Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour La dernière cigarette
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Clemence Signé [Signaler ceci]
Date: 28/06/2014 02:19 Title: Nouvelle

Je t'avoue que ma première réaction a été: il est pas interdit aux mineurs ce texte ? J'ai une mentalité et la pudeur d'une vieille du début du siècle dernier, vraiment désolée. Mais finalement j'ai trouvé ça assez pudique: tu écris pour dire mais ça reste retenu, il n'y a pas de complaisance et du coup "ça va". Voilà un début de critique propre à faire fuir -_-

Ta nouvelle m'a bouleversée. J'ai trouvé ça frappant, dérangeant. Tout au long du texte, j'ai eu cette boule au ventre, cette angoisse qui me quittait pas, parce qu'on sait d'entrée de jeu (ne serait-ce qu'en lisant ton résumé) que la fin ne sera pas heureuse. On a compris que le destin est en marche et que rien ne l'arrêtera, qu'il n'y aura aucune alternative possible ; ça transpire la fatalité, l'inéluctable. Alors on attend le drame.

Et dans notre attente, on a le droit à la voix de ce narrateur, une voix percutante qui laisse pas de répit. J'ai trouvé le ton très dur parce que je le sentais détaché, froid, presque "chirurgical". C'est horrible ce ton ! J'ai pas eu l'impression d'assister aux dernières pensées de cet homme, parce qu'il semble déjà mort quand il "parle" et du coup ça renforce l'horreur du récit. Ajoutons le paysage, sombre, sinistre, aseptique, et l'angoisse...

En même temps, il y a tellement d'humain, de ressentis, que c'est un vrai supplice. C'est comme si avec trois mots tu arrivais à m'emporter dans un tourbillon d'émotions. Il a la douleur bien sûr qu'on ressent, la peur de la mort, mais aussi l'espoir avec cette scène devant la fenêtre. L'attente du soleil est... indescriptible. Pas vraiment de l'angoisse à l'état pur, on est loin de la sérénité bien sûr, c'est plus comme si pendant une fraction de seconde on percevait des "rêves" brisés. Et là on en revient à la pudeur de ton texte, parce que le grand mélo en est totalement exempt, tu tires pas sur la corde pour nous faire pleurer, il n'y a pas de lamentations. Et c'est encore plus dur.

La dernière cigarette (oui c'est en parler bien tard quand on voit que c'est le titre et le fil du récit ^^') m'a angoissée. Au début j'ai pensé qu'on allait avoir le droit à un personnage agonisant sur la chaussée qui se dit qu'il ne fumera plus jamais, et c'est tellement pas ça ! J'ai adoré cette dernière cigarette qui avance doucement mais inéluctablement, comme un agent du destin, qui est la dernière du paquet et la dernière vue, mais pas la dernière fumée. Elle a quelque chose de... je sais pas trop en fait, c'est toujours indescriptible, elle est là, point. Quand on la retrouve sur le trottoir, c'est un peu comme si elle disait "ne t'inquiète pas, on y échappe pas". Et ça m'a presque rassurée de la retrouver. Je sais c'est un peu contradiction.

Ton personnage séropositif touche, dérange. Il se plaint pas et du coup c'est plus frappant, toujours avec ce côté allusif, pudique qu'ont tes mots. Tu dis mais tu ne te complais pas en le disant et c'est assez impressionnant. On sent son combat et c'est presque insoutenable. On a l'impression du ton détaché qui se contente d'observer de manière neutre, et en même temps cette tornade sentimentale ! Il y a l'espoir dont j'ai déjà parlé, mais aussi une sorte de douceur (le terme n'est pas exact, mais tendresse n'irait pas non plus) quand il regarde son amant d'une nuit et dit "Il est beau quand il dit ça. Con, mais beau." On a juste l'impression qu'il a encore à faire dans sa vie qui va finir. En fait c'est un moment qui transpire l'humain: tragique mais avec un je ne sais quoi en plus, encore quelque chose à donner. Comme lors de son accident où il pense à mettre en garde l'homme qui s'approche. "Alors le bon samaritain recule, me regarde, mais ne fait rien." et ça glace. Horrible et dérangeant surtout avec cette remarque sur la peur mais la peur tournée vers l'avenir, avenir que l'agonisant n'aura jamais. C'est horrible, dérangeant et fracassant.

