Épreuve n°2 – Je le veux by Ocee
Summary:

 

 

 

Montage réalisé à partir d’une image libre de droit by Steve Buissinne from Pixabay

 

 

 

 

 

Ian et Key se retrouvent seuls dans l’appartement de ce dernier après avoir été piégés par Summer. Parviendront-ils à résoudre les quiproquos et les obstacles qui les ont fait s’éloigner l’un de l’autre ?


Categories: Romance, Projets/Activités HPF Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Théâtre
Challenges:
Series: Plume en Folie 3 : La Revanche des Plumes
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 2009 Read: 147 Published: 29/09/2021 Updated: 30/09/2021

1. Chapitre 1 by Ocee

Chapitre 1 by Ocee

 

SCÈNE FINALE

 

INTÉRIEUR – APPARTEMENT DE KEY – SOIRÉE

 

Un silence gênant s’installe après le départ de Summer.

IAN et KEY se fixent, cherchant dans le regard de l’autre qui va entamer la conversation.

Key soupire et fait, encore une fois, le premier pas.

 

KEY

Summer a raison, t’as vraiment une sale tête.

 

Ebranlé par cette rencontre imprévue et peu fier d’être tombé dans ce guet-apens planifié par Summer, Ian est sur la défensive et réplique sans prendre de gants.

 

IAN

Tu peux parler, tu fais peur à voir !

 

Ian voit Key serrer les mâchoires et regrette aussitôt son ton sec. Key n’y peut rien, il a été pris au piège comme lui, mais, comme trop souvent, Ian a du mal à exprimer ses sentiments.

 

IAN

Je…

 

Key laisse passer cinq bonnes secondes, placide, avant de l’encourager de manière neutre.

 

KEY

Tu… ?

 

Ian cherche ses mots, submergé par l’émotion de revoir Key après ces semaines loin de lui. Il aimerait lui dire dix mille choses, ouvre la bouche pour essayer, la referme, soupire, puis finalement laisse échapper un murmure, en baissant le regard.

 

IAN

Je suis désolé.

 

KEY

(toujours placide)

Désolé ? De quoi ?

 

Ian assimile la question en avalant difficilement sa salive puis, résolu, relève la tête pour ancrer son regard dans celui de Key.

 

IAN

De ne pas t’avoir rattrapé, ce soir-là. D’avoir cru que tu serais plus heureux sans moi, que c’était mieux comme ça.

 

Key lâche un ricanement désabusé.

 

KEY

D’y avoir cru, hein ? Sérieusement, tu as cru que je serais heureux ? Tu sais ce que ça m’a fait de croire que ma sœur et toi aviez vraiment des sentiments l’un pour l’autre ? De croire que ce mariage contractuel bidon était finalement devenu réel ? Je me suis senti si bête ! J’ai cru… j’ai cru que j’avais rêvé tout ça. Que tu t’étais juste rapproché de moi comme un grand frère l’aurait fait et que j’étais le seul à être tombé amoureux comme un ado qui se monte la tête dans son coin. J’ai essayé de comprendre comment j’avais pu me planter à ce point. Je me suis refait le film… Franchement, j’avais mis un temps fou à oser croire à tous les signaux, tu soufflais le chaud et le froid sans arrêt, j’étais paumé. Ça me rendait dingue ! Le nombre de fois où je me suis retenu de t’enlacer à la maison quand tu cuisinais, ou de t’embrasser au taekwondo ! C’était une torture ces cours particuliers. Je n’aurais jamais dû accepter ton aide pour ça, surtout pour ce que ça a servi…

 

Ian serre les poings au souvenir de Key étendu en sang sur le bitume.

 

IAN

Ne dis pas ça !

 

KEY

(pointant Ian du doigt)

Voilà, là ! Ce regard… à l’hôpital, quand je me suis réveillé, tu avais le même. Et tu étais seul à mon chevet. Alors j’y ai vraiment cru. Tu semblais… j’ai eu l’impression que tu voulais te confier mais que tu n’y arrivais pas. J’ai cru que tu avais eu peur de me perdre et…

 

IAN

C’était le cas.

 

KEY

Alors pourquoi ? Pourquoi tu m’as repoussé quand je t’ai embrassé ? Pourquoi tu as fait comme s’il ne s’était rien passé après ? Pourquoi tu te montrais super attentionné avec moi quand ma sœur était dans les parages pour ensuite m’éviter ou me fuir dès qu’on se retrouvait seuls ?

 

Ian se passe une main sur le visage, frustré.

 

IAN

Parce que c’est compliqué ! Tu le sais bien.

