elle trouvait ce comportement étrange, il faisait souvent ça. Mais elle ne se posa pas la question plus longtemps et s'envola au-dessus de l’étendue miroitante.

Elle était trop profonde pour en distinguer le fond, mais elle était claire. Dina espérait apercevoir la créature. Cela dura un bon quart d'heure. Elle se mit à penser que personne, à part Zach à sa connaissance, ne pouvait tenir aussi longtemps sous l'eau. Mais Zach, lui, pouvait respirer sous l'eau, ce qui n'était pas le cas de son amie. Elle songea aussi à la révélation que celle-ci leur avait faite. Elle ne savait pas nager, pire, elle avait peur de l'eau.

Comment aurait-elle pu survivre ? À cette seule pensée, les larmes lui montèrent aux yeux. Elle battit des cils pour les chasser. Il ne fallait pas penser à ça. Après tout, depuis qu'elle était ici, elle avait vu pas mal de choses étranges et surprenantes. Il fallait garder espoir.

Soudain, Louka se mit à grogner. Sony lâcha le sac et aboya. Ils avaient tous les deux les poils hérissés et la queue raide. À cet instant, Dina vit la monstrueuse créature émerger de l'eau, lui faisant face.

Elle ne voyait pas Aurore. Dina avait déjà ses dagues dans les mains et était prête à s'en servir si besoin était. La créature ressemblait à une pieuvre, sauf qu'elle avait dix fois plus de tentacules que la normale, qu'elle possédait au moins six paires d'yeux, et bien sur qu'elle mesurait dix mètres de haut. Face à ce monstre Dina paraissait ridiculement insignifiante.
Pourtant, insignifiante, elle ne l'était certainement pas.

– Mon nom est Dina, je suis un membre de la Guilde Enchantée. Et mon amie que tu as emmené aussi. Je ne te ferai rien si tu me montres où elle est, hurla-t-elle.

Elle espérait que ça fonctionnerait, comme quand Justin avait parlé dans la cave de la maison hantée.

– Où est mon amie ?

Pour toute réponse, une de ces immenses tentacules fouetta l'air pour la faire tomber. Dina fut plus rapide, et elle l'évita juste à temps. La créature émit un son si strident que la Sorcière dut se boucher les oreilles. Plusieurs tentacules foncèrent sur elle et elle ne put toutes les éviter. Elle chuta, et elle s'attendait à atterrir dans la rivière, quand Sony, mû par une soudaine poussée de courage, sauta vers elle, referma sa mâchoire sur son bras et l'entraîna sur la rive opposée. De colère, la pieuvre géante émit à nouveau un son infernal. Sony avait dû serrer fort sa mâchoire sur le bras de Dina, de peur que celle-ci ne lui échappe. Par conséquent, son bras saignait, mais elle ne lui en tint pas rigueur, car il l'avait sauvée. Un tentacule allait se refermer sur Sony, mais les aboiements de Louka attirèrent l'attention de Dina qui poussa Sony à temps. C'est elle qui fut enfermée dans le tentacule. Elle ne pouvait se libérer de son étreinte.

Elle tenait toujours ses dagues, mais ne pouvait pas s'en servir car ses bras étaient plaqués contre son corps. À ce moment-là, une flèche siffla à côté de l'oreille de Dina et vint se ficher dans l'un des nombreux yeux de la créature. Il lâcha Dina mais sa chute fut stoppée. Un halo d'énergie l'entourait et l'empêchait de tomber. Elle leva les yeux et aperçut Aurore l'arc à la
main. À côté d'elle se trouvaient de part et d'autre, Evan et Justin. Le Magicien, qui avait créée le champ d'énergie pour empêcher Dina de tomber dans la rivière, la ramena lentement vers la rive où ils se trouvaient.

– Je suis bien contente de vous voir ! s'exclama-t-elle.
– Ça, je veux bien le croire. On ne peut pas te laisser seule plus de cinq minutes ! Et je vois que tu t'es fait un nouvel ami, lui dit Evan.

Dina lui sourit, puis se reprit :

– Vous avez une idée du moyen pour s'en débarrasser ? leur demanda-t-elle.
– Oui, tu vas voir ! lui répondit Justin.

Il fit apparaître un cercle de feu autour de la pieuvre géante. La bête poussa un cri effroyable à déchirer les tympans. Evan prit son élan et sauta vers la créature. Le saut était impressionnant, et il se posa sur la tête de la pieuvre sans problème. Il leva son cimeterre et le planta de toutes ses forces dans la tête de l’animal. Le cri n'en fut que plus insupportable. D'un
autre bond, Evan fut à nouveau sur la rive.

– Comment tu as fait ça ? lui demanda Dina.
– Et toi ? Comment tu fais pour voler ? lui demanda-t-il.
– Je n'en sais rien. C'est comme ça.
– Eh bien, moi non plus je ne sais pas comment je fais. Je savais juste que je pouvais le faire, dit-il.

La pieuvre géante s'enfonça lentement dans la rivière, le cercle de feu avait disparu. Son cri n'était plus qu'un gémissement.

– Mettons-nous en route ! On a assez perdu de temps.

Ils se mirent donc à marcher, encore essoufflés par leur mésaventure, vers les Montagnes du Nord. Elles étaient encore loin, mais il leur fallait se presser.
– Racontez-moi ce qu'il vous est arrivé. Je me suis inquiétée, fit Dina.
– Eh bien, commença Aurore, lorsque la créature m'a emportée dans la rivière, j'ai commencé à paniquer, à cause de l'eau. Puis, je me suis ressaisie. J'ai pris une flèche dans mon carquois, heureusement que j'avais un bras libre ! J'ai planté la flèche dans sa tentacule, et elle m'a lâchée. Comme je ne sais pas nager, j'ai essayé tant bien que mal de remonter à la surface. L'eau commençait à me brûler. C'est là que j'ai vu Justin,
il m'a pris le bras et m'a entraînée à la surface. Quand on a émergés, on ne vous a pas vus. Le courant nous avait déjà entraînés assez loin, et il continuait à nous porter. L'eau me brûlait de plus en plus. C'était insoutenable. J'avais des brûlures sur tout le corps.
Justin a réussi à nous faire regagner la berge. Mes brûlures ont disparu d'elles-mêmes dès que ma peau a été sèche.
– Tu m'as fichu une peur bleue ! C'est vraiment étrange ce qu'il t'arrive, lui dit Justin.
– Ça ressemble à une malédiction qu'on t'aurait jetée, lui dit Dina, l'air grave.
– Qui me lancerait une malédiction ?

– Probablement les mêmes qui veulent nous empêcher de réussir notre mission, dit Evan. Mais continue ton histoire.
– Après ça, on a commencé à marcher pour te rejoindre, et là on a vu Evan dans l'eau. Il a réussi à sauter jusqu'à nous. Ensuite, on t'a retrouvée. C'est tout. Et toi ? Raconte !

Dina leur raconta tout, depuis sa recherche de la bête en volant au dessus des eaux, jusqu'à sa rencontre avec elle. Elle leur dit comment Sony l'avait sauvée, et comment Louka l'avait avertie de l'attaque de la pieuvre.


– On a bien fait de les prendre avec nous. Je ne regrette pas de les avoir rencontrés, dit Evan.
– Sony dit qu'il est très content aussi de nous avoir rencontrés. Louka lui, est impressionné par nos pouvoirs. Il dit qu'il a vu très peux de Sorcières sachant voler, et qu'il n'a jamais vu un Magicien sauter ainsi. Ce n'est pas dans leurs habitudes. Il dit aussi qu'il nous sent de plus en plus fort, et qu'à présent, il est sûr que nous sommes vraiment les « envoyés ».
– Vraiment ? Ils ont des pouvoirs inhabituels ! s'exclama Justin.
– Il est aussi surpris de voir la descendante d'une Nymphe se transformer en animal. Il dit aussi, que d'habitude, seuls les Druides les plus anciens et les plus puissants peuvent maîtriser le feu comme tu l'as fait.
– C'est très bien, on est doués ! Mais, est-ce qu'on le sera suffisamment ? demanda Evan.
– On verra bien ! lui répondit Dina.
– Au fait, on n'avait pas décidé d'apprendre à mieux se connaître ? La route sera longue pour arriver jusqu'aux montagnes, fit Dina après un moment de silence.
– Très bien, puisque tu lances l'idée, parle-nous un peu de toi ! Tu as des frères et sœurs ? lui demanda Aurore.
– J'ai un grand frère, Marco, et deux sœurs plus jeunes, Louisa et Alicia.
– Tu es proche d'eux ? lui demanda Aurore.
– De mon frère, oui, mais pas tellement de mes sœurs. Louisa est jalouse de moi, elle dit que je suis la préférée de ma mère parce qu'on est toutes les deux des Sorcières. Alicia, elle, elle fait tout pour passer le moins de temps à la maison. Mais elle est très proche de mon père. Elle veut devenir médecin, comme lui, expliqua-t-elle. Et toi Aurore, tu nous as dit que tu avais un frère, me semble-t-il.
– Oui, il est plus jeune que moi. Il a seize ans. Il s'appelle Nicolas. On est très proches lui et moi. Il sait que je suis « spéciale » comme disait ma mère. Ça ne lui fait pas peur. Et puis, je n'ai que lui depuis la mort de mes parents.
– Je suis désolé pour tes parents, lui dit Justin.
– Ils sont morts récemment ? lui demanda Dina. Tu n'es pas obligé d'en parler si tu n'en a pas envie, s'empressa-t-elle d'ajouter.
– Ça ne me pose pas de problème d'en parler. Ils sont morts il y a six mois, dans un accident d'avion. Quelques temps plus tard, à l'ouverture du testament, j'ai appris que ma mère m'avait laissé une lettre que le notaire m'a remise. C'est là que j'ai vraiment sû qui j'étais et pourquoi j'avais certains dons.
– Moi, quand mon père m'a dit que j'étais un Magicien, et que c'était pour ça qu'il m'apprenait plein de trucs étranges, je ne l'ai pas cru. J'ai pensé qu'il était devenu fou, fit Evan en souriant.Comme mes parents sont divorcés, et que j'étais encore mineur, j'étais obligé de retourner le voir. J'ai compris qu'il disait vrai quand j'ai fait sauter l'installation électrique chez ma mère. J'étais très en colère ce jour-là. On s'était disputé. Là, j'ai commencé à écouter ce que mon père disait.
– Bizarrement, quand mon père m'a dit que je venais d'une longue lignée de Druides, et qu'un jour, je devrai allé dans un autre monde pour le sauver, je l'ai cru tout de suite. Depuis la maternelle, je savais que j'étais différent. Je n'ai eu que très peu d'amis dans toute ma vie. On ne peut pas dire que j'étais très populaire. Tout le monde m'a toujours trouvé étrange et différent. Et les gens n'aiment pas ce qui est différent, ça leur fait peur. Il n'y a que Matt qui n'ait pas peur de moi. C'est mon meilleur ami, en fait c'est mon seul ami. Je pense qu'il vous plairait, dit Justin.
– Honnêtement, je pense que maintenant tu peux te dire que tu n'as plus qu'un seul ami, lui dit Aurore. Je sais qu'on ne peut pas dire qu'on se connaisse vraiment tous. Mais, même si on ne s'est rencontré que récemment, on est tous proche. Mais d'une façon, disons, inhabituelle. On est tous différents, avec une histoire et un passé différent là-bas. Mais ici, on est dans le même bateau. Et on a un passé et une histoire en commun.
– Ce que tu dis est vrai. D'une façon ou d'une autre, on est liés. Qu'on s'apprécie ou pas, peu importe, en fin de compte. Parce qu'on est ensemble, et qu'on doit faire les choses ensemble, dit Dina.

Un moment passa avant qu'Aurore ne demande à Dina :

– Si tu dis vrai à propos de la malédiction, pourquoi ne la jeter qu'à moi ? Et comment ont-ils su ce que j'étais alors que je ne vivais pas à Faeria ?
– Ils devaient connaître ton ancêtre, ils devaient savoir qu'on l'enverrait sur Terre. Ils ont dû jeter une malédiction sur celui de ses descendants qui serait amené à retourner à Faeria. Si nous, nous ne sommes pas victime d'une malédiction, c'est tout simplement qu'ils n'ont pas su que nos ancêtres faisaient partie de ceux qui devaient s'exiler dans notre monde, dit-elle.
– S’ils s'en sont pris à moi et pas à vous, c'est qu'il devait y avoir un traître parmi ses proches, dit Aurore.
– Oui, comme il y avait un traître parmi ceux de la Fée Palestine et de l'Elfe Elfy. Ça fait beaucoup de traîtres vous ne trouvez pas ? demanda Justin.
– Pas étonnant que le Conseil se montre aussi prudent maintenant et qu'ils refusent de nous dire pour l'instant ce qui arrivera lorsqu'on aura placé toutes les pièces, dit Evan. Au fait, Dina, il serait peut-être temps que tu donnes de nos nouvelles à la Haute Conseillère. Elle doit s'inquiéter et le Conseil aussi.
– Oh ! J'avais complètement oublié ! fit-elle en rougissant un peu.

Elle sortit le miroir qu’Aviva lui avait donné. Prise d'une soudaine impulsion, elle demanda :

– Je voudrais parler à la Haute conseillère Aviva !

Elle attendit quelques secondes qui lui parurent des heures, puis l'image d'Aviva apparut dans le miroir.

– Au nom d'Atari ! Je me faisais du souci, je vous ai même crus morts ! fit-elle, soulagée d’avoir enfin de leurs nouvelles.
– Nous allons bien, ne vous inquiétez pas Raya Aviva. Nous avons réussi à placer le premier médaillon, mais, à cause de l'éboulement de la caverne nous avons été séparés.

Zach et Kerof ont été capturés par des Trolls qui se tenaient non loin de la caverne. Evan a pu reprendre sa pièce. Nous avons pu tous les deux rejoindre Aurore et Justin plus loin, dans la forêt noire.

– Vous n'avez pas eu d'ennuis là-bas ?
– Oh si ! Trois mauvaises Sorcières qui volaient le cœur des hommes. Nous les avons neutralisées, et nous avons fait la connaissance de deux chiens du genre particuliers. Ils appartenaient à un membre de la Guilde.
– Vraiment ? C'est assez inattendu en effet. Mais ils vous seront utiles. Ils sont toujours avec vous ?
– Oui, et je ne compte pas m'en séparer. Nous avons trouvé l'une des deux pièces manquantes. Là, nous sommes en route pour les Montagnes du Nord. On a eu quelques
difficultés pour passer la rivière, mais c'est arrangé.
– Quoi ? Je ne vous l'ai pas dit parce que je pensais que les indications du livre vous suffiraient, mais, vous auriez dû la contourner. Si vous avez tué la pieuvre géante, les Trolls pourront passer plus facilement sur nos terres ! s'exclama Aviva.
– Écoutez, Raya Aviva, malgré tout le respect que je vous dois, les Trolls n'ont pas eu besoin de passer par là pour vous envahir. Et puis, nous n'avions pas le temps de faire un détour. Nous avons assez perdu de temps, et la vie de deux de nos amis est en jeu, criait presque Dina, sentant la colère en elle.
– Je ne vous fais aucun reproche, dit-elle sur un ton apaisant. Je comprends que ce n'est pas simple. Vous vous en êtes tous bien sortis. Je vais faire mon rapport au Conseil, tenez-moi au courant, bonne chance.

L'image avait disparu. Dina s'en voulait de s'être emportée. Mais elle ne pouvait pas revenir en arrière.

Ils poursuivirent leur chemin, pensant qu'ils avaient déjà accompli beaucoup. Mais la route était encore longue.

Ils atteignirent bientôt les montagnes et commencèrent leur ascension. Pourvu qu'ils arrivent à temps pour sauver leurs amis !
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 13 : Les Montagnes du Nord by magno
Author's Notes:
Et voici la suite ! J'espère que ce chapitre vous plaira.
Chapitre 13 : Les Montagnes du Nord




Ils étaient arrivés jusqu'à la première montagne. La chaîne de Montagnes du Nord comportait cinq montagnes. Ils ignoraient laquelle servait de prison à l'ennemi. Ils ne savaient pas non plus comment ils allaient retrouver Zach et Kerof, et le deuxième médaillon qui leur manquait. Ils étaient dans les montagnes depuis près de deux jours, et se demandaient avec une angoisse persistante ce qu'il était advenu de leurs deux amis captifs.

Ils étaient en train de faire une courte pause et voyaient qu'ils allaient bientôt arriver à un pont menant à la seconde montagne. Au moment où Justin allait le faire remarquer à ses amis, Evan, qui se trouvait en queue de peloton, poussa un cri. Tous se retournèrent pour constater qu'à sa place se trouvait un trou dans la roche. Ils accoururent tous à cet endroit et Dina cria :

– Evan ? Tu m'entends ? Tu vas bien ? demanda-t-elle d'une voix angoissée.
– Evan, réponds ! dit Justin.
– Je vais bien ! hurla celui-ci. Aïe ! Finalement je ne vais pas aussi bien que ça ! Je crois que j'ai la jambe cassée. Aïe, j'y vois rien, mais je pense que c’est une fracture ouverte.

Dina jura.

– Louka dit qu'il veut bien descendre à l'intérieur avec Sony pour voir les dégâts et s'il y a une possibilité de le remonter, leur dit Aurore.
– Avec plaisir, leur souffla Dina.

Ils sautèrent tous les deux dans le trou, Sony avec un peu moins d'enthousiasme. Quelques minutes s'écoulèrent avant qu'Aurore dise à ses amis :

– Il a effectivement la jambe cassée. Il se trouve dans une grotte souterraine. Pas moyen de le faire remonter. Ils disent qu'il y a un tunnel.
– Il serait possible de traverser les montagnes sous terre. Du moins le temps qu'on trouve un meilleur endroit pour le remonter, dit Dina.
– Comment il va faire pour marcher ? demanda Justin.
– On trouvera bien une solution. On ne peut pas l'abandonner, répondit Aurore.
– Louka, Sony ? Euh...est-ce qu'on peut sauter sans se blesser, ou faut-il qu'on descende à l'aide d'une corde ? hurla Dina.
– Louka te dit qu'il vaut mieux se servir d'une corde. C'est assez haut.

Dina sortit une corde de son sac.

– Vous descendrez tous les deux en premier. On ne peut pas attacher la corde quelque part, alors c'est moi qui vais la tenir. Quand vous serez descendu, je viendrai en volant, leur dit Dina.
– O.K. Mais tu arriveras à supporter notre poids ? lui demanda Justin.
– Je pense que ça devrait aller, répondit-elle.

Aurore y alla en premier, Justin aidant Dina à tenir la corde. Puis ce fut le tour du Druide, Dina put maintenir la corde sans trop de difficultés, et se dit aussitôt que même sa force avait augmentée. Lorsque Justin fut en bas, elle rangea la corde dans son sac, et vola lentement car elle n'y voyait presque rien, jusqu'au sol. Cette fois-ci ce fut Justin qui leur fournit la lumière, en faisant apparaître une boule de feu.

Dina s'approcha d'Evan, pour juger par elle-même de la gravité de son état. On ne pouvait nier que sa jambe était cassée, il avait bien une fracture ouverte et il devait souffrir le martyre.

– À part ta jambe tu as mal ailleurs ? lui demanda-t-elle.
– Non, je ne crois pas, dit-il en grimaçant.
– Dina, est-ce que tu as d'autres plantes ou herbes dans ton sac ? lui demanda Justin.
– Oui, pourquoi ? Tu veux tenter quelque chose ? lui demanda-t-elle, en lui tendant son sac.
– Pourquoi pas ?

Il fouilla dans son sac, et en sortit divers ingrédients.

– Heureusement que tu es si prévoyante ! s'exclama-t-il. Je vais pouvoir faire quelque chose.

Evan, je vais te donner une plante pour la douleur.

– Si tu le dis !

Justin prit sa gourde, mit de l'eau dans un bol, puis positionna ses mains au dessus pour chauffer l'eau. Il posa ensuite quelques feuilles dedans pour en faire une tisane, qu’il laissa infuser quelques minutes avant de faire boire Evan.

– Ah ! C'est infect ! C'est bizarre ! fit-il après un moment.
– Quoi ? demanda Dina.
– J'ai déjà beaucoup moins mal.
– C'est pas le moment de plaisanter ! fit-elle.
– Je ne plaisante pas, fit-il, l'air intrigué.
– Tant mieux ! Il va falloir que je remette l'os du tibia en place, et ça ne va pas être une partie de plaisir. Tu es prêt ?
– Non, mais vas-y !
– Dina, prends les feuilles de la Pimprenelle officinale, et écrase-les, on l'appliquera sur la plaie pour arrêter l'hémorragie. Et passe en moi une, que je me frotte les mains avec, comme antiseptique.

Justin prit la feuille que Dina lui tendit et s'en frotta les mains. La jeune femme, elle, fit ce que Justin lui demandait. Celui-ci prit une grande inspiration, posa ses mains sur la jambe d'Evan, et l'os se remit en place tout seul. Malgré l'antidouleur, Evan hurla à pleins poumons, puis se calma.

À peine l'os en place, et sans l'intervention d'une plante quelconque, la jambe d'Evan cicatrisa d'elle-même.

– Alors ça, ce n'est pas banal, lui dit Justin plus que surpris.
– Comment tu te sens ? lui demanda Dina.
– Beaucoup mieux, lui répondit-il en se levant. J'ai encore un peu mal, mais je peux marcher.
– Tu guéris souvent à cette vitesse ? lui demanda Aurore.
– J'ai toujours guéri plus vite que les autres, mais jamais comme ça, leur dit-il, toujours très pâle. Si on allait voir ce tunnel ? La prison est peut-être sous terre ? fit-il, gêné.
– Bon, très bien ! Allons voir, dit Dina, toujours sous le choc de la surprise.

Ils avancèrent donc vers le tunnel, et s'aperçurent que les chiens n'étaient plus là. Soudain, ils sortirent tout les deux du tunnel.

– Où vous étiez ? leur demanda Dina.
– Sony dit qu'il est content qu’Evan ailles mieux. Louka dit que le tunnel s'étend sur des kilomètres, et qu'il débouche encore plus bas sous terre. Il pense que la prison est au bout.
– Ils ont pu faire des kilomètres en à peine vingt minutes ? demanda Evan.
– Louka dit que tu guéris bien d'une fracture dans le même temps !

Evan sourit.

– C'est vrai ! À force, je ne devrais plus trouver ce genre de choses étranges.

Ils suivirent les chiens le long du tunnel. Ils marchèrent environs deux heures, puis, ils aperçurent une lumière. Le tunnel s'arrêtait, menant plus bas dans le sol, dans une sorte de salle éclairée par des torches. Ils durent sauter à l'intérieur. À la réception, Evan gémit de douleur.

– Tu es sûr que ça va ? lui demanda encore Dina.
– Oui, ça va, fit-il agacé.

Une grille séparait la salle où ils se trouvaient, d'un nouveau tunnel. Ils pouvaient entendre des voix. Des voix graves et rocailleuses, des voix de Trolls. Soudain un cri les fit tous sursauter. C'était celui d'un homme qu'on torturait. Evan posa sa main sur la serrure qui était verrouillée, et la fit sauter. Il ne fit pas beaucoup de bruit, mais néanmoins, il tendit l'oreille
pour savoir si on l'avait entendu. Rien. Il poussa la grille, et ils entrèrent tous dans un autre tunnel. Arrivés au bout, la galerie bifurquait vers la gauche. Louka passa la tête, et s'avança.

Les autres le suivirent. Ils arrivaient dans un couloir où, de chaque côté, se trouvaient des portes. Le cri provenait d'une pièce sur leur gauche. Celle-ci était fermée, mais dans la porte de bois, un rectangle grillagé permettait à n'importe qui de voir ce qui se passait à l'intérieur.

Aurore s'approcha doucement, et regarda discrètement à l'intérieur. Puis, elle revint vers eux.

– Il y a deux Trolls dedans, ils torturent quelqu'un. Ce n'est pas Zach, et encore moins Kerof, dit-elle.

Le cri retentit à nouveau, puis s'éteint brusquement. Les rires des Trolls retentirent. Ils eurent tous le réflexe de revenir dans le tunnel, juste avant que les Trolls ne sortent de la pièce.

– Et un rebelle de moins, fit l'un des deux.

Les deux Trolls se dirigèrent vers un tunnel qui se trouvait au fond. Ils pouvaient entendre des gémissements derrière certaines portes. Les Guildéens sortirent de leur cachette, et se mirent à regarder derrière la grille de chaque porte. La première pièce qu'ils avaient vue servait de salle de torture. Aurore ne put s'empêcher d'aller vérifier que l'homme était bien mort. C'était le cas. Il y avait divers instruments de torture dans la pièce.

Aurore voyait que l'homme avait été brûlé à l'aide d'un tisonnier, et qu'on avait plongé sa tête dans un sceau d'eau à plusieurs reprises. Ses cheveux étaient trempés, et de l'eau coulait sur son visage. Elle entendit une exclamation provenant du couloir, et retourna auprès de ses amis.

Justin leur faisait signe d'approcher. Il regardait à travers la grille d'une porte se situant au fond, à gauche. Et là, tous virent Zach et Kerof. Ils étaient tous les deux dans un triste état. Kerof était à moitié nu, le corps recouvert de bleus et d'ecchymoses. Zach, lui, avait un œil au beurre noir, sa lèvre saignait, et il avait un bandage sanglant à sa main droite. Il lui manquait deux phalanges à son annulaire. Il y avait d'autres prisonniers avec eux. Certains dans un état bien pire.

Evan fit à nouveau sauter la serrure de la porte, et l'ouvrit. Zach leva la tête vers eux, et ils purent lire dans ses yeux du soulagement. Justin alla vers lui, tandis qu'Aurore s'approcha de Kerof.

– Mes amis, comme je suis heureux de vous voir. Je savais que vous viendriez nous chercher. Mais j'avais peur qu'il vous soit arrivés quelque chose ! fit Kerof, d’une voix faible.
– Nous sommes là maintenant, nous allons vous sortir d'ici, lui dit Aurore, les larmes aux yeux.
– Est-ce que tu peux marcher ? demanda Justin à Zach.
– Oui, je pense.
– J'examinerai tes blessures quand on sortira d'ici.

Soudain, Dina et Evan se ruèrent dans la cellule et fermèrent la porte. Ils se tenaient de part et d'autre de la sortie, l’arme au poing.

– Les Trolls reviennent, leur dit-elle.

En effet, des bruits de pas résonnèrent dans le couloir. Un Troll s'approcha et regarda à l'intérieur de leur cellule.

– Et chef ! Vous m'aviez pas dit qu'on avait deux nouveaux ?
– Quoi ? De quoi tu parles ? Pousse-toi, idiot ! ordonna le chef des Trolls à son subalterne. Mais d'où sortez-vous ?

Il voulut ouvrir la porte avec sa clef, et s'aperçut qu'il n'y avait plus de serrure. Il la poussa et s'avança à l’intérieur. Dina lui planta une de ses dagues en plein cœur. Il s'écroula sur le sol, mort d’un coup. Deux Trolls se précipitèrent à l'intérieur, Evan trancha la tête du premier, et Dina enfonça une dague dans la nuque du second.

Alerté par le bruit, d'autres Trolls débarquèrent dans le couloir. La Guilde sortit de la cellule, même Zach et Kerof. Ils se battirent contre une dizaine de Trolls, et eurent rapidement le dessus. Ils les tuèrent tous.

– Voilà une bonne chose de faite, fit Zach qui venait de tuer un Troll à mains nues.
– Il faudrait délivrer tous ces pauvres gens, suggéra Aurore. J'ai vu des Tulmarians dans les cellules.

C'est ce qu'ils firent. Ils leur conseillèrent ensuite de partir par là d'où eux-mêmes étaient venus. Qu'ils aillent se cacher dans la forêt noire, qui à présent, ne présentait plus aucun danger. Personne ne viendrait là-bas avant un moment. Une fois que les prisonniers furent partis, Evan trouva une arme à Zach et à Kerof. Justin examina leurs blessures. Il désinfecta
leurs plaies, et fit un pansement propre à Zach. Puis, ils reprirent leur marche pour sortir de cet endroit.

Zach et Kerof demeurèrent silencieux, visiblement pas encore prêts à parler de ce qui leur était arrivé. Leurs camarades respectèrent leur silence, imaginant très bien ce qu’ils avaient subi.

Ils étaient arrivés dans une autre grotte, Evan marchait en tête, sa jambe ne lui faisant plus mal. Dina décida de briser la glace :

– Je suis vraiment désolée vous savez ! dit-elle à Zach et Kerof. On aurait dû arriver plus tôt !
– Le pouviez-vous réellement ? lui demanda Kerof.
– Honnêtement, non. Nous avons fait le plus vite possible.
– Alors cessez de vous tourmenter.
– Tu ne pouvais rien faire, ni toi, ni les autres. On ne vous en veut pas. Vous avez fait ce que vous deviez faire, lui dit Zach, l'air sombre.
– On sait bien, mais ça me rend malade de voir ce qu'ils vous ont fait, lui dit Aurore.
– Il ne faut pas. Si c'est le prix à payer pour vous aider à accomplir votre mission, alors ainsi soit-il, lui dit Kerof, perché sur son épaule.
– D'où sortent ces chiens ? demanda Zach, changeant de sujet.
– Oh ! C'est une longue histoire, lui dit Dina.
– On les a trouvés dans la forêt noire, lui répondit Evan. En fait, c'est plutôt eux, qui nous ont trouvés. Ce sont des chiens qui appartenaient à un membre de la guilde. Comme beaucoup d'autres, il est mort tué par un trio de Sorcières.
– Il y avait des Sorcières dans la forêt noire ? fit Zach, surpris.
– Oui, et contrairement à Dina, ou à Aviva, celles-ci étaient des psychopathes. Elles arrachaient le cœur des hommes.

Evan leur raconta donc tout ce qu'il leur était arrivé depuis qu'ils avaient été séparés. Son récit lui prit un bon moment. Lorsqu'il eut fini, Justin leur montra une lumière qui émanait du haut. Dina vola jusqu'à la lumière, quand elle redescendit elle leur dit :

– Apparemment on peut sortir par là, c'est juste à côté d'un sentier. Mais il faudra que tu exploses la roche si tu peux ! Sinon on ne pourra pas passer ! fit-elle à Evan.
– Oui, mais c'est haut ! Et moi je ne sais pas voler ! C'est à trente mètres au moins ! protesta-t-il.
– Donne-moi ta main !
– Pourquoi faire ?
– Fais-moi confiance ! fit Dina, agacé.

Evan lui tendit sa main, Dina la prit dans la sienne. Elle s'envola lentement, Evan avec elle, comme si le simple fait de la toucher, donnait des ailes au jeune homme. Au moment où il allait parler, elle l'interrompit :

– Ne me demande pas comment je fais, je n'en sais rien !

Il lui sourit, mais ne dit rien. Quelques minutes après, ils étaient face à la paroi que le Magicien devait détruire. Evan se servit de sa main libre, et fit apparaître une série d'éclairs dans la paume de sa main. Il y eut un bruit d'explosion, puis un éboulement. Le trou était suffisamment gros pour qu'ils puissent tous passer en même temps.

Dina et Evan allèrent à la surface. La Sorcière sortit de nouveau sa corde, elle et Evan saisirent une extrémité, et ils jetèrent l'autre en bas. Heureusement, Dina avait choisi une corde très longue. Il fallut un long moment pour que tous puissent remonter à la surface.

– Quelqu'un sait où on est exactement ? demanda Zach.
– On est sur la troisième montagne. Regarde derrière toi, il y a un pont, il relie la deuxième à la troisième montagne, lui dit Justin.
– Si tu le dit je veux bien te croire. Et on doit se rendre où déjà ?
– Sur la quatrième montagne, dans une ville appelée Gladsheim. C'est là qu'on est censé trouver la deuxième et dernière pièce perdue, répondit Dina.
– Zach ! Je suis désolé, mais il faut qu'on vous pose une question à tout les deux, dit Evan, mal à l'aise, au bout d'un moment.
– Je sais, mais ce n'est pas la peine, je vous jure à tous, que Kerof et moi n'avons rien révélé aux Trolls.
– Alors je te crois, lui répondit simplement Evan.
– Par contre, nous avons appris quelques détails qui pourraient s'avérer utiles, dit Kerof.
– Ils ont formé un bataillon, il marche en ce moment même vers la ville souterraine. Il faut que tu avertisses Aviva, dit Zach à Dina.

Ce qu'elle fit. Elle saisit son miroir et demanda à parler à Aviva. Dina lui raconta brièvement leurs dernières aventures, ainsi que les révélations que Zach venait de leur faire. Quand elle eut fini, ils purent se remettre en route.
End Notes:
Je tiens à préciser à titre indicatif, que mon histoire comporte 26 chapitres et qu'il s'agit du premier tome.
Qu'avez-vous pensés de ce chapitre ?
Chapitre 14 : Gladsheim by magno
Author's Notes:
Et voici la suite !
J'espère que ce chapitre vous plaira. Bonne lecture !
Chapitre 14 : Gladsheim




Ils mirent moins d'une journée pour atteindre la quatrième montagne. Le seul problème était de trouver Gladsheim, qui était cachée quelque part. Depuis qu'ils avaient retrouvé la surface de la terre, ils se sentaient observés, ce fut Dina qui en fit la remarque.

- On est suivi, mais je ne pense pas que se soit des Trolls.
- Mais restons quand même vigilants, dit Zach.

Evan marchait toujours en tête, lorsque subitement, la terre s'ouvrit sous lui. L'instant d'après, il avait disparu.

- Evan ! Tu n'as rien ? demanda Justin.
- Ça va ! Vous inquiétez pas ! Mais je commence à en avoir marre de tomber dans des trous !
- Je vais croire que tu le fais exprès ma parole, lui dit Dina.

Ils étaient tous regroupés autour de l'endroit où Evan avait été englouti, quand soudain, ils tombèrent à leur tour. Le trou se referma de lui-même.