C'est un texte très prenant -je te jure que mon rythme cardiaque a augmenté au fil de ma lecture-, il est très fort, plein de faits qui touchent notre société, très humain aussi, même trop humain, tellement humain que c'est pas gérable. Je suis certaine qu'il y aurait encore beaucoup à dire mais voilà. Je voulais aussi te dire que pendant très longtemps je n'ai pas aimé les nouvelles, j'ai détesté les concours d'écriture de nouvelles (surement parce que j'ai jamais su y faire ^^') et j'en voyais pas l'intérêt ; mais là, en lisant ton texte, j'ai compris. C'est débile dit comme ça mais j'ai vraiment l'impression d'avoir appris quelque chose aujourd'hui sur l'écriture. Tu as un vrai style, quelque chose qui t'est propre, on voit du talent, vraiment. Bravo pour ton texte (même si on a déjà dû te le dire cent fois), merci de le partager ici et à bientôt, je pense, sur tes autres textes.

Réponse de l'auteur: Difficile de répondre en tout point à un tel commentaire, je peux déjà te remercier du fond du coeur pour cette critique, ça fait super plaisir de voir quelqu'un qui prend le temps d'exprimer la palette de ses ressentis quand au texte.
J'aime ta compréhension du texte car tu as l'air d'avoir parfaitement saisi ce que je voulais faire passer, même si ce texte me semble écrit par quelqu'un d'autre aujourd'hui à cause du temps passé. Je crois pas être beaucoup plus optimiste aujourd'hui mais j'ai peut-être évolué dans ma manière de le présenter. Merci encore pour cette critique qui déchire sa maman, ça me fait énormément plaisir.

Reviewer: aliix Signé [Signaler ceci]
Date: 29/09/2013 20:07 Title: Nouvelle

J'ai été profondément touchée par ce texte. Je dois même t'avouer que les dernières lignes m'ont fait monter les larmes aux yeux.
Je ne sais pas quoi penser ni quoi dire. Est-ce que c'est horrible qu'il meure ainsi, regardé comme un lion pas tout à fait mort par une bande de gazelles trop curieuses ? Parce qu'il a le sida et que les gens en ont encore plus peur que du sang ? Dès lors qu'ils sont au courant de sa maladie, on sent que c'est ça qui devient le plus important, qu'il soit infecté et potentiellement infectieux, et non plus le fait qu'il soit en train de se vider sur les pavés.
Est-ce qu'avoir rencontré, pour un fois, un mec qui s'en fou, était annonciateur ?
Cette manie de la clope du matin, ça m'a pris à la gorge, littéralement, j'ai presque sentit en moi même à quel point c'était important. Tu m'as bouleversée, un immense bravo pour ce texte magnifique.

Réponse de l'auteur: Merci pour cette critique, content que mon texte t'ait interpellé. :)

Reviewer: yunus Signé [Signaler ceci]
Date: 14/09/2013 12:01 Title: Nouvelle

C'est un texte vraiment...dérangeant. Je sais pas trop comment exprimer. C'est dur, c'est déchirant, on se sent mal à l'aise. Ce que tu fais passer comme émotion est très fort.
Après ce n'est pas trop mon style de texte, mais bon il en faut pour tout le monde.
Bravo en tout cas :)

Réponse de l'auteur: Merci pour ta critique. :)

Reviewer: Hugo Signé [Signaler ceci]
Date: 15/05/2013 22:54 Title: Nouvelle

C'est assez déchirant, et assez injuste. Mais c'est dingue la façon tu as retranscrit le réalisme de la chose : un gars qui saigne et qui est séropo, c'est vrai. Rares sont ceux qui touchent...
Bravo, ce texte était superbe, il m'a tout retourné!

Réponse de l'auteur: Merci pour ta critique. Content que le texte t'ait touché. :)

Reviewer: Enox Signé [Signaler ceci]
Date: 25/06/2012 23:02 Title: Nouvelle

En finissant ce texte, je me dis que je l'ai déjà lu, c'est surement que venant de Picardie également, j'ai du l'avoir sous les yeux à un moment donné.
Une impression de déjà lu dés les premières phrases, où alors c'est le texte qui donne cette impression, va savoir.
En tout cas c'est très prenant! Je vais me répéter surement, mais j'aime comment tu écris, c'est ... vivant? Ouais, on va dire ça comme ça: vivant!

