Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour La valse des mirages
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Aleyna Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 14:51 Title: 4. Formes nocturnes

Qu'il est doux ce chapitre ! Comme toute l'histoire jusqu'ici en fait. :D On est bel et bien dans une valse, tu n'as pas menti. Encore une fois, la poésie imprègne tes descriptions.

Je me demande quelle est l'histoire de Gustav qui continue à être de plus en plus sympathique. On sent que Cécile se réchauffe petit à petit, mais pas tout à fait. Elle comprend qu'il n'est pas si terrible malgré tout, mais André est partout (ce qui est normal, bien sûr...!). C'est comme si elle le lui devait, de diaboliser les Allemands, surtout celui-ci.

Encore une fois, le chapitre se lit très vite (trop ? c'est juste que c'est si bien écrit qu'on en veut davantage haha), et je vois que le prochain est la conclusion. Je t'avoue que je ne sais pas du tout où l'on va, comment ça va se terminer. Je vais découvrir ça tout de suite. :) 

Merci pour cette lecture,

Aleyna.

 

Reviewer: Aleyna Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 14:23 Title: 3. La baignade

Mais Cécile, à quel moment tu as cru que c'était une bonne idée d'aller te baigner toute seule dans la nature, en temps d'occupation ? Et Marthe, pourquoi tu l'as pas retenue ? Haha, désolée, il fallait que ça sorte !

En tout cas, tes descriptions sont toujours aussi poétiques et à propos, ça rend la lecture très agréable, très fluide. (Après je t'avoue que je ne lis pas mot par mot les descriptions, mais ce n'est pas toi, je le fais pour tout le monde... C'est juste que je m'immerge dans l'ambiance sans entrer vraiment dans les mots, enfin bref.) Elles me plaisent beaucoup quand même.

L'impression que cet Allemand n'est pas comme les autres se renforce, est-ce un stratagème pour mettre les lectrices en pâmoison avant le dénouement ? (Non pas que je le sois... Noooon pas du tout du tout) En tout cas, la colère de Cécile se comprend, même si je pense qu'elle a tort pour cet homme, ça reste complètement compréhensible et tu as bien fait de ne pas la dépeindre autrement. La gifle est un peu rude, mais je pense qu'il le prendra pas "si mal que ça". Bref, beaucoup d'interrogations, je vais vite lire la suite (et moi qui voulait faire une pause, c'est raté). 

Merci pour cette lecture ! 

Aleyna.

 

Reviewer: Sifoell Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 14:11 Title: 3. La baignade

Oh la vache, la puissance de ce texte !!!

Donc, André est vivant (j'ai peut-être été inattentive à un moment de la lecture du premier chapitre, tu m'excuseras), et Cécile a enfin reconnu "son" allemand.

Je trouve que ce que tu écris jusqu'à présent est vraiment empreint de réalisme, et cela fait qu'en tant que lectrice, je suis super impliquée dans ma lecture (la preuve, j'avais pas capté qu'André était vivant, lectrice en carton). Je trouve aussi que les émotions de Cécile sont super réelles, cohérentes. Elle en est un peu à un stade où elle considère ne plus rien avoir à perdre, donc la gifle qu'elle assène à "son" allemand, elle aurait tout aussi bien pu le faire à un autre. Surtout que les deux autres n'étaient quand même pas très fins ni respectueux.

Je soupçonne un petit tout petit démarrage de romance, et si c'est le cas et que tu arrives à faire tenir tout ça dans les deux chapitres qui restent, je te tirerai mon chapeau très bas (ce n'est pas forcément un souhait de ma part, la romance entre Cécile et son allemand, mais ce sont des choses qui arrivent, qui sont arrivées, qui arriveront encore, dans des contextes pareils). Mais là, je ne vois pas vraiment comment ces deux personnages pourraient se rapprocher vu leur relation actuelle (mais bon, je digresse, tu ne vas probablement pas par là).

Et encore chapeau bas pour la qualité de ton écriture, qui donne vraiment envie de le lire à haute voix :)

Reviewer: Sifoell Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 13:45 Title: 2. Entre femmes

Hello,

Ce n'est pas long du tout, et si ce chapitre est dans un autre style que le précédent, je le trouve toujours super efficace.

Tu décris de manière très poétique ces femmes au lavoir qui sont à la fois à leur labeur, et à la fois dans leurs conversations, leurs commérages.

J'ai l'impression de voir Cécile un peu loin de tout, un peu passive, et je trouve que c'est un "comportement" qui sied bien au personnage. Elle ne semble pas plus concernée que cela, et soit l'allemand qui vit sous son toit fait en sorte de ne pas les déranger, Cécile et Marthe, soit elle est dans l'évitement, ce qui pourrait faire un rappel du premier chapitre, et de comment elle vivait cette révolte silencieuse, cette espèce de deuil aussi d'André (je ne sais toujours pas s'il est mort ou parti à la guerre).