Là où ils étaient, il faisait trop noir pour y voir quoi que ce soit. Justin utilisa sa magie, et fit apparaître une boule de feu. À présent, ils pouvaient mieux observer l'endroit où ils avaient atterri. Ils étaient à nouveau dans une grotte, mais celle-ci avait été creusée. Elle n'était pas naturelle, et surtout, elle était basse et étroite. Avant qu'ils aient pu se demander qui l'avait creusée, ils virent qu'ils étaient encerclés par une trentaine de Nains. Ils étaient tous armés de courtes épée, ou bien d'arcs.

- Ne bougez pas ! Vous êtes sur le territoire des Nains, notre chef vous attendait ! fit l'un d'entre eux.
- Maintenant, on sait qui nous observait, fit remarquer Zach.

Les Nains n'étaient pas différents de ceux qu'ils avaient déjà rencontrés, à part que ceux-là portaient des bonnets bleus. Les Nains qu'ils avaient croisé, eux, portaient des bonnets rouges. Zach se demandait si la couleur des bonnets changeait suivant les clans auxquels ils appartenaient.

Les Nains les conduisirent à travers un dédale de tunnels tous aussi étroits et bas, ce qui les forçait à être courbés en deux. Au bout d'un laps de temps qui leur parut interminable, le tunnel déboucha sur une cité. La cité souterraine des Sorciers avait été construite par les Nains, pourtant, cette cité-là ne lui ressemblait pas. Elle était directement creusée dans la roche. Les habitations se trouvaient donc tout autour d'eux, alors que la cité des Sorciers était au centre. Ici, au centre se trouvait les commerces, sous de grandes tantes. Il y avait une très grande agitation lorsqu'ils arrivèrent. Les Nains les regardaient passer, soit en se montrant
franchement hostiles à leur égard, soit apeurés.

Ils furent conduits au fond de la ville, ils durent emprunter un escalier creusé dans la roche. Ils arrivèrent plus haut, devant une habitation, où la porte d'entrée semblait plus grande, et aussi plus richement sculptée. Une Naine vint leur ouvrir, elle s'effaça pour laisser passer tout le groupe. Ils entrèrent dans une pièce assez haute, ce qui leur permit, contrairement aux tunnels, de se tenir droit. Au fond de la pièce, siégeant sur un trône de pierre avec des motifs gravés, se trouvait un autre Nain. Il ordonna à leur escorte ainsi qu’à la servante de se retirer.

- Veuillez m'excuser pour cet accueil, mais par ses temps troublés, nous nous devons d'être prudents. D'ailleurs, nous ne vous avons pas désarmés. Cela fait un moment que nous vous observons, nous voulions nous assurer que vous étiez bien les membres de la Guilde Enchantée que l'on attendait. Je me présente, je suis Bror, du clan des prospecteurs, je remplace mon frère Oleg sur le trône. Il est parti voilà des mois pour combattre les Trolls.
Mon clan a fait un pacte il y a des années avec les Fées. Lorsque les Trolls ont tenté d'envahir le pays des Fées, la reine Présine a demandé à mon frère de venir l'aider. Il est parti avec les trois quarts de notre armée. Depuis, je n'ai eu aucune nouvelle. Je ne sais même pas qui a gagné la bataille, personne n'est revenu. Et comme les Trolls ont envahi les Montagnes du Nord, aucun d'entre nous ne se risque trop à l'extérieur. Peut-être que vous auriez des nouvelles ? leur demanda-t-il, plein d'espoir.
- Nous savons que le pays des Fées résiste toujours, mais nous ignorions que votre clan s'était battu à leur côté, lui répondit Zach. Nous ignorons ce qui leur est arrivé, nous sommes désolés.
- Ce n'est rien, après tout, s'ils étaient en vie, ils seraient déjà revenus. Mais je veux garder espoir. Bien, mon frère m'a averti qu'en son absence, des Guildéens devaient venir. Je suis sensé vous conduire dans une salle cachée. Je ne sais pas ce que vous devez y faire, et je ne vous le demanderai pas. Je vous offre le gîte et le couvert pour aujourd'hui. Demain, je vous y conduirai.

Bror fit rappeler la servante et celle-ci les conduisit dans une autre partie de la cité. Ils logèrent dans une habitation réservée aux invités. On leur fit couler un bain dans de grandes cuves de pierre. Ils étaient dans la même maison, chacun ayant sa chambre et sa propre salle de bains. Une servante vint leur prendre leurs affaires pour les faire nettoyer. En attendant qu'elles sèchent, on leur prêta des vêtements propres. Plus tard dans la soirée, on leur fit servir à manger. Ils apprécièrent grandement ce repas. La dernière fois qu'ils avaient fait un repas normal, c'était lorsqu'ils se trouvaient dans la cité des Sorciers. Une fois lavés et rassasiés, chacun alla dans sa chambre, et tous s'endormirent immédiatement.



Le lendemain matin, après le petit déjeuner, et une fois qu'ils eurent remis leurs vêtements propres, Bror les fit appeler en bas. Ils descendirent donc, Bror les salua, et les emmena en dehors de la ville. Ils passèrent par une série de galeries, avant d'arriver dans une immense grotte.

- C'est ici que nos chemins se séparent. Voici des vivres pour continuer votre voyage. Vous trouverez une sortie quand vous aurez fini.
- Merci beaucoup pour votre hospitalité, lui dit Dina.
- Je vous en prie, je n'ai fait que mon devoir. J'espère que vous pourrez faire quelque chose pour débarrasser Faeria de toute cette vermine ! Bonne chance !

Et il repartit, escorté de sa garde personnelle.

Dès qu'ils furent sortis de la grotte, celle-ci se referma sur eux. Ils étaient coincés, pris au piège.

Contrairement à ce qu'ils pensaient, une fois la grotte refermée, ils ne furent pas plongés dans l'obscurité. Un halo de lumière verte flottait au dessus d'eux.

- Bon, qu'est-ce qu'on fait ? C'est le genre de questions qu'on se pose un peu trop souvent ! fit remarquer Evan.
- Si vous voulez la pièce, il va falloir affronter les épreuves ! rugit une voix.
- Quelles épreuves ? demanda Aurore.

Comme pour répondre à sa question, la terre se mit à trembler et le sol se fissura. De la lave sortit des fissures et s'écoula lentement. Et avant que l'un d'entre eux ne suggère quoi que ce soit, d'énormes salamandres sortirent des fissures.

- Il manquait plus que ça ! Des salamandres de deux mètres ! s'exclama Justin.
- La lave vient vers nous, il faut la dévier, je peux essayer, intervint Dina.
- Je vais t'y aider, ce n'est pas du feu, mais on verra bien, lui dit Justin.


Tous les deux levèrent leurs mains, et utilisèrent leurs pouvoirs pour dévier un temps la lave. Pendant ce temps, Aurore, Evan et Zach, s'occupaient de tuer les salamandres. Mais, apparemment, celles-ci étaient de plus en plus nombreuses, et se mirent brusquement à cracher du feu et elles ne semblaient nullement craindre la lave. Elles étaient à présent une bonne vingtaine.

- Si elles ne craignent pas la lave et qu'en plus elles nous crachent du feu, par contre, elles devraient avoir peur de l'eau, dit Evan en regardant Zach et Justin.
- Ne me regarde pas ! Je peux nager et respirer sous l'eau pendant des heures, et je peux faire d'autres choses sous l'eau, mais je ne peux pas la contrôler, ni en faire apparaître, lui répondit Zach.
- Je peux nous débarrasser de quelques unes grâce à l'eau, mais pas toutes. Je n'ai jamais produit autant d'eau, et je n'en suis pas encore capable. Si on avait une source d'eau à proximité se serait possible, mais dans cette fournaise... , répondit Justin.
- D'accord, je me renseignais, c'est tout, fit Evan. Je vais tenter l'électricité, on verra bien.

Evan se servit donc de ses pouvoirs et électrocuta deux salamandres. Seulement, de cette manière, elles étaient très dure a tuer à cause de l'épaisseur de leur peau.

- Il faudra trouver une autre solution..., ça me demande trop d'énergie..., fit-il essoufflé.

Elles sont coriaces.

- Et moi, je ne vois pas en quoi mes pouvoirs pourraient nous être utiles, fit Dina dépitée.
- Moi j'ai peut-être une idée, je peux imposer ma volonté aux animaux. Je leur demande un service, et ils le font. Mais je peux aussi leur ordonner de faire quelque chose, ils le font même s'ils n'en ont pas envie, expliqua Aurore.
- Ils sont nombreux, et qu'est-ce que tu pourrais leur demander, de nous fiche la paix ? demanda Zach.
- Il faut trouver celle qui commande, il y en a forcément une. Je lui impose de retourner sous terre, les autres la suivront. Ensuite, il faudrait refermer les fissures, je ne peux pas contrôler la terre, tu pourrais le faire Justin, tu arrives bien à contrôler les éléments ?
- Oui, mais la terre et le vent, ce n'est pas ce que je maîtrise le mieux, mais j'essaierai, dit-il en grimaçant.
- Aurore, je pense que j'ai trouvé le dominant, ce doit-être celui-là, regarde, lui dit Dina en désignant la plus grande et aussi la plus grosse des salamandres.

Aurore s'approcha de la créature que lui désignait Dina. Elle marcha doucement vers elle, tout en la fixant dans les yeux. Elle communiqua avec elle, et lui ordonna de repartir sous terre avec les autres salamandres. Tous se demandaient si Aurore y parviendrait. La salamandre se retourna subitement, et sauta dans la fente la plus proche. Les autres ne tardèrent pas à faire de même. Lorsqu'elles furent toutes reparties, Justin parvint à refermer toutes les fissures. La lave fut stoppée, mais il leur fallut quand même faire attention à la lave qui était déjà à la surface.

Mais, alors que Justin fermait la dernière fissure, trois espèces de boules de feux se glissèrent à la surface, au moment où la fissure se refermait.

- Qu'est-ce que c'est encore ? demanda Evan.
- Aucune idée.

En les observant de plus près, ils virent qu'il ne s'agissait pas de boules de feu. C'étaient de petites créatures, mesurant moins d'un mètre, mais ayant un corps couvert de flammes. Elles avaient la couleur jaune orangée du feu, et volaient au dessus d'eux.

L'une d'elle fonça sur Dina, mais celle-ci, grâce à son pouvoir de télékinésie, le projeta contre la paroi d'en face. Justin, lui, parvint à créer une boule d'eau qu'il tenait dans sa main.

Il visa l'une des créatures, et la toucha de plein fouet. La créature poussa un cri aigu, signifiant clairement qu'elle n'appréciait pas du tout. Justin lui envoya deux autres boules d'eau, et elle se transforma en pierre. Elle chuta lourdement sur le sol, et se brisa en morceaux.

- C'est efficace ! s'exclama Kerof qui, jusque-là, avait gardé le silence.
- Oui, et ça me prend moins d'énergie que si je devais projeter un jet d'eau, expliqua le jeune Druide.

Il recommença l'expérience sur les créatures restantes, et comme avec la première, les deux autres se transformèrent en pierre, avant de s'écraser au sol.

- Bien joué, cher Justin, vous venez de détruire des esprits du feu. Ce sont d'ignobles petites pestes. Ils vivent généralement au cœur des volcans, où sous la croute terrestre, près de la lave. Lorsqu'un volcan rentre en irruption, cette petite vermine vient brûler les villes et les villages qui se trouvent à proximité.
- Je n'en avais jamais entendu parler, lui dit Dina.
- Nous avons encore beaucoup de choses à apprendre, intervint Zach.
- Vous croyez qu'on en a fini avec les épreuves, parce qu'il ne se passe pas grand chose là ! dit Evan.

À ce moment-là, un grondement retentit dans toute la grotte. Une entrée apparut de l'autre côté. Ils se regardèrent tous, puis se dirigèrent vers elle. Lorsqu'ils l'eurent tous franchie, elle disparut aussi prestement qu’elle était apparue.

- Vous venez de réussir la première épreuve, celle du feu. Il ne vous reste plus qu'à affronter celle de l'eau, gronda la voix.
- Je ne vais pas aimer ça du tout, dit Aurore dans un souffle.

La grotte où ils se trouvaient, et qui était plus petite que la précédente, commença à se remplir d'eau par magie.

- Je ne vais vraiment pas aimer ça ! s'exclama Aurore d'une voix plus aiguë qu'à
l'ordinaire.
- Donne-moi ta main, lui dit Dina.

Aurore lui donna sa main, et Dina la pris dans la sienne. Elles se mirent toutes les deux à voler au dessus de l'eau, Kerof se tenant toujours sur l'épaule d'Aurore.
- Merci beaucoup, lui dit Aurore avec reconnaissance.
- Je t'en prie, mais si le niveau de l'eau continue à monter, je ne pourrais pas faire grand chose de plus.
- Je sais.

La caverne ne mesurait que six mètres de haut. L'eau arrivait déjà à deux mètres et ne cessait de monter.

- Quelque chose m'a frôlé la jambe ! s'exclama Justin.
- Kerof ? Existe-t-il des êtres de l'eau ? lui demanda Zach.
- Bien sûr ! Il existe aussi des êtres de la terre et du vent. Et tous sont néfastes.
- Super ! Tant que ce ne sont pas des requins ! s'exclama Evan, pas rassuré du tout.
- Je vais plonger pour examiner ce qu'il y a dans l'eau, dit Zach, avant de disparaître.

Les minutes passèrent, interminables, et Zach ne refaisait pas surface. Les autres savaient qu'il pouvait respirer sous l'eau, après tout, c'était un Ondin, mais s'il avait fait une mauvaise rencontre ?

L'eau était maintenant à quatre mètres et Aurore était pliée en deux dans les airs pour ne pas rentrer en contact avec elle. Soudain, près d'Evan, il y eut un grand remous. Zach émergea, tenant ce qui devait être, un être de l'eau, à bout de bras. Justin nagea jusqu'à lui,
mit sa main sur la créature qui se mit à hurler. De la vapeur s'échappait de l'être de l'eau.

Justin avait concentré son pouvoir du feu dans sa main, et il était en train de brûler la créature. Cette dernière se liquéfia subitement.

- Il y en a d'autres des comme ça ? lui demanda Evan.
- J'en ai repéré quatre autres.

Evan fut tiré dans l'eau par quelque chose et disparut dans les profondeurs.

- Evan ! appela Zach.
- Il faut que tu ailles le chercher ! dit Dina, inquiète.

Avant que Zach ait le temps de plonger, Evan réapparut, sautant hors de l'eau, et tenant une des créatures. Il la jeta brusquement, et lui décocha un éclair, qui la liquéfia d'un coup. Evan retomba à l'eau, puis émergea à nouveau.

- Pas mal le saut ! lui lança Zach.

L'eau était à présent à cinq mètres.
Zach replongea, puis à peine quelques secondes plus tard, le cadavre d'un être de l'eau flotta à la surface. Un long moment passa, Aurore était collée à la paroi, car l'eau dépassait les cinq mètres. Puis, un autre cadavre se mit à flotter près d'eux, avant de se liquéfier. Zach
réapparut enfin.

- Ils sont tous morts, déclara-t-il.

Le niveau de l'eau baissa soudain, il était temps, car deux centimètres de plus, et elle rentrait en contact avec Aurore. La grotte se vida rapidement, et bientôt ils purent avoir les pieds au sol. La voix s'éleva alors :
- Vous avez réussi les épreuves, la pièce est à vous.

Quelque chose brilla à un mètre du sol. C'était la pièce. Celle pour laquelle l'Elfe Elfy, était mort.

- Comme tu n'as plus ta pièce, tu devrais la garder Dina, lui dit Zach.
- Tu penses ?
- Oui, garde-la, lui dit Evan.

Dina se saisit de la pièce, et la mit dans la poche de son pantalon. Une sortie leur apparut alors. Lorsqu'ils l'eurent franchie, elle se referma. Ils se retrouvèrent sur le bord d'une falaise.

Un peu plus loin, sur leur gauche, un pont reliait la quatrième montagne à la cinquième et dernière. Bientôt, ils quitteraient la chaîne des Montagnes du Nord, et ils marcheraient en direction d'un immense champ de fleurs géantes, où vivaient la majorité des Elfes. Mais avant ça, il leur faudra traverser une partie du désert.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 15 : Le désert by magno
Author's Notes:
Et voici la suite ! J'espère que l'histoire vous plait.
Bonne lecture !
Chapitre 15 : Le désert




Ils étaient enfin sortis des Montagnes du Nord et ils se dirigeaient vers un endroit appelé « le champ des Elfes ». C'est là qu'ils devraient placer une autre pièce. Mais pour arriver là-bas, il leur faudrait traverser une petite portion de désert.

- Quand vous dites une partie du désert, elle est grande comment votre « partie » ? questionna Evan.
- À peine une demi-journée de marche, lui répondit Kerof.
- Est-ce qu'il y a des dangers à redouter dans le désert ? demanda Justin.
- Je ne crois pas que nous verrons des Trolls, ils n'aiment pas vraiment la chaleur, ils préfèrent l'humidité de leurs grottes. Les créatures qui sont dangereuses se trouvent plutôt en plein désert, pas en bordure.
- Tant mieux, mais sait-on jamais, soyons prudents, dit Zach.
- Oui, après tout, on n'est pas à une autre surprise près, dit Dina.
- Est-ce qu'il y a quelque chose de spécial dans le désert ? demanda Aurore à Kerof.
- Pourquoi pensez-vous qu'il y a quelque chose dans le désert ? lui demanda Kerof les yeux pétillants de malice.
- Une intuition, lui répondit-elle simplement.
- Eh bien ma chère, vous avez une très bonne intuition. On dit qu'il y aurait soit un temple, soit plusieurs, cela dépend de qui raconte l'histoire. Plein de rumeurs ont circulé, allez savoir s'il y en a seulement une d'exacte. Tantôt on parle d'un temple dédié au Dieu Kalg, le Dieu de la Mort, tantôt il y aurait quatre temples, un pour chaque élément. Mais ce ne sont que des sornettes si vous voulez mon avis.
- Peut-être bien, mais vous savez ce qu'on dit, il n'y a pas de fumée sans feu, lui répondit-elle. Il doit y avoir quelque chose mais ça n'a peut-être rien à voir avec les histoires que vous avez entendues.
- C'est possible, dit Kerof sans grande conviction.
- Regardez, on arrive bientôt dans le désert, dit Evan en montrant du doigt une étendue de sable.

Il leur fallut encore deux heures de marche pour y entrer.


Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le climat des Montagnes du Nord n'avait pas été vraiment froid, il avait été plutôt doux, et depuis qu'ils les avaient descendues, le climat s'était réchauffé petit à petit. Le paysage aussi avait changé au fur et à mesure. Des montagnes, ils avaient traversé une vallée verdoyante, puis ils avaient emprunté une route sèche et caillouteuse. Ils avaient dû descendre plus tard dans la journée une pente rocheuse, et la chaleur qui y régnait en ce milieu d'après-midi était particulièrement insupportable. À présent qu'ils avaient pénétré dans le désert, la chaleur était encore plus étouffante, même écrasante.

Il n'y avait pas le moindre souffle de vent. N'y étant pas préparés, ils ne possédaient rien pour se protéger du soleil. Les chiens supportaient très mal la chaleur, eux aussi. Heureusement pour eux, c'était déjà la fin de la journée et le soleil était moins brûlant, mais ils avaient néanmoins de sacrés coups de soleil.

- Qu'est-ce qu'on fera cette nuit ? On continuera à marcher toute la nuit, ou on fera quand même une pause ? demanda Justin. Je sais qu'on n'a pas de temps à perdre, mais je n'en pourrai bientôt plus.
- La nuit ne va pas tarder à tomber. Dans une heure on fera une pause, on s'arrêtera pour se reposer quelques heures. Je commence en avoir assez moi aussi, lui répondit Dina. Vous êtes d'accord ?
- Absolument, lui répondit Evan hors d'haleine.

Une heure plus tard, la nuit venait de tomber et ils étaient arrivés devant des ruines.

- Si on s'arrêtait ici, si le vent venait à se lever, ces ruines nous protègeraient, suggéra Zach.
- Bonne idée, dit Justin en s'asseyant, adossé contre un mur.

Ils s'assirent tous en cercle. Il commençait à faire très froid, Justin créa un feu grâce à sa magie. À présent, il n'avait plus besoin de bois pour faire du feu.

- Dîtes-nous Kerof, à quoi correspondaient ces ruines ? lui demanda Dina.
- Ces ruines datent du début de Faeria, on dit que c'était un temple dédié à la Déesse Hatari. Mais allez savoir si c'est vrai.
- Hatari? La Déesse des Sorciers ? demanda Dina.
- Elle faisait partie, à ce qu'on dit, des Dieux qui quittèrent Faeria il y a des millions d'années. C'est une légende bien sûr, rien ne prouve qu'elle est vrai.
- Quelle légende ? demanda Dina, intéressée.
- On raconte que les Dieux qui créèrent Faeria, toutes les plus anciennes religions confondues, ont un jour été lassés de notre monde. On dit qu'il y eut un terrible massacre, dont nous ignorons l'origine, mais après cela, beaucoup des Dieux de l'époque partirent. Seules quelques uns ont voulu rester. C'est assez flou. Mais comme je vous le disais, c'est une de nos légendes.
- Quels sont les Dieux que les Faeriens vénèrent ? Nous ne connaissons pas vraiment les religions, ni les coutumes d'ici, demanda Zach.
- Eh bien, comme vous le savez déjà, très chère Dina, le peuple des Sorciers, vénèrent Hatari. Les Druides, eux, cher Justin, ont plusieurs Dieux.
Mais, voyez-vous, les Sorciers et les Druides font partis des rares peuples qui ont une religion, et surtout, une très ancienne religion.
- Les autres peuples ne croient en rien alors ? Et vous Kerof ? lui demanda Dina.
- Ce n'est pas parce que je ne crois en aucun Dieux, que je ne crois en rien. En réalité, nous croyons au ciel, à la terre, à la nature... Peu importe le nom qu'on leur donne. Mon peuple n'a pas vraiment de religion, nous ne vénérons personne en particulier. On dit que c'est parce que nos Dieux sont partis, comme je vous le disais à l'instant, mais nous sommes très proches de la nature, de la terre. Nous ne sommes plus partisans des anciennes religions, et n'en avons pas de nouvelles. Nous croyons en ce qui nous entoure, simplement.
- Donc, en dehors des Druides et des Sorcières, personne n'a de religion ? demanda Aurore.
- Non, en dehors des Terres Enchantées, les humains ont leur religion, mais je ne la connais pas, ou plutôt je ne les connais pas. Je n'ai jamais voyagé hors d'ici. Je ne connais pas les autres pays.
- Nous comprenons un peu mieux le fonctionnement et les coutumes de ce monde. Mais nous avons encore beaucoup de choses à apprendre, dit Justin.
- Je trouve que vous vous en sortez plutôt bien, leur dit Kerof.
- C'est gentil Kerof, répondit Zach. Il faudrait dormir un peu, je prends le premier tour de garde, dit-il après un moment de silence.


Les autres se couchèrent sur le sable et s'endormirent instantanément. Sony et Louka montaient la garde, ce qui faisait un peu de compagnie à Zach. Mais à peine deux heures plus tard, alors que l’Ondin s'apprêtait à réveiller Justin pour son tour de garde, il crut apercevoir quelque chose se déplacer entre les ruines. Il regarda plus attentivement et vit à nouveau quelque chose. Il ne savait pas ce que c'était, ça se déplaçait trop vite, mais ça avait l'air très petit, encore plus petit que Kerof. Sony se releva brusquement et Louka se mit à grogner, l'air menaçant. Sony, apeuré, reculait progressivement vers le mur derrière lui. Zach s'approcha doucement de Justin, le secoua légèrement, et celui-ci se réveilla aussitôt.

- Il y a un truc bizarre, j'ai vu quelque chose se déplacer entre les ruines, c'était tellement rapide que je n'ai pas vu ce que c'était.
- Tu es sûr ? demanda Justin, encore ensommeillé.

Louka et Sony se mirent à aboyer furieusement.

- Absolument ! Tiens ! Regarde, ça recommence !
- Oui, tu as raison, je l'ai vu. On devrait peut-être réveiller les autres, non ?
- Pas la peine, c'est fait, dit Evan.
- J'ai senti quelque chose, qu'est-ce qui se passe ? demanda Dina.
- On a vu une sorte de petite créature se déplacer rapidement, je n'ai pas bien vue, lui répondit Justin.
- Attendez ! J'ai lu dans le livre qu'il y avait des créatures qui vivaient dans les ruines, leur dit Aurore.
- C'est gentil de le dire ! s'exclama Evan.
- Je n'y pense que maintenant, s’excusa-t-elle.
- Aurore a raison, ce doit être un Borowna, les informa Kerof.
- Un quoi ? demandèrent-ils tous en même temps.
- Un Borowna, bande d'ignares ! Vous n'êtes pas très doués pour des Guildéens, dit une créature perchée sur un mur d'une des ruines.

Louka se mit à aboyer de plus belle.

- Comment savez-vous qui nous sommes ? lui demanda Evan en se levant, l'épée levée.
- J'ai rarement vu un feu brûler sans bois, fit-il, perspicace. Et veuillez ranger votre arme, je vous prie, je n'ai pas l'intention de me battre contre vous. Je ne vais pas me salir pour si peu, fit-il d'un air dédaigneux. Et puis dites à ce chien stupide d'arrêter d'aboyer, il me casse les oreilles !

Le Borowna était une étrange petite créature. Faisant la taille d'une main humaine, il avait des cheveux et une barbe blanche si longue, qu'on aurait pu le croire couvert de poils. Ses petits yeux noirs encadrés de rides, pétillaient de malice.

- Parce que vous imaginez que vous pouvez nous battre ! dit Evan sarcastique.
- Ne vous fiez pas à la taille d'un être, mon jeune ami, lui dit Kerof.
- Votre ami Tulmarian à raison, jeune impertinent. Oseriez-vous insulter l'une des plus vieilles créatures de Faeria, jeune arrogant ? Pensez-vous que seule la force compte ?
- Je suis désolé, vous avez raison, je ne devrai plus me fier à la taille, pas après vous avoir vu à l'œuvre Kerof, dit Evan en rangeant son arme. Mais n'insultez pas non plus ce chien, il est loin d'être stupide.

Le Borowna se renfrogna.

- Je suis ravi de voir que vous murissez enfin, cher Evan, répondit Kerof.
- Pourrions-nous connaître votre nom, demanda Aurore au Borowna.
- Mon nom est Malouan, je fais partie des rares survivants de ma race, dit-il d'un air de défi.
- Nous en sommes désolés, lui dit Zach.
- Que s'est-il passé ? lui demanda Dina. Mais excusez-nous, je m'appelle Dina, et voici Aurore, Evan, Zach, Justin, et bien sur notre ami Kerof. Et nos deux compagnons canins, Sony et Louka.
- Vous faîtes une bien drôle d'équipée, jeunes gens, mais pour répondre à votre question, mon espèce a servi de repas à ces immondes Chimères ! s'exclama-t-il, rageur.
- Quelle horreur ! s'exclama Aurore.
- Comment avez-vous fait pour vous en sortir ? lui demanda Dina.
- En courant, mademoiselle, en me sauvant comme un lâche, dit-il, dégouté de lui-même.
- Avoir sauvé votre vie ne fait pas de vous un lâche, lui dit Justin.
- Il a raison, mourir avec les autres n'aurait servi à rien, continua Evan.
- Ah, vous trouvez, et vivre sans les autres me sert à quoi ? répliqua Malouan hargneux.
- Peut-être à veiller à ce que ça n'arrive pas à d'autres. Si vous êtes en vie, il doit y avoir une raison, comme il doit y avoir une raison pour qu'on vous ait rencontré, lui dit Dina.
- Je ne crois pas vraiment au destin vous savez. Et je ne vois pas ce que je pourrais faire, c'est votre travail de veiller à ce que ce genre de choses n'arrive plus, répliqua-t-il.
- Êtes-vous sûr qu'ils sont tous morts ? lui demanda Justin.
- Oui, je les ai vus mourir, malheureusement, dit-il baissant la tête pour cacher les larmes qui lui montaient aux yeux.
- Nous sommes vraiment désolés de ce qui est arrivé, je ne veux pas imaginer ce que ce serait que de voir mourir mon peuple, lui dit Zach.
- Mais peut-être pourriez-vous m'emmener avec vous, je pourrais vous aider, fit-il le poing levé. Ma magie est puissante, mais si mon peuple est mort, c'est parce que notre eau a été empoisonnée pour neutraliser nos pouvoirs. Je suis le seul qui n'en ait pas pris. Laissez moi venir avec vous, je suis aussi très rapide. Laissez-moi venir, pour m'assurer que ces chiens le paieront de leur vie ! dit-il, la colère lui empourprant les joues.
- Nous ne savons pas, nous avons pris Kerof avec nous déjà, je ne sais pas si on peut faire ça à chaque fois, répondit Dina. On ne peut pas dire que l’on passe inaperçu, marmonna-t-elle.
- Vous avez raison, ma chère, et je lui cède ma place, dit Kerof.
- Quoi ? Non ! dit Aurore.
- J'y pense depuis un certain temps, je crois que nous devrions nous séparer. Je vais longer le désert pour éviter de passer par le Pays des Fées. Je vais me rendre à Forestia, là où se trouvent la plupart de vos condisciples, ma chère Aurore. Beaucoup de Telmarians se trouvent là-bas. Quand votre mission sera achevée, le temps sera venu de faire la guerre. Je me charge du recrutement, et pas seulement de mon peuple. C'est une autre manière de vous venir en aide. Notre ami Malouan vous sera d'une aide précieuse, il ne se vante pas quand il dit que sa magie est puissante. Son savoir vous sera très utile également.
- Vous êtes sûr de votre choix Kerof ? lui demanda Evan, pas très emballé par la perspective de voyager avec Malouan.
- Tout à fait, mon ami.
- Très bien, dit Zach, Malouan, nous acceptons votre aide avec plaisir.
- Merci beaucoup, je veux que mon peuple obtienne justice, mais je ne veux en rien vous chasser, dit-il en se tournant vers Kerof.
- Ce n'est pas le cas, je vous assure, mon cher.
- Mais faites attention Malouan, je ne suis pas sûr que la vengeance vous aidera, et ça ne nous aidera pas non plus, fit Zach. C'est un sentiment qui est dangereux et qui pourrait causer votre perte et la nôtre par la même occasion !
- Vous avez raison, je le sais, je vous promets de ne rien faire de stupide, si c'est ce que vous redouter.
- C'est bien ce que je redoute, en effet, mais je vous surveillerai, promit l’Ondin.
- Bien, ce n'est pas tout ça, mais il faudrait peut-être se remettre en route, je ne pense pas pouvoir me rendormir, dit Evan.
- Tu as raison, allons-y, dit Dina.
- Je vous accompagne jusqu'à la limite du désert, dit Kerof.

Justin cessa de produire le feu, ils rangèrent leurs couvertures dans leurs sacs, et se mirent en route. Le soleil se leva des heures plus tard, le vent soufflait fort, leur projetant du sable dans les yeux. Au bout de trois heures de marches ils atteignirent la lisière du désert.

- Il est temps de se quitter mes amis, leur dit Kerof.
- Vous nous manquerez Kerof, lui dit Aurore.
- Oui, nous espérons vous revoir très prochainement, continua Dina.
- Je ne doute pas que nous allons nous revoir, ma chère.
- Prenez soin de vous Kerof, nous aurons besoin de vous, lui dit Evan.
- Bonne chance, Kerof, lui dirent Justin et Zach.
- Merci mes amis, bonne chance à vous aussi, et, Malouan, veillez sur eux, dit-il en aparté au Borowna.
- Ne vous inquiétez pas, je veillerai au grain, lui chuchota-t-il. Ils n’ont pas l’air très futés, dit-il en grimaçant.
- Sony dit qu'il est triste de vous voir partir. Et Louka dit que c'est très courageux de votre part, et que c'est tout à votre honneur de nous aider dans notre mission, dit Aurore.
- Vous me manquerez aussi vous deux, fit-il.
- Ils disent qu'ils veulent venir avec vous, Kerof !
- Quoi ? Hors de question, fit celui-ci.
- Ils pensent que nous n'avons plus besoin d'eux, et que nous sommes suffisamment forts pour nous en sortir. Ils disent que vous aurez besoin d'aide pour recruter des combattants.
- Et comment comptez-vous faire pour en recruter ? En aboyant ? fit Kerof.
- Louka dit que Forestia comporte énormément de Nymphes, et qu'elles peuvent les comprendre comme je le fais en ce moment, continua Aurore, avec un petit sourire.
- Bon, très bien, espèces de têtes de mules, venez !

Sony poussa un long aboiement aigu, tout en remuant la queue, signe évident de son contentement.

Après un dernier au revoir, Kerof s'éloigna vers la droite, alors que les autres continuaient tout droit. Ils finirent par sortir du désert, ils descendirent une pente ensablée et caillouteuse, puis le paysage changea progressivement. Après avoir traversé un paysage rocheux et désertique, ils virent à nouveau des plaines verdoyantes, des champs. Ils approchèrent d'une source d'eau à la lisère d'une forêt. Les filles et les garçons se séparèrent pour se laver chacun de son côté. Après la chaleur aride du désert, ils apprécièrent de se baigner dans une eau fraîche. Après s'être lavés, ils en profitèrent pour remplir leur gourde, avant de reprendre leur chemin.

Ils marchaient à destination du Champ des Elfes afin d'y placer une autre pièce. Ils espéraient ne pas croiser de Trolls ou d'autres dangers similaires. Ils craignaient que, comme la ville souterraine des Sorciers, le Champ soit tombé entre des mains ennemies.

C'est donc le cœur lourd d'avoir dû quitter un ami, et avec la crainte de devoir affronter à nouveau quelque chose de terrible, qu'ils avancèrent vers leur destinée.
End Notes:
Alors ? Qu'en avez-vous pensé ?
Chapitre 16 : Le Champ des Elfes. by magno
Author's Notes:
Et voici la suite ! Bonne lecture.
Chapitre 16 : Le Champ des Elfes.