Réponse de l'auteur: Peut être... c'est possible que tu l'es lu il a été pas mal diffusé...
Merci pour ta critique.

Reviewer: littleblackheart Signé [Signaler ceci]
Date: 27/01/2012 18:42 Title: Nouvelle

C'est le premier texte que je lis sur ce site, et comme je ne peux pas passer devant à la sauvette, me voilà inscrite sur le Héron pour pouvoir féliciter un tant soit peu la beauté et la dureté de tes mots. On peut dire que tu le mérites ton prix.

J'arrive à la fin, et je frissonne un peu. Je ne sais pas si c'est de froid, mais moi j'pense que c'est plutôt le genre de frémissement qui nous prend quand on se retrouve devant ce que l'on appelle le talent. J'ai un peu envie de fumer désormais, tout en voulant jeter mes cigarettes dans l'égout le plus proche. À l'image de ton texte, qui fascine et déroute.

J'avais un peu l'impression d'écouter causer (façon de parler) quelqu'un de déjà mort. Le héros parle de sa vie comme s'il ne la vivait plus vraiment, coincé dans une routine confondante qui se perd dans le quotidien de ces journées qui semblent toutes se ressembler. Il est étrangement détaché quand on le découvre, je l'imaginais presque hausser les épaules devant les drames qui avaient parsemé sa vie, je le voyais me rendre un regard morne quand il évoquait cette maladie qu'il refuse de laisser gagner. Même si à la fin, ce n'est pas elle qui aura réussi à le tuer.

Il y a un passage qui m'a marqué, juste un mot au milieu : "Vite, vite". Vite, vite, cette impatience débarque à la fin. Quand sa routine est brisée, avec cette cigarette qui se fait souffler par le vent et cette peur dont on a le sentiment qu'elle débarque soudainement, bien qu'elle est finalement toujours été là, tapie au sein de tes phrases. Vite, vite, il faut bouger.

Y avait plein de façons pour lui de mourir. Cette maladie qui le rongeait, une rencontre avec un inconnu qui tourne mal, les cigarettes... Mais ça, il pouvait s'y faire, il savait à quoi s'attendre, il pouvait combattre. Et puis, tout à coup, là, comme ça... Bêtement, au coin d'une rue, surgissant d'une impasse... La mort qui débarque, au milieu de la routine, qui détruit cette machine bien huilée.

C'est magnifique aussi, cette image de la cigarette qui s'est envolée, qui l'a conduit indirectement sous les roues de ce camion. En fait, on la retrouve tout du long, cette clope du matin. Celle qui aura fini par provoquer la mort.

Bref. C'est l'interprétation que je fais de ton texte, c'est ainsi qu'il m'a touchée, je ne sais pas comment d'autres ont pu le percevoir, mais en tout cas, merci pour ce moment qui m'a chamboulée. Bravo, encore bravo. Ta maîtrise des mots est absolument déroutante et parfaite.

LBH

Réponse de l'auteur: Merci pour ce beau commentaire, content que le texte t'ait plu. :) J'aime bien la façon dont tu interprètes mon texte, c'est intéressant de voir la perception et le sens que les gens peuvent donner. ^^
Bienvenue sur le héron, j'espère que tu trouveras d'autres textes qui te plairont.

Reviewer: litsiu Signé [Signaler ceci]
Date: 21/11/2011 13:27 Title: Nouvelle

Ton texte, je l'ai lu trente fois depuis que je l'ai découvert. Au moins, je ne compte plus. Il me touche toujours autant à chaque lecture, c'est organique et lacrymal.
J'aime en particulier ce moment de contemplation sur le balcon, ce mélange d'apaisement et d'angoisse que tu décris est si stupéfiant, au sens chimique du terme... Il y a le cynisme et en même temps cette petite note d'espoir, juste ce qu'il faut pour se raccrocher à la vie, la lucidité de l'homme malade, l'ironie. Et puis des mots qui sonnent bien, comme j'aime « la ronde des petits matins clopeurs »...
Et en même temps c'est trop facile. On ne peut que s'identifier à ton narrateur écorché vif tellement ses émotions sont intenses. Tout le monde a peur de la mort et de la maladie. Raconté avec ton talent indécent, c'est juste de la triche. Je t'en veux à mort, et j'ai même arrêté de fumer pour ne plus penser à ces saleté de cigarettes.