Je file lire la suite :)

Reviewer: Aleyna Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 13:44 Title: 2. Entre femmes

Hello Roxane,

Me voici pour la suite de cette histoire. Encore une fois, j'ai été soufflée par la qualité de tes descriptions. Ce chapitre était un peu court à mon goût mais on sent que tu installes la suite, j'ai hâte. Ce qu'on apprend primordialement, c'est que l'Allemand de Cécile n'est pas aussi détestable que ceux que les autres femmes du village hébergent. Ça nous le rend déjà plus sympathique. 

Marthe a un caractère bien trempé pour oser prendre la défense de cet homme face à ses congénères ! Pour l'instant, on ne sait pas grand chose de Cécile, c'est surtout Marthe qu'on apprend à apprécier ici. :) J'ai hâte qu'on la découvre un peu plus. 

pour revenir sur les descriptions, j'aime beaucoup la manière dont tu décris la lessive avant les Allemands et après. On sent le vent de la défiance souffler, de la colère aussi. On a l'impression d'être avec ces femmes, à participer au cancanage. Je suis admirative du choix de tes métaphores ! 

Merci pour cette lecture et à très vite.

Aleyna. 

Reviewer: Sifoell Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 13:18 Title: 1. Cécile et le silence

Hello Roxane,

Korongo est arrivé, je me fais un marathon Héron ! et en plus ton texte était proposé aux Sélections Flamboyantes, alors d'une pierre deux coups.  Et puis même trois coups parce que j'adore lire ce que tu écris.

Je n'ai pas lu les contraintes du concours, j'ai préféré me jeter directement dans le texte. Et déjà, la France sous l'occupation allemande, ça me parle. Ce côté très injuste et pourtant institué que les français de l'époque devaient héberger des allemands, l'ennemi désigné, ou carrément leur laisser leur maison.

J'ai trouvé Cécile pleine d'une dignité révoltée, parce que bien entendu tout cela la met à l'envers. Et les réminiscences d'André qui peuplent son esprit - je n'ai pas compris s'il était mort ou juste encore à la guerre - la rendent profondément humaine.

J'aime énormément la qualité de ton écriture, qui est imagée, poétique, il y a un travail sur les sonorités, le rythme que j'aime beaucoup.

Je file lire la suite :)

Reviewer: Aleyna Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2021 13:16 Title: 1. Cécile et le silence

Coucou Roxane,

Alors le titre était déjà très poétique, ça ne pouvait que m'intriguer. J'aime beaucoup l'ambiance feutrée de la maison, dans laquelle la réalité vient brutalement s'imposer par le biais de cet Allemand.

Les références à André sont omniprésentes, il est le fantôme de ces lieux, je me demande ce qui lui est arrivé, puisque Cécile ne semble pas le savoir elle-même. Son ombre plane dans chaque pièce, jusque dans sa chair, tu le retranscris très bien.

Enfin, je souhaiterais ajouter que je suis fan de tes descriptions, elles sont très douces et imagées, tout à fait à mon goût quoi. :D

Merci pour cette lecture !

Aleyna.

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 21:34 Title: 5. La fin

Tu appelles ça "bâclé" ? J'entends que tu aies peur de te faire dépasser par les deadlines mais... bon, on ne se refait pas. Tu devrais être plus indulgente envers toi-même. Quoi que c'est peut-être l'exigence, aussi, qui fait le charme de tes textes.

Tu vois ce genre de lecture que tu ne peux pas continuer parce que tes yeux sont bordés de larmes ? Mais tu te forces à fixer l'écran parce que si tu t'arrêtes de lire, là, maintenant, le monde va s'écrouler et tu ne vas jamais t'en remettre ? Et encore délicieux hasard avec la musique qui s'emballe au bon moment. Je me suis mise à pleurer quatre fois. Très précisément. Et j'ai cru que je ne pourrais jamais finir ma lecture tellement j'étais littéralement AVEUGLÉE, tu vois le ridicule du truc ? xD

Je ne sais pas trop par où commencer. Je ne sais pas ce que j'ai préféré entre les leçons de français improvisées (l'harmonie des langues, bah voyons xD), le monde entre soudain en floraison, la chaleur qui n'étouffe plus mais qui réconforte, la description de la position de Gustav semblable à un point d'interrogation quand au premier chapitre c'est elle qui se tenait droite comme un "i" alors qu'elle avait envie de se plier comme un "s", la question du deuil et le spectre (et presque l'odeur) d'André qui est toujours là, les draps qui encore sont là (et qui nous font voyage ailleurs... dans une autre vie révolue), le retour des voiles (ah ça, on avance, le mouvement est perceptible chapitre par chapitre mais aussi mot après mot), et dans ces creux se niche une belle romance que je me suis surprise à aimer (alors même que tu ne l'introduis que depuis qu'un chapitre, quelle prouesse !). Tout est presque trop facile, et ça n'est vraiment pas un reproche, parce que c'est aussi parce que ça glisse sans heurts que ça fonctionne aussi bien. Parce qu'on ne peut sans doute rien faire face à l'amour parfois. Malgré ce ressentiment qui lui tiraille le cœur, Cécile cède quand même, et on voit à quel point ça lui en coûte de trahir ainsi la mémoire d'André. Mais ça finit merveilleusement bien. Parce que ce dernier paragraphe est autant sur son défunt mari, que sur elle, ou que sur Gustav. Ce que l'on retient, c'est surtout qu'elle est "rendue à elle-même", et ça c'est beau, et ça va bien plus loin qu'une simple romance. Elle reprend le goût de vivre, et ça laisse un goût à la fois doux et amer sur les lèvres.

