Tout ce que nous ne ferons plus et tout ce que je ne te dirai pas by Fleurdepine
Summary:

 

Voici la liste de tout ce que nous ne ferons plus et tout ce que je ne te dirai pas.

 

Texte écrit pendant les Nuits HPF

 

 

 

crédit image : Ennil - DA


Categories: Amitié/Famille, Tragique, drame, Contemporain, Nuits HPF Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 656 Read: 130 Published: 22/06/2021 Updated: 22/06/2021
Story Notes:

Ce texte a été écrit dans le cadre des Nuits Insolites du 9 janvier 2021. J'avais choisi le défi stylistique = vos verbes doivent être uniquement négatifs (avec des négations, sans affirmation)

Il a été légèrement modifié depuis (phrases supprimées, notamment, et reformulation).

1. Chapitre 1 by Fleurdepine

Chapitre 1 by Fleurdepine
Author's Notes:

C'était hyper chaud comme contrainte et finalement, une fois que j'ai trouvé une idée, je me suis laissée emporter et beaucoup amusée avec ce texte (enfin, "amusée", c'est un bien grand mot. Ce texte n'est pas particulièrement drôle).

TW : mort, deuil, dépression

Nous n’irons plus au bois.
Nous ne parlerons plus la langue des chats.
Nous ne nous croirons plus invincibles et éternelles ni les plus étranges ni les plus belles.
Nous n'irons plus dans la maison de Morsang-sur-Orge.
Nous ne chanterons plus Summer Wine en plein hiver, comme si nous ne nous moquions pas des saisons. (Nous ne nous moquons - moquions - jamais de personne ni de rien)
Nous n’aurons plus de croyances précises ni d’idéaux radicaux.
Nous ne tuerons plus les fourmis rouges près de l’étang de chez grand-maman.
Nous ne vendrons plus nos âmes sur le trottoir pour un seul regard d’une de nos idoles, ces soirs de concert, au Bataclan ou à l’Olympia.

Et nous ne prendrons pas l’avion pour le Sénégal.
Nous ne mourrons pas avalées par l’océan.
Nous ne deviendrons pas des stars de cinéma comme Adèle et Léa. Je ne sais pas pourquoi ce sont ces deux noms-là que je n’oublie pas, Adèle et Léa.
Nous ne nous marierons pas dans un monastère aux Météores, en Grèce, là où papa ne voulait pas nous emmener quand nous n’étions pas très grandes.
Nous n’escaladerons pas le Kilimandjaro.

Je ne sais pas si je ne devrais pas crier. Ne pas rire, en tout cas.
Ne pas rire, ne pas pleurer. Ne pas oublier mais ne pas se rappeler. Ne pas vouloir mais ne pas savoir. Ne pas entrer mais ne pas attendre devant la porte. Ne pas prétendre, mais ne pas contester.
Ne pas. Ne pas. Ne pas.
Comme si je ne te maudissais pas, comme si je ne t’emmerdais pas profondément de ne pas être là. Putain. De ne pas.
De ne pas être putain de là.
Tu n’es plus là et je ne sais pas pourquoi. Ça n’a aucun sens, tu ne crois pas ?

Je ne veux pas être blessante, surtout, mais pourquoi ne pas te foutre en l’air une deuxième fois ? Pourquoi ne pas partir de ma tête comme tu n’as pas hésité pour ma vie ?
Pourquoi ne pas me laisser en paix ?
Pourquoi ne pas me briser le cœur pour de vrai ?
Pourquoi ne pas me tuer ?
Pourquoi ne pas m’emmener avec toi ?
Pourquoi ne pas me vider de tous mes sens ? de tout mon sang ? De tout mon sang à Morsang, et de toutes mes veines dans la Seine ?
Je ne sais pas, moi, une proposition comme ça : ne pas faire preuve d’imagination et de massacre et d’horreur seulement pour toi.
Je ne vaux rien, moi ? Ou je ne te vaux pas. Je ne te vaux pas, je ne t’arrive pas aux chevilles, je ne suis pas à ta hauteur, je ne suis pas une putain d’héroïne. JE NE SUIS PAS UNE PUTAIN D’HÉROÏNE.

Je ne mens pas, je ne mens jamais, je ne sais pas mentir. Je mentirai seulement quand je ne dirai rien. Quand je ne dirai pas que je ne t’aime pas. Parce que je ne t’aime pas. Ok ? Je ne t’aime pas. Je ne déchire pas toutes les pages de ce journal pour ne pas t’oublier. Je ne t’aime pas. Je ne pense pas à toi. Je ne prie pas pour toi - je ne prie pas, je ne suis pas croyante. Je n’embrasse pas ta tête sur les photos, je ne t’aime pas. Je ne t’envie pas et je ne te bénis pas. Je ne suis pas triste. Je ne m’arrache pas tous les cheveux. Je ne murmure pas Summer Wine et je ne pense surtout pas à Morsang-sur-Orge ou aux Monastères des Météores ou à ces fameux soirs de concert, au BaTaClan ou à L’Olympia. Je ne prends pas un putain de calmant, et surtout pour ne pas me calmer. Je ne dois pas me calmer. Je ne suis pas excitée, je ne suis pas désespérée. Je ne meurs pas. Je n’étouffe pas. Je ne coupe pas métaphoriquement les organes de mon corps. Je ne pense pas qu’il n’y a pas de vie sans toi. Je ne t’aime pas. Je ne t’aime pas. Je ne.
T’aime.
Pas.

End Notes:

Oui, il y a un verbe qui a été laissé à l'affirmative mais ce n'est pas trop grave, si ? 

Merci d'avoir lu :hug:

Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=2173