Il leur fallut à peine quelques heures de marche pour arriver devant le Champ de Fleurs, où vivaient les Elfes. Ils étaient déjà au Pays des Fées, où les Elfes s'étaient réfugiés, il y a des milliers d'années. Les Elfes étaient très peu nombreux, et avaient été obligés de quitter leur pays d'origine. Ils se sont alliés aux Fées, qui leur ont cédé une partie de leur royaume, le Champ de Fleurs. Il couvrait plusieurs hectares et s'étendait à perte de vue. Il y avait toutes sortes de fleurs, des Coquelicots, des Iris, et même des fleurs qu'ils ne connaissaient pas. Elles étaient anormalement grandes, elles les dépassaient d'une bonne tête.

Ils avançaient progressivement vers le Champ, l'air méfiant, car tout était étonnement calme. Après tout ce qu'ils avaient dû affronter, il était normal qu'ils soient particulièrement méfiants.

Au moment où ils pénétrèrent à l'intérieur du Champ, il se produisit quelque chose qu'ils ne comprirent pas de suite. Une sensation étrange les parcourut, comme si leur corps était étrangement engourdi. Ils virent ensuite les fleurs grandir à une vitesse vertigineuse, en quelques secondes ils se retrouvèrent dans un océan de tiges géantes et de pétales immenses, à des mètres au dessus d'eux.

- Qu'est-ce qui c'est passé ? Vous avez vu comment ces fleurs ont grandi ? demanda Evan.
- Je ne crois pas que ce soient les fleurs qui aient grandi, mais nous qui avons rétréci, leur dit Zach.
- Je pense que tu dois avoir raison, dit Dina. Mais qui nous a fait ça ? Les Trolls et les Chimères n'ont pas de pouvoirs ! Et ça ne ressemble pas à de la magie noire !
- Ce n'est pas de la magie noire ! s'exclama Malouan, agacé. Ce sont les Elfes qui nous ont jeté ce sort.
– Pour quoi faire ? lui demanda Aurore.
– Certainement pour qu'on soit à leur taille, dit Zach.
– Enfin, il y en a quand même un qui se sert de son cerveau, ça fait plaisir, dit Malouan railleur.
– Vous n'êtes pas obligé d'être désagréable, répliqua Evan.
– Pourquoi ? Vous vous sentez visé quand je parle des gens qui n’utilisent pas leur cerveau ?

Il est vrai que ça n'a pas l'air d'être votre spécialité, jeune homme, fit-il sarcastique.
Mais avant qu'Evan ait pu répliquer à son tour, ce fut Dina qui intervint :

– Etant donné que nous avons eu l'extrême courtoisie d'accepter que vous nous accompagniez, vous pourriez au moins éviter les sarcasmes, Evan s'en charge déjà, et il est plus agréable que vous. Et rien ne vous empêche de rester courtois ! dit Dina en haussant le ton.
– C'est touchant de voir que vous le protégez, fit-il, un sourire en coin.
– Ne t'énerve pas Dina, ça ne sert à rien, après tout ce qu'il a vécu, fit Aurore, compatissante.
– Ce n'est pas une raison, Aurore, Kerof et moi avons été torturé, ce n'est pas pour ça que nous avons été désagréables ou insultants envers qui que ce soit, intervint Zach, la colère montant subitement.

C'était la première fois qu'il parlait de ce qui lui était arrivé, mais leur dispute fut interrompue par un très léger toussotement provenant de leur gauche. Ils dégainèrent tous leurs armes très rapidement.

Il s'agissait d'un Elfe. Il ressemblait à un homme, sauf que sa taille était considérablement petite. Celui-ci avait des cheveux roux en brosse, ses vêtements semblaient fait avec des pétales. Comme dans les contes, ses oreilles étaient légèrement pointues. Ses yeux étaient étranges, la couleur de ses iris était d'un bleu myosotis. À présent qu'ils le voyaient, ils observèrent les alentours. L'Elfe ne se trouvait pas sur une fleur, mais sur une sorte de passerelle reliant les fleurs entre elles. D'autres Elfes s'y trouvaient, il y en avait partout, ils étaient des centaines. Tous étaient vêtus de pétales, et tous avaient des yeux d'une étrange couleur.

– Présentez-vous étrangers, et donnez le motif de votre intrusion ! fit l'Elfe aux yeux myosotis.

Contrairement à ce que sa taille pourrait laisser penser, sa voix n'était pas aiguë, elle ne ressemblait pas du tout à celle d'un enfant. Au contraire, elle était forte et claire. Mais l'expression qu'il avait sur le visage n'était pas du tout encourageante.

– Nous faisons partie de la Guilde Enchantée, nous sommes en mission pour le compte du Conseil des Anciens. Nous voudrions parler à votre roi, expliqua Zach, visiblement pas du tout intimidé.
– Qu'est-ce qui nous prouve que vous dites la vérité ? questionna-t-il.
– Absolument rien, mais si vous nous tuez, et que nous avons dit la vérité, votre roi ne sera pas content du tout, répliqua Zach.

L'Elfe sourit, les Elfes baissèrent tous leurs armes, et les cinq Guildéens firent de même.

– Le roi vous attendait, en réalité il vous attend depuis fort longtemps, vous avez traîné en route ?
– Combattre des Trolls, je n'appelle pas ça traîner, mais chacun sa définition ! répliqua Evan.
– Suivez-moi ! ordonna l'Elfe, comme s'il n'avait pas entendu.
– Et comment ? demanda Justin, la seule qui sache voler c'est Dina.
– Vous ne voyez pas qu'il y a une échelle ! fit l’Elfe, l'air arrogant.


Effectivement, à quelques mètres de là, une échelle parcourait la tige d'une marguerite. Ils s'avancèrent tous et se mirent à grimper. Quelques minutes plus tard, ils avaient atteint la passerelle. Sans même un regard pour eux, l'Elfe les dépassa. Ils le suivirent, escortés par d'autres Elfes qui leur avaient confisqué leurs armes, ce qui leur déplut fortement.

Ils marchèrent un long moment en silence. Les Elfes n'ayant pas l'air bavards, ni du genre commode, les jeunes gens s'abstinrent de poser des questions. Ils en profitèrent plutôt pour regarder le paysage. Apparemment, les Elfes vivaient dans des fleurs, tous avaient déjà vu
des cabanes construites dans des arbres, mais c'était la première fois qu'ils voyaient des habitations construites dans des fleurs entrelacées. Il y avait des corolles sur plusieurs niveaux, comme les pièces d'une maison, d'autres corolles étaient suspendues au dessus, sûrement pour les protéger de la pluie et du vent. Mais quelque chose leur disait qu'il ne devait pas souvent pleuvoir ici. Il existait aussi des habitations au sol, toujours créées avec des fleurs. C'était très insolite, mais d'une incroyable beauté.

Ils arrivèrent enfin devant un entrelacs de tiges et de pétales, d'une extrême complexité. Un foisonnement de fleurs, toutes plus belles les unes que les autres et aux senteurs délicates. Ils passèrent un rideau de pétales rouges, et pénétrèrent dans ce qui semblait être le palais du roi. Le sol était fait avec des corolles de fleurs, les murs avec des tiges tressaient serrées, étaient couverts de lierre. De petites fleurs jaunes suspendues au plafond et aux murs irradiaient d'une lumière douce et chaleureuse. Au fond, se trouvait un trône où siégeait un Elfe aux longs cheveux blonds. Ils semblaient plus grands que les autres, et devait dépasser Zach, qui était le plus grand des cinq Guildéens, de plus d'une tête. Le roi était vêtu de pétales, comme les autres, mais il portait en plus une cape, qui semblait avoir été faite avec une fleur immense. Elle ne comportait que quatre grands pétales reliaient entre eux. Il se leva à leur approche, leur adressant un sourire de bienvenue.

– Bienvenue chez les Elfes, jeunes Guildéens. Je suis ravi de vous rencontrer enfin. Aviva m'a contacté pour me narrer vos exploits. Pour être honnête, au début, je doutais sérieusement de vos capacités. Mais je m'étais lourdement trompé apparemment. Je m'en excuse.
– Ne vous excusez pas, vous n'êtes pas le seul à avoir douté de nous, bien que vous soyez le seul à le reconnaître. D'autres doutent encore et nous pouvons le comprendre, lui dit Zach.
– Voilà de sages paroles. Mais dites moi, seriez-vous Zach ?
– Oui, c'est exact, Votre Majesté ; fit-il en s’inclinant.
– Et laissez-moi deviner, la jeune femme à l'air farouche doit être Dina ? Vous avez l'air méfiante et vous avez raison, on n’est jamais assez prudent.
– Je suis bien Dina, Altesse, fit-elle mi-surprise, mi-intriguée.
– Et la jeune femme à vos côtés doit être Aurore. Je vous trouve aussi ravissante que vos condisciples Nymphes.
– Merci beaucoup, Majesté.
– Et vous, jeune homme, vous avez l'air méfiant également, seriez-vous Evan ?
– Oui, sire, vous aurait-on fait un rapport détaillé de nos caractères en plus de nos péripéties ? demanda-t-il.
– Oui, je le reconnais. Je me suis renseigné sur vous. Vous n'appréciez pas à ce que je vois.
– Disons que nous aussi, on aurait aimé être mieux renseignés, dit-il sentant la colère lui monter.
– Je comprends votre colère, mon garçon, mais nous avons fait du mieux que nous pouvons.
– Malgré tout le respect que je vous dois, j'en doute ! dit-il la colère montant de plus en plus.

Dina lui prit le bras pour le calmer, le regard suppliant, bien qu'elle fut d'accord avec ses propos. Elle ne voulait pas qu'il aille trop loin, ce n'était pas le moment de se fâcher avec un membre du Conseil.

– Que nous reprochez-vous au juste ?
– Pourquoi ne pas nous avoir fait venir à Avalon plus tôt ? On aurait appris à mieux maîtriser nos pouvoirs, on aurait été mieux préparés. On aurait pu peut-être intervenir avant que les Trolls n'envahissent la cité souterraine. On aurait pu empêcher Zach et Kerof, le Telmarian de se faire torturer par eux, cria-t-il presque.

Le roi baissa la tête, l'air infiniment triste, mais les gardes, dont l'Elfe qui les avait guidés jusqu'au palais dégainèrent leurs fines épées et menacèrent Evan.

– On ne parle pas au roi comme ça ! Je devrais te tuer sur le champ pour un tel affront ! dit-il, sa voix chargée de fureur.

Dina se plaça entre Evan et l'épée, d'un air de défi.

– Fador, range cette épée ! ordonna le roi. Ce sont mes invités et c'est toujours moi qui commande, gronda-t-il.

Fador rengaina son épée, furieux d'avoir été réprimandé de la sorte.

– Veuillez excuser mon neveu, il tient particulièrement à ma sécurité et il a tendance à s'emporter. Un peu comme vous Evan.

Le visage d'Evan s'empourpra subitement. Honteux de s'être mis en colère de la sorte. Fador le regarda avec mépris, et détourna les yeux, dégouté.

– Je suis désolé, Altesse, je n'aurais pas dû m’emporter de la sorte, s'excusa-t-il.
– Ne vous excusez pas, vous parliez avec votre cœur. Et en observant vos amis, pendant que vous parliez, je pense qu'ils partagent votre colère. Mais sachez que si nous ne vous avons pas fait venir à Faeria plus tôt, c'est qu'il y avait un risque que vous soyez découverts par l'ennemi. Vous n'auriez pas pu bénéficier de l'effet de surprise. Ce qui vous a beaucoup aidés, je vous l'assure. Le Conseil sait tout ce que vous avez fait, ce que vous avez enduré. Je suis désolé de ce qui vous est arrivé Zach. Mais nous ne pouvions le prévoir.
– Nous le savons, lui répondit Zach, les dents serrées.
– Dites-moi, où est votre ami Kerof ? Et qui est votre nouveau compagnon ?
– Il avait quelque chose à faire de son côté, il a cédé la place à Malouan. Nous nous sommes rencontrés dans le désert, Sire, lui répondit Dina.
– Vous êtes un Borowna, n'est-ce pas ? demanda le roi en se baissant pour mieux l'observer.
– C'est exact, Altesse.
– Mais je croyais que votre espèce avait été tuée ? En tout cas ce sont les rumeurs qui ont couru.
– Les rumeurs étaient bien fondées, Majesté, les Chimères ont dévoré mon peuple. Je suis le seul survivant.
– J'en suis vraiment désolé, dit-il avec sincérité. Vous devriez vous reposer à présent, une dure journée vous attend demain, dit-il après un court silence. Ma nièce Ilie va vous conduire dans l'habitation qui vous est réservée. Ilie ? appela-t-il. Viens je te prie !

Une jeune femme franchit un rideau de pétales près du trône. Elle ressemblait beaucoup à Fador de part son apparence. Ses longs cheveux roux lui tombaient en cascade sur ses frêles épaules. Elle portait une robe faite avec des pétales de roses rouges. Mais si elle ressemblait physiquement à son frère, elle n'avait pas son air farouche et arrogant, elle semblait fragile.

– Oui, mon oncle, dit-elle en s'inclinant devant lui.
– Emmène nos invités dans leur logement, je te prie.
– Bien sûr mon oncle, lui dit-elle en s'inclinant à nouveau. Je suis enchantée de vous connaître, leur dit-elle en s'inclinant devant eux, ce qui les surprit énormément. Veuillez me suivre, je vous prie.

Ils la suivirent, sortant du palais, sous l'œil mécontent de son frère. Elle les fit traverser d'autres passerelles, leur montrant différents quartiers, certains avec des fleurs venant habituellement des îles, d'autres, ressemblant à des jardins japonais. Ils arrivèrent enfin dans le quartier réservé aux invités.

– Les invités logent dans cette partie du Champ, qu'ils soient de courte ou de longue durée, leur expliqua-t-elle.
– Vous avez des invités de longue durée ? lui demanda Zach,
– Oui, la majorité sont des Fées, elles se sont réfugiées ici, après la bataille contre les Trolls qui s'est déroulée non loin d’ici.
– Nous avons entendu parler de cette bataille, que sont devenus les Trolls ? demanda Zach avant d'entrer dans une maison faite avec des Orchidées aux couleurs diverses.

Une dizaine de fleurs de part et d'autre d'un sentier menant à la maison se réunissaient, et s'entrelaçaient, formant une allée ombragée. Un rideau de pétales remplaçait là aussi une porte.

– Certains sont morts, mais la majorité ont été mis en fuite. Mais ils reviendront, plus nombreux. Nous avons eu de la chance, les Nains de Gladsheim ont répondu à notre appel, s'ils n'étaient pas venus nous aider, je ne sais pas si nous aurions eu une chance.

C’était le second affrontement qui a eu lieu au Pays des Fées. Le premier avait eu lieu quelques mois auparavant. Lors de leur première attaque, la Reine Présine est intervenue avec son armée. La reine s'est personnellement chargée de ce traître de Magicien, Pelham n'a aucun
respect de rien, il se croit tout puissant. C'est lui qui conduisait les troupes de Trolls, mais lorsqu'il a dû affronter la reine Présine, il a reçu une bonne leçon. Mais malheureusement, avant de fuir, il a jeté une puissante malédiction sur la reine. Elle devait quitter les Terres Enchantées, sinon elle périrait quand elle s'y attendrait le moins, seule, et en d'atroces souffrances.

– Nous n'étions pas au courant pour la malédiction, la reine n'a pas voulu nous dire pourquoi elle ne pouvait plus revenir chez elle, expliqua Zach, alors qu'ils venaient de pénétrer dans un salon créé à partir de tulipes. Ils s'assirent tous sur des fauteuils moelleux, faits à partir de corolles d'orchidées.
– La reine ne voulait pas fuir, mais le Conseil et ses filles ont réussi à la dissuader de se réfugier sur l'île d'Avalon.
– Dîtes-nous, lui demanda Aurore, que sont devenus les Nains qui vous ont porté secours ?
– Ils ont certainement dû renter à Gladsheim, dit-elle, intriguée. Pourquoi cette question ?
– Nous avons été à Gladsheim, et le frère du chef de clan nous a dit qu’il n'était pas au courant de ce qui s'était passé pendant la bataille, ils ne sont jamais revenus, lui expliqua Dina à son tour.
– Vraiment ? Mais comment est-ce possible ? s'exclama-t-elle.
– Nous ne savons pas et nous n'avons rien vu de particulier quand nous avons traversé le désert, dit Justin. C'est vraiment étrange, qu'est-ce qui a bien pu leur arriver ?
– La bataille s'est finie il y a combien de temps ? demanda Justin à Ilie.
– C'était il y a six semaines, pendant la pleine lune, le premier soir, je m'en souviens nous avions fêté la victoire après nous être chargés de nos morts, pourquoi ?
– Malouan ? Les Chimères vous ont attaqués quand exactement ?
– Il y a six semaines également, pendant notre rituel de la pleine lune, la troisième nuit précisément, répondit-il, son visage d'une extrême pâleur.
– Et bien, sans vouloir m'avancer, je crois que vos amis les Nains ont dû rencontrer les Chimères sur le chemin du retour.
– Je crois que ta théorie doit malheureusement être juste, lui dit Dina.
– Pauvre Bror, lui qui attend toujours le retour de son frère, fit Aurore.
– Si vous voulez mon avis, votre Magicien, Pelham, c'est ça ? Il n'a pas dû être content de l'arrivée des nains. Quand il a été vaincu, il a voulu leur faire payer, il a dû envoyer les Chimères pour s'en occuper. Ces pauvres Nains ne devaient pas s'y attendre, dit Zach.
– Oui et au passage, pourquoi ne pas détruire tout un peuple ? fit Evan.
– Quelle horreur ! fit Ilie. Il faut que j'en informe mon oncle, je vous laisse, bonne nuit, et n'hésitez pas à demander quoi que se soit ! Vous avez une cloche sur la table, si vous la faites tinter, quelqu'un viendra.

Elle s'inclina et s'en fut. Ils se levèrent un par un, à la recherche d'une chambre. Evan resta dans le salon, à réfléchir. Deux Elfes vinrent porter des plateaux de victuailles sur la table de la salle à manger. Elles repartirent aussi vite qu'elles étaient venues. Evan s'assit en face de la table, et commença à manger, la tête ailleurs. Il n'entendit d'ailleurs pas Dina, qui était revenue dans la pièce, et qui s'assit non loin de lui.

– A quoi tu penses ? lui demanda-t-elle.
– A trop de choses. Pourquoi tu n'as pas dit ce que Kerof était parti faire ? lui demanda-t-il,au bout d'un moment.
– Parce que comme toi, je n'ai pas confiance en Fador, répondit-elle.
– Qui te dit que je n'ai pas confiance en lui ? lui demanda-t-il en souriant pour la première fois de la journée.
– Je commence à te connaître, tu sais, Evan. Pourquoi n'as tu pas confiance en lui ?
– Je ne le trouve vraiment pas chaleureux, il dégage même une certaine animosité envers nous. Je trouve ça étrange. Et toi ?
– Il cache quelque chose, j'en mettrais ma main au feu. Comme toi, je ne le trouve pas clair du tout. Il m'est même venu une idée à l'esprit, mais ça serait de graves accusations, je préfère garder ça pour moi pour le moment.
– Toi aussi, tu penses que c'est un traître, fit-il perspicace.
– Comment tu le sais ?
– Moi aussi Dina, je commence à te connaître. Et je commence à croire qu'on n’est pas si différents que ça toi et moi, lui dit-il en se levant de table. Je vais me coucher, à demain, bonne nuit.
– Merci, bonne nuit à toi aussi.

Les autres arrivèrent pour manger, Dina les quitta quelques minutes plus tard. Elle alla se coucher, épuisée. Elle songea au lendemain, aux épreuves qu'ils auraient à affronter. Puis, elle finit par s'endormir, d'un sommeil agité.
End Notes:
Alors quel est votre verdict ?
Chapitre 17 : L'épreuve by magno
Author's Notes:
Et voici la suite ! Bonne lecture !
Chapitre 17 : L'épreuve




Le lendemain matin, après un bon petit déjeuner, Ilie vint les chercher. Le roi les attendait au milieu du Champ. Il leur fallut une heure pour y parvenir. Lorsqu'ils arrivèrent, il leur fallut descendre une échelle pour arriver jusqu'au roi.

- Bonjour à tous, j'espère que vous avez passé une nuit agréable et que votre logement vous convient, dit-il en guise de préambule.
- Oui, tout a été très bien, Sire, lui répondit Zach.
- Tant mieux, j'en suis heureux. Tu peux nous laisser Ilie, ces jeunes gens ne reviendront pas. En tout cas, pas de si tôt.
- Vraiment ? fit-elle surprise. Alors, au revoir, dit-elle en s'inclinant devant eux. J'ai été ravie de vous connaître. À très bientôt j'espère, fit-elle en regardant Zach.

Sur ses paroles, elle s’en fut.

- Personne ne connait la raison de votre visite. Moi seul ici est au courant, par sécurité. Ilie m'a rapporté votre conversation d'hier, dit-il soucieux, à propos de ce qui est arrivé aux Nains à leur retour de Gladsheim. Je pense qu'il y a un traître parmi mes proches, dit-il en regardant aux alentours pour s'assurer que personne ne les écoutait. La vérité, chuchota-t-il, c'est que les Nains redoutaient une vengeance de la part du Magicien. Il a dû être sévèrement puni par son maître, lorsqu'il lui a fait part de son échec. Mais en exterminant les Nains, il s'assurait de garder la vie sauve.
- Comment le savez-vous ? Ilie ne nous en a pas parlé hier, fit Justin soupçonneux.
- Je ne peux pas vous le dire, nous devons être surveillés je pense, dit-il visiblement angoissé.
- Votre Altesse, fit Dina, si votre vie est menacée, nous pouvons vous protéger.
- Non, ce n'est pas votre mission. C'est gentil à vous, mais tenez-vous-en au plan initial.
- Vous avez une idée de qui est le traître ? Et pourquoi pensez-vous qu'il y en ait un ? demanda Evan.
- Je ne sais pas qui cela peut-être, mais peu de gens étaient au courant de l'itinéraire exact que devaient prendre les Nains. Et s'ils sont bien morts, c'est que quelqu'un nous a trahis. Je voulais juste que vous le sachiez, mais occupons-nous de votre mission !

Le roi fut interrompue, une flèche surgit de nulle part lui transperça la poitrine. Tous dégainèrent leurs armes, qu'on leur avait rendues le matin même, mais ils ne virent personne. Le temps sembla suspendu un moment, puis le roi s'écroula sur le côté, agonisant. Les Guildéens se penchèrent sur lui, dans l'espoir de pouvoir le secourir.

- Sire, sire, nous sommes désolés, lui dit Zach, sous le choc.
- La pièce vous conduira au bon endroit, fit-il dans un râle. Vous êtes notre seul espoir, dit -il en les regardant tous les cinq. Fuyez !

Des cris retentirent au loin.

- On ne peut pas vous laisser là, dit Zach.
- Partez, tout de suite.

Sur ses mots, il mourut. Zach sentait que quelqu'un le tirait pour qu'il se relève, mais il ne pouvait détacher son regard du roi. Il n'entendait pas les Elfes qui accouraient, criant au meurtre. Il fut brutalement remis debout, il se tourna et vit que c'était Justin. Ils se mirent à courir.

C'était Justin qui avait la pièce, il la sortit de son sac sans s'arrêter de courir. Les Elfes les poursuivaient, persuadés que la Guilde était responsable de la mort de leur roi. Ils n'avaient pas le temps d'essayer de se discréditer. Surtout si le traître faisait partie de ses proches, il voudra absolument les faire passer pour les meurtriers. Ils entendaient les Elfes se rapprocher, incontestablement plus rapides que les Guildéens. Justin serrait très fort la pièce dans sa main, paniqué à l'idée de ne pas trouver l'endroit où ils devaient la déposer, paniqué à l'idée de se faire prendre, d'échouer dans leur mission. La pièce chauffait de plus en plus dans sa main, elle le brûlait anormalement. Il la regarda et vit qu'elle avait pris une teinte rouge. Il s'arrêta net, Aurore le dépassa et s'arrêta à son tour, elle cria aux autres de stopper. Justin se tourna vers la droite, la pièce redevint plus froide. Il se tourna alors vers la gauche, elle le brûla tellement qu'il laissa échapper un cri de douleur.

- Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu veux qu'on se fasse capturer ? lui demanda Evan.
- Il faut aller à droite ! lui lança-t-il.
- Quoi ? Pourquoi faire ? demanda Zach.
- C'est par là qu'il faut aller, leur assura-t-il.
- D'accord, passe devant, c'est toi qui a la pièce, lui dit Aurore.

Justin lui lança un regard de gratitude, tandis que les autres semblaient perplexes. Ils se remirent à courir. Il se fiait à la chaleur que dégageait la pièce pour se guider. Au bout d'un moment de course effrénée, il s'arrêta subitement. La pièce l'avait grièvement brûlé, puis elle était redevenue froide.

- Je crois qu'on est arrivé, dit-il en regardant sa main douloureuse.
- Je ne vois rien, lui répondit Evan, en colère.
- Vous ne trouvez pas qu'il est étrange ce coquelicot, fit Aurore.
- Je le trouve normal, fit Zach.
- Non, il ne l'est pas, dit-elle catégorique.
- Elle a raison, il dégage quelque chose d'étrange, continua Justin, le contemplant.
- Il faut monter là-haut, indiqua Aurore.
- Tu es folle ! s'exclama Zach.
- Oh ! Ça suffit les conneries maintenant ! s'insurgea Dina avant qu'Aurore ait pu répliquer. Arrêtons de se disputer et faisons-nous un peu confiance. Aurore et Justin tirent leurs pouvoirs de la nature et leur savoir également. Ce qui n'est pas vraiment notre spécialité à tous les trois. On a chacun une particularité et j'en ai marre qu'on se dispute sans arrêt, leur cria-t-elle.
- Elle a raison, dit Evan.
- D’accord, on monte, mais il n'y a pas d'échelle ici, leur signala Zach.
- Je peux voler et en prendre un à la fois, dit Dina.
- Je peux sauter en prenant quelqu'un, moi aussi. Dit Evan.
- Allez-y, moi et Malouan on va monter la garde, au cas où ils viendraient par ici, leur dit Aurore. Et ne discutez pas, moi je peux me changer en animal, ils ne me reconnaîtront pas, et Malouan peut se cacher sans qu'on le voit
- D'accord, lui dit Dina, mais soit prudente. Justin, donne-moi la main.


Dina prit la main de Justin et l'emmena au sommet en volant. Evan prit Zach et d'un seul bond, ils se retrouvèrent sur le coquelicot. Aurore se changea en souris et se cacha avec Malouan derrière les fleurs.

Lorsque les quatre compagnons mirent un pied sur le pollen de la fleur, ils s'enfoncèrent à l'intérieur. Les pétales du coquelicot se refermèrent subitement sur eux.

- Super ! Qu'est-ce qui va nous tomber dessus encore, grogna Evan.
- Est-ce que l'un d'entre vous peut bouger, parce que moi non, leur dit Justin.
- Non, grogna Zach.
- Qu'est-ce qu'on doit faire à votre avis ? demanda Dina.
- Très bonne question, fit Evan.
- Où est la pièce Justin ? lui demanda Evan.
- Dans la poche de ma tunique, mais je ne peux pas l'atteindre, mes bras son collés le long de mon corps.
- Je peux essayer de le faire sortir de ta poche par la pensée, lui dit Dina, mais il fait tellement noir, que ça risque de prendre du temps.
- Je ne veux pas te mettre la pression, lui dit Zach, mais je m'enfonce de plus en plus dans ce maudit pollen, alors du temps, on n’en a pas vraiment.

Avant qu'elle ait pu répondre, la fleur se rouvrit, laissant entrevoir, superposées aux pétales, de longues pointes, ressemblant à des dents.

- Je rêve ou c'est un coquelicot carnivore ! s'exclama Evan.
- Tu ne rêves pas, lui dit Justin, abasourdi.

La fleur referma ses pétales et ses dents.

- Elle veut nous digérer ! dit Justin.
- Dina, tu pourrais attraper rapidement la pièce ? S'il te plaît, ajouta-t-Evan.

Mais Dina ne répondit pas.

- Dina ? Réponds ! Qu'est-ce qu'il y a ? demanda Evan, inquiet.
- Je l'ai ! s'exclama-t-elle.
- C'est pas vrai, tu nous as fait peur, tu pouvais pas répondre ! lui lança Evan, irrité.
- Désolée, je me concentrais. Mais je ne vois pas trop en quoi ça nous avance.
- Moi non plus, dit Zach. D'habitude, on est dans une grotte sombre, où on doit massacrer des bestioles. Là ce n'est pas comme d'habitude.
- Je suis d'accord, ça devient plus subtil, répondit Evan. Et j'ai beau lutter, je m'enfonce dans ce truc de plus en plus.
- Je crois qu'il ne faut pas lutter. Il faut se laisser digérer, intervint Justin.
- Dina, je sais que tu as dit qu'il fallait qu'on ait confiance les uns en les autres et j'étais assez d'accord, mais me faire bouffer par une fleur carnivore n'est pas une perspective qui m'attire, dit Evan.
- Ça ne m'enchante pas non plus, lui dit Justin, mais je ne pense pas me tromper. Ne résistez plus. Dina, laisse la pièce sur le pollen.
- Bon si tu es sûr de toi, lui dit Dina.

Ils s'enfoncèrent de plus en plus, jusqu'à disparaître complètement. La fleur les engloutit, ainsi que la pièce. Ils eurent ensuite l'impression de glisser dans un tube étroit et gluant. Puis, alors que la chute semblait sans fin, un grognement sourd se fit entendre. Au lieu de continuer à tomber, ils revenaient à toute vitesse vers le haut, comme si la fleur carnivore allait les déglutir. Ils furent expulsés du coquelicot et retombèrent lourdement au sol quand Dina attrapa Zach au vol et se posa au sol avec douceur. Evan saisit Justin par le bras et ils atterrirent au sol sans trop de dégâts.

Après avoir repris leur souffle, ils se tournèrent vers la fleur. Elle brillait d'une lumière bleue. Puis, elle leur parla, d'une voix claire, cristalline :

- La pièce se trouve à présent dans les entrailles de la Terre. Vous avez réussi l'épreuve. Sans la confiance, vous auriez échoué.

Puis, elle se tut, et la lumière qui émanait d'elle disparut.

- Ne bougez plus, jetez vos armes ou elle meurt, fit la voix de Fador.

Ils se retournèrent tous les quatre, et virent Fador, accompagnés d'une vingtaine d'Elfes. Le neveu du roi pointait son épée sur la gorge d'Aurore.

- Laissez-la, cria Justin.
- Pas question, jetez vos armes ! hurla-t-il, ses yeux habituellement couleur myosotis avaient pris une teinte sombre inquiétante.

Ils obéirent à l’injonction et posèrent leurs armes à terre.

- Vous devenez raisonnables. C'est bien. Nous allons vous conduire à la prison. Vous serez jugés pour le meurtre du roi Alf, dit-il avec un sourire cruel.
- Nous ne l'avons pas tué, lui dit Dina. Et vous le savez, puisque c'est vous qui l'avez assassiné !
- Mensonge ! Pourquoi aurais-je tué mon oncle ?
- Parce que vous êtes un traître ! hurla Dina.

Fador lâcha Aurore, s'avança vers Dina, et la gifla de toutes ses forces. Elle s'effondra sous le choc. Evan s'apprêtait à frapper Fador, mais des archers étaient postés sur les fleurs alentours, et il reçut une flèche dans l'épaule droite. Les jambes du Magiciens se dérobèrent sous lui, et il tomba à genoux sur le sol.

- C'est vous qui avez prévenu le traître Pelham du nouveau itinéraire qu'allaient emprunter les Nains. Vous êtes responsable de leur massacre et du peuple Borowna ! s’écria Evan, tout en enlevant la flèche de son épaule.

Fador s'apprêta à lui assener un coup, quand Dina se releva et saisit son poignard pour frapper l’Elfe. Celui-ci se retourna, voulant la transpercer de son épée, mais Evan fut plus rapide et projeta un éclair sur lui. Fador atterrit plusieurs mètres plus loin. Les archers s'apprêtaient à leur tirer dessus, mais une chose fit le tour des archers à une vitesse hallucinante, leur prenant leurs arcs. C'était Malouan. Il vint se placer ensuite à côté de ses compagnons. Les autres Elfes, armés d'épées, foncèrent sur eux, mais Malouan leur fit face, et frappa deux fois dans ses mains en prononçant des sons étranges. Les gardes s'effondrèrent sur le sol.

- Ils sont morts ? demanda Aurore.
- Non, juste endormis.
- Vous êtes vraiment très forts Malouan, fit Dina impressionnée.
- C'est gentil, mais je vous l'avais dit ! répliqua-t-il.
- Il faut partir d'ici avant qu'ils ne se réveillent, dit Zach.
- Comment va ton bras ? demanda Justin à Evan.
- C'est déjà cicatrisé, pas de problème. Et toi Aurore ? Rien de cassé ? lui demanda Evan.
- Tout va bien, lui dit-elle. Partons.
- Par où ? On ne sait même pas où on est ?
- Nous nous trouvons à l'est du champ. Il faut aller vers le sud, c'est là que se trouve Féérie City d'après la carte, mais sortons vite d'ici, fit Justin.

Ils marchèrent donc vers le sud, Justin en tête, les guidant. Ils avançaient très vite, de peur d'être rattrapés par les Elfes. Il leur fallut trois heures pour sortir du Champ des Elfes. Quand ils furent à l'extérieur, l'enchantement qui les avait rendus petits fut brisé. Ils reprirent une taille normale. Ils décidèrent de prendre un rythme de marche plus lent, sachant que les Elfes ne les poursuivraient pas.


