La liberté de la Gloriette by Carminny
Summary:

Tu m'as appelée, Nathalie, et tu ne savais pas encore pourquoi. Mais cela n'a rien changé de toute façon. C'était déjà fini.

Participation au Korongo Writing Universe organisé par les merveilleux beiges.


Categories: Policier, Thriller, Espionnage, Tragique, drame Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle
Challenges:
Series: Korongo Writing Universe
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 836 Read: 594 Published: 17/05/2019 Updated: 18/05/2019
Story Notes:

Bonjour à toutes et tous !

Voici ma participation au Korongo Writing Universe des beiges avec la formule 7.
Il s'agit de la fiche suivante :
Titre : Heavy Rain
Genre(s) : Policier/Thriller
Personnage : Un-e journaliste
Lieu : Une capitale
Contrainte de fond : Le héros/la héroïne connaît personnellement le/la criminel-le.
Contrainte de forme : Chaque mot ne peut être utilisé que 5 fois, sans inclure les accords de genre et de nombre ainsi que la conjugaison.

Normalement tout a été respecté et il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne lecture !

1. Chapitre unique by Carminny

Chapitre unique by Carminny
Vienne, février 1955

- Emi’, crias-tu dans le combiné téléphonique, Nathalie. Va vite au Schloss Schönbrunn. Ta carrière t’y attend !
Mon amie raccrocha sans autre précision. Néanmoins je préparai mes affaires. Journaliste au Kurier, tout juste fondé trois mois auparavant, toute exception à la vie quotidienne viennoise me concernait.
Depuis notre belle rue impériale, Schönbrunn semblait ordinaire. Seulement quelques visiteurs se pressaient devant l’entrée. Quelques policiers autrichiens, quelques militaires britanniques, un peu trop peut-être. Aucune attention particulière mais non sans importance. Merci Nath’ !

- Halte, mademoiselle.
Deux soldats me barrèrent l’accès. Ils louchèrent sur ma carte de journaliste, incrédules. Alors certes, coiffure et lunettes avaient changé mais ma personne restait reconnaissable. Probablement bien davantage qu’eux hors uniformes.
Et bien plus que ton pauvre homme dont je pus ensuite admirer dans la Gloriette la dépouille. Etranglé, tel avait été son sort. Une teinte violette colorait maintenant son visage. Un de ces foulards clamant liberté ou neutralité ornait sa poitrine.
Des agents fourmillaient sur tous les côtés, recherchant ces indices invisibles sur cette ordure criminelle. Moi, mon stylo virevoltait sur mon calepin. Quelle histoire, cela faisait ! Ce cadavre découvert devant cet ancien château impérial maintenant quartier général des forces britanniques. Devait-on y voir un révolté contre leur occupation d’Autriche s’étendant depuis 1945 ? Ce libéraliste qui faisait jacasser, sauvagement assassiné par deux militaires anglais ? Quelle idée ! Ou inversement, ne serait-ce pas ces groupes nationalistes qui cherchaient à faire accuser notre occupation tout en liquidant une personne trop curieuse ? Improbable ! Cette histoire ravira mes lecteurs.
- Emi, m’interpella alors Sergent Brent Stewart. Que penses-tu faire ici ?
Brent était anglais, nous nous étions liés d’amitié par ton biais, Nathalie, et par ton petit-ami Stanley Smith. Ils étaient collègues, rivaux même. Lui tenait sa jeune infirmière aussi bien informée.

En tout cas je préférais le croiser lui que son chef Peter Thomson.
- Eh bien, rechercher des informations pour écrire mon article.
Brent levant ses sourcils, sceptique, se pencha vers le mort.
- Alors ta conclusion ?
- Crime politique. Pourquoi décorer sa dépouille avec ce foulard sinon ?
- Pour cacher ses traces, évidemment. Smith est anglais. Et veut… voulait certainement rester à Vienne plus longtemps.
- Stanley ? Peu reconnaissable…
L'idée me dérangeait. Cela ne pouvait être Stan’, comment Nath’ aurait-elle pu alors être au courant ?
- Qui sait déjà ?
Cela sonnait sec.
- Presque personne. Nos gardes, Capitaine Thomson, votre police, toi, moi.
Ma bouche s’arrondit. Se pouvait-il… ? Non, je refusais cela. Nous pouvions trouver des témoignages explicatifs.

Nos pas s’imprimèrent dans la neige qui tombait du ciel hivernal. Comment cet endroit aussi paisible pouvait avoir été témoin d’actes aussi horribles ? Autour, aucune trace sinon celles des bottes militaires. Sans intérêt.
- Tes connaissances ont leurs foulards autonomistes ?
J’avais craint cette question. Davantage encore, je trahissais Nath’ en répondant. Dénoncer autrui était immoral, naturellement. Pourtant, repensant au visage violet reposant contre trois pierres, ma langue a bougé d’elle-même.
- Oui. Nathalie.
Dénoncer son meilleur ami qu’on croyait coupable du pire était-ce réellement mal ? Pouvait-on vouloir protéger un meurtrier ? Une personne honnête ne devrait pas devoir répondre à de telles questions.
- Quand même pas, s’étonna le sergent. Nath’ Haas ? Avec Smith… ?
Improbable. Pourtant mes souvenirs m’inspiraient confiance. C’avait été caché, mais son armoire explosait déjà. Elle ne pouvait pas l’avoir depuis très longtemps. Eventuellement acheté exprès pour cette occasion ? Pourquoi ?
Au moins, alors, aucun symbole politique. Notre occupation n’intéressait mon amie, si les soldats anglais étaient beaux et le vin buvable.
- Stanley Smith devait rentrer la semaine prochaine, lâcha Brent. Chez sa femme.
Un crime passionné puis déguisé. Cela pouvait tout expliquer. A condition d’ignorer Nath’, infirmière amoureuse de sa vie. Elle savait qu’il était marié. Brent avait les yeux brillants tandis que nous nous enfoncions dans les ruelles viennoises. Il semblait excité, non abattu.
- Tu me laisseras lui parler seule ?
- C’est dangereux.
- C’est ma meilleure amie.

Nathalie, tu n’avais jamais été à Gloriette. Jamais tu ne sortirais en bottes militaires comme moi ou ferais passer tes informations sans vérification seulement si deux personnes te les fournissaient. L’une avait été étranglée. L’autre était en chemin pour t’arrêter.
Devant ton appartement, Nathalie, attendait une voiture policière. Trop tard. Ta douleur dans tes yeux. Savoir ton innocence. Connaître votre meurtrier. Ecrire cette vérité. Espoir de liberté.
End Notes:
J'espère que ça vous a plu. Aviez-vous deviné et si oui à quel moment ?
N'hésitez pas à aller lire les autres participations qui devraient arriver ou à laisser un petit commentaire.
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=1871