Calendrier de l'avent 2019 by MelHp7
Summary:

Ici vous découvrirez au compte goutte les 24 textes du calendrier de l'avent 2019, en attendant Noël !


Comme mes autres calendriers de l'avent (Un Noël dystopique 2017 et L'amour est joie, l'amour est peine 2018), celui-ci est un recueil de textes courts.


Categories: Calendrier de l’avent, Contemporain, Société, Textes engagés Characters: Aucun
Avertissement: Contrainte (chantage, viol...), Violence physique, Violence psychologique
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 2 Completed: Non Word count: 1047 Read: 1376 Published: 10/10/2019 Updated: 25/12/2019
Story Notes:

Sachez que vous ne lirez pas nécessairement des textes joyeux, remplis de la chaleur et du réconfort qu'on retrouve à Noël quand on rejoint sa famille. J'ai tendance à écrire des choses sombres dans ces calendriers de l'avent, mais si c'est votre truc, alors bonne lecture ! Et si ça ne l'est pas, laissez-vous surprendre...

1. Ramasseur de chien (5 décembre) by MelHp7

2. Manger n'est pas goûter (24 décembre) by MelHp7

Ramasseur de chien (5 décembre) by MelHp7
Author's Notes:
La France est le pays dans lequel les chiens sont les plus abandonnés, notamment à l'approche des grandes vacances scolaires.
Depuis que je l'ai vu, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qui a pu se produire. Un drame affreux, tout droit sorti d'un cauchemar. Un crime comme on n'en voit que dans les reportages spéciaux ou les romans noirs.


J'étais au volant de ma petite citadine. Je décélérais en entrant dans un village pour atteindre les quarante kilomètre heures. Devant moi un motard. Je me suis étonnée qu'il ait autant ralenti devant le giratoire. En arrivant sur lui j'ai eu l'impression qu'il s'était même arrêté, quelques secondes. Il a tourné la tête sur sa gauche, comme interpelé. Alors j'ai suivi le mouvement, laissant tomber la route pour le trottoir. Un chien vadrouillait. On aurait dit qu'il avait été abandonné. Le poil noir, frisé, un peu sale. Un Cockapoo ou peut-être un Kerry blue terrier ? Aucune idée. Il ne marchait pas bien droit en tout cas. Le motard est reparti, et au lieu de prendre la route qu'il aurait certainement dû prendre, il a fait le tour complet du rond point pour revenir en arrière.


J'ai eu le temps d'apercevoir son visage enrobé par son casque. Il était brun et barbu. Un quadragénaire peut-être. L'air décidé. A aucun moment il n'a hésité. Il est monté sur le trottoir que parcourait le chien errant, et ensuite... Je ne le saurais jamais. Je ne saurais probablement jamais ce qui s'est passé ensuite. J'ai pris la seconde sortie du giratoire et, en regardant dans le rétroviseur, j'ai filé, comme si de rien était.


Pourtant, une partie de mon cerveau, celle dotée d'imagination, est restée un moment occupée par cette scène inhabituelle. Tout est partie d'une question simple : Qu'est-il arrivé à ce chien ? Je me suis d'abord rassurée en souhaitant que l'homme ait déposé l'animal chez un vétérinaire pour l'aider à retrouver son chez-lui. Mais qui sait ?


Qui sait si cet homme n'est pas l'un de ces collectionneurs sordides ? Un ancien adolescent psychologiquement atteint qui pratiquait la torture sur des êtres-vivants plus faibles que lui. Un tueur en série qui dévoue son culte sadique à l'espèce canine. Un dépeceur qui tapisse les murs de son salon avec des poils frisés. Un malfaiteur qui ne jure que par la fourrière et l'euthanasie. Un malade mental qui ramasse les chiens errant sur le bord de la route...
End Notes:
Le thème était : Chien
Manger n'est pas goûter (24 décembre) by MelHp7
Author's Notes:
Vous finirez par savoir que j'aime la... (suite en note de fin)

« Annonce spéciale dans le journal de ce soir, le record annuel du nombre de marrée noire dans l’Atlantique a été atteint. La dixième déversion de pétrole a eu lieu en ce dix novembre 2027. Un pétrolier de plus de trois cent vingt-cinq mille tonnes a coulé et laissé s’échapper une cargaison de pétrole brut. Les conflits navals ne cessent d'avoir lieu… »

« Nous annoncions la semaine dernière la dixième marrée noire de l’année qui a eu lieu dans l’Atlantique. Les courants ont ramené les vagues visqueuses de pétrole sur nos côtes bretonnes. Les centres de sauvegarde de la faune sauvage sont déjà surchargés d’appels et accueillent les oiseaux marins mazoutés par dizaines. Les plages et les falaises rocheuses ont troqué leur couleur contre le noir mat... »

« … Après des analyses médicales statistiques, il s’avère qu’environ cinquante habitants des côtes de la Bretagne sud ont été hospitalisés quelques jours suite à la contraction d'une pneumopathie huileuse. Il s’agirait d’une maladie des poumons dû à l’inhalation d’hydrocarbures comme le pétrole qui a recouvert l’Atlantique breton le mois dernier. Nous ignorons toujours si la marrée noire à un lien avec ces... »

« La consommation de poisson local est désormais strictement encadrée lorsqu’elle n’est pas tout simplement interdite. Des cas d’intoxication alimentaire répétés qui ont sonné l’alerte, notamment dans les écoles et les cantines approvisionnées par des entreprises régionales. »

- Et dire qu’on a ignoré ça jusqu’au dernier moment, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Foutu système économique !

Xavier ferma son ordinateur portable d’un coup sec. Si la rage n’était déjà plus visible sur son visage, elle transparaissait au travers de ses bras dont les veines ressortaient grossièrement.
Un regard vers la pendule digitale accrochée au mur. Il était l’heure de manger. De quoi décompresser ? Xavier soupira. Il se dirigea vers ce qui avait dû être une cuisine et qui n’était plus qu’un simple garde manger. D’un geste machinal il ouvrit un placard pour en sortir une barquette en plastique fermée. Il tira sur la languette pour en retirer l’opercule. De son autre main il ouvrit la porte du micro-onde, le robot chauffant redevenu indispensable. Après avoir placé le contenant en plastique à l’intérieur il le referma et l’enclencha à puissance maximale pour deux minutes.

Ding ! C’était prêt. Xavier rouvrit la porte du micro-onde et saisit son repas à l’aide d’un gant de cuisine, le dernier ustensile qui lui restait utile. Il balança la barquette sur la petite table carrée qu’il avait l’habitude d’occuper seul, puis il s’assit.

Les deux pastilles rondes de la barquette, grandes comme le cercle que formeraient la liaison du pouce et l’index d’une seule main, s’étaient liquéfiées sous la chaleur. En appuyant d’un doigt sur la barquette Xavier fit valser son contenu de droite à gauche, à la manière du flot et du jusant. La moue du rejet se dessina sur ses lèvres pâles. Si seulement ça pouvait au moins avoir l’aspect de quelque chose d'appétissant. Quoique ça n’en serait que plus frustrant pour lui.

Xavier n’avait plus la capacité de connaître le goût de quoique ce soit depuis qu’il avait avalé des quantités et des quantités de pétrole présentes dans le corps des poissons dont il avait tant apprécié dévorer la chaire.
End Notes:
... dystopie


Le thème était : Manger
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=1921