Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Noix de coco Signé [Signaler ceci]
Date: 07/11/2011 19:09 Title: Départ ou les derniers jours d'une vie.

C'est ton résumé qui m'a interpellée, je me suis demandée quel était le sujet avant de lire ... et de comprendre.

Diplomée AS depuis juillet, je peux comprendre ton sentiment de malaise vis à vis de cette situation. L'IDE n'a visiblement pas compris votre demande, avec une sat à 93, un pouls aussi haut avec une tension aussi basse c'est déjà un signe.

Cet homme aurait mérité de l'aide, des patchs de morphine, des anti-douleurs, je pense comme toi que son cas relevait des soins palliatifs qui l'auraient aidé et soulagé dans son départ.

Pendant ma formation, j'ai été confrontée à un cas de cancer en phase terminale et heureusement pour mon patient, il avait tout à sa disposition pour le soulager... pourtant, les soins restaient douloureux et j'ai eu longtemps ces souvenirs en mémoire.

Il est parti et surement mieux où qu'il soit.

NdC

Réponse de l'auteur: C'est certain et même presqu'un an après, je garde une certaine rancoeur vis à vis de cette infirmière avec qui je ne travaille plus puisque j'ai changé d'établissement. Ce ne sont pas des patients que l'on oublie facilement. Merci

Reviewer: Vifdor Signé [Signaler ceci]
Date: 29/03/2011 18:32 Title: Départ ou les derniers jours d'une vie.

« Il va bien nous » dit-elle.
Manque un morceau de phrase non?

le coté compte rendu du texte ne permet pas vraiment de parler de qualité littéraire ici, mais le débat soulevé est intéressant et me fait penser à la phrase qu'on a lue dans trop de livres et entendue dans trop de film "ça fait mal de mourir?".

Réponse de l'auteur: "il va bien nous" dit-elle. il ne manque pas un bout de phrase c'est le guillemet de fin qui est mal placé. Je n'ai pas pensé à la formulation des phrases. J'ai juste voulu parler d'un morceau de vie si on peut dire. Raconter ce que j'ai vécu pendant ces quelques jours où j'ai vu partir un ami. Quant à la phrase que tu évoques, par ce que je vois, je peux dire qu'à la fin, çà fait mal. la moindre manipulation, le moindre mouvement fait mal. Je ne parle pas des morts qui surviennent brutalement dans le sommeil. En tout cas, merci d'avoir pris le temps de laisser un commentaire.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.