La ronde by via_ferata
Summary: On y danse, on y danse
Categories: Inclassable Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 376 Read: 4371 Published: 11/07/2011 Updated: 11/07/2011

1. La ronde by via_ferata

La ronde by via_ferata
Author's Notes:
Dans le livre que je lis, il y a un chapitre sur l’oralité dans la littérature de jeunesse, dont le début est consacré aux comptines. Il n’en a pas fallu plus pour que j’ouvre Word. J’étais partie sur Am stram gram, mais j’ai un peu modifié mon idée, et j’ai décidé d’en faire une série. Donc vous savez déjà que vous devriez bientôt voir venir Am stram gram.
Ah, oui, et sinon, comme l’autre jour, Verowyn (ma bêta que je remercie ^^) m’a suggéré l’idée géniale d’un texte sans verbe, j’ai allié la contrainte à mon idée, du coup la lecture risque d’être un peu surprenante…
La ronde, les enfants.
Les chants, la danse. La course du dernier en retard, le souffle court, une bosse au crâne. Un regard désolé plein d’attente, hors du cercle. L’envie.
Une demande et le non de l’aînée : les larmes du petit, la consolation. Plus tard, bientôt. Les cris puis les rires. Et la ronde, à nouveau.

Dong - le repas.

Plus d’enfants, plus de ronde, juste une corde sur le pavé. Le silence. Le bruit des pas d’une petite fille pour la corde de retour. Le silence. Les oiseaux. Les rats. Les enfants. La ronde, encore, sans raison ; puis une autre, et une nouvelle.
Au loin, les yeux d’une mère, au près l’attention d’un arbitre. Chute, chut, stop ! Quelques larmes pour la forme, quelques rires pour l’audace, et debout pour la ronde. La comptine sans cœur, les yeux au ciel. Ennui. La ronde sans joie, la marelle enfin.

Saut, caillou, saut, saut, double saut et demi-tour. Retour. Chacun son tour sur la tour de craie. Dispute, évidemment. Cris, coups, plaintes. Le rire des grands frères depuis la fenêtre, la honte, la rage.
Dédain.
Jeu. « Mais quoi ? »

De derrière un lampadaire, l’attaque des pirates. Hurlements des princesses, grognements des mousses. Le rire grinçant du capitaine par-dessus tout. Frissons. Quel abus ! Les épées à nu : bâtons contre ballons, la rage de la guerre, les combats sans règles, et les fautes pourtant.
Inquiétude des parents, colère, gifles, calme. Quelques sanglots discrets sous un air contrit. Fierté. Et la ronde, encore.

Du doigt d’une fille la décision. Fatalité, mort et renaissance. Le battement des mains, le rythme, le chant irrégulier.
Les premiers départs, la mine boudeuse des petits. Le claquement des volets à gauche, à droite.

Les grands, la ronde. Plus proche, une parade presque. Des doigts sur sa main, le rouge aux joues, un regard. Ricanement d’un ami, gloussement d’une voisine. L’air de rien, sans engagement.
La ronde, un baiser.
La ronde.

Dong - le soir. Adieu, au revoir, mort aux vaches, à l’école, aux devoirs, et à demain !
End Notes:
Oh, j'allais oublier de faire la pub du Héron d'or !

Il s'agit d'un concours de critiques auquel tout le monde peut participer, n'hésitez pas à vous y inscrire !

Ni à me donner votre avis sur ce texte, d'ailleurs ^^
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=288