Bon, après deux mois de digestion, ton texte m'inspire toujours un commentaire dithyrambique.
Alors tout ça résumé de manière moins idiote : merci.

Réponse de l'auteur: De rien. :)
Merci pour ce commentaire (30 lectures ? 0_o ), n'hésite pas à jeter un coup d'oeil sur mes autres textes si tu as le temps et pas peur de lire des horreurs.^_^

Reviewer: espagnole Signé [Signaler ceci]
Date: 06/04/2011 20:39 Title: Nouvelle

étrange. l'impression que dégage le texte est très changeante. Au début on dirait qu'elle est lègere, lègerement "vicieuse" pour ce qui est de trouver quelq'un juste pour du sexe. Et puis, lentement, sans s'en rendre compte, le texte prend de la profondeur, de la "serieté", deviend plus fort, plus noir, plus vrai. Et la fin est lente, mais pas triste, plutôt une mort vécue comme une libération. la sensation qu'on à quand on à fini de le lire est... étrange, pas éxactement triste, plutôt calme.
Desolée, je ne sais pas coment la décrire, cette sensation... :)

Réponse de l'auteur: Pour moi, sa mort n'est pas une libération, dans le sens où il craignait de mourir et cherchait à retarder ce moment.
Merci pour ta critique. :)

Reviewer: jukava Signé [Signaler ceci]
Date: 27/12/2010 11:13 Title: Nouvelle

Que dire après un texte pareil ? Que tu n'as pas volé les prix qu'il a remporté ? Ca je suis sûre que tu le sais déjà.
Je ne suis pas très forte pour formuler des critiques constructives, mais tu en as demandé pour Noel,alors je vais faire de mon mieux. J'aime la fatalité de ce récit. Surtout dans la première partie, cette fatalité dans le sexe et dans la séduction, cette attirance désabusée de ton narrateur vers cet inconnu pas vraiment beau mais qui dégage quelque chose. Je t'avoue que durant un instant, c'est cet inconnu que j'ai eu envie de suivre, pour avoir son regard sur ton narrateur, savoir comment un ressent le vide, l'absence qui semble entourer ton narrateur. Et puis il y a cette cigarette, ce fil rouge, cet augure de la mort à venir qu'on croit un instant trompée.
J'aime tes phrases courtes, qui correspondent totalement à la façon de penser de ton personnage, on se sent immergé en lui. J'ai par contre moins apprécié la transition entre l'image de la cigarette et l'accident. Que ce soit brusque ne me choque pas. Mais passer du personnage qui s'apprête à traverser et qui voit sa clope et qui pense à "j'ai regardé des deux côtés", je ne sais pas, il m'a manqué un petit quelque chose entre les deux? Ou alors une phrase en trop. Je ne sais pas trop, enfin ce n'est qu'un ressenti, hein^^°
Bref, toutes ces longueurs pour dire que j'ai aimé ce texte. A bientot, Aya

Réponse de l'auteur: Le manque de transition au moment de l’accident, c'est un peu pour montrer le choc et la surprise. Le narrateur est dans ces pensées à propos de la cigarette au sol et là, paf, pourtant il avait regardé... Bon je sais pas si je suis clair. ^^
Content que mon texte t'ait plu, merci de ta critique. :)

Reviewer: Vegeta119 Signé [Signaler ceci]
Date: 08/12/2010 23:11 Title: Nouvelle

Aïe, la gifle ! En tant que fumeuse je veux dire ! L'angoisse de la dernière clope au fond du paquet, je connais bien...
Beaucoup de thèmes dans ce texte : l'homosexualité, le SIDA (sans lien de l'un à l'autre, quel bonheur !), la cigarette, ces petites névroses qu'on a tous (ce rituel du matin, c'est mon quotidien...), le danger de la route, les relations sans sentiments...
Et les angoisses liées à chacun de ses thèmes... Je crois que tout le monde peut se reconnaître dans cet homme que tu dépeins.
Et c'est tellement réaliste que j'en viens à me demander si il n'y a pas une part de vécu entre les lignes.
Très beau texte.