- Raconte-nous Aurore, que t'est-il arrivé ? lui demanda Zach.
- Quand vous êtes partis, je me suis transformée en souris, pour pouvoir observer sans être vue. Malouan et moi sommes allés nous cacher derrière une fleur. Au bout de quelques minutes, on les a entendus arriver. Ils avaient suivi notre piste. Ils fouillaient partout dans les alentours, j'ai dit à Malouan de se cacher ailleurs, il a discuté un moment, puis il est parti plus loin. Je voyais que les yeux de Fador étaient différents, ils avaient une couleur très sombres. Puis, il m'a vue, il était pourtant loin, mais les Elfes ont une vue excellente. Il s'est approché de moi, et avant que j'ai pu réagir, il m'avait attrapé. Il voulait me forcer à reprendre mon apparence normale, il me serrait très fort dans sa main, j'étouffais. J'ai donc dû reprendre forme humaine. Il m'a demandé où vous étiez, et ce qu'on faisait là. Il voulait savoir pourquoi son oncle ne voulait pas d'escorte quand il était avec nous. Puis, Malouan est intervenu à la vitesse de la lumière, dit-elle en lui souriant.
- J'ai tenu les Elfes occupés un moment, le temps que vous reveniez. Vous connaissez la suite.
- Vous avez réussi ? leur demanda-t-elle.
- Non, lui dit Dina, on a réussi, tous ensemble.

Et elle lui narra leur histoire, sans faire mention de la pièce.


- Je ne comprends pas ce que vous êtes allés faire dans un coquelicot qui s'est avéré être carnivore ? dit Malouan.
- Nous ne pouvons pas vous le dire, nous sommes désolés, lui répondit Dina.
- Soit, mais comment cet idiot de Fador a-t-il su sous quelle forme vous étiez ? demanda-t-il à Aurore.
- Souvenez-vous de ce que le roi nous a dit, dans la salle du trône. Il a avoué qu'il s'était renseigné sur nous, dit Evan. Il a dû aussi se renseigner sur nos pouvoirs.
- Oui, mais comment son neveu l'a-t-il su ? demanda Justin.
- Il devait avoir un moyen de communiquer avec les autres membres du Conseil, dit Dina. C'est peut-être le même moyen que nous avons pour parler avec Aviva, suggéra-t-elle. Fador a dû l’espionner.
- Demande-lui ! dit Zach. Et explique-lui tout ce qui s'est passé !

Dina sortit le miroir de son sac, et demanda à parler à Aviva, mais rien ne se produisit, Aviva n'apparut pas.

- Ce n'est pas normal, dit-elle. Ils ont dû avoir un problème.
- Essaye de contacter la reine Présine, lui suggéra Evan.

Elle regarda à nouveau le miroir, et demanda à parler à la reine des Fées. Cette fois-ci elle eut une réponse. La reine apparut, visiblement surprise.

- Dina ? Que se passe-t-il ? demanda la reine, inquiète.
- Majesté, je suis navrée de vous déranger, mais Aviva ne répond pas, j'ai peur qu'il soit arrivé quelque chose.
- J'ai perdu moi aussi le contact avec elle, mais pas de conclusion hâtive surtout. De quoi vouliez-vous l'entretenir ?
- Nous venons de partir du Champ des Fleurs des Elfes.
- Vraiment ? fit-elle étonnée. Alf, ne m'a pourtant pas prévenue de votre départ !
- Votre Altesse, nous sommes désolés, mais le roi est mort. Transpercé par une flèche. Nous pensons que c'est son neveu Fador qui en est responsable. Nous pensons que c'est un traître.
- Ce sont de graves accusations que vous portez là ! Avez-vous des preuves ?
- Non, juste des soupçons, de très forts soupçons. Fador n'était visiblement pas ravi de notre présence, nous pensons qu'il a averti Pelham du nouvel itinéraire des Nains, après la bataille, et qu'à cause de lui les Chimères les ont sans doute tués, elles sont responsables de la mort de tout le peuple Borowna, le seul survivant est avec nous.
- Si ce que vous dîtes est vrai, c'est terrible. Et la pièce ?
- Nous avons réussi, Altesse, nous avons dû nous battre avec les Elfes, personne n'en est mort, mais nous avons dû fuir, Fador voulait nous rendre responsable de la mort du roi.
- Très bien, je vous crois, j'ai confiance en vous, mais ce ne sera peut-être pas le cas de tous les membres du Conseil. Je vais les informer sur le champ. Ne contactez que moi à présent. Vous n'avez rien, au moins ?
- Non, mais Kerof est parti de son côté quand nous étions dans le désert, Sony et Louka l'ont suivi. Ils veulent recruter des Tulmarians et d'autres, pour la guerre, ils sont à Forestia.
- Bien, je ne parlerai de ça à personne, je ne sais plus à qui me fier. Fador va devenir le nouveau roi, Alf n'avait pas d'enfant, et Fador devait régner à la mort de son oncle. Sans preuve de sa traîtrise, nous sommes dans une situation très inconfortable. Mais je m'en occupe, vous, restez concentrés sur votre mission. À bientôt.

Et avant que Dina ait pu répondre quoi que se soit, la reine avait interrompu leur conversation. Elle rangea le miroir dans son sac, puis ils se remirent en route, complètement désemparés.Ils arriveraient bientôt à Féérie City, la capitale du Pays des Fées. Mais comment allaient-ils être accueillis là-bas ? La nouvelle de la mort du roi des Elfes aurait-elle déjà filtrée jusque là-bas ? Plus ils se rapprochaient du but, plus celui-ci leur semblait éloigné.
End Notes:
Alors votre verdict ? J'espère que ce chapitre vous a plu.
Chapitre 18 : L'arbre de Féerie City by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
Chapitre 18 : L'arbre de Féerie city




Maintenant qu'ils étaient sortis du Champ, ils pouvaient vraiment admirer le Pays des Fées. Il était très semblable à Avalon. Les arbres, les fleurs, tout avait une couleur plus vivante, étincelante. Ils se rendaient à Féérie City, la capitale.

Ils se demandaient comment la princesse Mélusine allait les accueillir. Ils n'étaient pas trop soucieux, car la reine aurait certainement expliqué à sa fille ce qui était vraiment arrivé chez les Elfes. Mais rien n'était certain, peut-être n'avait-elle aucun moyen de communiquer avec elle. Peut-être aussi que la princesse ne les croirait pas, la reine avait confiance en eux, mais ils ne pouvaient demander la même chose de la princesse qu'ils ne connaissaient pas.

C'est avec toutes ces questions en tête, que les compagnons avançaient vers la ville, par une splendide journée. Evan analysait pour la centième fois la carte des Terres Enchantées.

- Dîtes-moi ? Il y a quelque chose d'anormal, il existe un pays pour les Sorciers, c’est Sorcélia, un pays où se trouvent la majorité des Nymphes, Forestia, les Druides se trouvent dans le Pays Celte, et les Ondins ont leur royaume dans la mer. Mais je ne vois aucun pays où
se trouvent les Magiciens !
- Je comprends que vous soyez étonné, lui dit Malouan, mais la majorité de vos semblables ne vivent pas sur les Terres Enchantées. Ils possèdent une cité cachée sur les Terres Enchantées, du moins, c’est ce que j’ai entendu dire, et si c’est vrai, j’ignore où elle est. Les Magiciens vivent à Magitopia, sur un autre continent. C'est un endroit magnifique je trouve.
- Vous y êtes déjà allé ? lui demanda Evan.
- Oh, oui ! J'ai beaucoup voyagé. Pour nous, les Borowna, il est de coutume, à l'âge adulte d'entreprendre un voyage. Nous parcourons tout Faeria. C'est une sorte de voyage initiatique, si vous voulez. Pour apprendre et comprendre les autres peuples.
- Ce doit être merveilleux comme voyage, et très instructif, lui dit Aurore.
- Malouan, vous qui avez voyagé, pourriez-vous nous dire quel genre de créatures, ou quels autres peuples, vivent au Pays des Fées ? En dehors des Fées et des Elfes bien sûr, lui demanda Zach.
- Et bien, il se peut que nous rencontrions des Léprechauns, et le Peuple des Lichenides. Peut-être bien quelques centaures, mais en ces temps troublés, ils ont dû se réfugier dans l'une des forêts de Forestia.
- Dans notre monde, nous avons entendu parler des Léprechauns et des Centaures, mais pas du Peuple des Lichenides, lui avoua Justin.
- Ce sont des êtres aux tailles variées, recouverts de mousse et de lichen. D'ailleurs, ils en prennent la forme et se mettent sur des arbres ou bien des pierres. Si vous n'en avez jamais vu, vous ne sauriez en différencier un du vrai lichen. Ils ne sont pas très beaux à voir, mais ils ne sont pas méchants, ni très courageux.
- Et les Léprechauns, comment sont-ils ? lui demanda Dina.
- Très arrogants, mais ils ne sont pas méchants non plus. Ils débordent de courage, et de bêtise ! Ils adorent faire des tours aux gens. C'est un peuple très farceur.
- Ça doit être la fête chez eux ! s'exclama Evan.
- Je ne vous le fais pas dire, grinça Malouan.
- Arrêtez-vous, leur dit Justin, qui se trouvait un peu plus loin devant. Baissez-vous, ordonna-t-il.

Ses compagnons le rejoignirent à quatre pattes. Ils étaient au sommet d'une colline, à peine à cinq kilomètres de Féerie City, et ce qu'ils voyaient là ne présageait rien de bon. En bas de la colline, une armée se tenait prête. Des milliers de Trolls et de Chimères attendaient.

- Qu'est-ce qu'on fait ? On ne peut plus passer par là, et on dirait qu'ils sont sur le point d'attaquer, dit Dina.
- Il faut les contourner, on doit passer par le bois. Ça va nous rallonger de deux kilomètres au moins, mais on n'a pas le choix, leur dit Evan.
- Ils ne sont pas partis encore, et nous on ira plus vite qu'une armée, fit remarquer Justin.
- Tu as raison, mais il faut partir tout de suite, lui dit Zach.

Ils rebroussèrent chemin et redescendirent la colline. Ils pénétrèrent dans le bois, et s'y enfoncèrent. Ils marchaient très vite à présent, anxieux de prévenir Mélusine de l'invasion trop tard. Beaucoup de vies dépendaient sûrement d'eux. Et mettre la pièce à sa place pendant une guerre ne serait pas facile.

Maintenant, ils s'étaient mis à courir, comme si leur vie en dépendait. Mais ils étaient tous épuisés, depuis qu'ils avaient quitté le Champ des Elfes, ils ne s'étaient pratiquement pas arrêtés. La seule qui gardait un rythme soutenu était Aurore. Elle était de loin la plus rapide, elle les distançait de plusieurs mètres, et l'écart entre elle et ses compagnons se creusait.

Soudain, un cri retentit derrière elle. Aurore se figea et se retourna pour voir qui l'avait poussé. Il s'agissait de Dina. Une corde la suspendait dans les airs par la cheville. Evan s'avança, l'épée levée pour couper la corde, et Zach la tenait comme il pouvait pour éviter que, la corde tranchée, elle ne s'écrase au sol. Seulement, Evan n'y parvint pas. La corde ne voulait pas céder. Justin essaya à son tour, mais le résultat fut le même. C'est alors que des rires retentirent. Ce n'était pas les rires gras des Trolls, mais des rires plus aigus. Un Léprechaun surgit alors de nulle part, riant aux éclats et se tenant les côtes tellement il riait. Evan le menaça avec son arme qui se transforma en un simple morceau de bois.

- Vous trouvez ça drôle ! s'insurgea Justin. Arrêtez ça, on est pressés.
- On n’a pas le temps, vous êtes plus fatigués que moi, et je suis la plus rapide, dit Aurore. Je vais courir prévenir la princesse Mélusine, vous me rejoindrez quand vous pourrez.

Et elle fila aussitôt.

- Je n'aime pas l'idée qu'on soit séparés, dit Justin.
- Oui, mais elle a raison, on n’a pas le choix, à moins que tu veuilles essayer de la rattraper,lui dit Zach.
- Non, pas vraiment, répondit le Druide.
- Bon, vous là, au lieu de vous marrer, vous voulez bien faire descendre mon amie, s'il vous plaît, demanda Evan au Léprechaun, les dents serrées.

D'autres Léprechauns apparurent, l'épée d'Evan retrouva sa forme normale, et la corde qui maintenait Dina dans les airs disparut. Elle fut rattrapée au vol par Zach, qui la posa à terre.

- Merci, Zach.
- Mais de rien.
- On peut savoir qui vous êtes ? demanda-t-elle aux Léprechauns, énervée.
- Nous sommes des Léprechauns, répondit l'un d'entre eux.
- Merci, ça je pense qu'on avait compris, répliqua Evan.
- Je ne vous aime pas du tout, vous êtes très arrogant, et vous savez ce qu'on fait aux arrogants ! s'exclama le Léprechaun qui avait transformé l'épée d'Evan en bois.
- Seriez-vous en train de me menacer ? s'écria Evan, l'épée brandie.
- Stop ! hurla Malouan qui se trouvait perché sur l'épaule de Justin, et qui n'avait pas encore parlé. Evan, ce n'est pas le moment de vous mettre à dos qui que ce soit, rangez votre épée. Sil vous plaît, ajouta-t-il de mauvaise grâce.

Evan parut hésiter, puis il rengaina son arme dans son fourreau. Il était hors de lui.

– Merci, lui dit Malouan. Je pense que nous sommes partis du mauvais pied, fit-il aux Léprechauns. Je vous assure qu'Evan ici présent n'est pas arrogant, il en a juste l'air, mais quand on le connaît mieux on s'aperçoit que ce n'est juste qu'une façade, expliqua Malouan.

Evan sembla sur le point de répliquer, mais Dina l'en dissuada d'un regard. Malouan poursuivit :

- Je me présente, je suis Malouan, j'accompagne ces jeunes gens, qui je vous le jure, ne vous veulent aucun mal.
- Que faites-vous par ici, et pourquoi sembliez-vous si pressé ? demanda celui qui semblait être le chef, d'après son air et sa stature qui était plus imposante que celles des autres.

Mais se fut Zach qui répondit :

- Vous vous êtes aperçus qu'il y avait des Trolls qui s'apprêtaient à attaquer Féerie City ?
- Oui, mais cela ne nous regarde pas. Sans être ennemis, nous ne sommes pas non plus amis avec les Fées. Ces histoires ne nous concernent pas, déclara leur chef.
- Eh bien, voyez-vous, nous, ça nous concerne, et en tant que Guildéen, laissez-moi vous dire, que les Trolls se moquent pas mal que vous ne vous sentiez pas concernés, ça ne les empêchera pas de vous exterminer, ou de vous capturer, cria presque Zach.
- Tant que nous n'intervenons pas, il n'y a pas de raison pour qu'ils s'en prennent à nous, répondit le chef.
- Croyez-le, ils n'en ont rien à faire, ça ne les a pas gêné pour détruire mon peuple, lui dit Malouan. Vous semblez être le chef, alors conduisez-vous en chef, fuyez, ou battez-vous.
- Je suis le chef, mon nom est Loth, mais c'est contraire à nos principe ce que vous me demandez, fit-il, sérieux.

Dina, qui s'était assise par terre, pour reprendre son souffle se leva d'un bond et dit :

- Faites ce que vous voudrez, nous on doit rejoindre Aurore auprès de la princesse Mélusine. On a assez perdu de temps en parlote, nous, nous allons nous battre, si vous décidez de nous rejoindre, avec plaisir, sinon tant pis !

Et sur ses paroles, elle partit. Pensant qu'il n'y avait plus rien à ajouter, les autres la suivirent, laissant les Léprechauns à leur réflexion. Ils ne se remirent pas à courir, mais marchèrent quand même d'un bon pas. Ils arrivèrent en vue de la capitale des Fées
environ une heure plus tard. Une armée de Fées attendait devant les portes de la cité. Ils s'approchèrent lentement vers celle qui se trouvait à leur tête. Il s’agissait d’une blonde aux allures royales, son visage n'exprimant que de la détermination. Elle ne semblait pas
surprise de les voir.

- Vous êtes les Guildéens dont Aurore nous a parlé ? leur demanda-t-elle.
- Euh ...Oui...
- Je suis la princesse Mélior, fille de la reine Présine, et sœur de Mélusine, la gérante du Pays des Fées. Ma sœur vous attend, entrez.

Ils ne se le firent pas répéter deux fois, et avancèrent vers les portes de la cité. Même en voyant l'armée de plus près, chacun pouvait s'apercevoir que cela ne suffirait pas. L'armée ennemie était beaucoup plus importante.

On les laissa pénétrer dans l'enceinte de la cité, il n'y avait personne pour les guider, et ils s'apprêtaient à rentrer dans le château quand la porte s'ouvrit sur Aurore, accompagnée d'une Fée, qui ne pouvait être que Mélusine. Elle ressemblait énormément à sa mère, la reine.

- Vous voilà enfin, je suis contente de vous voir, je suis la princesse Mélusine. Votre jeune amie m'a déjà tout raconté, et j'ai eu le temps de lui fournir des provisions. J'aimerais vraiment apprendre à vous connaître, mais nous n'avons pas le temps. Leur armée sera là dans très peu de temps, et vous avez quelque chose à faire, leur dit-elle sans autre forme de préambule.

Elle tourna les talons et Aurore leur fit signe de les suivre. Ils traversèrent le hall d'entrée semblable à celui d'Avalon. La princesse s'arrêta devant le mur du fond, fit un geste de la main, et le mur s'ouvrit, laissant apparaître un passage secret.

- Je ne peux pas vous accompagner, mais j'ai donné des instructions précises à Aurore. C'est elle qui vous guidera. Je dois commander les troupes, leur dit-elle. Bonne chance à vous.

Et le mur se referma.

- Ça s'appelle avoir des manières expéditives, fit Evan.
- Suivez-moi, leur dit Aurore.
- On va où exactement ? demanda Justin.
- On va traverser le château par ce passage secret. Il nous mènera dehors. On doit trouver le plus vieux et le plus grand des arbres, qui se trouve dans un petit bois à côté des jardins du château. Je suppose que c'est là qu'on trouvera la pièce, leur expliqua-t-elle.
- Elle savait pour la mort du roi Alf ? lui demanda Dina.
- Oui, la reine Présine l’a contacté il y a peu pour l’en informer.
- Et elle a cru tout ce que sa mère lui a raconté ? demanda Evan.
- Oui, répondit-t-elle simplement.

Ils arpentèrent le passage secret pendant ce qui leur sembla des heures. Puis, au bout d'un moment, ils arrivèrent devant une porte. Aurore l'ouvrit et ils se retrouvèrent directement dans le bois.

- Je vais demander à un arbre de me dire où se trouve celui que l’on recherche, dit-elle en se dirigeant vers l'arbre le plus proche.

Elle émitdes sons qui ressemblaient à des bruissements de feuilles, puis elle revint vers eux. Elle leur fit signe de la suivre, s'arrêtant de temps à autre pour écouter le mugissement du vent dans les feuilles. Elle les emmena au fond du bois et s'arrêta devant un arbre immense. Il était encore plus impressionnant que celui qui servait de maison au trio de Sorcières qu'ils avaient rencontré dans la forêt noire. Il était vraiment majestueux, il dégageait une force et tant de magie, qu'à son contact, ils se sentirent insignifiants.

- Il est vraiment impressionnant ! s'exclama Justin.
- Vous croyez qu'il faut monter dedans ? leur demanda Zach.
- Aucune idée, dit Evan. Essaye pour voir, suggéra-t-il.

Zach se mit donc à grimper à l'arbre, mais il ne put aller bien loin, car l'arbre le rejeta. L’Ondin fut projeté plusieurs mètres en arrière, et l'arbre émit un long et puissant grognement qui fit trembler la terre. Justin aida Zach à se relever.

- Rien de cassé ? lui demanda celui-ci.
- Non, ça va. Il faut croire qu'il n'apprécie pas que quelqu'un veuille l’escalader, fit-il en se relevant.
- Je devrais peut-être voler à son sommet ? proposa Dina.
- D'accord mais fais attention, lui dit Evan.

Dina s'envola, mais à peine quelques mètres plus haut, elle tomba. Evan sauta et la rattrapa, mais lui aussi ne semblait plus contrôler ses pouvoirs, et il ne put maîtriser son atterrissage. Ils chutèrent lourdement sur le sol, mais sans trop de dégâts. Ils se relevèrent tant bien que mal.

- Là, on a un problème, dit Aurore. Quand on les utilise, il semble absorber nos pouvoirs. Je n'arrive pas à communiquer avec lui.
- Alors, c'est qu'on ne doit pas avoir besoin de nos pouvoirs, déclara Zach. Et on n'a peut -être pas besoin non plus de grimper au sommet.
- Oui, mais qu'est-ce qu'on fait alors ? demanda Evan.
- Il y a quelque chose qui nous échappe, dit Justin.
- Réfléchissons ! Si on n'a pas besoin de grimper, et qu'on n'a pas besoin de nos pouvoirs, il faut peut-être creuser. Si la pièce n'est pas en haut, elle doit être enterrée, suggéra Dina.
- C'est un bon raisonnement, dit Malouan, mais je crains que ce soit une perte de temps.
- Vous avez une meilleure idée ? lui demanda-t-elle.
- Non, pas vraiment.
- On va creuser avec quoi ? Puisqu'on ne peut pas se servir de nos pouvoirs, lui demanda Evan.
- Avec les mains, lui répondit-elle.

- On va en avoir pour un moment, déclara Zach.

Ils se mirent donc à creuser à mains nues. Mais cela semblait inefficace, la terre se renouvelait d'elle-même. Au bout d'un quart d'heure, ils laissèrent tomber, c'était comme s'ils n'avaient rien fait.

- Je vous avais dit que c'était une perte de temps, dit Malouan en souriant.
- Vous m'exaspérez Malouan ! Donnez-nous une idée au lieu de faire des commentaires, dit Dina qui commençait à perdre son sang-froid.
- Il faut peut-être lui demander tout simplement, dit Justin.
- Quoi ? firent-ils tous en cœur.
- Nous voudrions vous confier la pièce, dit-il à l'arbre.

L'arbre se mit à trembler, et un trou se forma dans le tronc, à porté de main. Dina, qui possédait la pièce, la mit dans le creux de l'arbre. Le trou disparut, engloutissant la pièce.

- Pour une fois que c'était simple, dit-elle. Très bonne idée Justin.
- Merci, dit-il en s’empourprant légèrement.

Ils se regardèrent tous, un long moment, abasourdis. Puis, ils décidèrent de sortir du bois, et continuèrent leur marche incessante. Ils étaient en route pour Forestia maintenant, là où se trouvaient Kerof, Sony et Louka. Peut-être avaient-ils réussi à convaincre certains de participer à la guerre qui s'annonçait. En tout cas, c'est l'espoir qu'ils avaient.
End Notes:
N'hésitez pas à laisser une review pour me dire ce que vous en pensez.
Chapitre 19 : Forestia by magno
Author's Notes:
Et voici un nouveau chapitre !
Bonne lecture !
Chapitre 19 : Forestia



Il leur fallut près d'une semaine pour quitter le Pays des Fées. Ils ne rencontrèrent personne en chemin, ce qui était un fait inquiétant en soi. Ils n'avaient non plus aucune idée de la tournure qu'avait prise la bataille à Féérie City, même lorsqu'ils avaient prévenu la reine Présine, celle-ci leur expliqua qu’elle n’avait plus de nouvelles de ses filles.

Ils ignoraient si elle allait tenter quelque chose ou non. La Fée leur avait simplement demandé de rester concentrés sur leur mission. Mais cette situation devenait de plus en plus intolérable. Tous commençaient à douter sérieusement de l'efficacité de cette mission, tous, sauf Malouan qui s'efforçait de les rassurer. Lui seul restait persuadé que le Conseil avait réellement un plan, et que l'issue de leur mission en dépendait. Mais Evan lui avait répliqué :

- Vous ne savez même pas en quoi consiste notre mission, fit Evan agacé par le discours du Borowna.
- Mais vous non plus mon cher d'après ce que j'ai compris ! Je ne suis pas complètement stupide, vous vous rendez dans des endroits spécifiques, où vous déposez une pièce. J'ai remarqué que vous en aviez tous une, sauf vous, dit-il à Dina. Mais quand j'écoute vos conversations axées sur vos doutes, j'en déduis que vous ignorez pourquoi vous faites ça !
- C'est assez bien résumé, lui dit Justin, dépité. On nous a dit qu'en mettant ces pièces aux endroits qu'on nous a indiqués, il se passerait quelque chose susceptible de nous aider à gagner la guerre.
- Mais vous ne savez pas ce que se sera, ni sous quelle forme ? les questionna-t-il.
- Non, répondit Zach. Vous comprendrez donc que l'on soit de plus en plus perplexe.
- Ayez foi en le Conseil, fiez-vous à eux. Ne perdez pas espoir, leur dit-il.

Ces paroles ne furent pas vraiment d'un grand secours. Ils étaient toujours déprimés, et ils doutaient toujours du plan du Conseil.

Ils arrivèrent enfin à Forestia. C'était un magnifique pays boisé. Forestia était composé de quatre grandes forêts toutes proches les unes des autres. Ce pays abritait principalement des Nymphes, des Centaures, le Peuple des Lichenides, et des Tulmarians.

Ils étaient dans la première forêt, là où ils devaient poser la pièce que détenait Aurore. C'était la quatrième pièce, ils avaient accompli la moitié de leur mission, et cette fois-ci, à Forestia, il y avait deux pièces à remettre à leur place. Seulement, ils ignoraient où précisément, et il n'y avait personne pour les guider.

Ils n'avaient pas encore vu Kerof, ni Louka et Sony. Aucune trace d'eux, mais ils n'étaient pas trop inquiets pour l'instant. Le pays était vaste, et la guerre ne l'avait pas encore atteint, même si ça ne saurait tarder. Une fois que le Pays des Fées serait tombé sous l'emprise des Trolls, ils iraient sans doute envahir Forestia, puis ils remonteraient vers le Pays Celte à condition que ce ne soit pas encore fait.

Ils en avaient beaucoup parlé et Justin pensait que les Trolls étaient peut-être déjà là-bas, ils auraient pu prendre le contrôle du pays par le nord. Le Pays Celte était frontalier de Sorcélia, qui était en partie envahi. Ils s'étaient aussi demandé si les Forestiens pourraient
résister un temps à une bataille contre les Trolls.

Ils en étaient à ce point-là de leur conversation, quand ils virent quelque chose d'incroyable. Ils semblaient être encerclés par une dizaine de jeunes filles qui dansaient autour d'eux. Elles paraissaient irréelles, tant elles étaient belles. Elles dansaient avec une telle grâce, on aurait dit qu'elles ne faisaient qu'un avec la nature. Elles portaient des robes vertes aussi légères que l’air et elles avaient des couronnes de fleurs dans les cheveux. Les garçons avaient l'air hypnotisés par elles et Malouan ne semblait pas insensible à leur charme non plus. Soudain, elles cessèrent de danser, comme si elles venaient à peine de se rendre compte de leur présence. Certaines disparurent, effrayées, d'autres restèrent figées. L'une d'entre elles
s'approcha d'eux, le regard fixé sur Aurore. Elle venait de sortir du cours d'eau qui se trouvait un peu plus loin, pourtant, elle n'était pas mouillée. Elle était blonde et avait des yeux bleus délavés, comme si elle était restée toute sa vie dans l'eau. Elle s'arrêta juste devant Aurore, et elles s'observèrent un long moment.

- Vous êtes une Naïade, lui dit Aurore.
- Oui, répondit-elle.

Elle avait une voix douce, tel le chuchotement de l'eau qui s'écoule. Elles continuaient de se fixer droit dans les yeux. La Naïade avait un regard étrange, pensa Dina. Puis, au bout d'un long moment, la Naïade parla :

- Nous pensions que vous ne viendriez plus, leur dit-elle. Je me nomme Astrya, et toi, quel est ton nom ? demanda-t-elle à Aurore.
- Aurore. Mais pourquoi pensiez-vous que nous ne viendrions plus ?
- On nous a dit que vous étiez morts. Mais de toute évidence, c'était un mensonge, dit-elle avec colère. J'aurais dû me méfier, ils ont dû nous trahir, dit-elle plus à elle-même qu'aux autres.
- Qui vous a trahies ? lui demanda Aurore.
- Les Farfadets, répondit-elle simplement. J'ai un message à vous transmettre. C'est de la part de votre ancêtre, Calypso, enchaîna-t-elle rapidement.
- Et quel est le message ? demanda Aurore.
- De toutes, elles sont les plus anciennes,
Nées des larmes de Chronos,
Mais seule l'une d'elles peut la recevoir.
Elle la gardera précieusement en sécurité,
Car nul ne sait ce qu'elle est vraiment.

- C'est ça votre message ? lui demanda Evan, sceptique.
- Oui, Calypso me l'a fait apprendre par cœur avant son départ.
- Comment êtes-vous au courant ? Savez-vous où elle est partie ? lui demanda Dina, soudain méfiante.
- Oui, je suis au courant. Mais n'en parlons pas, la forêt a des oreilles, fit-elle un doigt sur ses lèvres.
- Si vous dites la vérité,...vous ne devriez pas savoir ! s'insurgea Dina.
- Calypso avait suffisamment confiance en moi pour me dire certaines choses, et était suffisamment méfiante pour ne pas tout dire, déclara Astrya avec un sourire énigmatique.
- Et ce message qu'est-ce qu'il veut dire au juste ? lui demanda Justin.
- Je ne sais pas, c'est à vous de trouver, je suis là pour vous aider si vous avez des questions, ou pour vous guider si vous avez besoin. Ce sont les instructions qu'elle m'a données.
- Vous avez quand même une idée ! Vous avez au moins compris la première partie, lui dit Aurore.

Le sourire de la Naïade s’élargit.

- Oui, en effet.
- Il s'agit des Méliades, n'est-ce pas ? la questionna Aurore. Ce sont les Nymphes les plus anciennes, expliqua-t-elle à ses compagnons.
- C'est en effet la conclusion que j'en ai tirée, lui dit Astrya, souriant toujours.
- Si j'ai bien compris, dit Aurore, réfléchissant tout haut, l'une d'elle est censée recevoir quelque chose.
- Oui, c'est ce que j'en ai déduit, mais elles n'existent plus. Et je ne vois pas ce qu'elle est censée recevoir.
- Nous savons ce qu'elle doit recevoir, mais si vous dites qu'il n’y a plus aucune Méliade, alors on a un problème, dit-elle en se tournant vers ses compagnons.
- C'est gentil de te rappeler qu'on est là, lui dit Evan. Et effectivement, nous allons avoir un problème.
- Mais je ne comprends pas, elles avaient déjà disparu depuis longtemps, quand Calypso m'a donné le message, reprit Astrya.
- Vous êtes sûre ? lui demanda Aurore.
- Oui, certaine.

Aurore se mit à réfléchir, se demandant ce qu'elle n'avait pas compris dans le message. Ce fut Justin qui lui suggéra une idée :

- Je suppose que tous les arbres de cette forêt sont très anciens, il doit bien y en avoir un qui serait,... comment dire... plus âgé que vous, dit-il à Astrya.
- Oui, bien sûr, la majorité de ses arbres sont plus anciens que moi, mais je ne vois pas où vous voulez en venir, lui dit-elle.
- Très bonne idée, Justin, lui dit Aurore, j'aurais dû y penser. Il faut que je parle à l'un de ces arbres, dit-elle à Astrya en réponse à son regard interrogateur.
- Comment ? fit-elle surprise.
- Comment ça comment ? Vous ne savez pas parler aux arbres ? demanda Aurore.
- Bien sur que non, pourquoi, vous savez ? lui dit-elle une lueur de convoitise dans son regard.

Dina n'appréciait pas vraiment la Nymphe. Elle avait bien l'air d'une jeune fille charmante et prête à les aider, mais elle n'avait pas aimé la façon dont elle avait dévisagé Aurore à son arrivée. Elle n'aimait pas non plus la lueur qu'elle venait d'apercevoir dans ses yeux. À moins qu'elle ne se fît des idées. Mais elle avait vu Zach tiquer à ce moment-là, et Evan avait froncé les sourcils. Non, elle n'avait pas rêvé, bien que la lueur ait disparu.

- Je crois que nous n'avons plus besoin de vous, Astrya. Vous avez parfaitement rempli votre mission. Et merci encore, lui dit Dina entraînant Aurore avec elle, bien que celle-ci eut l'air étonné.
- Pourquoi voulez-vous partir ? demanda la Nymphe avec froideur.
- Nous devons agir seuls à présent, mais vous nous avez bien aidés, merci, fit Dina, pressée de partir.

Ils partirent donc, pressant le pas, puis, lorsqu'ils furent assez loin pour ne plus la voir, Aurore demanda :

- Mais qu'est-ce qui t'a pris ? demanda-t-elle à Dina.
- Je suis désolée Aurore, mais je n’aie aucune confiance en elle. Quelque chose cloche chez elle.
- Quoi ? fit-elle offusquée.
- Elle a raison, tu as vu la façon qu'elle avait de te regarder ? lui dit Justin.
- Et quand tu lui as dit que tu pouvais parler aux arbres ? continua Evan.
- Vous trouvez normal aussi, qu'un membre de la Guilde révèle une partie du plan à quelqu'un d'autre ? s'écria Dina.
- Je reconnais que j'ai trouvé ça un peu bizarre, avoua Aurore. Alors le message, tu crois que c'était un mensonge ?
- Ça, je n'en sais rien, lui dit Dina.
- De toutes manières, on n’a pas d'autres pistes, déclara Zach. Qu'en pensez-vous Malouan ?
- Je pense que tout cela n'augure rien de bon. Cette Astrya, si c'est bien son nom, ne m'inspire pas confiance. Je pense qu'elle était vraiment censée vous attendre, et qu'elle était sincèrement étonnée de vous voir, l'histoire comme quoi une rumeur disait que vous étiez morts, je pense que c'est vrai. Mais je pense que c'est elle qui est du côté du mal à présent, et pas les Farfadets comme elle le prétend. Mais pour ce qui est du message, je n'en sais rien.

Ils restèrent un moment à se regarder, réfléchissant à ce qu'il fallait faire. Puis, Aurore s'avança vers un arbre, et lui parla. Puis elle alla vers un autre, et encore un autre. Elle revint ensuite vers ses amis.