 

KEY

En quoi ?

 

Ian lâche un ricanement désabusé.

 

IAN

Sérieusement ? Tu n’as toujours pas compris ? Pour toi ça a l’air si facile ! Tu te souviens du jour où tu m’as demandé d’un ton moqueur si je n’étais pas homophobe en plus d’être un tyran ?

 

Key plisse les yeux et incline légèrement la tête, piqué dans sa curiosité, car il se souvient effectivement très bien des réactions de Ian qui lui avaient mis la puce à l’oreille.

 

KEY

Le matin où tu as recraché ton café quand j’ai annoncé à ma sœur que j’avais rompu avec mon ex ?

 

IAN

Oui ! Ce jour-là, on se connaissait à peine et toi… Toi tu déclarais l’air de rien devant un inconnu – le patron de ta sœur qui plus est – que tu étais gay, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, alors que… alors que moi j’ai dû cacher ça dès l’instant où je l’ai compris. Key, j’ai même dû contracter ce faux mariage pour que mes parents arrêtent de me menacer avec leur ultimatum de mariage arrangé ! On ne vit pas dans le même monde. Je n’ai pas le droit d’être gay, je suis le premier héritier de l’empire familial, ma vie ne m’appartient pas. Même le mariage avec Summer ne serait jamais passé si on ne l’avait pas fait en douce.

 

KEY

Alors pourquoi tu t’es rapproché de moi ?

 

IAN

C’est toi qui es venu t’installer chez moi, je te rappelle !

 

KEY

Evidemment, je n’allais pas laisser Summer à la merci de son patron 24h/24 ! C’était plus que louche que tu rembourses les dettes laissées par notre père avec pour seule contrepartie qu’elle joue ta femme. Mais, du coup, il suffisait de nous dire la vérité à ce moment-là, j’aurais forcément compris…

 

IAN

Je me suis marié avec ma secrétaire, la seule femme que j’avais vraiment côtoyé ces dernières années, pour faire croire que j’étais amoureux d’elle depuis tout ce temps et tuer ainsi toute rumeur dans l’œuf, et tu aurais voulu que je confie mon plus grand secret à son frère jumeau qui me méprisait et se méfiait de moi comme de la peste ?

 

KEY

(désinvolte)

Ça aurait facilité bien des choses ! En plus on était voués au silence avec ce contrat de mariage et je sais tenir ma langue.

 

IAN

(mi-agacé, mi-amusé)

Désolé de ne pas avoir la confiance facile et d’avoir du mal à passer aux aveux, Monsieur le Parfait Avocat. Et pour ta gouverne, je ne voulais pas que tu sois mis au courant de notre marché. C’est ta sœur qui a insisté sous prétexte vous étiez trop proches, que tu saurais tout de suite que c’était bidon et que tu ne lâcherais pas l’affaire sans avoir le fin mot de l’histoire…

 

Key semble soudain réaliser quelque chose.

 

KEY

(soucieux)

Summer était au courant ? Que tu étais gay ?

 

IAN

(troublé)

Non, bien sûr que non. C’est… Le soir où tu nous as vus ensemble, je venais juste de le lui annoncer. Je voulais… je voulais qu’elle sache que j’avais des sentiments pour toi. Mais je lui ai aussi dit que je ne pourrai jamais les assumer publiquement et qu’il était donc préférable que je les garde pour moi. Je ne voulais pas te faire perdre du temps ou… pire.

 

KEY

(perplexe)

Pire ?

 

IAN

On ne sait toujours pas qui a lancé ces brutes contre toi.

 

KEY

Quoi ? C’est n’importe quoi ! Ça n’a rien à voir avec toi, je t’ai déjà dit que c’était lié à une de mes affaires.

 

IAN

Hmm…

 

KEY

Sérieusement, Ian ! Tu peux te reprocher bien des choses, mais pas ça ! Et il va falloir travailler notre timing. On se croirait dans un drama, là ! Connaissant Summer, après toutes ces confidences, elle n’a pas pu s’empêcher de te prendre dans ses bras et c’est pile à ce moment-là que je suis tombé sur vous alors que je m’étais enfin décidé à mettre les choses au clair entre nous.

 

IAN

Oui. Sans compter que si elle n’avait pas débarqué à l’hôpital au moment fatidique, j’aurais probablement répondu à ton baiser.

 

KEY

(surpris)

Tu l’avais entendue arriver ?

 

IAN

Non, pas vraiment, j’ai juste de meilleurs réflexes que toi. Mais tu étais à moitié dans les vapes aussi…

 

Ils méditent quelques secondes en silence sur ce premier baiser interrompu brutalement.