Réponse de l'auteur: La part de vécu... je suis pas fumeur, je suis pas HIV+ mais comme la plupart de shumains, j'ai peur de mourir; la part de vécu est là à mon sens. :)
Merci pour ta critique, ça me fait très plaisir.

Reviewer: lunalice Signé [Signaler ceci]
Date: 19/11/2010 00:22 Title: Nouvelle

Wahou. J'adore ce texte, je te répète que tu as beaucoup de talent mâme si ce n'est pas à prouver. On sent bien la dopuleur du natrrateur face à sa séropositivité.
Bravo

Réponse de l'auteur: Merci pour ton commentaire. :) Content d'avoir sur passer les sentiments de mon personnage à travers le texte.

Reviewer: Persis Signé [Signaler ceci]
Date: 10/11/2010 18:39 Title: Nouvelle

Je crève de jalousie ... devant ton réel talent d'écrivain XD

Réponse de l'auteur: Oh que c'est flatteur. ^^
Merci. :)

Reviewer: Sellig Signé [Signaler ceci]
Date: 10/11/2010 11:32 Title: Nouvelle

Magnifique.
Je retrouve un petit quelque chose de tes meilleurs fics, en tout cas j'aime beaucoup.

Cette année c'est "fantasme" ;)

Réponse de l'auteur: Oui, je sais. ^^

Merci pour ton commentaire, au plaisir de te recroiser ici. :)

Reviewer: Avel Signé [Signaler ceci]
Date: 13/02/2010 16:23 Title: Nouvelle

Dès que j’ai vu que tu avais posté des textes, j’ai voulu les lire. Mais j’étais quelque peu débordée. Mais depuis hier je suis en vacances !

« Un temps après » : cette expression laisse une impression de flottement. On entend (lit) plus « après un temps », et le temps c’est vaste, c’est long, mais cela peut être si court dans l’espace d’une seconde. Tout ça pour dire que pour certains cette expression ne semble peut-être pas totalement correcte, mais moi j’aime l’effet qu’elle produit.

Je dirai que ton texte est tout du long mi-figue mi-raisin : le premier type n’est pas beau – beau – pas aussi beau, le suivant est bizarre. Le narrateur lui-même me fait l’impression d’un homme qui ne sait vraiment ce qu’il veut : il voit le premier type s’approcher de lui dans le bar, mais semble totalement passif, m-en-foutiste, dans un état second, n’ayant pas d’estime de lui (« A croire que j'étais ce qu'il y avait de plus intéressant ici ») ; entre la vie et la mort, sans qu’on ne sache vraiment quel côté l’attire. Et cela est renforcé par sa position dans les deux relations sexuelles décrites, de plus lui ne semble en retirer aucun plaisir.

Sans doute cette fin était-elle la seule possible : un accident où il est encore totalement passif, porté par des événements qui le dépasse, passif jusque dans l’inaction de regarder la route.

Pour conclure je trouve le tout très cohérent, bien écrit, et surtout je trouve le ton et les mots assez justes tandis que tu traites un thème dont l’approche n’est pas évidente.

Avel

Réponse de l'auteur: Merci pour ta critique.
La personnalité du narrateur tient pour moi à son rapport à la maladie, c'est ce que j'ai voulu faire ressortir de ce texte.

Reviewer: Noix de coco Signé [Signaler ceci]
Date: 10/02/2010 14:44 Title: Nouvelle

J'ai beaucoup aimé, surtout l'ironie du paysage, la réaction du bon Samaritain. Sa réaction est bien imaginée, et en même temps tellement prévisible. C'est expéditif mais je crois que c'est voulu. Une bonne nouvelle, bien écrite.
Sujet pas facile mais intéressant. Merci Vif ^^

Coconut

Réponse de l'auteur: De rien. XD
Merci pour la critique.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.