- Ils m'ont dit qu'Astrya était partie de Forestia, il y a des mois de cela, pour voir quelle était la situation ailleurs. Quand elle est revenue, un Magicien l'accompagnait. Elle était différente, elle a aidé le Magicien à capturer des Farfadets, puis le Peuple des Lichenides, mais ceux-ci, voyant ce qui était arrivé aux Farfadets, se sont cachés. Ils n'ont pas pu en capturer beaucoup. Ils ont essayé d'acheter les Centaures et les autres Nymphes. Ceux-ci se sont rebellés, et certains sont morts, d'autres ont coopéré, et d'autres encore se sont cachés. Le Magicien voulait savoir où se trouvait la « Cité cachée des Magiciens ». Mais personne n'en a entendu parler. Alors le Magicien a demandé à Astrya d'attendre qu'on arrive, il pensait qu'on le saurait. Il connait le but de notre mission, placer les pièces, mais lui aussi ignore ce qui adviendra une fois qu'elles seront toutes placées. Il savait qu'on viendrait ici.
- Et pour le message qu'elle nous a transmis, les arbres sont au courant ? lui demanda Justin.
- Ils m'ont parlé d'une sorte de fantôme qui s'approche des gens qui rentrent dans Forestia. Le fantôme d'une Nymphe, qui leur pose une question, mais personne n'a jamais répondu correctement à la question. Jusqu'au jour où Astrya est revenue avec le Magicien.
Lui, a mieux compris que les autres, il a bien répondu à la question, et le fantôme lui a délivré un message.
- Comment a-t-il su ? demanda Evan.
- Bon, on est d'accord pour dire que le Magicien c'est Pelham, dit Zach, il a dû croiser Astrya non loin du Pays des Fées, au moment de la bataille, il a dû la corrompre, soit avec la magie, ou alors il n'en a pas eu besoin. On sait que c'est un traître, et d'une manière ou d'une autre il est au courant de ce qu'on fait là, n'oublions pas qu'ils ont tué Palestine et Elfy, s'ils les ont tués, c'est qu'ils étaient au courant de quelque chose. La reine Présine nous a bien dit qu'il y avait peut-être un traître au sein même du Conseil.
- D'accord, ta théorie tient la route, lui dit Justin. Mais pourquoi n'avons-nous pas reçu de comité d'accueil à chaque fois que l'on a placée ou cherchée une pièce ? S'ils sont au courant que l'on devait se rendre ici, ils devaient savoir pour les autres endroits !
- Tu as raison, c'est très étrange, je n'aime pas ça ! fit Dina.
- Et s'ils avaient trouvé Kerof ? Ou Sony et Louka ? demanda Aurore.
- Ne t'inquiète pas pour eux, ils sont très débrouillards, lui dit Zach.
- Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? demanda Evan.
- Après le récit que m'ont fait les arbres, dit Aurore, j'ai eu une idée qui s'est montrée juste. Parfois il arrive qu'une Nymphe se transforme, ou soit transformée en arbre, ou en plante. J'ai pensé que se devait être le cas pour la Méliade que l'on cherche. Ça expliquerait pourquoi tout le monde croit qu'il n'en existe plus.
- Et les arbres te l'ont confirmé ? lui demanda Justin.
- J'ai demandé s'il existait une plante ou un arbre très très vieux et qui n'était pas comme les autres. Et il existe un mûrier, au centre de la forêt, où les mûres sont les plus grosses, les plus succulentes qui soient. À la pleine lune, il semble briller d'une aura magique. Il paraît que ces mûres ont diverses propriétés magiques et médicinales que les mûriers ordinaires n'ont pas.
- Et tu penses que c'est ce qu'on cherche ? la questionna Dina.
- Oui, ça vaut le coup d'aller voir, non ?
- Et bien, allons-y ! fit Justin.


Ils partirent donc à la recherche de ce mystérieux mûrier. En chemin, ils sentirent que la forêt était en train de s'éveiller, au fur et à mesure que la nuit tombait. Ils n'avaient croisé rien, ni personne, qu'ils soient amis, ou ennemis, ce qu'ils trouvèrent très étrange. Aurore était guidée par les arbres qui lui indiquaient le chemin au fur et à mesure. Ils marchèrent
ainsi pendant des heures, s'enfonçant toujours plus dans les bois.

Ils arrivèrent enfin devant l’arbuste tant recherché. Il était plus imposant qu'un mûrier normal, et il débordait d'énormes mûres bien noires. Et comme par un fait exprès, cette nuit-là, la lune était pleine, ce qui fait que le mûrier dégageait une sorte d'aura argentée.
Aurore s'en approcha un peu plus, elle s'accroupit et se mit à lui parler. Les autres ne comprenaient pas ce qu'elle lui disait, ils n'entendaient que des sons bizarres, comme le bruissement du vent dans les feuilles. Quelques minutes plus tard, Aurore se releva, et leur dit :

- C'est bien elle, elle ne veut pas me dire son nom, mais elle veut que l'on mange toutes ses mûres, pour être sûre de notre identité. Les mûres se renouvellent au fur et à mesure qu'on en mange. Sauf si c'est nous qui les mangeons.

Tout le monde trouvait ça étrange, mais personne ne discuta. Ils mangèrent donc toutes les mûres. Elles ne se renouvelèrent pas. Aurore se remit à parler à la Méliade, puis sortit sa pièce de la poche de son sac et la posa au milieu des branches. Celle-ci se mit à briller un instant, les branches se resserrèrent un instant, ne permettant plus de voir la pièce. Puis, lorsqu'elles reprirent leur position initiale, la pièce avait disparu.

C'était fini, en tout cas pour l'instant, il restait encore trois pièces et la prochaine était celle détenue par Evan.

Ils repartirent, devant se rendre dans une autre des forêts de Forestia, là où ils devaient déposer la prochaine pièce.

Ils étaient presque sortis du bois, et s'apprêtaient à traverser la clairière servant de frontière entre les deux forêts, quand ils virent que quelqu'un les attendait.
End Notes:
Alors verdict ?
Chapitre 20 : Rencontre avec des Magiciens. by magno
Author's Notes:
Voici la suite !
J'espère que ce chapitre vous plaira. Bonne lecture !
Chapitre 20 : Rencontre avec des Magiciens.




C'était Astrya entourée de cinq Centaures à l'air menaçant, qui pointaient leurs arcs sur eux. Il était inutile de fuir, à cette distance ils ne les rateraient pas.

- Je vous propose un marché, je vous laisse partir sans une égratignure, et en échange, Aurore reste ici avec moi, leur dit la Naïade, froidement.
- Il en est hors de question, dit Justin en se mettant devant Aurore.
- C'est très touchant, mais non négociable. Dans tous les cas, j'aurai ce que je veux. Alors laissez-la-moi ou vous mourrez, fit-elle d'une voix menaçante.

À ce moment-là, Aurore s'avança calmement vers Astrya, les autres voulurent l'en empêcher, mais elle leur fit signe de ne pas bouger. Astrya la regarda d'un air suffisant, pensant que tout se passerait comme elle l'avait prévu. Seulement, à mi-chemin entre Astrya et ses amis, Aurore s'arrêta. Elle ferma les yeux, comme pour se concentrer. Elle leva les bras vers le ciel, et rouvrit les yeux. Astrya et les Centaures la regardèrent, médusés, ne sachant quelle attitude adopter. Tout à coup, des racines sortirent de la terre, et foncèrent vers la Naïade et ses gardes du corps. Les Centaures bandèrent leurs arcs, et une pluie de flèches s'abattit sur les racines, mais sans effet. Elles se mirent à les ligoter, et les entraînèrent sous terre.

Aurore baissa les bras, et vacilla dangereusement. Dina, qui était près d'elle la soutint, le temps qu'elle reprenne un peu ses esprits.

- Si je te demande comment tu as fait ça, je suppose que tu me répondras que tu n'en sais rien, lui dit Evan, impressionné.
- Exact ! lui répondit-elle, en souriant.
- Comment peut-on réussir de tels exploits, sans savoir comment on fait ? leur demanda-t-il.
- Très bonne question Evan, lui dit Zach, les sourcils froncés.
- Mais je pose toujours de bonnes questions, fit-il.
- Il vaudrait mieux partir d'ici, leur dit Dina. Tu te sens comment ? demanda-t-elle à Aurore.
- Bien, merci. Qu'est-ce qu'elle me voulait à votre avis, me prendre mes pouvoirs ? fit-elle, quelque peu inquiète.
- C'est effectivement ce que je crois qu'elle voulait faire, lui dit Zach.
- Mais comment ? demanda-t-elle d'une voix où filtrait la peur.
- Je n'en sais rien mais ce n'est pas rassurant, lui répondit Zach.
- Ça pourrait expliquer pourquoi quand on était à Sorcélia, les Chimères étaient invisibles, reprit Justin.
- Malouan, avez-vous déjà entendu parler d'une forme de magie pouvant voler, ou absorber la magie des autres ? lui demanda Dina.
- J'ai plus de trois cents ans, et pourtant non, je n'ai jamais entendu parler d'un tel phénomène, répondit-il en se frottant la barbe.

Ils traversèrent la clairière, regardant de tous côtés, redoutant de tomber sur un quelconque danger. Ils pénétrèrent ensuite dans un autre bois. Il était semblable au premier, sauf que les arbres étaient moins espacés, rendant la forêt plus sombre. Ici, ils entendaient le chant des oiseaux, signe positif d'après Aurore. Dans l'autre bois ne régnait qu'un silence de mort.

Ils décidèrent de faire une halte pour la nuit. Comme à chaque fois, Justin créa un feu par la magie, Dina fit disparaître la fumée qui en sortait pour que leur présence ne soit pas repérée. Comme à l’accoutumé, Evan produisit un champ magnétique, de plus en plus puissant au fil du temps, pour repousser les bêtes sauvages et les avertir si quelqu'un venait à le franchir. Cette fois-ci, il avait même su créer un bouclier d'énergie les englobant. S'ils venaient à être attaqués par surprise, le bouclier cèderait au bout d'un moment, mais il tiendrait le temps de se tenir prêt. Il permettait aussi de garder la chaleur, ce qui était un
avantage, car les nuits étaient fraiches.

La nuit se passa sans incident et ils reprirent leur marche dès l'aube. Aux environs de midi, ils firent une pause pour se rassasier. Mais à peine le repas entamé, Zach s'arrêta, regardant Malouan d'un air intrigué. Celui-ci fixait l'arbre qui se situait en face de lui, en souriant, d'un air triomphant.

- Qu'est-ce qu'il y a Malouan ? Pourquoi prenez-vous cet air ? lui demanda-t-il.
- Vous vous souvenez quand je vous ai parlé du peuple des Lichenides ? leur demanda-t-il sans cesser de fixer l'arbre.
- Oui, pourquoi ? C'en est un ? lui demanda-t-il.
- Oui, en effet.
- De quoi vous parlez ? demanda Evan, visiblement perplexe.
- Vous voyez le lichen sur l'arbre qui se trouve derrière vous ? lui demanda Malouan.
- Oui, dit-il en se tournant.
- Ce n'est pas du lichen, c'est un être du peuple des Lichenides.
- Vous êtes sûr ? lui demanda Dina, elle-même perplexe.
- Oh oui, vous avez raison Malouan, je le vois, lui dit Aurore.
- Oh mais, je n'en doutais pas, lui fit celui-ci en lui souriant. Peut-être pourriez-vous essayer de lui parler, suggéra-t-il.
- Peut-être qu'il sait où sont nos amis ! fit-elle, enthousiaste.

Elle essaya donc de lui parler, comme elle le faisait avec les arbres ou les plantes. Mais apparemment, cela ne se passait pas comme prévu. Elle se tourna vers eux, l'air déçu.

- Il ne me répond pas, fit-elle.

Malouan se mit à éclater de rire.

- Je suis désolé Aurore, ne m'en veuillez pas pour cette blague, mais en réalité il faut lui parler normalement. Il ne comprend pas le langage que vous utilisez d'ordinaire pour les arbres, dit-il en se remettant à rire.
- Vous avez un sens de l'humour encore plus particulier que celui d'Evan, fit Aurore, vexée.
- Eh, dit Evan.
- Je suis navré, vraiment, je ne voulais pas que vous le preniez mal.
- Moi j'ai trouvé ça très drôle, dit une voix derrière Aurore et Evan.

Ils tournèrent tous la tête dans un même mouvement et virent la chose la plus étrange qu'ils aient jamais vue. Il ressemblait à un arbre, de la taille d'un homme, recouvert de mousse verte ou blanche. Sa tête s'apparentait à une sorte de tronc d'arbre, mais sans racine. Il possédait deux bras et deux jambes, mais semblables à des branches. Et tout comme Malouan, il semblait hilare. Surtout en voyant l'air incrédule qu'avaient les gens qui lui faisaient face.

- Mais je crois que la jeune demoiselle n'a pas apprécié votre blague, continua le Lichenide.
- Non, en effet, fit-elle froidement.
- Je me présente, mon nom est Lichoranadus, mais appelez-moi Lich.
- Enchanté Lich, fit le Borowna. Je suis Malouan, et voici mes compagnons, Evan, Zach, Justin, Dina, et enfin Aurore.
- Je suis ravi de vous connaître, dit-il sincèrement. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écouter votre conversation, j'ai cru comprendre que vous cherchez des amis à vous ? demanda-t-il.
- Oui, nous cherchons un Tulmarian, et deux chiens, lui dit Justin.
- Oh ! Vous êtes des amis « des recruteurs » ! s'exclama-t-il.
- Y sont-ils parvenus ? À recruter ? le questionna Malouan.
- Oh oui. Ils se cachent au fond de la dernière forêt. Mon peuple est de leur côté, donc bien sûr du vôtre. Beaucoup de Centaures et de Nymphes les ont rejoints.
- Donc ils vont bien, fit Aurore soulagée.
- Oui, aux dernières nouvelles en tout cas, je suis chargé de surveiller ce qui se passe dans ce coin de la forêt, quelqu'un doit me remplacer demain. Kerof nous a beaucoup parlé de vous tous.
- Vraiment ? lui demanda Justin.
- Oui, il dit le plus grand bien de vous. Il a beaucoup d'estime pour vous, leur dit-il en les gratifiant d'un large sourire.
- Dites-nous, lui demanda Aurore, ce n'est pas pour changer de conversation, mais avez-vous entendu parler de la cité cachée des Magiciens ?
- Oui, mais méfiez-vous quand vous en parlez, des oreilles malfaisantes pourraient vous entendre, fit-il en regardant aux alentours, alarmé. Où avez-vous entendu parler de ça ?
- C'est... quelqu'un qui m'en a parlé, répondit Aurore sans plus d'explication.
- Je vois, dit-il. Pourquoi me demander ça ? Vous la recherchez ?
- C'est bien possible, dit Evan, étrangement sérieux.
- Je suis désolé, mais je ne suis même pas sûr de son existence, je ne peux pas vous aider, dit-il avec regret.
- Ce n'est rien, on se débrouillera, lui assura Zach. Il faut qu'on y aille maintenant. Merci pour les renseignements.
- De rien, j'aurais aimé en faire plus, fit-il déçu.
- Vous en avez fait beaucoup, grâce à vous, on sait où sont nos amis, le rassura Aurore.

Ils se levèrent tous, remercièrent encore Lich, et s'en allèrent, ne sachant que faire, et quoi chercher.

Evan était persuadé que la cité existait vraiment et qu'elle n'était pas loin. Il pensait que c'était leur prochaine étape, que c'était là-bas qu'il devait placer sa pièce. Zach était perplexe, parce qu'il n'avait pas de preuve de son existence et qu'ils ne pouvaient se permettre de perdre du temps à chercher quelque chose qui n'existait pas. Justin et Aurore ne savaient pas quoi penser, Aurore ayant interrogeait d'autres végétaux et d'autres arbres à ce sujet sans avoir eu de réponses concluantes. Dina, elle, à l'étonnement d'Evan, était de son côté, elle pensait qu'il était logique que la prochaine pièce soit placée dans un endroit en rapport avec les Magiciens. Il y avait bien eu une pièce chez les Sorciers, une chez les Fées, une chez les Elfes, et une chez les Nymphes. Mais Zach argumentait en disant que les Magiciens ne vivaient pas sur les Terres Enchantées, mais ailleurs, comme on le leur avait dit. La conversation s'arrêta là, chacun réfléchissant de son côté, et Evan se réfugia dans un silence boudeur. Mais le silence fut rompu, car ils venaient d'apercevoir une ombre étrange au sol. Quand ils levèrent la tête, ils virent un animal ailé voler au-dessus d'eux, rasant la cime des arbres.

- Qu'est-ce que c'est à votre avis ? Une Chimère ? demanda Justin.
- Non, ça n'y ressemble pas vraiment, lui répondit Zach.
- Continuons, on n'a pas été repéré, dit Dina.

La créature ailée s'éloigna et ils reprirent leur marche. Mais à peine quelques mètres plus loin, ils s'arrêtèrent net. La créature venait de se poser un peu plus loin et son cavalier en descendait. Il s'agissait en réalité d'un aigle géant, d'environ trois mètres d'envergure, et trois autres aigles se trouvaient juste à côté, un homme perchait sur chacun d’eux. L'homme qui descendait du premier était grand, les cheveux longs et blonds et il était armé d'une épée semblable à celle que portait Evan. L'homme alla saluer les autres cavaliers qui se trouvaient près de leurs montures. Il leur parla un instant, puis tourna la tête dans leur direction, et sourit.

- Vous ne craignez rien vous savez, vous pouvez sortir de votre cachette, on vous a vus, leur cria-t-il.

Ils se regardèrent tous les six un moment, ne sachant que faire, puis Evan se décida et alla à leur rencontre. Zach essaya de l'en empêcher, mais Evan leur fit signe de le suivre. Ils se regardèrent à nouveau, puis Dina haussa les épaules et quitta leur cachette.

- Vous êtes des Magiciens, dit Evan aux étrangers.
- Exact, mon garçon, comme toi. Enfin, peut-être pas tout à fait, fit-il pensif. Mais je me présente, mon nom est Darius et voici trois de mes amis, Aïdan, fit-il en désignant un jeune homme brun aux yeux sombres, lui c'est Clarence, dit-il en montrant un homme d'une quarantaine d'années aux cheveux châtains foncés, et enfin voici mon frère Emmett, fit-il en désignant un homme lui ressemblant beaucoup, mais en plus jeune. Ils avaient les même cheveux blonds et les même yeux bleus.
- Heureux de vous connaître, répondit Evan en leur serrant la main à tour de rôle. Moi c'est...
- Nous savons parfaitement qui vous êtes, l'interrompit Darius, vous, dit-il à Evan, vous êtes Evan, le Magicien et eux ce sont vos compagnons, Zach l’Ondin, Justin le Druide, Aurore la Nymphe, et bien sûr Dina la Sorcière. Nous vous cherchons dans ces bois depuis des jours, nous attendions votre venue, j'espère que vous n'avez pas eu de problème ici ? leur demanda-t-il.

- Excusez-moi de vous interrompre, fit Dina, méfiante, mais comment pouvez-vous savoir qui nous sommes et comment se fait-il que vous nous attendiez ?
- Vous êtes méfiante. Vous avez parfaitement raison. Enoch, notre chef nous a dit que vous ne tarderiez pas à arriver à Forestia. Il est en contact avec d'autres membres du Conseil des Anciens. L'un d'eux savait que vous viendriez, mais je ne sais pas lequel. Nous sommes chargés de vous escorter.
- Où ça ? demanda Dina.
- Je ne peux pas vous le dire, nous sommes peut-être épiés en ce moment même.
- Comment pouvons-nous être sûrs de vos intentions ? intervint brusquement Malouan.
- Je suis navré, je ne vous avais pas vu, dit-il en regardant Malouan perché sur l'épaule de Zach. Vous devez être Malouan. Pour être franc, vous n'avez aucun moyen de savoir si nous sommes des amis, ou des ennemis. Vous devez choisir, soit vous continuez votre chemin, soit vous nous suivez.
- Vous serez sûrement d'accord avec moi, dit Justin à ses amis, pour dire que la décision revient à Evan. Personnellement, je dis qu'il faut que l'on tente notre chance en les suivant.
- Je ne sais pas si on peut leur faire confiance, commença Zach, mais j’ai confiance en toi, dit-il à Evan, c'est à toi de prendre la décision.
- C'est très gentil, merci de me faire confiance, mais je ne suis pas sûr de pouvoir prendre une telle décision, si je fais erreur, c'est nos vies à tous que je risque, fit-il légèrement paniqué.
- Je suis certaine que tu prendras la meilleure décision, lui dit Dina.
- Très bien, fit-il un moment plus tard à Darius, on vous suit.
- Parfait, répondit Darius en souriant. Vous allez monter sur les aigles, derrière chacun d'entre nous.
- Euh...Vous êtes sûr que c'est très fiable ? fit Zach, soudain livide.
- Oui, n'ayez pas peur, vous ne craignez rien, lui dit Darius.
- Mais je n'ai pas peur, c'est juste pour savoir, fit-il embarrassé.
- Qu'est-ce qu'il y a ? lui demanda Evan en souriant. Tu as le vertige ?
- Non, pas du tout, fit-il en s'empourprant violemment.

Les Magiciens montèrent aisément sur les aigles et aidèrent les autres à grimper. Zach n'était de toute évidence pas du tout à l'aise, il était redevenu très pâle en montant sur cette nouvelle monture. Une fois tout le monde installé, les volatiles décollèrent en même temps. Ils s'élevèrent très haut dans le ciel, bien au-dessus des arbres. Ils ne cessaient de prendre de l'altitude, montant vers les nuages.

Ils avaient atteint une telle hauteur, qu'ils étaient gelés et trempés. Le voyage leur sembla ne jamais s'arrêter, surtout à Zach qui, lui, avait le vertige. Même s'il essayait de le cacher aux autres, son teint était passé du blanc au verdâtre. Il semblait au bord de la nausée, et gardait les yeux obstinément clos. Ce qui était bien dommage car les autres trouvaient que s'était une expérience extraordinaire. Voler ainsi donnait une impression de liberté qu'ils n'avaient jamais ressentie auparavant. Même Dina n'avait jamais volé aussi haut. C'était spectaculaire.

Puis, ils virent bientôt apparaître une étrange cité, posée sur un amas de nuages de toute évidence d'origine magique. Ils étaient de couleurs pastelles, et étaient bien plus haut que les autres nuages qu'ils avaient vu. La cité se trouvait englobée dans une immense bulle, probablement un champ magnétique. Quelque chose brillait dans la cité, dans l'angle nord, mais ils ne savaient ce que c'était, ils étaient trop loin pour bien voir. Les aigles pénétrèrent facilement à l'intérieur de la bulle. Ils se posèrent doucement sur un nuage, à l'intérieur de la cité. Ils étaient enfin arrivés, et le voyage en valait vraiment la peine.
End Notes:
Qu'en pensez-vous ?
Chapitre 21 : La Cité cachée dans les nuages by magno
Author's Notes:
Et voici la suite !
J'espère que l'histoire vous plait. Bonne lecture !
Chapitre 21 : La Cité cachée dans les nuages




Comme ils avaient pu s'en apercevoir lorsqu'ils étaient dans les airs, la cité s'étendait sur environ une dizaine de kilomètres. Elle n'était pas circulaire, comme la majorité des cités qu'ils connaissaient, mais triangulaire. Elle possédait de très fines et très hautes tourelles, et les habitations se situaient au centre. À la pointe nord de la cité se trouvait le bâtiment principal, là où siégeait le chef des Magiciens, Enoch, comme l'expliquait Darius à ses jeunes invités.

- Enoch est très impatient de vous voir, ou plutôt, de vous revoir. Suivez-nous.

Ils suivirent Darius jusqu'au bâtiment principal au nord de la cité. Celle-ci était vivante en cet après-midi ensoleillé, ses habitants étaient quasiment tous dehors. Ils les regardaient passer, curieux.

Lorsqu'ils arrivèrent devant la bâtisse, ils en eurent le souffle coupé. Elle était bien plus grande qu'elle ne le paraissait vue d'en haut, et ils comprirent aussi ce qu'ils avaient vu briller avec tant d'éclat lorsqu'ils étaient dans les airs. Le bâtiment avec ses deux tourelles était en or.

- C'est magnifique ! C'est vraiment de l'or ? demanda Aurore.
- Oui, lui répondit Darius, c'est de l'or pur, fabriqué par les Nains, pour remercier l'un de nos précédents chefs d'avoir combattu à leurs côtés pendant une bataille et pour avoir milité pour leurs droits. Depuis, nous sommes très amis avec les Nains Prospecteurs.

Ils pénétrèrent à l'intérieur qui était également en or. On les fit entrer dans la salle du conseil, où les attendait Enoch, qui siégeait en bout de table entourait de quatre autres Magiciens. Enoch leur fit signe de s'asseoir et les Magiciens qui les avaient amenés jusqu'ici prirent congé.


- Je suis très content de vous revoir, dit la voix grave d'Enoch. Je m'inquiétais de vous savoir à Forestia, alors que des traitres s'y promènent. Avez-vous eu des ennuis avec Astrya ?
- Oui, répondit Aurore, mais nous avons su nous défendre et elle sera très en colère quand elle refera surface.

Enoch se mit à rire.

- Elle ne se doutait sûrement pas que vous auriez l'avantage sur elle mademoiselle Aurore. Car j'imagine que c'est vous qui vous êtes,... chargée de son cas, comme on dit.
- Oui, en effet, lui répondit-elle en souriant.
- Voyez-vous, je pense que vous tous en avez surpris plus d'un. Que ce soit parmi nos ennemis, comme parmi nos alliés. Beaucoup ont fait l'erreur de vous sous-estimer, mais un conseil, ne faites pas la même erreur.
- Ne vous inquiétez pas Maître, nous sommes plutôt vigilants, lui dit Evan.
- Pas assez apparemment, dit le Magicien assis à la droite d'Enoch, sinon vous ne seriez pas accusés du meurtre du roi Alf ! fit-il en colère.
- Braxius, calme-toi, je te prie, lui dit Enoch.
- Maître, je suis désolé, mais qui nous dit que ce ne sont pas des traîtres ? Qu'est-ce qui nous certifie qu'ils n'ont pas réellement assassiné le roi ? fit-il, agressif.

Evan se leva d’un bond de sa chaise, le visage crispé par la colère.

- Comment osez-vous ? Après tout ce que nous avons fait, après tout ce que nous avons enduré ? Vous nous amenez dans un monde que l'on ne connait pas et qu'il faut sauver. Et votre plan dont on ne connait que la moitié, fit-il en hurlant presque, repose presque entièrement sur nous !
- Evan, calme-toi, lui dit Dina en posant sa main sur son bras, assieds-toi, s'il-te-plaît.
- C'est bon, lâche-moi, fit-il en dégageant son bras et en se rasseyant.
- Jeune insolent, savez-vous à qui vous vous adressez ? Je pourrais vous tuer, sans même bouger de cette chaise ! siffla le Magicien.
- Ah vraiment ? répondit Zach. Si vous êtes plus doué que lui, alors pourquoi ce n'est pas vous que l'on a envoyé en mission à sa place ?
- Je vois que tous, vous vous croyez invincible, vous voyez Maître, ces jeunes arrogants nous conduirons à notre perte !
- Ça suffit maintenant, dit Enoch avec froideur alors que Dina s'apprêtait à répliquer. Braxius, même si vous ne le comprenez pas, j'ai une confiance pleine et entière en ces jeunes gens. Ils n'ont pas tué le roi des Elfes, même si j'ai du mal à admettre que ce soit Fador qui ait assassiné son oncle. L'avez-vous vraiment vu ?
- Pour être honnête, non, Maître, répondit Evan. Nous nous sommes méfiés de lui dès l'instant où nous l'avons vu. Nous avons su à son comportement que pour lui, nous n'étions pas les bienvenus.
- Cela ne constitue pas une preuve de culpabilité, Evan.
- Monsieur, vous venez de dire à l'instant que vous aviez confiance en nous. Croyez-nous, c'est Fador le traitre, il a cherché à nous mettre le meurtre du roi sur le dos. Il voulait absolument se débarrasser de nous, expliqua Dina.
- Je vous crois, mais c'est une dure épreuve, un traître à la tête du peuple des Elfes. S'il arrive à monter son peuple contre nous tous, nous aurons une puissance en moins lors des prochaines batailles. Les Trolls se rapprochent, ils ne vont pas tarder à passer par Forestia pour atteindre le Pays Celte.
- Ils ne peuvent l'envahir par Sorcélia ? lui demanda Justin.
- Ils n'y sont pas parvenus, il y a des rebelles de ce côté-là du Pays Celte. J'ignore comment ils ont fait pour éviter l'invasion, ni combien ils sont. Je n'ai plus de contact avec Aviva, la dernière fois que je lui ai parlé, elle comptait sortir de sa cité avec son peuple pour aller à la frontière du Pays Celte. Elle voulait aider les rebelles, elle a dû réussir, même si je ne sais pas quelles ont été nos pertes. Il faudrait que vous réussissiez votre mission avant l'invasion complète des Terres Enchantées. Sinon, la deuxième partie du plan ne servira pas à grand chose j'en ai peur.
- Maître, nous ne savons toujours pas en quoi consiste la deuxième partie du plan, lui dit Evan sur un ton de reproche, ce qui fit sourire Enoch.
- Eh bien, pour être franc, les autres membres du Conseil des Anciens et moi-même avions décidé que ce serait lors de la dernière étape de votre mission, que ce secret vous serait révélé. Mais étant donné les circonstances, il serait peut-être judicieux que je vous l'explique maintenant, dit-il plus à lui-même qu'aux autres. Messieurs, dit-il aux quatre Magiciens présents à ses côtés, pouvez-vous nous laisser, je vous prie ?

Ils se levèrent tous, Braxius ne semblait pas apprécier de se faire congédier, mais ne protesta pas. Lorsqu'ils se furent tous retirés, Enoch reprit :

- Avant tout, sachez que je me suis entretenu avec les derniers membres du Conseil avec lesquels j'ai encore un contact. Nous avons parlé de vous, Malouan, mais aussi de vos trois amis qui recrutent des soldats dans tout Forestia, fit-il en esquissant un sourire. Étant donné la tournure que prennent les évènements et l'aide que vous leur avez fournie, le Conseil et moi-même avons décidé de vous accorder notre confiance. Vous connaitrez donc la deuxième partie de notre plan. Votre ami Kerof, ainsi que ses nouveaux compagnons seront mis au courant, ils vous aideront le moment venu.
- Je tiens à vous remercier Monsieur, pour la confiance que vous m'accordez, le remercia Malouan.
- C'est tout à fait normal. Mais pour en revenir à votre mission, sachez que, lorsque les pièces seront toutes en place, vous devrez vous rendre au cœur du désert. À cet endroit, se trouvent trois temples. Dans deux d'entre eux, vous trouverez deux armes, et dans le troisième, vous en trouverez trois. Sept armes spécialement conçues pour vous.
- Des armes ! s'exclama Evan, incrédule. Vous comptez gagner la guerre avec sept armes ?
- Ces armes ne sont pas ordinaires, je ne peux vous les décrire, mais elles ont été faites par plusieurs peuples de Faeria. Elles sont uniques et très puissantes. Vous retrouverez en face de chaque arme la pièce adéquate. Vous ne pourrez prendre que l'arme qui vous ait destinée, vous la reconnaitrez grâce à la pièce.
- Il y a deux armes qui n’auront pas de propriétaire, fit remarquer Dina.
- C'est vrai, qui a retiré les deux pièces que vous deviez trouver ? demanda Enoch.
- Justin et moi, répondit Dina.
- Alors, elles seront à vous, vous pourrez si vous le souhaitez, les céder à l'un de vos trois compagnons. Vous en déciderez le moment venu.
- Comment allons-nous savoir dans quel temple nous devons aller ? Puisque vous dites qu'il y a trois temples, lui demanda Zach.
- Dina et Evan, vous devrez vous rendre dans le temple qui se situe le plus à l'ouest, Aurore et Zach dans celui qui se trouve à l'est. Votre arme Justin, ira dans celui qui se trouve au centre. Vos amis devront vous y rejoindre. Je vous avertis, les temples sont cachés, c'est pour cela que vous aurez besoin de Kerof, de Sony et de Louka. Ils vous rejoindront là-bas. L’Impératrice des Ondins se fera un plaisir de vous donner des détails quand vous serez chez elle. Vous devez vous presser et vous occuper de la prochaine pièce, fit-il en se levant. Vous allez vous rendre seuls en haut de la tourelle nord. C'est là que vous attend la prochaine épreuve. Quand vous reviendrez, il sera déjà tard, vous aurez droit au gîte et au couvert si vous le désirez. Demain, on vous conduira auprès de vos amis qui sont impatients de vous revoir. À présent, sauvez-vous.

Ils se levèrent et quittèrent la salle. Ils montèrent les escaliers du hall, puis se trouvèrent face à trois autres escaliers. D'après les panneaux, l'un d'eux conduisait à la tourelle nord. Ils l'empruntèrent donc et durent grimper un nombre incalculable de marches. Elles étaient hautes et étroites. Lorsqu'ils arrivèrent enfin au sommet, ils durent s'asseoir un instant pour reprendre leur souffle.

- Si on a réussi à survivre à cet escalier de la mort, alors rien ne pourra jamais nous arrêter, haleta Evan.
- J'ai une suggestion à vous faire, dit Zach, vous ne pensez pas qu'il vaudrait mieux partir tout de suite après, au lieu de rester dormir ici cette nuit ? Je ne serais pas contre un vrai repas, et un bon lit pour changer, mais comme nous la fait remarquer Enoch, le temps presse.

Les autres se regardèrent, puis hochèrent la tête en signe d'assentiment. Lorsque leur respiration redevint normale, ils se remirent debout. Ils se mirent à observer attentivement le palier. Il n'y avait pas de porte, donc, pas de salle. Le palier n'était pas immense, et ne comportait que quelques colonnes de marbres. Au centre, se trouvait un aigle d'or sur un piédestal. Tous les cinq se rapprochèrent de lui, pour pouvoir le contempler à loisir. Il avait la taille réelle d'un aigle, et ses yeux étaient sertis de rubis. Ils le regardaient d'un air cupide, en approchant sans s'en rendre compte leurs mains de la statue. Au dernier moment, Evan sembla se ressaisir, et sentant le danger que l'aigle représentait, il fit apparaître un bouclier autour de l'aigle. Ainsi, les autres ne pouvaient le toucher.