 

KEY

Alors… avec tout ça… on en est où ?

 

IAN

(grimaçant)

D’après ta sœur, au 36e dessous…

 

Ils sourient malgré eux puis se lancent un regard mi-plein d’espoir, mi-triste.

 

KEY

C’est toujours compliqué ?

 

IAN

Oui… mais je n’arrive plus à rien sans toi. Si ça continue, mon père va me mettre en retraite forcée, alors…

 

KEY

Alors… ?

 

IAN

Je pourrais aussi bien laisser les rênes de l’entreprise à mon frère…

 

KEY

Tu pourrais ?

 

IAN

Il est d’accord.

 

KEY

(étonné)

Tu lui en as déjà parlé ?

 

IAN

J’envisageais une retraite monacale ou un tour du monde avec ta sœur pour me changer les idées et t’oublier…

 

KEY

(taquin)

Je comprends mieux pourquoi elle a utilisé la manière forte en t’amenant ici. Comment elle t’a eu ?

 

IAN

Tu es une copine de fac qui fait sa baby shower et qui mourrait d’envie de me rencontrer en vrai. Et comme il ne faut pas contrarier une future maman…

 

Key sourit sincèrement, fixe son regard dans celui de Ian et fait un pas vers lui.

 

KEY

Du Summer tout craché…

 

Ian avance également d’un pas en approuvant laconiquement.

 

IAN

Hmm.

 

KEY

(sourire en coin)

Pourquoi vous êtes-vous rapproché de moi, Monsieur MacMillan ?

 

Ian fait un nouveau pas de manière à n’être plus qu’à un pouce de Key et place tendrement une main sur sa joue.

 

IAN

(sourire en coin)

Parce que vous êtes impossible, Maître !

 

Key sourit, ferme les yeux deux secondes pour profiter du contact puis lui répond en murmurant.

 

KEY

Je plaide coupable…

 

Ils s’embrassent enfin, d’abord tout en douceur, en retenue, par peur que le moment ne soit brisé, puis avec une passion croissante, la main fourrageant dans les cheveux de l’autre ou saisissant sa nuque pour accentuer le baiser, jusqu’à en avoir le souffle court.

Souriants, ils posent leur front l’un contre l’autre, le temps de reprendre leur respiration.

 

KEY

(blagueur)

Je savais que ce mariage était de la folie, Summer aurait dû m’écouter ! Il va falloir que je révise quelques lois si jamais elle refuse le divorce… Peut-être celle qui permet d’annuler le mariage s’il n’a pas été consommé ? Rassure-moi, il ne l’a pas été ? Sinon, il devait y en avoir une pour répudier sa femme en l’absence d’héritier… Hors de question que je sois l’amant de mon beau-frère pendant deux ans ! C’est de l’inceste dans certains pays, je pourrais perdre mon droit d’exercer…

 

IAN

Et dire qu’au début tu voulais porter plainte contre moi, persuadé que je comptais en faire mon jouet sexuel… Que de chemin parcouru ! Pour l’héritier, en revanche, ça peut peut-être évoluer…

 

KEY

(d’une voix blanche)

Comment ça ?

 

IAN

(rigolant)

Je crois qu’elle en pince pour mon frère sans le savoir et que c’est réciproque.

 

KEY

Ton frère ? Flynn ? Le Flynn qui s’est toujours comporté comme un glaçon avec elle ?

 

IAN

Lui-même. Il était visiblement bien plus doué que moi pour résister à la tentation. Notre mariage a été un électrochoc pour lui. Je ne comprenais pas pourquoi il insistait autant pour savoir si j’étais sincère avec Summer ; je pensais qu’il la prenait pour une croqueuse de diamants. J’ai même cru à un moment qu’il rêvait juste secrètement de prendre ma place à la tête de l’entreprise. En fait, j’ai compris qu’il était juste dépité.

 

KEY

Tu m’étonnes, s’il l’aimait vraiment !

 

IAN

Mais être son beau-frère lui a enfin permis d’avoir une bonne excuse pour se rapprocher d’elle. Et puis je t’ai rencontré. Donc je reste d’avis que ce mariage était une idée brillante !

 

KEY

(ricanant)

Va dire ça aux avocats de ta famille et aux relations publiques de ta boîte quand tu vas demander le divorce pour que ton frère puisse épouser ta femme, je suis sûr qu’ils vont adorer !

 

Ian se mord la lèvre inférieure comme pris en flagrant délit.

Ils éclatent de rire et s’embrassent à nouveau.

 

FIN

 

 

Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=2261