La Loi du Bac à Légumes by Juliette54
Summary:

Père Courgette : Frère Oignon dîna ce jour-là au château. Et ce fut fort étonnant qu’il fût à l’heure. Plus étonnant encore : il pensa à ramener le sel nécessaire à la tablée du soir, chose qui n’était encore jamais arrivée. On se réjouit donc de son esprit qui devenait mature et on supposa qu’un germe avait commencé sa croissance au milieu de ses dix-sept enveloppes*. Mais nous voulûmes en avoir le cœur net. C’est pourquoi, Cousin Artichaut…


Participation à L'atelier éclair 10 : Le jeu du hasard


Categories: Humour, Ateliers Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Théâtre
Challenges:
Series: Atelier éclair 10 - Jeu du hasard
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 587 Read: 53 Published: 28/06/2022 Updated: 28/06/2022

1. Acte unique by Juliette54

Acte unique by Juliette54
Author's Notes:

Ce petit texte existe grâce aux Ateliers, merci à eux hihi. La première phrase vient du Decameron de Boccace (pour en savoir la raison, vous pouvez jeter un coup d'oeil au topic de l'atelier sur le forum HPF). Je devais aussi écrire sur un autre genre que celui du Decameron, j'ai choisi le théâtre. Et je devais mettre les couleurs de l'arc-en-ciel (en gars dans le texte). Bonne lecture :)

 

Acte unique

Scène unique

Père Courgette : Frère Oignon dîna ce jour-là au château. Et ce fut fort étonnant qu’il fût à l’heure. Plus étonnant encore : il pensa à ramener le sel nécessaire à la tablée du soir, chose qui n’était encore jamais arrivée. On se réjouit donc de son esprit qui devenait mature et on supposa qu’un germe avait commencé sa croissance au milieu de ses dix-sept enveloppes*. Mais nous voulûmes en avoir le cœur net. C’est pourquoi, Cousin Artichaut…

Cousin Artichaut (interrompant Père Courgette) : C’est pourquoi je me suis empressé de demander à Frère Oignon si son cœur devenait aussi vert que le mien. L’impertinent osa me répondre que le violet de son manteau ne lui permettait guère ces fantaisies !

Dame Laitue (parlant très vite avec de vastes mouvements de feuilles) : Ce sur quoi nous nous sommes tous exclamés qu’il prenait la grosse fane, excepté évidemment ma sœur, Dame Feuille de Chêne. Elle osa même prétendre que Gamin Radis devait les soutenir ! Le petit de rose, est devenu rouge, mais rouge !...

Cousin Artichaut (élevant la voix) : Il était écarlate, Ventre-saint-Gris ! Le bout de mes feuilles aussi est violet, et je ne m’en vante point tant. Le jour où il sera de cet indigo comme Bibou la Bourache, nous en reparlerons ! (Brouhaha)

Juge Patate (abattant mollement son marteau sur son comptoir en toile de jute) : Un peu de silence dans l’assemblée ! Vert, violet ou bleu, peut me chaut : je préfère le jaune. Vous êtes à trois pas d’une planche à découper, vous jouez votre peau et vos fanes ! Reprenez le récit de la malaventure !

Tante Orange (pleine d’acidité) : Il se passe que cet impertinent de Frère Oignon a passé le reste du temps à nous faire pleurer. Père Courgette devenait sec comme notre Voisin Pruneau, Cousin Artichaut perdait ses feuilles, Dame Laitue commençait à pourrir, et moi-même je perdais tout mon jus ! Et que suis-je sans mon jus ?

Voisin Pruneau (depuis le placard d’en face) : Une orange séchée, comme moi ! Moi je dis, la prune, la prune, la prune !

Père Courgette : On a déjà assez de pépins, gredin, n’en rajoute pas !

Cousine Grenade (s’insurgeant) : Gredane ? Qui a encore osé m’appeler Gredane ?

Cousin Artichaut (hurlant) : Gredin ! Père Courgette a dit Gredin ! Mais tu as un grain, ma parole !

Cousine Grenade (s’offusquant) : Non, j’en ai trente-six, malotru !

Cousin Artichaut : Mais hier, tu en avais trente-sept !

Juge Patate : Assez ! Assez ! Si vous continuez, vous passerez tous à la casserole ! (Un temps) Reprenons. Frère Oignon vous faisait pleurer, alors vous n’avez pas respecté la loi du Bac à légumes…

Tante Orange : Il ne l’avait pas respectée avant nous ! Il nous faisait dépérir, il nous – pardonnez-moi l’image épouvantable – pourrissait ! J’ai pris des taches blanches ici, et là (montrant lesdites taches) !

Père Courgette (avec fierté) : Alors nous avons ouvert ses premières enveloppes pour révéler le germe, pour que la Main Humaine s’en empare fissa, et qu’elle l’hache menue afin de le mélanger à Voisine Lardon, Grand-père Parmesan, Tatie Œuf et Régiment Spaghetti.

Juge Patate (atterré) : Vous êtes plus sanguins que Voisin Steak Haché, stupides légumineux.

Voisin Pruneau (depuis l’étagère) : La prune, la prune, la prune !

Cousine Grenade (depuis la corbeille à fruit) : Pan, pan, pan !

Dame Laitue : Il ne reviendra pas nous bassiner avec ses salades !

Cousin Artichaut : Bien dit !

(Brouhaha général)

Juge Patate : Eh bien si c’est comme ça, vous n’aurez même pas le droit ni à la poêle, ni à la casserole. Pour vous, ce sera… le COMPOST !

Père Courgette, Cousin Artichaut, Dame Laitue, Tante Orange : NOOOOON !

FIN

End Notes:

*Petite référence à une citation que j’aime beaucoup de Paul Claudel : « Qu’est-ce que la vérité ? Est-ce qu’elle n’a pas dix-sept enveloppes comme les oignons ? »

J'espère que ce petit texte complètement stupide vous a plu x) 

à bientôt peut-être !

 

Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=2382