Ses amis essayaient en vain de l'atteindre, ils étaient comme hypnotisés. Puis, peu à peu, ils reprirent leurs esprits. Et là, Evan vit une plaque sur le piédestal, dessus il était gravé :

Tu ne pourras me toucher
que si ce n'est sans avidité.
La cupidité est attirée par l'or,
frôle-moi seulement et tu seras mort.


- C'est charmant, commenta Evan.

Les autres se regardèrent, interloqués. Pour toute réponse, Evan leur désigna la plaque.

- Comment va-t-on faire si on ne peut pas la toucher ? demanda Justin.
- Apparemment, on ne peut pas la toucher uniquement si on a des intentions cupides, dit Zach.
- Oui, mais l'aigle est ensorcelé, dit Aurore.
- Si on n'a pas de mauvaises intentions, il ne devrait pas y avoir de problème, dit Dina d'une voix mal assurée.

- De toute façon, c'est à toi Evan de mettre la pièce, alors j'espère que tes intentions sont honorables, lui dit Zach.

- Je l'espère aussi, répondit celui-ci en esquissant un sourire crispé.

Evan prit la pièce qui se trouvait dans sa poche, il la regarda un instant, comme si elle allait lui donner les réponses qu'il attendait. Puis, il leva les yeux et fit le tour du piédestal en l'observant attentivement. Il revint ensuite se placer devant l'aigle d'or et le fixa droit dans les yeux. Les yeux de rubis de l'aigle se mirent à briller, et Evan posa sa main droite, celle qui ne tenait pas la pièce, sur la tête de l'aigle. À son contact, Evan et la statue se mirent à irradier.

Dina fit un pas dans sa direction, dans l'intention de lui faire lâcher prise, mais à ce moment-là, une sorte de champ de force les propulsa tous, hormis Evan, contre le mur d'en face. Lorsqu'ils reprirent leurs esprits, ils virent que l'aigle brillait de moins en moins, pour finir
par s’éteindre. Evan lui, irradiait toujours d'une lumière dorée éblouissante. Tous s'aperçurent également qu'il flottait à quelques centimètres du sol. Tout à coup, il cessa de briller et il se posa lentement à terre. Il retira sa main, et resta là, sans bouger. Les autres se levèrent, pour voir s'il allait bien. Quand ils furent à côté de lui, ils virent qu'Evan fixait toujours les yeux de l'aigle. Puis lentement, il leva la main qui tenait la pièce, et la mit à la hauteur du bec de l'aigle. Celui-ci s'ouvrit d'un coup, ce qui fit sursauter Aurore. Evan posa doucement la pièce dans le bec, celui-ci se referma aussi brusquement qu'il s'était ouvert.

- Evan ? Tu vas bien ? s'inquiéta Dina.
- Oui, ça va, ne t'inquiète pas, lui répondit-il d'une voix rauque.
- Qu'est-ce qui s'est passé ? lui demanda Zach, inquiet lui aussi.
- Il a sondé mon esprit, pour savoir quelles étaient mes intentions, répondit-il en chuchotant presque.
- Tu es sûr que ça va ? insista Justin.
- Oui, ça va, je vous assure. Descendons, fit-il en se dirigeant vers l'escalier.

Ils le suivirent sans rien dire. Ils descendirent les marches, traversèrent le hall, et se dirigèrent vers la salle de réunion. Evan frappa à la porte et Enoch les invita à entrer.

- Nous avons fini, Maître, dit Evan en s'approchant d'Enoch.
- Très bien, je suis content de voir que tu as réussi, Evan. Je vais vous conduire à vos chambres si vous le voulez.
- Merci beaucoup pour votre hospitalité, Maître, mais nous préférons partir immédiatement si c'est possible. Nous ne voulons pas perdre encore du temps.
- Très bien, c'est une sage décision. Suivez-moi.

Ils sortirent du bâtiment, et se dirigèrent vers l'endroit où ils s'étaient posés, il y a des heures de cela. Les aigles géants étaient toujours là et Darius et ses amis étaient également présents. Visiblement, Enoch s'était attendu à ce qu'Evan venait de lui dire. Sans plus attendre, ils se hissèrent sur leurs montures, derrière un Magicien. Ils saluèrent Enoch, qui leur souhaita bonne chance.

Lorsqu'ils partirent de la Cité Cachée, la nuit s'apprêtait à tomber. Ils arrivèrent dans la dernière forêt, là où se trouvait le campement de Kerof, en plein milieu de la nuit. Et ce qu'ils y virent ne les rassura absolument pas. Le campement était vide, un feu crépitait, il y avait des couvertures autour, mais personne en vue. Tous descendirent des aigles, et lorsqu'ils mirent pied à terre, ils furent encerclés par une horde de Centaures qui venaient de se rendre visibles. Une voix familière résonna alors à leurs oreilles :

- Il n'est pas trop tôt, vous êtes en retard jeunes gens. Nous vous attendons depuis des jours, leur reprocha Kerof.
- Kerof ! s'écria Aurore en se précipitant vers lui. Je suis si contente de vous voir, lui dit-elle en le prenant dans ses bras.
- Ma chère Aurore, je suis moi-même très heureux de vous voir, mais ne me serrez pas ainsi, je ne suis pas une poupée, râla-t-il.

Les Centaures s'en allèrent reprendre leur poste et des Nymphes apparurent autour du feu.

- Où sont passés Sony et Louka ? demanda Justin à Kerof.
- Oh ! Ils vont bien ne vous en faites pas. Ils étaient insupportables, toujours à me contredire, c'était usant. Je les ai envoyés en éclaireurs à la frontière du Pays Celte. Pour la surveillance, voyez-vous.
- Vous arrivez à communiquer ? s'étonna Aurore.
- Oui, j'utilise un sort pour entendre ce qu'ils pensent.
- Très ingénieux, fit Malouan.
- Merci beaucoup, j'espère que ces jeunes gens ne vous ont pas posé trop de problèmes, fit Kerof.
- Pas le moins du monde, je vous assure, fit-il en pouffant de rire.
- Je ne vois pas ce qu’il a de drôle, dit Justin.
- C'est juste que vous me faites rire quand vous vous disputez, fit celui-ci.
- Ça, je le comprends, fit Kerof en pouffant à son tour.
- Je ne vois toujours pas ce qu'il y a de drôle, se renfrogna Justin.
- Je m'étonne de ne pas vous entendre faire de commentaire, mon cher Evan.
- De quoi ? fit Evan, qui n'avait visiblement pas écouté.
- Il s'est passé quelque chose ? demanda Kerof en fronçant les sourcils.
- Oui, mais nous ne savons pas quoi exactement, répondit Dina en regardant Evan, soucieuse.
- Racontez-moi !

Dina lui raconta donc tout ce qui s'était passé depuis qu'ils s'étaient quittés.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 22 : Rencontre espérée. by magno
Author's Notes:
Et voici un nouveau chapitre ! Bonne lecture !
Chapitre 22 : Rencontre espérée.




- Je vois, dit Kerof lorsque Dina eut fini de raconter son histoire. Des rumeurs couraient sur la mort du roi Alf, elles parlent bien de traitres, mais sans préciser de qui il s'agit.Je sais bien que vous n'êtes pas des traîtres, et je vous crois quand vous me dites qu'il s'agit de son neveu, mais tout le monde ne le croira pas. Au contraire, je pense que les gens auront plutôt tendance à croire le nouveau roi.
- Pour le moment nous avons eu de la chance, nous n'avons croisé personne qui ne nous croyait pas, remarqua Zach.
- Dis plutôt qu'on n'a croisé personne qui était au courant, lui fit remarquer Aurore.
- C'est vrai, dit Justin, c'est nous qui en avons informé la princesse Mélusine. Il n'y a qu'Enoch qui était au courant. Au fait Kerof, comment se passe votre recrutement ?
- C'est plutôt mitigé, je dirais. Quand nous sommes arrivés, Astrya nous a interpellés, j'ai failli tomber dans son piège, mais Louka et Sony ne semblaient pas envoutés comme je l'étais par ses charmes, j'ai honte de l'avouer, fit-il en baissant la tête. Elle était très bien renseignée, elle savait que nous voyagions ensemble, elle voulait que je lui dise où vous étiez. Heureusement nous avons réussi à nous enfuir. Nous nous sommes réfugiés ici, où nous avons rencontré tous ceux qui se rebellaient contre Astrya. Nous avons longuement parlé, surtout de vous, ils sont d'accord pour combattre à vos côtés.
- Combien sont-ils ? demanda Malouan.
- Nous sommes des centaines de Centaures à Forestia à être de votre côté, répondit un centaure qui faisait le guet un peu plus loin, tout en écoutant ce qui se disait près du feu.
- Et il y a autant de Nymphes et de Lichenides, continua Kerof.
- Et où sont-ils en ce moment ? demanda Evan qui ouvrait la bouche pour la première fois depuis qu'ils avaient quitté la Cité Cachée.
- La majorité des Lichenides se cachent un peu partout dans Forestia, ils surveillent et espionnent Astrya. La moitié des Centaures et des Nymphes sont partis aider les Fées. Nous avons su, en espionnant Astrya, qu'il y avait une bataille en ce moment aux portes de Féerie City. Un groupe de volontaires s'est rendu à la frontière de Forestia et du Pays Celte. Nous voulions savoir ce qui se passait là-bas. Aucune nouvelle de personne pour l'instant, mais ils ne sont partis que depuis quinze jours pour Féerie City, et depuis trois jours seulement à la frontière.
- Nous n'avons croisé personne quand nous sommes sortis de Féérie City, fit remarquer Zach.
- C'est parce que je leur ai dit de longer le désert, dit Kerof.
- C'est très futé, dit Malouan.
- Ecoutez Kerof, nous avons été très heureux de vous revoir, et d'après Enoch nous allons nous revoir très bientôt, mais il faut que nous partions, lui dit Evan en se levant, l'air maussade.
- Je comprends très bien, répondit Kerof en fixant Evan l'air grave. Vous dites qu'Enoch vous a laissé entendre que nous allions nous revoir bientôt ?
- Oui, mais il vous expliquera tout lui-même, lui répondit Evan.
- Très bien, fit-il intrigué. Je vous souhaite bonne chance alors.
- Euh..., hésita Malouan.
- Qu'y a-t-il, Malouan, demanda Zach
- Si Kerof le veut bien, je souhaiterais rester ici. Apparemment mon rôle dans l'histoire c'est de vous aider, mais plus tard. Et je n'ai pas vraiment l'impression de vous être d'un grand secours en ce moment. Ici, je suis sûr que je pourrais être utile. Et puis, nous allons nous revoir, fit-il.
- C'est vous qui décidez Malouan, lui dit Zach.
- Je serais ravi que vous restiez, dit Kerof rayonnant.
- Alors c'est décidé, je reste, fit Malouan enchanté.

Leur compagnon Borowna resta donc avec Kerof et le reste de la résistance. Tous les deux semblaient heureux de cette alliance. Kerof se sentait un peu seul depuis que les chiens étaient partis, même s'il refusait de l'admettre. Quand à Malouan, il se sentait parfois de trop, surtout quand tous les cinq se disputaient.

Les Guildéens partirent donc en direction du Pays Celte, avec des réponses à certaines de leurs questions, mais aussi avec de nouvelles questions.

- Comment se fait-il qu'Astrya savait que Kerof voyageait avec nous, mais qu'elle ne savait pas que ce n'était plus le cas ? demanda Zach après un moment.
- Sûrement que la personne qui l'a renseignée nous a vus avant notre entrée dans le désert, suggéra Dina.
- Ce ne doit pas être elle qu'on renseigne, mais plutôt Pelham, rectifia Aurore.
- Tu dois avoir raison, répondit Evan. Ils ont peut-être capturé un des prisonniers qu'on a libérés dans les Montagnes du Nord, et ils l'ont forcé à parler, suggéra-t-il.
- Tout est possible, c'est ça le problème, dit Zach.

Il ne leur fallut que quelques heures pour sortir de la forêt et arriver à la frontière. Ils surent qu'ils étaient arrivés à la limite entre Forestia et le Pays Celte car ils virent Sony et Louka. En effet, ce dernier, caché dans les fourrés, attendit que l'un d'entre eux passe près de lui pour sortir de sa cachette en aboyant. Il fut vite rejoint par Sony et quelques Centaures qui
les accompagnaient. Ces êtres étaient des créatures mi-homme, mi-cheval.

- Salut vous deux ! s'exclama Dina, heureuse de les revoir.
- Ils disent qu'ils sont très contents de nous voir entiers, dit Aurore en se penchant pour les caresser.
- Quoi de neuf les amis ? demanda Evan en souriant pour la première fois depuis longtemps, alors que Louka se précipitait vers lui.
- Ils disent qu'on va avoir du mal à traverser le Pays Celte, dit Aurore, soudain l'air grave.
- Pourquoi ? s’enquit Zach.
- Le Pays Celte est envahi désormais, répondit l'un des Centaures. D'après les informations qu'on a pu recueillir, ils ont réussi à forcer la frontière de Sorcélia. Les rebelles ont fini par s'incliner. Beaucoup sont morts, mais d'autres comme Aviva ont été capturés et conduit à la prison dans les Montagnes du Nord.
- D'où tenez-vous ces informations ? demanda Dina.
- D'un rebelle qui a réussi à s'enfuir, c'est un membre du Haut Conseil des Sorciers, expliqua le même Centaure.
- Vous êtes sûr de la véracité de ses propos ? Il se pourrait que se soit un traitre ! s'exclama Dina, méfiante.
- Louka me dit que l'on peut avoir confiance, il dit que Sony a un don particulier, il sait quand quelqu'un ment ou dit la vérité, dit Aurore.
- Décidément, tous les deux vous êtes pleins de surprises, dit Justin.
- Nous devons rentrer à Forestia, deux Centaures vont rester ici pour surveiller ce qui se passe. Nous allons rapporter ce que nous savons à Kerof et aux autres, dit un autre Centaure. Ensuite, nous réunirons des volontaires pour accompagner ces deux têtes de mules, fit-il en désignant Louka et Sony. Ils veulent aller libérer les rebelles et Aviva à la prison, grogna-t-il.
- Comment savez-vous ce qu'ils veulent faire ? demanda Aurore. Kerof a usé de sa magie pour que vous les compreniez ?
- C’était inutile, nous comprenons tous les animaux, expliqua-t-il. Mais ça ne m'enchante pas d'entendre les pensées de deux chiens suicidaires, ronchonna-t-il.
- Il a raison vous savez, leur dit Aurore, c'est très dangereux, il y a encore plus de gardes que la fois précédente.
- Croyez-moi, ça ne sert à rien d'essayer de les raisonner, on a déjà avancé tous les arguments imaginables. Le petit a répondu que toutes les troupes étaient occupées ailleurs. Ils bataillent chez les Fées et ils ont envahi Sorcélia et une partie du Pays Celte. Ils sont persuadés d'avoir l'effet de surprise. Vous y êtes déjà allés une fois et ils sont persuadés que l’ennemi ne s’imaginera pas que cela puisse se reproduire.
- Ces arguments se tiennent, dit Evan. Et puis, avec la guerre qui se prépare, on aura besoin de l'aide des Sorciers et surtout d'Aviva. Au fait, les rebelles, ils étaient combien ?
- Une centaine, répondit le premier Centaure.
- Vous avez dit que le Pays Celte était en partie envahi, dit Zach. Jusqu'où exactement ?
- Un quart, pour l'instant. Ils se sont arrêtés à l'entrée du bois des Druides, fit-il, riant.
- Pourquoi riez-vous ? lui demanda Justin.
- Les Druides et Aviva, avant qu'elle ne soit capturée, leur ont fait une surprise dans le bois. Pour les empêcher d'aller plus loin, ils ont lâché des fantômes et des esprits sur le bois. Les Trolls ont très peur des esprits, du coup, ils n'ont pas pu traverser le bois. Leurs troupes vont devoir faire le tour pour arriver par Forestia, ou passer par le désert. Ça va pas mal les ralentir. Alors je vous conseille de vous presser. Où devez-vous vous rendre ?
- Euh..., hésita Dina.
- Nous devons rejoindre la mer, nous devons aller au palais des Ondins, répondit Aurore, honnête, car Sony lui avait dit qu'elle pouvait avoir confiance en ces Centaures.
- Je vois, vous n'aurez pas besoin de traverser le Pays Celte en entier alors. Vous allez devoir entrer dans le bois, dirigez-vous vers l'est et longez le bois jusqu'à ce que vous trouviez une rivière. Vous y trouverez sûrement des barques, cette rivière est souvent empruntée, elle va se jeter dans la mer, près du port de la Wicca, avec qui les Druides font des affaires.
- C'est parfait, merci beaucoup pour les renseignements, lui dit Evan.
- Les esprits qui ont été lâchés dans le bois, sont-ils dangereux ? demanda Justin.
- Non, pas que nous sachions, ce ne sont même pas de véritables esprits à ce qu'on m'a dit. Juste des apparitions créées par Aviva et que les Druides font passer pour des esprits. Ces apparitions se nourrissent de la peur. Plus on a peur, plus elles semblent réelles.
- Tant mieux, si on ne risque pas grand chose, ça ne nous fera pas perdre de temps dans ce cas, soupira Zach. Il faut se mettre en route maintenant.

Ils dirent au revoir à Sony et à Louka, en leur souhaitant bonne chance, puis ils remercièrent les deux Centaures pour leurs renseignements.

Ils pénétrèrent donc enfin dans le Pays Celte. Ils parcoururent des plaines, contournèrent des villages pour ne pas que l'on sache qui ils étaient et où ils se trouvaient, au cas ou il y aurait des espions à la solde de Pelham, ou d'un autre ennemi. Après presque trois jours de marche alors que la nuit venait de tomber, ils arrivèrent près d'un vallon. Ils décidèrent d'y établirent leur campement pour la nuit. Ils mirent en place les sorts habituels et, une fois qu'ils eurent fini, ils s'assirent devant le feu magique créé par Justin. Celui-ci ne cessait de se retourner, comme s'il entendait quelque chose.

- Qu'est-ce que tu as à te retourner sans cesse ? lui demanda Aurore.
- Je ne sais pas, je sens une présence, j'ai l'impression qu'il y a quelque chose en bas de ce vallon, répondit-il.
- Je ne vois rien, lui dit-elle intriguée.
- Moi non plus je ne vois rien, mais je le sens, insista-t-il.
- Alors il doit y avoir quelque chose, dit Evan. Si tu dis que tu sens une présence, c'est qu'il doit y en avoir une.
- Tu me crois ? demanda-t-il interloqué.
- Bien sûr ! Le temps où l'on doutait les uns des autres est fini. Je ne prétends pas vous connaître vraiment, et je ne prétends pas comprendre vos pouvoirs, ni les miens d'ailleurs, mais après tout ce qu'on a vu et vécu, j'ai entièrement confiance en vous quatre.
- Merci, fit Justin, ne sachant pas quoi dire d'autre.
- Pourquoi ne pas aller voir en bas ? suggéra Zach, mal-à-l'aise.
- Bonne idée, approuva Aurore.

Tous les trois descendirent le vallon pour inspecter les lieux. Evan et Dina restèrent au campement.

- Je crois que ton petit discours à mis mal-à-l'aise Zach, dit Dina à Evan.
- C'est parce que lui a encore du mal à nous faire entièrement confiance. Je ne sais pas grand-chose sur lui, à part ce qu'il nous a dit et ce qu'il a bien voulu nous montrer. Mais de toute évidence, il n'accorde pas facilement sa confiance.
- Oui, il est du genre méfiant, il n'a pas tort au fond, mais je pensais que ça aurait changé après qu'on lui ait sauvé la vie, fit Dina.
- Il s'est fait capturer et torturer, je pense que ce genre d'expérience n'incite pas à faire confiance, lui répondit-il.
- Tu dois avoir raison, je n'avais pas vu ça comme ça. C'est vrai que depuis, il a changé. Il est encore plus renfermé, mais au fond, je pense que nous avons tous changé depuis que nous sommes ici. Tu as changé depuis que nous avons été dans la Cité Cachée. Qu'est-ce qu'il s'est réellement passé avec l'aigle ?
- Il a sondé mon âme, répondit-il après un moment. Il a fouillé dans mes souvenirs, pour voir quel genre de personne j'étais, pour savoir si j'étais digne de confiance. J'ai dû revivre des moments assez pénibles.
- Tu veux qu'on en parle ? lui demanda-t-elle.
- Non, c'est gentil, mais ça ira.
- Très bien, comme tu veux, lui dit-elle doucement.
- Toi aussi tu as changé, lui dit-il au bout d'un moment.
- De quelle manière ? l'interrogea-t-elle.
- Tu m'apprécies plus qu'au début, fit-il en souriant.

Alors qu'elle allait répliquer, en souriant elle aussi, elle fut prise de court par l'arrivée de leurs compagnons. Zach et Justin étaient un peu essoufflés, contrairement à Aurore.

- Justin pense qu'il y a des Druides en bas. Ils ont dû placer des protections comme on le fait, sauf que les leurs sont plus puissantes. On ne peut pas les voir, ni les entendre, mais on sent bien la magie, dit Zach.
- Regardez, dit Aurore, en bas, il y a des lumières maintenant et des gens même.
- Ils ont dû finir par sentir notre présence, dit Justin. Allons voir.

Ils descendirent le vallon et s'approchèrent des hommes qui venaient d'apparaître. Ils étaient vêtus de longues robes blanches et étaient tous d'un certain âge, bien qu’impossible à déterminer pour autant. Ils étaient une vingtaine et derrière eux se dressaient plusieurs
menhirs. Ils s'aperçurent également qu'ils étaient entourés de dolmens.

- Qui êtes-vous étrangers ? demanda l'un d'eux, celui qui était le plus proche. Nous avons senti la présence d’inconnus, et celle de l'un des nôtres.
- Laisse, Sentos, c'est eux, fit une voix au fond.

Le dénommé Sentos s’effaça en les jaugeant, et les Guildéens virent Dakin, le chef des Druides.

- Je suis ravi de te revoir Justin, fit Dakin en s'avançant vers lui.
- Moi aussi Monsieur, fit Justin en s'inclinant légèrement.
- Nous vous souhaitons la bienvenue dans le Pays Celte, fit Dakin.
- Merci, répondirent-ils en chœur.
- Monsieur, puis-je vous demander comment faisiez-vous pour ne pas que l'on vous voie, ni que l'on vous entende ? demanda Justin.
- En réalité, c'est fort simple, vois-tu. Nous créons un dôme d'énergie de telle sorte que rien ne rentre ni ne sort, même le son ou la lumière. Avec un peu d'entraînement je suis sûr que tu y arriveras très bien.
- J'essaierai Monsieur, dit Justin.
- Non, tu réussiras, affirma Dakin. Mais si je puis me permettre un conseil, vous devriez changer votre itinéraire principal. Le nord du pays est tombé sous la coupe des Trolls.
- Nous le savons Monsieur, dit Justin, on nous a déjà recommandé de passer par le bois, jusqu'à la rivière, puis de la longer en barque. On nous a dit qu'on arriverait près du port de la Wicca.
- Vous êtes fort bien renseignés à ce que je vois. Tant mieux. Mais avez-vous songé à ce que vous ferez quand vous serez au port ? Comment comptez-vous vous rendre à votre prochaine destination ?
- Euh..., nous n'y avons pas encore réfléchi, mais il nous faudra un bateau, fit Justin.
- Oui, il vous faudra un bateau. Mais je ne crois pas que vous ayez assez d'argent pour en acheter ou en louer un. Le port étant infesté de Trolls, il vous faut être prudents et discrets. Je vais vous donner des tenues de Druides, mais seulement pour les garçons. Il n'y a pas de femmes chez les Druides. Alors vous deux, dit-il en désignant Dina et Aurore, vous quitterez vos habits de Guildéens, vous en prendrez d'autres, sinon vous serez vite repérées. Vous vous ferez passer pour des ennemis et vous trois vous serez des Druides qui ont été fait prisonniers par elles. Vous devrez modifier votre apparence physique, vos têtes sont mises à prix partout.
- Ce ne sera pas un problème, dit Dina. C'est dans mes cordes, affirma-t-elle.
- Parfait, pour le navire, vous prendrez le mien, vous n'aurez qu'à dire que vous le réquisitionnez. Son nom est L'écureuil d'or, car il s'agit de mon animal préféré.

Un Druide s'avança vers eux et tendit un sac en toile à Justin.

- Ce sont les vêtements dont vous aurez besoin, dit Dakin. Et concernant votre mission, elle doit être mise dans le bois, fit-il énigmatique.
- Merci beaucoup, dit Justin. Vous nous attendiez, n'est-ce pas ?
- Oui, c'est vrai. En regardant les étoiles, j'ai vu que vous viendriez bientôt. Nous devons reprendre notre réunion à présent, bonne nuit et bonne chance.

Les Druides disparurent d'un coup, ainsi que les menhirs et les dolmens qui les entouraient.

Les cinq amis retournèrent au campement, conscients qu'ils approchaient du but. Ils se relayèrent à tour de rôle pour monter la garde et plièrent bagages à l'aube, en direction du bois.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ? J'espère que vous prenez autant de plaisir à lire cette histoire que j'en ai eu à l'écrire.
Chapitre 23 : En Pays Celte by magno
Author's Notes:
Voici la suite ! Bonne lecture !
Chapitre 23 : En Pays Celte




Ils atteignirent le bois le lendemain soir. Le temps avait changé depuis leur arrivée dans Faeria. À présent les feuilles des arbres tombaient. Elles étaient rousses, ocres, les couleurs de l'automne. Ce bois-ci ne ressemblait ni aux forêts de Forestia, dont les arbres étaient assez proches, immenses, et où l'on sentait la vie qui émanait d'eux, ni à la forêt noire, hantée par des crimes horribles et dont l'atmosphère faisait frissonner. Il ne ressemblait à rien de tout ça.

Sachant qu'il était hanté par des esprits qui servaient de leurres, tous les cinq s'étaient attendu à pénétrer dans un bois lugubre, qui donnait la chair de poule. Mais il n'en était rien, s'ils n'avaient pas su ce qu'il y avait à l'intérieur, ils auraient pensé que c'était un bois ordinaire.

- Que faisons-nous ? demanda Justin.
- À quel sujet ? le questionna Zach.
- Au sujet de la pièce évidemment, dit Justin.
- Normalement, ce ne serait pas à toi de nous guider, justement pour savoir ce qu'on doit faire ? dit Zach, irrité.
- Nous savons que c'est dans ce bois que l'on doit déposer la pièce, récapitula Aurore. C'est Enoch qui nous l'a dit, mais il n'a pas précisé l'endroit exact. N'oublions pas que nous sommes au pays des Druides, tu sauras quoi faire en temps voulu, dit-elle à Justin. Pour l'instant il faut réfléchir. Il doit y avoir quelque chose de spécial dans ce bois, quelque chose lié à toi, ou plus exactement à la culture druidique ou à tes pouvoirs.
- Si on se rappelle les épreuves précédentes, dit Dina, tu dois avoir raison.
- Écoutez, dit Zach, je propose qu'on s'arrête pour la nuit. De toute façon, on ne sait pas exactement ce qu'on cherche, on en profitera pour réfléchir, suggéra-t-il.
- D'accord, dit Evan.

Ils s'arrêtèrent donc et mirent en place leur campement protégé. Justin essaya même de créer un dôme semblable à celui que les Druides avaient fait la veille. Il dut s’y reprendre plusieurs fois, mais il finit par réussir. Son dôme était tel que personne de l'extérieur ne pouvait les voir, ni les entendre.

- Bon, résumons-nous, fit Evan. La première pièce que l'on a placé, c'était à Sorcélia, dans une grotte, sur un autel. Il n'y a que les Sorcières qui se servent d'autels ici, je suppose ? demanda-t-il en regardant Dina.
- Oui, je suppose, mais où veux-tu en venir ?
- Tu vas voir. Là-bas, continua-t-il, on a dû affronter de l'électricité qui sortait des murs, et la grotte qui s'est effondrée à la fin.
- Oui et alors ? demanda Justin.
- La deuxième pièce, fit-il comme s'il n'avait pas été interrompu, c'était dans le Champ des Elfes, dans une fleur qui s'est révélée carnivore. Là, on nous a dit qu'il fallait qu'on ait confiance les uns en les autres pour sortir de là. La troisième pièce, nous l'avons déposée dans un arbre qui repoussait nos pouvoirs, dans le Pays des Fées. La quatrième pièce, nous l'avons donnée à une Nymphe transformée en mûrier. Il a simplement fallu manger les mûres, mais il nous a fallu également déchiffrer une énigme. Pour la cinquième pièce, on s'est rendu dans la Cité Cachée des Magiciens, où on a testé notre cupidité et notre bonté d'âme. Vous ne voyez pas ? À chaque fois, les épreuves qu'on a eu à affronter, c'était pour tester quelque chose de particulier.
- Et alors ? demanda Zach. De toute manière, on n’a pas tous eu à affronter toutes les épreuves, fit-il remarquer.
- C'est vrai, tu as raison, lui dit Evan. Justement, c'est là où je veux en venir.
- D'accord, dit Zach, je crois que je vois où tu veux en venir. À chaque fois, c'est uniquement l'un d'entre nous, principalement, qu'ils veulent éprouver, et ce n'est jamais la même chose.
- Exactement ! s'exclama Evan. Pourquoi tester une chose différente chez chacun d'entre nous ?
- Chaque peuple a des valeurs et des principes, fit Dina. Pour chacun d'entre eux, ce n'est pas la même chose qui est importante. Par exemple, pour les Magiciens, il semble qu'ils n'aiment pas la cupidité, ni le mensonge, c'est pour ça que tu as dû affronter l'aigle et qu'il a sondé ton âme.
- C'est très intéressant tout ça, surtout que je comprends où tu voulais en venir Evan, mais en quoi ça va nous aider pour la pièce suivante ?
- Maintenant que l'on comprend comment les épreuves fonctionnent, on peut deviner celle qui t'attend, lui répondit Evan.
- Quelles sont les valeurs importantes chez les Druides ? questionna Dina.
- L'humilité, répondit Justin sans même réfléchir à la réponse.
- Bien, fit Aurore, maintenant tu as une idée du genre d'épreuve qui t'attend.
- Oui, mais ça ne me dit pas où je dois me rendre.
- Ne t'en fais pas, le rassura Aurore, on a toujours réussi jusqu'à présent, on trouvera bien où l'on doit déposer ta pièce.
- Qu'est-ce qui est important, Dina, chez les Sorciers ? lui demanda Justin, au bout d'un moment. Je me souviens de ce qu'on a affronté, mais je ne vois pas bien ce qu'on a pu tester chez toi.
- Mon courage, répondit-elle simplement.
- Ton courage ? Oui, je vois maintenant. Chez les Elfes c'était la confiance, chez les Fées c'était quoi ? L'intelligence ?
- Je crois plutôt que c'était la logique, répondit Zach.
- Et pour les Nymphes ? demanda Justin à Aurore.
- La foi, dit-elle. La foi en moi-même, en mes pouvoirs, et en mon instinct. C'est lui qui m'a guidé et qui me guide sans cesse.
- Et toi Zach, qu'en est-il pour les Ondins ? lui demanda Evan.
- La force. Celle du corps et celle de l'esprit, répondit celui-ci.
- À quoi servent ces épreuves ? demanda Aurore. Pourquoi nous tester ainsi s'ils avaient décidé depuis longtemps de nous donner ces armes ?
- Je ne sais pas, répondit Dina. On posera la question quand on sera chez les Ondins.

Ils parlèrent encore un moment, puis ils finirent par s'endormir, personne ne montait la garde, car ils avaient entièrement confiance en la magie de Justin et d’Evan qui les protégeait.

Dans la nuit, Justin se réveilla. Il ne savait pas ce qui l'avait tiré du sommeil. Les autres dormaient profondément. Tout semblait calme. Il saisit son épée et sortit du dôme. Il se mit à marcher dans le bois obscur, une boule de feu qu'il venait de créer flottait devant lui. Il ne marcha pas longtemps, car bientôt, il vit se dresser devant lui un dolmen. Justin s'en approcha lentement et s'arrêta à l'entrée. Il sortit la pièce de sa poche et vit qu'elle brillait d'une douce lumière blanche.

Une autre lumière opalescente apparut devant lui. Elle émanait d'un trou dans la pierre, sur le dessus du dolmen. Le trou était de la taille de la pièce. Il leva la pièce et la plaça à dans l’encoche.

Une voix forte s'éleva alors :

- Si tu réponds sincèrement à mes trois questions, alors j'accepterai peut-être de garder la pièce. Voici ma première question : penses-tu être un bon guerrier ?
- En comparant avec les guerriers que j'ai rencontrés, je dois dire que non, répondit-il sincèrement.
- Penses-tu être plus puissant que les autres Druides ?
- Non, mais l'on m'a dit que je le deviendrai, même si j'ignore si cela arrivera bien un jour.
- Si tu n'es pas un bon guerrier et si tu n'es pas le plus puissant, alors pourquoi t'a-t-on choisi pour cette mission ?
- On ne m'a pas choisi, c'est mon ancêtre que l'on a choisi, répondit Justin.
- Tu as répondu sincèrement à toutes mes questions. Mais si je t'affirme que tu es un bon guerrier, que tu es très puissant et même que tu deviendras le plus puissant des Druides, que me répondrais-tu ?
- Que j'ai encore beaucoup de travail à faire, dit-il.
- J'accepte la pièce, fit la voix.

Le dolmen se mit à briller d’une lumière aveuglante. Justin recula et dut fermer les yeux. Quand il les rouvrit, le dolmen ne brillait plus et la pièce avait disparu.

Justin rebroussa chemin et retourna au campement. L'aube commençait à pointer et lorsqu'il arriva au niveau du dôme, il vit Aurore à l'extérieur.

- Où tu étais passé ? fit-elle en colère. On était mort d'inquiétude ! s'écria-t-elle.
- Je suis désolé, je me suis réveillé en plein milieu de la nuit et je suis parti chercher le dolmen.
- De quoi tu parles ? fit-elle, toujours énervée.
- Ah ! Te voilà ! cria Zach. Où tu étais ?

Justin retourna sous le dôme, et leur raconta ce qui lui était arrivé. Il s'excusa maintes fois de les avoir inquiétés, mais ils finirent par lui pardonner. Après que Justin leur eut donné des explications, ils rangèrent leurs affaires, levèrent les enchantements qui les protégeaient et reprirent leur marche.

Maintenant que la pièce de Justin était à sa place, ils prirent la direction de l'est, là où devait se trouver la rivière. En chemin, ils croisèrent quelques faux-esprits, mais comme ils n'en avaient pas vraiment peur, ceux-ci étaient plutôt faibles. Ils arrivèrent à la rivière sur le coup de midi. Trois barques s'y trouvaient amarrées. Ils décidèrent d'embarquer immédiatement et de manger pendant le voyage. Ils ne prirent que deux barques, qu’ils attachèrent ensemble.

Les filles se mirent dans la première et les garçons dans celle de derrière. Ils mirent les vêtements qu'Enoch leur avait donnés. Les garçons portaient désormais des tenues de Druides, alors que les filles portaient les tenues traditionnelles de leur peuple. Dina était à présent vêtue de cuir, comme les autres Sorcières et Aurore portait une robe verte très légère à porter, ainsi qu'une couronne de fleurs dans ses cheveux. Ils avaient décidé de se déguiser dès maintenant, au cas où ils croiseraient des gens, ou des Trolls.

Dina et Aurore n'avaient pas besoin de ramer, Zach contrôlait le cours de l'eau grâce à ses pouvoirs. De cette manière, ils allaient bien plus vite. Dina voyait bien qu'Aurore n'était pas du tout à l'aise, sûrement à cause de la proximité de l'eau.

- Tu n'as pas à t'en faire, lui dit Dina. Je ne te laisserai pas tomber à l'eau, fit-elle en lui souriant.
- Pour être honnête, je m'inquiète surtout parce que le palais des Ondins est sous l'eau. Je n'y arriverai jamais, fit-elle, visiblement angoissée.
- Ne t'en fais pas, on trouvera une solution. Evan pourrait créer une bulle pour toi, dans laquelle tu pourrais respirer et où l'eau ne t'atteindrait pas.
- Oui, tu as raison. Je me sens tellement ridicule, fit-elle.
- Tu n'es pas ridicule ! protesta Dina. Ce n'est pas ta faute si quelqu'un t’a jeté une malédiction.
- Je sais, mais j'aimerais qu'elle cesse, fit-elle, amère.
- Hé les filles ! s'exclama Evan. On arrive, regardez !

Effectivement, ils voyaient la ville portuaire sur leur droite. Dina leur jeta à tous un sort qui modifia leur apparence. Zach commença à ralentir l'allure du courant de la rivière, puis, quelques mètres plus loin, il le stoppa. Les barques s'arrêtèrent également et les jeunes femmes mirent pied à terre. Elles aidèrent les garçons à descendre, car ils avaient les mains liées dans leur dos. Ils traversèrent tous les cinq la ville et se rendirent vers le port.

Lorsqu'ils arrivèrent au port, ils aperçurent des Trolls armés qui surveillaient les départs et les arrivées des navires. Ils longèrent le quai à la recherche de L'écureuil d'or, le bateau que leur avait prêté le chef Enoch. Ils ne mirent pas longtemps à le trouver. C'était un navire d'une grande beauté et sur la proue se trouvait un très grand écureuil doré.

- Qui êtes-vous ? fit un Troll qui s'approcha d'eux.
- Je suis la Sorcière Katarina, fit Dina qui était blonde aux yeux bleus à présent. Et voici mon associée la Nymphe Rose. Nous travaillons pour Pelham. Il nous a envoyé espionner les Druides et nous avons capturé ces trois-là, fit-elle en désignant les garçons devant elles.
- Vous travaillez pour Pelham vous dites ? Bizarre, je n'ai jamais entendu parler de vous, fit –il, soupçonneux.
- Nous sommes des espionnes, fit Aurore, c'est normal que vous n'ayez jamais entendu parler de nous. Nous sommes venues réquisitionner ce bateau, fit-elle en désignant l'écureuil d'or.
- Vous voulez réquisitionner un navire ! Vous manquez pas d'air vous d'eux. Les Trolls seuls, ont le pouvoir de réquisitionner un navire.
- Vous nous faites perdre notre temps, siffla Dina, menaçante. Nous devons nous rendre à la prison de Muspelheim pour interroger et torturer ces Druides. Ils savent où se trouve leur chef, Enoch. Ils nous ont déjà révélé que ce bateau lui appartenait. Nous voulons amener Enoch à Pelham. Alors vous allez nous aider, oui ou non ? fit-elle presque en criant.
- Ça va ! Vous énervez pas, grogna-t-il. Vous pouvez le prendre, à condition de m'emmener avec vous. Si vous découvrez où se trouve votre Druide, je veux que Pelham sache que je vous ai aidées. Je veux devenir le nouveau roi des Trolls, fit-il en leur jetant un regard avide.
- Marché conclu, fit Dina. Vous venez avec nous.

Ils embarquèrent donc avec le Troll qui leur fournit un équipage de Sorciers devenus esclaves des Trolls. Le problème, c'est que le Troll s'apercevrait tôt ou tard qu'ils ne se rendaient pas vers les Montagnes du Nord. Il fallait qu'elles s'en débarrassent. Surtout que tous les cinq avaient toujours une autre apparence et que Dina ne savait pas combien de temps son sort durerait.

Elles avaient dû enfermer les garçons dans une cellule au fond du navire. Elles sentaient que le Troll mourait d'envie de commencer les tortures sur les garçons et elles ne savaient plus quelle ruse inventer. Aurore n'arrêtait pas de le charmer, ce qui éveilla en lui d'autres envies.

Finalement, au bout de deux jours de navigation, alors que le soir tombait, les Guildéennes, qui se trouvaient dans leur cabine, entendirent des cris de douleur qui provenaient de la cale. Elles se rendirent en courant aux cellules de leurs compagnons. Elles virent alors le Troll qui fouettait Evan. Le Magicien avait le torse nu et son dos était déjà en sang. À ce moment-là, tous les doutes et toutes les craintes de Dina s'envolèrent. Elle qui hésitait depuis le début à tuer le Troll de sang froid, en dehors d'un combat, n'hésita plus.

Voir le châtiment qu'il infligeait à Evan uniquement par plaisir la révolta. Elle saisit ses poignards qui étaient accrochés à sa ceinture, le Troll se retourna quand il sentit leur présence et Dina plongea ses armes dans le cœur du Troll. Celui-ci s'effondra sur le sol, les yeux grand ouverts avec une expression de surprise.

Dina se précipita vers Evan, les yeux remplis de larmes qu'elle essaya en vain de cacher. Elle le détacha, puis dit à Aurore :

- Va sur le pont, le sort s'efface, montre ton vrai visage à l'équipage et explique-leur qui nous sommes et que nous avons une mission à remplir. Dis-leur qu'ils sont libres et demande-leur de nous aider, qu'ils nous conduisent au-dessus du palais des Ondins, comme prévu. S'il te plaît. Je vais libérer les garçons, ils te rejoindront.
- D'accord, fit Aurore en s'exécutant.

Après avoir détaché Evan et libéré Zach et Justin, Dina emmena Evan dans sa cabine et entreprit de soigner ses plaies.

- Je suis désolée, Evan, j'aurais dû le tuer dès qu'on a embarqué. Je n'aurais pas dû hésiter autant, se reprocha-t-elle, les larmes aux yeux, mais se retenant toujours de pleurer.
- Ce n'est pas ta faute, lui dit-il, je comprends que tu répugnes à tuer de sang-froid, sans qu'il puisse se défendre. Mais tu as fait ce qu'il fallait. Et puis, tu sais, il n'est pas interdit de pleurer, lui dit-il en la regardant dans les yeux. On n'aura pas moins d'estime pour toi parce que tu nous prouves que tu es humaine.

Dina ne put retenir ses larmes plus longtemps et elle éclata en sanglots. Evan se redressa sur le lit et la prit dans ses bras.

- Ça ne te ferait pas de mal d'avouer que tu as un faible pour moi, fit-il en souriant.

Dina s'écarta de son étreinte et elle se mit à rire, d'un rire mouillé.

- Tu aimerais bien, fit-elle en essuyant ses larmes.
- Oui, c'est vrai, je le reconnais, fit-il sérieux.

Pendant ce temps-là, Aurore et les garçons expliquèrent à l'équipage qu'ils avaient tué le Troll et qu'ils étaient libres. Ils leur expliquèrent également qui ils étaient et tout l'équipage accepta de les conduire où ils voulaient. Zach leur dit ensuite, que lorsque tous les cinq auraient accompli leur mission, ils pourraient demander l'asile à Avalon, chez la reine Présine. Il leur suffirait de lui dire qu'ils venaient de leur part. À ce moment-là, le capitaine les appela pour leur dire qu'ils allaient bientôt arriver. Justin appela Dina et Evan, qui montèrent immédiatement sur le pont. Aurore vit tout de suite que Dina avait pleuré, mais elle ne fit aucun commentaire, car visiblement les autres n'avaient rien remarqué.

- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda Evan.
- Dans un quart d'heure environ, vous serez pile au-dessus du palais, fit le capitaine.

Ils approchaient de plus en plus du but. Plus qu'une pièce, et ils iraient chercher leurs armes. La guerre était inévitable et elle approchait à grands pas.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Je remercie tout ceux qui lisent mon histoire et prennent le temps de me donner leur avis. J'espère que cette histoire vous plait.
Chapitre 24 : Le peuple Ondin by magno
Author's Notes:
Et voici la suite ! Plus que deux chapitres avant la fin de ce premier tome. Bonne lecture !
Chapitre 24 : Le peuple Ondin




Un quart d'heure plus tard, le navire jeta l'ancre car ils étaient juste au-dessus du palais de l'Impératrice des Ondins, Péroline. Le problème était qu'ils ne savaient pas comment l'atteindre. La mer était profonde et seul Zach aurait pu plonger et nager vers la cité sans problème. Ses amis, eux, ne pouvaient pas respirer sous l'eau et Aurore ne supportait pas le contact de l'eau. Evan ne pouvait créer une bulle d'énergie pour tous, où ils pourraient respirer et où l'eau ne pourrait s'infiltrer, car il ignorait l'énergie qu'il lui faudrait pour ça, et parce qu'ils ne connaissaient pas la distance exacte qui les séparait du palais.

- Je vais plonger, fit Zach, comme ça je pourrai évaluer combien de mètres nous séparent du palais.
- D'accord, mais sois prudent, lui dit Aurore avant qu'il ne plonge.

Zach resta absent longtemps, même trop longtemps. Tous commençaient à s'inquiéter, surtout que le temps tournait à l'orage. Le ciel était noir, déchiré par des éclairs et le tonnerre grondait. Les vagues enflaient de plus en plus, faisant tanguer L'écureuil d'or. Zach était parti depuis une heure déjà.

- Mais qu'est-ce qu'il fait ? demanda Evan. Si ça continue, je vais devoir essayer de le retrouver, fit-il, rageur.
- C'est peut-être loin, tout simplement, lui dit Aurore. Le temps de faire l'aller-retour.
- Avec le temps qu'il fait, il vaudrait mieux qu'il revienne bientôt, fit Justin.
- Ne vous inquiétez pas, je suis là, fit Zach qui venait de revenir à bord, complètement trempé. J'ai trouvé le château et j'ai croisé du monde, des Ondins, dit-il pour répondre aux regards interrogateurs. Je leur ai expliqué la situation, ils nous attendaient. Ils arrivent, ils amènent des bulles pour vous transporter.

À ce moment-là, des Ondins grimpèrent sur le bateau. Ils leur firent signe de venir. Il pleuvait énormément à présent et Justin se tourna subitement vers Aurore, perplexe.

- Pourquoi la pluie ne te fait rien ? Je n'y pense que maintenant, mais c'est vrai, pourquoi la pluie ne te fait pas souffrir ? chercha à comprendre Justin.
- La pluie ne m'a jamais rien fait. J'ignore pourquoi. Ma mère disait que l'eau du ciel n'était pas maléfique pour moi, contrairement à l'eau de la terre.
- C'est bizarre, fit Justin, perplexe.
- Tu ne me crois pas c'est ça ? demanda-t-elle, vexée.
- Bon, fit Zach, on n'a pas toute la journée, râla-t-il.

Aurore et Justin rejoignirent les autres, ils se penchèrent pour voir la mer et ils virent deux grandes bulles qui les attendaient.

- Vous serez deux par bulle, il suffit de sauter à l'intérieur, pour le moment il y a une entrée, mais dès que vous serez dedans, elle se refermera, expliqua un Ondin du nom de Calvin.
- Et si je tombe à côté ? demanda Aurore, angoissée.
- Tu viendras dans la même bulle que moi, fit Dina. On ira en volant, je ne te lâcherai pas, c'est promis, dit-elle en la prenant par la main.
- D'accord, accepta Aurore, résignée. Je te fais confiance.

Dina s'envola, Aurore lui tenait fermement la main et toutes les deux s'approchèrent en douceur de leur bulle. Aurore y pénétra la première, suivie par Dina. Les garçons sautèrent dans la leur, Evan plus aisément que Justin, qui faillit rater l'entrée. Dès qu'ils furent à l'intérieur, celle-ci se referma et commença à descendre lentement dans les profondeurs de la mer.

Malgré la sécurité que la bulle lui procurait, Aurore était tout de même extrêmement angoissée, même si elle essayait de le cacher à son amie. Elle espérait que le voyage ne serait pas long.

- Je suis sûre qu'on ne risque rien, lui dit Dina.
- Je sais, fit Aurore d'une petite voix. Je n'ai pas peur, assura-t-elle.
- On se connait suffisamment bien maintenant, ce n'est pas la peine d'essayer de me mentir. Tu n'as pas à avoir honte parce que tu as peur de l'eau. Ce n'est pas ta faute. Zach à bien le vertige, même s'il a essayé vainement de nous le cacher, fit-elle en souriant.
- Je sais que tu as raison, si j'essaye de ne pas montrer ma peur, ce n'est pas par honte, c'est plus par habitude. Les gens posaient toujours des questions et ma mère avait peur pour moi, si quelqu'un apprenait ce qui m'arrivait. Je n'ai jamais compris pourquoi, mais j'ai commencé à comprendre quand tu m'as dit que j'étais victime d'une malédiction. Je me dis qu'il y avait peut-être des espions dans notre monde et comme le mal dont je souffre est rare, il aurait été facile de me retrouver.
- Oui, tu as raison, fit Dina. Il aurait été plus facile de t'éliminer là-bas, alors que tes pouvoirs étaient beaucoup moins puissants, plutôt qu'ici. Au fait, de quoi vous parliez avec Justin, tu avais l'air contrariée, vous vous êtes disputés ? demanda-t-elle un moment plus tard.
- Il me demandait pourquoi la pluie ne me faisait rien. Je lui ai dit que je n'en savais rien. Je jure que je ne sais pas pourquoi.
- Je te crois, fit Dina. Peut-être la malédiction a-t-elle des limites, suggéra-t-elle.
- Justin n'avait pas l'air de me croire. J'ai vu dans ses yeux qu'il se méfiait.
- Il était peut-être tout simplement perplexe, il ne comprend pas, c'est tout.
- Et toi ? Dis-moi pourquoi tu pleurais, fit Aurore, changeant de sujet.
- Oh, pour rien, fit Dina en rougissant.
- Tu ne dois pas avoir honte de reconnaître que tu t'es beaucoup inquiétée pour Evan, fit-elle en souriant. Il te plaît, avoue-le. En plus, ça se voit que c'est réciproque, alors où est le problème ?
- Le problème c'est que je ne devrais pas. J'ai déjà quelqu'un dans ma vie, dans notre monde.
- Ah bon ? Tu n'en as jamais parlé, lui reprocha-t-elle.
- Je suis désolée, mais je n'aime pas trop parler de ma vie privée à des gens que je connais peu, expliqua-t-elle en évitant de regarder Aurore en face.
- Pourquoi m'en parler maintenant alors ? fit-elle, sérieuse
- Parce que maintenant, on est amies toi et moi.
- Qu'est-ce que tu vas faire pour Evan alors ? demanda-t-elle, visiblement touchée.
- Je n'en sais rien. Je reconnais que je l'aime beaucoup, même si parfois il tape sur les nerfs, fit-elle en souriant, mais quand tout ça sera fini, je rentrerai chez moi, en Espagne et Evan retournera en Angleterre.
- Comment s'appelle ton copain ?
- Antonio, on est ensemble depuis trois ans, fit-elle, l'air triste.
- Je vois, c'est à toi de choisir. Je serai là si tu veux en parler, même quand tu retourneras en Espagne. Les téléphones existent, fit-elle en lui souriant, je parle l'espagnol, enfin, un peu.
- Je serai contente d'avoir de tes nouvelles, fit Dina en lui rendant son sourire. Tu sais, je pense que nos proches doivent s'inquiéter pour nous, je ne sais même pas depuis quand nous sommes partis.
- Tu as raison, mon frère me manque.

Dina ne put répondre, car la bulle venait subitement de s'arrêter. Elles regardèrent ce qui se passait au dehors, la bulle des garçons aussi avait stoppé. Ils étaient juste au-dessus d'une immense coupole d’un bleu vif. Elles pouvaient voir un palais juste en dessous. Il était fait de coraux et de coquillages aux multiples couleurs. Il était vraiment magnifique. Elles n'avaient
jamais rien vu de tel.

Soudain, la bulle se remit à avancer, Aurore et Dina virent Zach et les Ondins les dépasser. Elles descendirent lentement, pour venir se poser enfin au fond de la mer. Leurs bulles éclatèrent, les laissant libres.

- Pourquoi n'y a-t-il pas d'eau, autour de nous ? Je pensais que les Ondins étaient plus à l'aise dans l'eau, fit Dina aux Ondins qui approchaient en compagnie de Zach.
- Nous n'avons pas besoin d'être constamment submergés. L'eau ne rentre jamais ici. Nous apprécions de manger les mêmes choses que vous et de dormir dans un lit sec, fit Calvin en riant. Mais venez, suivez-moi, l'Impératrice vous attend.

Ils le suivirent jusqu'aux abords du palais, en l'observant plus attentivement, maintenant que la pluie ne les en empêchait pas. Calvin était aussi grand que Zach et aussi bien bâti.

Ses cheveux étaient châtain clair et ses yeux étaient bleus. Il ne portait qu'un de long pantalon fait dans un tissu léger, de la même couleur que la mer, et qui faisait très bien ressortir le moindre de ses muscles. Il était incontestablement un très bel homme, il était
également très charmant, et rieur. Les filles ne tardèrent pas à s'apercevoir en entrant dans le palais que tous les Ondins, et les Ondines étaient d'une très grande beauté et toujours d'une humeur joyeuse. Le palais ne ressemblait vraiment à rien de commun. Tous les cinq ne pouvaient s'arrêter de contempler chaque centimètre de cette merveille, autant esthétique, qu'architecturale.

Ils arrivèrent à la salle du trône, une grande salle au carrelage bleu ou l’on pouvait voir des motifs de poissons de toutes sortes, bouger comme s’ils étaient réels. Sur les murs des mosaïques représentaient d’étranges spécimens aquatiques. Lorsqu’ils virent l'Impératrice assise sur son trône, ils furent tous soufflés par sa beauté. Ils l'avaient pourtant déjà vue,
lorsqu'ils avaient été évalués à Avalon, mais le sort qui lui permettait de se projeter devant eux, alors qu'elle se trouvait ici ne permettait pas de toute évidence de se rendre compte de sa beauté. Elle était resplendissante dans sa robe bleue qui moulait ses courbes à la perfection, ses longs cheveux bonds aux reflets argentés ou dorés, selon la lumière, qui tombaient en cascade sur ses épaules. Quand elle parla, ce fut d'une voix douce et lente, comme un murmure :

- Bienvenue à vous cinq, fit-elle après qu'ils se soient inclinés devant elle. Je suis si contente de vous revoir enfin. J'ai eu si peur pour vous. Mais à présent, la fin de votre voyage approche. Vous avez été très courageux, je dois l'admettre. Mais j'ai peur de vous avouer que lorsque vous partirez de mon royaume, il vous faudra faire une dernière escale avant de combattre, fit-elle avec un sourire triste.
- Nous savons Majesté, le chef Enoch nous a mis au courant, lui dit Zach.
- Vraiment ? fit-elle étonnée
- Oui, il a jugé qu'étant donné les circonstances, il serait plus prudent de nous mettre au courant. Il a dit que nous aurions besoin d'aide.
- Je vois, fit-elle. J'aimerais rester seule avec nos jeunes invités, fit-elle à sa cour. Que vous a-t-il dit exactement ? leur demanda-t-elle quand il ne resta plus qu'eux.

Zach lui raconta en détail tout ce qu’Enoch leur avait révélé. L'Impératrice ne fit aucun commentaire pendant son récit, se contentant de hocher la tête de temps en temps.

- Je vois, il a bien fait de tout vous révéler bien sûr. Et je suis contente que vous ayez trouvé des alliés pour vous aider. La reine Présine m'a parlé de vos amis.
- Impératrice, fit Zach, concernant la guerre, avez-vous des nouvelles ?
- Malgré les renforts que les Forestiens ont apportés aux Fées lors de la bataille de Féerie City, nous avons dû battre en retraite. Les Elfes sont intervenus du côté des Trolls, ce qui nous fait un allié en moins. Les Fées ont réussi à fuir vers Forestia, mais tous les rebelles qui se trouvaient là-bas ont dû rapidement évacuer pour se réfugier dans le désert. Toutes nos forces se dirigent là-bas. Les Terres Enchantées sont entièrement sous le contrôle des Trolls et des Chimères désormais, fit-elle, soucieuse. Nous avons été épargnés pour le moment, mais mes éclaireurs m'ont appris peu de temps avant votre arrivée, que des êtres de l'eau et des créatures inconnues se dirigeaient vers nous. J'ai donné l'ordre à tous les Ondins disséminés dans les mers et les océans de se diriger vers ici. Moi-même, je m'apprête à partir pour rejoindre nos alliés dans le désert. La guerre est à nos portes. Et je suis désolée de dire que pratiquement tout repose sur vous.
- Votre Majesté, fit Dina, avez-vous des nouvelles de la Haute Conseillère Aviva ? Nos amis Sony et Louka devaient entreprendre de la libérer, expliqua-t-elle.
- Oui, Enoch m'a mise au courant. Il semblerait que ces deux chiens soient prodigieux, fit l'Impératrice. Ils ont réussi à libérer les rebelles ainsi qu'Aviva. Enoch les a recueillis dans sa cité.
- Altesse, fit subitement Justin, comment pouvons-nous vous aider à gagner cette guerre avec seulement sept armes ?
- Ces armes sont magiques, dit-elle. Elles ont été créées à l’époque par le Conseil des Anciens. J’ignore qu’elle est leur puissance exacte, puisque nous ne sommes plus en possession du livre d’Enchantra qui aurait pu nous éclairer, mais si l’ancien Conseil a créée ses armes dans le but de combattre la menace qui plane sur Faeria aujourd’hui, c’est qu’elles doivent être très puissantes. Mais assez d'objections, dit-elle en voyant que Dina allait répliquer. Vous allez faire à présent ce pour quoi vous êtes venus, vous allez vous rendre derrière le palais, là, Zach saura quoi faire. Quand vous reviendrez, deux bulles vous attendront devant, elles vous ramèneront à la surface, sur la côte. Là, des aigles géants vous
attendront, Enoch vous les a envoyés avec vos amis. Ils vous conduiront aux temples. Pendant ce temps, nous organiserons nos forces, et nous établirons un plan de bataille. Et ne vous inquiétez pas pour les Sorciers que vous avez libérés, Calvin leur a dit de partir. Je dois m'en aller maintenant, dit-elle en se levant. Nous nous reverrons très vite.

Ils saluèrent l'Impératrice, puis celle-ci sortit, l'air grave, ce qui était inhabituel pour une Ondine. Ils sortirent à leur tour de la salle, puis du palais. Ils se rendirent comme Péroline leur avait indiqué, derrière le palais. Là, se trouvait devant eux une étendue de coraux. Une lueur émanait du centre. Ils étaient tous collés les uns aux autres et même certains se chevauchaient.

Zach s'approcha des coraux, et dès qu'il fut proche d'eux, un dôme apparut, enfermant Zach. Tous se précipitèrent vers lui, Zach prononça des paroles qu'ils ne purent entendre. Aucun son ne pouvait traverser le dôme. Zach leur montra du doigt le sol. De l'eau montait rapidement. Mais personne ne s'inquiétait, puisqu'il pouvait respirer sous l'eau.

Quand le dôme fut plein, Zach nagea vers la lueur bleue et essaya de retirer les coraux. Il lui fallut un bon moment pour les enlever et lorsque ce fut dégagé, tous regardèrent Zach pénétrer dans un trou, d'où émanait la lueur. Quelques secondes plus tard, il avait disparu.

Dina, Aurore, Justin, et Evan attendirent un temps considérable de le voir revenir. Plus le temps passait, plus ils s'angoissaient. Le temps continuait de s'écouler, mais toujours pas de trace de Zach. Ils essayèrent de forcer le dôme par tous les moyens magiques qu'ils connaissaient, mais sans résultat. Deux heures passèrent et enfin il se produisit quelque chose. Le dôme se vida de son eau rapidement, puis disparut à sn tour. Les Guildéens se précipitèrent vers le trou, et virent Zach inconscient, encore à moitié à l’intérieur de la cavité. Evan et Justin le prirent chacun par un bras, et l'amenèrent plus loin.

Heureusement, il ne tarda pas à reprendre connaissance. Il se releva avec peine et dut s'appuyer sur Justin pour rester debout. À ce moment-là, une sirène retentit et une voix annonça que l’ennemi approchait. Ils aidèrent Zach à marcher, celui-ci leur dit que la pièce était en sûreté. Ils allèrent donc, maintenant que leur mission était remplie, devant le palais où deux bulles les attendaient. Ils mirent Zach dans la première, avec Evan et Dina.

Justin et Aurore allèrent dans la seconde, et bientôt, les bulles montèrent jusqu'à ce qu'elles se retrouvent à la surface. Là, elles continuèrent leur course jusqu'à ce qu'elles arrivent non loin du port de la Wicca. Ils sortirent tous de leur moyen de transport insolite, et se précipitèrent vers Kerof, Malouan, Sony, et Louka qui se trouvaient quelques mètres plus loin, avec des aigles géants. À présent, Zach allait beaucoup mieux, même s'il gardait obstinément le silence.

- Nous sommes très contents de vous voir, leur dit Kerof, rayonnant, mais il faut se presser. Evan et Dina, vous montez avec moi, je vais vous conduire à votre temple.
- Moi, dit Malouan assis sur un autre aigle, je vais conduire Zach et Aurore. Sony, et Louka vous guideront, dit-il à Justin.

Evan et Dina montèrent sur le même aigle que Kerof, qui s'envola immédiatement. Zach et Aurore grimpèrent derrière Malouan, alors que le troisième aigle agrippait Sony dans une patte et Louka dans l'autre, tandis que Justin montait sur son dos.

Ils étaient en route pour les temples, dans le désert, à la recherche de leurs armes, afin de gagner la guerre et de sauver Faeria.
End Notes:
Alors qu'en pensez-vous ?
Chapitre 25 : Les sept armes by magno
Author's Notes:
Voici l'avant dernier chapitre, j'espère qu'il vous plaira.
Bonne lecture !
Chapitre 25 : Les sept armes




Il ne leur fallut pas longtemps pour atteindre le désert. Zach et Aurore arrivèrent les premiers devant le temple où se trouvait leur arme. L’Ondin n'avait pas dit grand-chose depuis qu'ils avaient quitté le palais de l'Impératrice Péroline. Aurore s'inquiétait pour lui, elle se demandait ce qui lui était bien arrivé. Il marchait devant elle dans le désert, suivant les indications de Malouan qui lui, était perché sur l'épaule de Zach. Aurore mourait d'envie de questionner son ami, mais elle n'osait pas. Celui-ci dut le sentir car il ne tarda pas à se retourner vers elle.

- Qu'est-ce que tu as ? Je sens que tu me fixes, alors parle ! fit-il agacé.
- Je m'inquiète seulement pour toi, je me demandais simplement ce qui c'était passé là-bas, c'est tout.
- Ne t'inquiète pas pour moi, fit-il agressif, je vais très bien. Et puis, qu'est-ce que ça peut faire ?
- Tu sais Zach, dit Aurore, un peu froide, au cas où tu n'aurais pas remarqué, tous les cinq nous sommes amis.
- Depuis quand ? Aurore, on n'est pas amis, on se connait à peine, on est juste obligés d’accomplir une mission ensemble, c'est tout.
- Si on te connait peu, c'est ta faute, tu ne te livres pas beaucoup. Dina est mon amie, je commence à la connaître, tout comme Evan. J'aime beaucoup Justin aussi. Mais toi, plus on avance, plus tu recules, Zach.
- Si on changeait de sujet. Malouan, sommes-nous encore loin ?
- Non, en réalité nous sommes juste en face du temple, fit celui-ci.
- Je ne vois rien, fit le jeune homme, énervé.
- C'est normal que ne voyez rien, pour l'instant en tout cas. Et je vous prierais, mon ami, de changer de ton. Elle s'inquiète pour vous, tout comme moi je dois l'avouer. Peut-être, cher Zach, n'avez-vous pas d'amis dans votre monde, mais ici, vous en avez. Alors, faîtes un effort, fit Malouan, sec.
- Je crois que je vois le temple, dit Aurore. Mais il est très flou, ajouta-t-elle en plissant les yeux.
- Je ne vois toujours rien, dit Zach, un peu calmé.
- Il faut faire un effort d'imagination pour le voir. C'est une qualité importante pour un Guildéen. Concentrez-vous.

Quelques minutes plus tard, Zach et Aurore virent entièrement et clairement le temple. Il y avait des colonnes de marbre tout autour. Le temple était somptueux. Aurore reconnut le style des Fées, mélangé apparemment à celui des Elfes.

Ils pénétrèrent à l'intérieur, examinant leur nouvel environnement, en vue d'un danger possible.

- Malouan, comment saviez-vous où se trouvait le temple ? Est-ce Enoch qui vous l'a indiqué ? lui demanda Aurore.
- Oui, c'est Enoch qui m'en a informé. Il en a fait de même avec Kerof, Sony et Louka. Je dois avouer que je suis impatient de voir ses armes, fit-il en se frottant la barbe.
- Vous n'êtes pas le seul, fit Zach. Regardez, c'est un autel non ? fit Zach en désignant le fond du temple.
- Oui, on dirait, lui répondit Aurore.

Ils s'approchèrent lentement de l'autel. Le temple était faiblement éclairé, sauf vers le fond, qui s'illumina subitement dès qu'ils en furent proche.

Alors qu'ils s'attendaient à voir leurs armes entreposées sur l'autel, celui-ci était vide. Il n'y avait rien, ni arme, ni même les pièces.

- Ne me dites pas qu'on va encore devoir subir des épreuves, fit Zach, lassé.

Aurore examina attentivement l'autel et posa sa main dessus. Tout à coup, les armes apparurent sous des cloches en verre. Les pièces se trouvaient dans une encoche, sur l'autel, face aux armes.

Zach et Aurore reconnurent leur pièce respective et ils se placèrent devant chacune d’elle. Aurore saisit la sienne et la cloche en verre se volatilisa. Ainsi, elle put mieux admirer son arme.

C'était un arc avec son carquois de flèches. L'arc était fait en bois verni, avec des symboles gravés dessus. Les flèches, elles, étaient faites en argent, très fines et très légères. Elle vit également une pointe d'argent à chaque extrémité de l'arc, permettant ainsi d’occasionner des dégâts face à un adversaire trop proche. C'était vraiment un équipement magnifique.

Zach l'imita, il prit sa pièce et aussitôt le globe de verre disparut, laissant voir son arme. Il fut assez surpris par son aspect, elle ne ressemblait pas du tout à une arme. On aurait dit une flûte, sauf qu'il n'y avait rien pour souffler à l'intérieur et qu'elle était deux fois plus petite. Sur elle aussi il y avait des inscriptions, semblables à celles gravées sur l'arc d'Aurore.

- Une flûte ! Non mais je rêve ! fit Zach, abasourdi.
- Ne te fie pas aux apparences, lui dit Aurore.
- Oui, peut-être, fit-il dubitatif. Euh..., Aurore, dit-il, mal-à-l’aise, je suis désolé pour tout à l'heure. C'est juste, qu’en venant dans ce monde, je m'étais dit de ne pas trop m'attacher aux gens. Parce que quand se sera fini, je ne vous reverrai plus et je ne reviendrai plus ici. Mais tu avais raison, on est devenus amis, même si c'est par la force des choses. Et puis, j'étais un peu secoué parce que j'ai subi dans le trou, près des coraux. J'ai vu plein de choses et on aurait dit que c'était réel. On m'a fait voir des choses qui auraient pu arriver, ou qui pourraient arriver. À vous quatre en particulier, expliqua-t-il.
- Je comprends et je ne t'en veux pas, le rassura-t-elle.
- Si on allait rejoindre les autres ? proposa-t-il, gêné.
- Bonne idée, approuva Aurore en prenant son arc et son carquois.


Pendant ce temps-là, Dina et Evan avaient eux aussi, guidés par Kerof, trouvé un temple. Ils venaient de s'introduire à l'intérieur, admirant la décoration, plutôt tape-à-l'œil, dans le style des Amazones. L'architecture, elle, était de style Ondin, l'extérieur était fait, comme le palais de l'Impératrice, en coquillages et en corail. Voir ce temple au milieu du désert était vraiment insolite, avaient-ils pensé.

Ils s'étaient approchés d'un autel, situé au fond du temple, guettant les alentours, car ils s'attendaient visiblement à un piège. Lorsqu'ils furent devant l'autel, Dina posa Kerof dessus, et deux globes de verres apparurent avec, en face de chacun d'entre eux, une pièce en or. Dina prit la sienne et le globe s'évanouit dans les airs. La Sorcière vit alors ce qu'il renfermait, deux dagues, semblables à celles qu'elle avait choisies des mois auparavant, sur le bateau qui les avait conduis au port de la Wicca. Seulement, ces dagues-là avaient une poignée en or et des pierres précieuses y étaient incrustées. Un rubis, plus gros que les autres pierres était posé au centre de chaque poignée. Leurs lames aussi, n'étaient pas communes. Elles n’étaient pas droites, mais formaient des sortes de zigzag, faisant ainsi plus de dégâts sur leurs victimes.

Evan s'empara à son tour de sa pièce, son arme à lui était des plus étranges. Elle possédait un manche assez court et, sortait d'une de ses extrémités, une lame semblable à celle d’une hache, mais arrondie d’un côté, alors que des dents de métal sortaient de l’autre. À l’autre extrémité du manche se trouvait une longue tige en métal. C’était une arme double, meurtrière.

- Je n'avais jamais vu une arme pareille ! s'exclama Evan.
- Je suis d'accord, fit Dina, impressionnée.
- Bon, dépêchons-nous, allons rejoindre Justin, fit Evan en prenant son arme.

Justin se tenait lui-aussi devant un autel. Sony et Louka l'avaient guidé tant bien que mal, étant donné que Justin ne pouvait les comprendre aussi bien qu'Aurore. Comme ses amis, Justin avait touché l'autel et trois globes de verre était apparus. Justin reconnut sa pièce parmi les trois placées devant chaque globe et dès qu'il l'eut prise dans sa main, le dôme du centre disparut. Il vit une magnifique épée, merveilleusement ouvragée apparaître. Des inscriptions étaient gravées dans la lame, remarqua-t-il. Il se demanda quel genre d'arme ses amis avaient reçue.

Lorsqu'il se saisit de l'épée, il s'aperçut qu'elle était extrêmement légère. Un étrange fourmillement lui parcourut le bras et il sentit la puissance qui émanait d'elle. Il sentait à présent qu'elle était magique, bien qu'il ignorait encore tout de ses pouvoirs.

Pendant qu'il attendait les autres, il entreprit de faire mieux connaissance avec elle. Il fit quelques passes, fit siffler l'épée dans les airs, sous les regards des chiens, intrigués.

Zach et Aurore arrivèrent les premiers auprès de Justin, bientôt suivis d’Evan et Dina.

- Vous avez senti la puissance qui vient de votre arme ? demanda Justin, enthousiaste.
- Oui, répondit Evan, c'était intense. Dis-moi Zach, je pensais que mon arme était vraiment étrange, mais la tienne, elle l'est encore plus, fit-t-il, moqueur.

Zach tenait à la main sa flûte, qui, l'instant d'après, changea de taille et se transforma en javelot.

- Je ne sais pas qui a créé ses armes, mais il avait une sacré imagination, fit Justin.
- Bon, Justin, il faut qu'on prenne les deux autres armes, lui rappela Dina.
- C'est vrai, tu as raison, lui dit-il.

Ils prirent chacun une pièce, celles qui auraient dû appartenir aux ancêtres de Pétronille et Elfy. Les deux derniers globes disparurent, laissant apparaître un médaillon en or, en forme de losange, sertit de cinq émeraudes et, une bague en or gris, avec en son centre un saphir. Comme il s'agissait de deux bijoux, les garçons les laissèrent aux filles volontiers. Dina mit la bague à son majeur et Aurore accrocha le médaillon à son cou.

En les mettant, elles savaient qu'il s'agissait de plus que de simples bijoux. Ils sortirent tous du temple, qui, comme les deux autres, disparut de la même façon que les globes de verres. Il fut éparpillé dans les airs, comme s'il avait éclaté, finissant en poussière.

Après avoir admiré ce spectacle, ils s'aperçurent qu'ils n'étaient plus seuls. Un comité d'accueil les attendait. Il était composé d'Astrya ainsi que de Fador, qui avait repris une taille humaine maintenant qu'il était en dehors du Champ des Elfes. Bien évidemment, ils n'étaient pas venus seuls. Ils étaient encadrés par une dizaine de Trolls et deux Chimères, créatures semblables à des lions faméliques et pourvues d'ailes.

- Je suis bien contente de te revoir Aurore, fit Astrya de sa voix douce. Tu m'as manqué tu sais, tes pouvoirs également d'ailleurs. Mais, de toute façon, ils seront bientôt à moi, ce n'est plus qu'une question de temps, à présent.
- Aurore et moi, on s'occupe d'eux, fit Zach, tenant son javelot d’une main sûre. Allez aider les troupes, dit-il aux autres.
- Tu es sûr ? lui demanda Evan.
- Oui, fit Aurore. Partez !
- Vous n'irez nulle part, fit Fador, ses yeux les foudroyant du regard.

Tout se passa très vite. Dina, qui avait Kerof sur son épaule, le mit dans sa poche, puis elle prit la main de Justin et s'envola, l'entraînant avec elle vers leur aigle qui se trouvait plus loin. Au même moment, Evan fit un saut impressionnant se perdant dans les airs, Malouan dans sa main. Lorsqu'il revint à terre, Dina et Justin venaient de se poser juste à côté des aigles. Ils montèrent immédiatement sur eux et ces derniers décollèrent, cherchant de leur regard perçant les troupes alliées. Ils repérèrent une bataille qui faisait rage à la frontière du désert et de Forestia. Ils atterrirent rapidement près de la bataille et s'y jetèrent à corps perdus.

Ils avaient laissé à terre Kerof et Malouan, les chargeant en premier lieu de trouver des membres du Conseil pour les avertir de la réussite de leur mission et pour les prévenir de leur présence à tous les trois ici.

En se battant, Dina, Justin et Evan apprirent à se servir de leurs nouvelles armes. Ils s'aperçurent que tout leur venait naturellement, comme avec leurs pouvoirs. Il leur suffisait de s'en servir, pour connaître leurs secrets. C'est comme si c'était eux-mêmes qui les avaient conçu.

Ainsi, Dina vit que ses dagues, lorsqu'elle appuyait sur la pierre centrale, faisaient apparaître des pointes le long de chaque lame, à peine plus épaisses que des aiguilles, rendant chaque coup qu’elle portait, encore plus mortel. Elle savait également, que toutes ses pointes, lorsque Dina le désirait, pouvaient libérer un poison mortel et instantané. Sa bague aussi, réservait une surprise. Quand Dina se sentait en danger, de fines mailles apparurent de celle-ci, formant un gant d'argent à chaque main, avec de fines aiguilles dessus, si Dina le lui ordonnait.

Justin, lui, comprit en combattant, qu'une partie de son épée pouvait se détacher. Effectivement, les deux losanges en métal, qui ornaient son manche, pouvaient se décrocher. Justin pouvait, selon sa volonté, les détacher de l'épée et les envoyer sur n'importe quelle cible tranchant tout sur leur passage et, tels deux boomerangs, ils revenaient toujours vers Justin. Mais lorsque ses deux losanges étaient de nouveau sur l'épée, le Druide pouvait séparer l'épée en deux parties, créant ainsi deux fines lames au lieu d’une seule épée.

L'arme d'Evan, elle, ne réservait pas autant de surprises que celles de ses amis. Il suffisait de la voir pour la craindre, avec sa longue lame, ses pointes acérées, son côté semblable à une hache arrondie, ses multiples usages étaient visibles. Evan s'en servait avec adresse et tua nombre d'ennemis.

À eux trois, ils firent énormément de dégâts dans le camp adverse, qui, jusque là, avait le dessus sur l'armée des Fées et des Forestiens, qui furent soulagés de voir le nouveau tournant que prenait la bataille. Voir les Guildéens se battre avec autant d’ardeur leur remontèrent le moral et ils attaquèrent l’ennemi avec plus de force.

De leur côté, Aurore, Zach et les chiens qui étaient restés avec eux, ne tardèrent pas à se débarrasser de leurs ennemis. Avant même qu'Astrya n’ait pu réagir à la sortie aérienne qu'avaient pratiqué ses compagnons, Aurore décocha une flèche sur l’un des Trolls et planta
la pointe de son arc dans l'abdomen d'Astrya. Les Trolls voulurent se jeter sur la Nymphe, mais Sony et Louka leur sautèrent à la gorge.

Zach engagea le duel avec Fador, qui fut vite en mauvaise posture. Astrya voulut répliquer, la fureur déformant ses traits, mais Aurore ne lui en laissa pas le temps. Elle retira la pointe de son arc de son ventre, pour pouvoir la plonger en pleine tête. Aurore n'eut pas à forcer, la pointe pénétra dans son crâne, avec une facilité effrayante. Aurore retira son arc de la tête d'Astrya et réalisa qu'elle venait d'ôter la vie à une de ses semblables. Cette pensée la frappa en plein cœur et une vague de nausée l'emplit comme un nuage toxique. Elle avait déjà dû tuer depuis qu'elle était à Faeria, mais jamais une Nymphe comme elle. Mais elle dut vite faire abstraction de son malaise, car des Trolls se précipitaient sur elle.

Elle décocha plusieurs flèches à une vitesse impressionnante, qui en tuèrent quatre sur le coup. Elle savait depuis qu'elle avait posé ses mains sur cet arc, que les flèches ne rataient jamais leur cible. Non loin d'elle, Zach combattait toujours contre Fador, lequel, voyant qu'il n'aurait jamais le dessus, essaya de prendre la fuite. Mais l'arme de Zach, transformée en javelot, alla se ficher en plein dans son cœur. Son esprit ordonna alors au javelot de revenir vers lui, puis Zach le relança, mais cette fois-ci sur l'une des Chimères. Aurore tua la seconde. Elle dut tirer trois flèches pour que celle-ci meure. Les quatre Trolls qui restaient avaient pris la fuite, voyant leurs compagnons tomber un à un.

Aurore et Zach allèrent vers le dernier aigle qui les attendait, ils montèrent dessus, tandis que chacune de ses deux pattes agrippait un des chiens. L'aigle prit son envol, mais ne se dirigea pas vers la bataille de Forestia, Dina avait réussi à parler à Aurore, en communiquant par la pensée et lui avait dit, où Justin, Evan, et elle se trouvaient. Aurore lui avait répondu qu'ils allaient aider du côté de Sorcélia, là où une autre bataille se déroulait.

Là-bas s'affrontaient d'autres Trolls avec d'autres Chimères, contre les Amazones, les Druides et le peu de Magiciens qui restaient sur les Terres Enchantées.
End Notes:
J'ai eu beaucoup de mal avec le passage qui décrit leurs armes, j'espère qu'il est assez clair et que vous arrivez à imaginer à quoi elles ressemblent.
N'hésitez pas à me donner votre avis.
Chapitre 26 : Far' Hor by magno
Author's Notes:
Et voici le dernier chapitre. J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire ce premier tome que j'en ai eu à l'écrire. Bonne lecture !
Chapitre 26 : Far' Hor




Zach et Aurore combattirent à Sorcélia durant quatre jours interminables. Ce fut Lich, le Lichenide, qui, envoyé par la reine Présine, vint les chercher. À présent, l'ennemi était sérieusement en difficulté et les troupes pouvaient se passer d'eux deux. Sony et Louka étaient déjà retournés à Forestia. Zach, Aurore et Lich montèrent donc sur l'aigle et se rendirent eux aussi à Forestia, dans le campement de leurs alliés, où la reine les attendait. Lich leur avait expliqué que Dina, Evan, et Justin avaient déjà stoppé le combat, ils avaient repoussé l'ennemi jusqu'au Pays Celte, là où se déroulait maintenant la bataille principale.

Lorsqu'ils arrivèrent au campement, ils furent accueillis par Kerof et Malouan.

- Nous sommes soulagés de vous revoir tous les deux, fit Kerof.
- Suivez-nous, la reine Présine et les princesses Mélusine et Pélior vous attendent sous la tente royale.
- Ah, vous voilà, fit Dina, soulagée, lorsqu'ils arrivèrent sous la tente.
- Asseyez-vous, fit la reine, après qu'ils se furent inclinés devant elle et ses filles.

La tente royale ne comportait qu'un mobilier limité. Au centre, se trouvait un trône où siégeait la reine, entouré par deux fauteuils pour les princesses. En face, huit sièges étaient disposés. Zach, Aurore, et Lich s'assirent sur les trois derniers, les autres étant occupés par leurs trois amis, ainsi que Léna, la représentante des Nymphes au Conseil des Anciens, qu'Aurore reconnut immédiatement, avec ses longs cheveux bruns et son teint délicat. À ses côtés, était assis un Centaure qu'ils ne connaissaient pas.

- Je suis contente de vous revoir, fit la reine en leur souriant. Vous connaissez déjà mes filles, fit-elle en les désignant, de part et d'autre du trône. Vous avez déjà vu Léna, qui siège au Conseil des Anciens pour représenter les Nymphes. Mais laissez-moi vous présenter un ami Centaure, Symon.

Aurore et Zach lui firent un signe de tête.

- Je vous ai fait venir, continua la reine des Fées, car il fallait que je vous explique certaines choses. Tout d'abord, nous tenons à vous féliciter pour la réussite de la mission que l'on vous avait confiée. Vous faites honneur à la Guilde. Vous avez fait beaucoup de dégâts depuis que vous êtes arrivés dans la bataille. Grâce à vous, l'ennemi recule. Et depuis que vous, Zach, avez tué le traitre Fador, les Elfes se sont à nouveau rangés de notre côté. C'est Ilie qui a pris le pouvoir chez eux désormais. Et je pense sincèrement qu'elle fera une excellente reine.
Mais si vous êtes là, c'est parce que d'inquiétantes nouvelles nous sont parvenues, fit la reine, l'air grave. Quand nous avons vu le nombre de traitres qui était parmi nous, nous avons envoyé les derniers membres de la Guilde, à part vous bien sûr, chez l'ennemi. Il s'agit des Guildéens qui ont libéré le Nain que vous avez croisé dans les tunnels de la cité souterraine à Sorcélia. Ils ont réussi à s’infiltrer chez l’ennemi. Ils ont gagné la confiance de certaines personnes. Malheureusement, ils se sont fait prendre. L'un d'eux a réussi à s'enfuir, et il est venu me trouver. C'était il y a quelques jours. Il est mort, malheureusement, mais il a pu nous révéler certaines choses. Nous sommes désormais capables de donner un nom à celui qui est derrière cette invasion. Celui qui contrôle les Trolls et les Chimères. Il se fait appeler Far' Hor, mais nous savons que son vrai nom est Binder. C'est un Magicien, un ancien Guildéen. Il a quitté la Guilde il y a plus de vingt ans. En réalité, nous l'avons renvoyé. Sa soif de pouvoir nous inquiétait énormément. Il pouvait se montrer vil et cruel, surtout envers les petits peuples. Nous le pensions mort, mais de toute évidence, nous nous sommes trompés, fit-elle, l'air désemparé. Ce qu'on nous a révélé est vraiment très inquiétant. Il aurait des pouvoirs qu'il ne devrait pas avoir. Il aurait réussi à fabriquer une dague capable d'absorber les pouvoirs des gens. Il en partagerait certains avec quelques unes des créatures qu'il a sous son contrôle.

- Ce qui expliquerait pourquoi les Chimères qui montaient la garde devant la ville souterraine étaient invisibles, fit Zach.
- Exactement, fit la princesse Pélior. Pour l'instant nous avons l'avantage, mais il se pourrait que cela ne dure pas, continua-t-elle. D'autres troupes sont en route. Elles viendraient de partout dans Faeria.
- Oui, mais n'oublions pas que nous attendons nous aussi des renforts, intervint Mélusine. Les esclaves que vous avez libérés sur le navire qui vous a conduits au dessus du palais de l'Impératrice nous ont rendu un grand service. Ils ont réussi à se rendre à Magitopia, le continent le plus proche. Là-bas, ils ont fait passer le message dans tout Faeria. Et nous avons confirmation que des troupes viennent nous prêter main forte.
- Apparemment, les créatures des eaux qui nous empêchaient de sortir des Terres Enchantées ont quitté leur poste. Elles ont été chargées d'attaquer les Ondins. Nous ne savons pas comment ça se passe de leur côté, fit la reine, et nous ne savons pas combien de renforts
nous recevrons. Le meilleur moyen d'en finir avec cette guerre, ce serait de tuer Far'Hor et de détruire sa dague par la même occasion.
- Est-ce que vous savez où il se trouve ? demanda Dina.
- Oui, répondit la reine. Il se cache sous terre. L'entrée se trouve dans le désert d'après nos informations, près du deuxième temple où se trouvaient vos armes. Nous y avions envoyé Sony et Louka en éclaireurs, fit-elle mal-à-l'aise, mais ils ne sont pas revenus. Ils auraient dû rentrer il y a deux jours.
- Pardonnez-moi, Altesse, fit Aurore, mais vous les avez envoyés seuls là-bas ? demanda-t-elle, en essayant de contrôler son indignation.
- Ils n'ont voulu personne pour les accompagner, fit-elle. Je suis désolée, je sais que vous tenez énormément à ces chiens et je le comprends, mais ils n'en font qu'à leur tête, soupira-t-elle.
- Oh, oui, dit Evan, nous savons, dit-il.
- Je suppose que vous voulez que l'on se rende là-bas et qu'on élimine Far' Hor ? demanda Dina.
- Oui, c'est exact, fit la reine.
- Et bien allons-y ! fit Dina en se levant.
- Nous allons vous donner un aigle à chacun, fit la reine.


Peu de temps après, cinq aigles de cinq mètres les attendaient devant le campement. Chacun monta sur leur nouvelle monture, qui aussitôt s'élança dans les airs. Ils avaient appris que l'aigle lisait dans les pensées. C'était très pratique pour le diriger. Ils volèrent vers le temple, dans le désert, et se posèrent non loin. Avant leur départ, Malouan avait donné à Zach un petit sac rempli de poudre. Zach en prit dans sa main, et souffla dessus, visant les cinq aigles. Ils devinrent immédiatement invisibles. Les aigles avaient reçu l'ordre de les attendre là sans bouger.

Cela fait, ils se mirent à la recherche de l'entrée du sous-sol où se cachait Far' Hor. On leur avait dit qu'il avait aménagé le sous-sol, devenu son antre, avec beaucoup de galeries creusées où ils risquaient de se perdre.

Soudain, ils aperçurent du mouvement, non loin d'eux. Justin les dissimula en créant un voile qui les rendaient invisibles. Ils virent sortir deux Trolls de nulle part. Ils étaient armés et s’arrêtèrent devant la galerie, afin de monter la garde. L'instant d'après, ils avaient disparu.

- Far' Hor a dû partager ce pouvoir avec eux, chuchota Justin. Il faut les neutraliser.
- Je m'en charge, dit Aurore en bandant son arc.

La Nymphe décocha deux flèches qui sifflèrent dans les airs, puis, ils entendirent les Trolls chuter lourdement sur le sol. Ils savaient qu'ils étaient morts, car ils étaient redevenus visibles. Justin fit disparaître le voile et ils s'approchèrent des deux monstres. Zach utilisa la poudre pour cacher les corps à la vue de tous.

Ils avancèrent ensuite dans la galerie et pénétrèrent à l'intérieur de l'antre de Far' Hor. Comme le voile d'invisibilité de Justin ne pouvait les suivre, Dina les rendit invisibles, au cas où ils croiseraient d'autres Trolls, ils ne voulaient pas que l'alerte soit donnée trop tôt. Ils longèrent plusieurs galeries, s'enfonçant toujours plus sous la terre. Heureusement, les galeries étaient larges, car ils croisèrent nombre de Trolls.

Au bout d'un moment, ils entendirent des voix provenant du fond de la galerie où ils se trouvaient. Lorsqu'ils arrivèrent tout au bout, ils virent que le tunnel menait à une salle. Ils s'approchèrent lentement, faisant attention à ne pas faire de bruit. À l'intérieur, deux Trolls montaient la garde devant l'entrée. Au fond de la salle, sur un trône de pierre, siégeait un homme d'une vingtaine d'années, terriblement beau. Il était très grand, brun aux yeux verts, et il dégageait un tel charme, qu'Aurore et Dina se sentirent troublées. Tous pensèrent à la même chose, ce ne pouvait être Far' Hor, la reine leur avait dit qu'il avait quitté la Guilde il y avait plus de vingt ans.

- Quand les renforts arriveront ? demanda l’homme au Troll.
- Je ne sais pas seigneur, répondit le monstre de sa voix rauque.

L’homme gifla le Troll de toutes ses forces. Du sang gicla, le Troll s’effondra sur le sol, mort. L'os de sa joue était à nu et du sang s'écoulait en abondance sur le sol. L'homme semblait contrarié et il congédia les autres Trolls. Lorsque ces derniers sortirent de la salle, Dina, Evan, Aurore, Justin et Zach se plaquèrent contre le mur pour ne pas les frôler. Les Guildéens décidèrent ensuite de pénétrer discrètement dans la salle et se postèrent dans un coin.

- Vous pensiez vraiment pouvoir me tuer si aisément ? demanda le jeune homme en regardant dans leur direction. Je dois reconnaître que vous êtes très doués, plus que je ne le pensais. Je vous ai sous-estimés au début, mais je ne ferai plus cette erreur, dit-il, en s'approchant d'eux.

Evan n'hésita pas, il fit sortir de ses mains de l'électricité, en visant l'inconnu dont il était de plus en plus persuadé qu'il s'agissait de Far' Hor. Mais celui-ci l'évita facilement comme s’il avait su ce qu’Evan comptait faire.

- Il est inutile de résister Evan, bientôt, je possèderai les pouvoirs de tes amis, et toi, si tu es intelligent, tu me rejoindras. Sinon tu subiras le même sort qu'eux. Prenez leurs armes, fit-il aux Trolls qui gardaient l'entrée de la salle et emmenez-les dans les cachots, le temps que je choisisse lequel mourra le premier.

Les Trolls étaient bien plus forts qu'eux, ce qui était anormal et Far' Hor utilisa ses pouvoirs pour étrangler Aurore à distance, afin de les convaincre de céder leurs armes. Dina capitula en les rendant à nouveau visibles. Un des sbires de Far’ Hor voulut s’emparer de
l’épée de Justin, mais il dut la lâcher, car il fut gravement brûlé à la main par la poignée. Le résultat fut le même quand les autres Trolls voulurent prendre les autres armes de la Guilde. Ils durent donc se résigner à les laisser à terre.

Les Trolls les conduisirent encore plus bas sous terre, là où se trouvaient les cachots. Justin enregistra mentalement le chemin qui menait de la salle du trône aux cellules, comme un peu auparavant il avait enregistré l'itinéraire qui conduisait de l'entrée à la salle du trône.

Les Guildéens ne furent pas mis ensemble dans la même cellule. Ils furent tous séparés,un par cellule, bien qu'il y eut déjà des prisonniers dans chacune d'entre elles. Puis, les Trolls repartirent après les avoir enfermés et attachaient avec des liens magiques qui bloquaient leurs pouvoirs.

- On ne peut pas dire que ce soit une réussite, fit Evan, assis contre la grille.
- Il nous faut un plan, fit Zach un peu plus loin.
- Il veut que je m'associe à lui, je n'ai qu'à faire semblant de vous trahir et quand il ne s'y attendra pas, je le tuerai, reprit Evan.
- Hors de question ! lâcha Dina. Tu as vu comme il est puissant. Il est plus fort que nous tous réuni.
- Vous avez remarqué qu'il portait une dague à sa ceinture ? fit Justin.
- Il ne s'en sépare jamais, fit une voix d'homme dans la cellule de Justin.
- Qui êtes-vous ? lui demanda le Druide, qui ne l’avait pas vu.
- Mon nom est Essior, je suis un Magicien, membre de la Guilde Enchantée. Et vous ? Seriez-vous « les envoyés » ? demanda-t-il.
- Oui, fit Justin, mais comment ...
- L'un de mes amis était Druide, il m'a prédit votre venue ici, c'était avant qu'il ne meure, bien sûr, fit-il triste.

Essior avait des cheveux blancs et une barbe de la même couleur. Il paraissait terriblement vieux.

- Si vous voulez tuer Far' Hor, reprit-il, il vous faut d'abord lui prendre sa dague. C'est la source de ses pouvoirs. Et je vous conseille de la détruire, sinon, vous risquez de devenir comme lui.

Essior ne put continuer ses explications, car un Troll s'approchait d'eux. Il s'arrêta devant la cellule d'Evan et l'ouvrit.

- Le maître veut te voir, fit-il de sa voix rocailleuse.

Evan se leva et suivit le Troll sous les yeux inquiets de Dina. Il fut à nouveau conduis dans la salle du trône.



- Avance Evan, fit Far' Hor, en le voyant approcher. Tu ne crains rien, pour l'instant en tous cas.

Evan s'approcha de lui et celui-ci fit disparaître ses liens.

- Vois-tu, d'ici peu de temps, je règnerai sur Faeria. Je t'offre une chance de te joindre à moi. Tu ne peux rien contre moi et tes amis non plus. Bientôt, je serai invincible. J'ai déjà plus de pouvoirs que n'importe qui, mais ce soir, je ne craindrai plus rien ni personne, fit-il, une lueur cruelle dans les yeux.
- Pourquoi ce soir ? demanda Evan.
- Mais parce que tes amis et toi êtes venus, répondit-il. Parce que quand j'aurai aspiré vos pouvoirs à tous les cinq, sauf les tiens si tu viens de mon côté, alors j'aurai atteint mon but, être invincible. Savais-tu que ton ancêtre Thélonius et les ancêtres Faeriens de tes amis étaient très particuliers ? Au début, Faeria n'était peuplé que par des êtres possédant des pouvoirs magiques, comme notre peuple à toi et moi. Seulement, à force de s’unir à d’autres peuples, des êtres possédant d'immenses pouvoirs ont vu le jour.
L'esprit humain n'était pas conçu pour supporter autant de magie. Beaucoup ne l'ont pas supporté d'ailleurs, soit ils sont morts, soit ils ont été corrompus par la magie. Ils ont changé, autant mentalement, que physiquement, pour créer d'autres êtres : les Démons. Une sombre période débuta alors, que l’on nomma : Le Chaos.
Les Dieux ont alors décidé de créer des êtres humains mortels, dépourvus de pouvoirs magiques et ils instaurèrent une nouvelle loi appelé : l’Interdiction. Pendant trois mille ans, il aura été défendu aux mortels de s’unir aux autres peuples, afin de parvenir à rétablir
l’équilibre magique qui avait été brisé. Les Dieux bannirent les Démons et les envoyèrent sur
un continent de Faeria d’où ils ne pourraient jamais sortir. Les autres peuples, comme les Magiciens, ou les Sorciers, subirent également l’Interdiction. Peu de temps après, les Dieux créèrent le Conseil des Anciens, ainsi que la Guilde Enchantée, afin d’instaurer l’ordre à Faeria.
Vos ancêtres étaient les premiers Guildéens. Ils étaient les plus puissants, car ils avaient reçu des pouvoirs que les autres n'avaient pas et ils reçurent une instruction des Dieux eux-mêmes, d'après la légende. C'est pour ça, que je veux vos pouvoirs, parce que, tout comme vos ancêtres, vous possédez des pouvoirs que le reste de vos peuples respectifs n'a pas. Alors, tu es avec moi, ou contre moi ? lui demanda-t-il après un moment de silence.
- Je ne serai jamais un traître, lui jeta-t-il à la figure.
- Tant pis pour toi, tu regretteras ta stupidité. Deux Magiciens auraient pu régner, mais cela ne fait rien. Tu mourras comme tes amis, mais en dernier, je veux que tu les regardes mourir. Par qui, vais-je commencer ? se demanda-t-il en sondant l'esprit d'Evan. Amenez-moi la Sorcière ! ordonna-t-il aux Trolls.

Evan voulut se jeter sur lui, mais Far’ Hor l'envoya contre le mur d'en face. Le choc lui coupa le souffle. Il était encore sonné quand les Trolls amenèrent Dina.

- Je t'ai choisie pour mourir la première, Sorcière. Ton ami a eu la bêtise de refuser de devenir mon associé, alors pour le punir, je vais tuer celle qu'il aime, fit-il d'une voix doucereuse.

- Pourquoi ne pas me faire la même proposition ? demanda Dina. Je pourrai vous apporter plus de choses qu'Evan. Ne serait-ce pas séduisant d'avoir une femme à vos côtés pour vous aider, ou faire ce que vous voulez, continua-t-elle, d'une voix suave.

Evan voulait intervenir, il savait pourquoi elle faisait ça, elle se rapprochait de lui pour prendre sa dague. Mais elle prenait un énorme risque et Evan voulut protester, mais il ne pouvait pas. Far' Hor avait retiré ses liens à Dina et celle-ci le plaquait contre le mur, l'empêchant de parler également.

- Je reconnais que ta proposition est intéressante, mais ne seras-tu pas triste de voir tes amis mourir ?
- Ce ne sont pas mes amis et je commence à me lasser d'eux, fit-elle suffisamment proche de lui pour prendre la dague.

Ils furent interrompus par un vacarme retentissant qui provenait des cachots. Dina en profita pour prendre la dague à la ceinture de son ennemi. Elle le fit si discrètement, qu'il ne s'en aperçut pas de suite. Il donna des ordres aux Trolls pour qu'ils aillent voir ce qui se passait. Dina recula un peu et soudain, Far' Hor se figea. Il mit la main à sa ceinture, et foudroya Dina du regard.

Celle-ci jeta la dague à Evan qu'elle avait libéré de son sortilège. Evan l’attrapa,
mais Far' Hor s'était jeté sur Dina, menaçant de la tuer s'il ne lui rendait pas la dague. Mais la Sorcière ne l'entendait pas ainsi, elle se libéra de son étreinte et le projeta dans les airs. Evan alla chercher son arme qui se trouvait toujours dans le coin, il la leva et frappa la dague qui était à terre. La lame se brisa net, libérant les pouvoirs qu'elle contenait. En même temps, Zach, Justin, et Aurore arrivèrent en courant. Ils avaient réussi à abuser les Trolls, et à s'en débarrasser.

Leurs liens disparurent quand Evan brisa la lame. Far' Hor se releva, s'apprêtant à projeter de l'électricité sur Evan, mais Zach fut plus rapide et lança son javelot qu'il venait de retrouver. L’arme transperça la tête du Magicien et alla sa ficher dans le mur.



Far' Hor mort, les Trolls prirent la fuite. Zach, Justin, et Aurore allèrent libérer les prisonniers, pendant que Dina et Evan allèrent chercher du secours auprès de leurs alliés, pour qu’ils viennent en aide aux prisonniers gravement blessés, ou malades.

La guerre avait pris fin. Les renforts des deux camps n'étaient pas arrivés, ils s'étaient affrontés non loin, en pleine mer. Dès que la rumeur de la mort de leur chef leur parvint, les troupes ennemies qui se battaient en mer battirent en retraite.

À leur arrivée au campement, Kerof leur apprit la mort de Malouan. Il avait succombé au combat. Le dernier des Borownas n'était plus. Tous étaient sous le choc et
éprouvèrent beaucoup de peine à l’entente de cette triste nouvelle.

Il y avait eu beaucoup de morts. Dans l'antre de Far'Hor ils avaient découvert de nombreux cadavres de Nains, de Tulmarians, de Nymphes et autres. Far' Hor les avait éliminés après avoir absorbé leurs pouvoirs. Seule bonne nouvelle, ils avaient retrouvé vivants, la plupart des Nains qui avaient disparus après avoir combattu aux côtés des Fées à Féerie City.

En effet Far' Hor s'en était servi pour creuser toutes les galeries de son antre. Ils avaient également retrouvé Sony et Louka vivants mais attachés et muselés. Visiblement, ils avaient donné du fil à retordre aux Trolls.

Après l'enterrement de Malouan dans le désert, près des ruines où ils l'avaient rencontré, Dina, Aurore, Evan, Justin, et Zach dormirent pendant trois jours sans s'arrêter. À leur réveil, la reine Présine leur apprit que bientôt, ils risquaient d'être rappelés à Faeria pour une autre mission. C'était les derniers membres actifs de la Guilde avec Essior, et même si Far'Hor était mort, le mal n'avait pas pour autant été éradiqué. Et puis, quelque chose intriguait la reine, elle se demandait qui avait fabriqué la dague que possédait Far' Hor. Et qui l'avait aidé à réunir les Trolls et les Chimères ? Qui les avaient convaincus de combattre pour Far' Hor ? Elle doutait que se soit Far' Hor lui-même, il n'était pas assez intelligent pour ça. Et puis, ce qui l'inquiétait aussi, c'était qu'ils n'avaient pas revu le traître Pelham. Celui-ci n'était pas apparu pendant la bataille, ce qui était plutôt troublant.

Avant que les Fées ne les ramènent dans leur monde, tous les cinq avaient échangé leurs numéros de téléphone, même si, en dehors de Faeria, ils auraient davantage de difficultés à se comprendre.

Les trois autres avaient déjà franchi le portail des Fées, mais Evan avait dit à Dina qu'il voulait lui parler. Il l'amena à l'écart et avant que Dina ait eu le temps de dire quoi que ce soit, il l'embrassa. Quand ils cessèrent de s’étreindre, ils se regardèrent un long moment en silence. Puis, Dina tourna les talons et partit sans rien dire. Mais ce n'était pas grave, Evan savait qu'il la reverrait. Et même plus tôt qu'il le pensait.
End Notes:
Alors qu'en avez-vous pensé ?
Le tome 2 est terminé également, et je devrais commencer à le mettre dans les prochaines semaines.
Une petite review pour la fin s'il vous plait ? :)
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=81