C'est vraiment n'importe quoi mes reviews, je suis vraiment désolée, mais là j'écris un peu dans tous les sens parce que c'est comme ça que m'a assaillie l'émotion. Tu sais déjà à quel point j'aime et j'admire ta plume, mais là c'était encore au-dessus (pourtant, j'avoue que j'ai levé les yeux au ciel quand j'ai lu le résumé avant de cliquer... l'occupation, rien que ça xD j'ai eu raison de te faire confiance). Merci infiniment pour ce texte Rox, et merci d'écrire et de le partager.

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 21:10 Title: 4. Formes nocturnes

Bon. J'ai encore envie de pleurer.

Je ne suis même pas sûre que ce soit tant le sujet qui m'émeuve que ta plume, mais bon, difficile de séparer la forme du fond (d'ailleurs ça n'aurait pas de sens, l'ensemble est juste splendide).

Je me souviens avoir déjà lu ce magnifique (j'insiste, il est vraiment magnifique, et le jeu sur les sonorités est génial) passage sur l'été, "amant dont on se lasse" (ça devait être sur la WW? je me rappelle que tu avais malencontreusement accolé ça avec une histoire de raclette, et clairement le fromage n'était ici pas le bienvenu (bref. là n'est pas le sujet -->) La chaleur étouffe, et ça ne m'étonnerait même pas que je me mette soudain à transpirer alors qu'il fait -5°c chez moi.

Il se conduit quand même curieusement, cet homme. Il est étrangement prévenant (oui, en cela il est absolument "poli" comme le disait Marthe quelques chapitres plus tôt). Quand ils se regardent les yeux dans les yeux... "Il les a beaux" fait un bel écho à la phrase que j'avais déjà relevée au chapitre d'avant. J'aime beaucoup cette formulation. On est passé d'un constat (il les a bleus) à une forme d'appréciation (il les a beaux). Cette scène de découverte mutuelle dans la pénombre, où chacun se dévoile, fragile mais pas si vulnérable que cela, ça remue beaucoup. Ça remue le cœur et ça remue la tête (et j'ai toujours la musique que tu as suggéré en fond et, mon Dieu, tu ne pouvais pas faire de meilleur choix, ça se prête juste parfaitement à ton propos // j'ai fait une belle découverte musicale, du coup, merci).

A tout de suite pour la fin Rox ♥

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 20:53 Title: 3. La baignade

Qu'est-ce que c'est beau ! Qu'est-ce qu'on est immergé ! J'avais l'impression de crever de chaud avec Cécile. Et lorsqu'elle plonge son corps et ses lèvres dans l'eau... Il n'y a pas à dire, c'est ce que je préfère lire, et de loin (pas nécessairement le sujet, quoi que j'aime bien les romans historiques, mais ta plume est juste wow).

J'adore ces souvenirs et ces éclats du passé avec André qui lui reviennent parfois et qui illuminent son monde. C'est d'une tendresse infinie. C'est vraiment émouvant.

"Elle sent seulement la rage qui gronde en elle, comme le tonnerre avant l'averse, et le regard perdu de cet Allemand trop pâle, dont les cernes creusent comme des tranchées sous les yeux qu'il a bleus." Alors je ne sais pas, c'est peut-être juste la fatigue ce soir, ou peut-être que je suis parfois trop sensible, mais au-delà du fait que cette phrase est magnifique j'ai encore eu les larmes aux yeux xD (je pense qu'il y a un peu de ça). Merci d'offrir à ton lecteur d'aussi beaux moments.

Le dernier paragraphe *O*

Les deux dernières phrases me font redouter le pire... que fais-tu, Cécile ? Et encore, "son Allemand" a l'air bien gentil tel que tu le dépeins jusque-là.

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 20:44 Title: 2. Entre femmes

Oh. Mon. Dieu. Mais Roxane mince tu peux pas commencer avec des paragraphes aussi renversants. Le glissement des draps aux voiles est juste canonissime, et c'est sans parler de ce savon omniprésent, presqu'entêtant. J'ai pleuré quand tu évoques l'odeur du savon et la mousse. Mince. (Avec Einaudi toujours en toile de fond, autant te dire que l'émotion n'est toujours pas redescendue).

Les titres des chapitres sont juste ce qu'il faut d'intrigant, et les mots de tes chapitres font le reste et nous emportent là où tu veux. "Entre femmes", c'est décidément très intéressant, ces discussions qu'elles peuvent avoir durant leurs corvées.

Les mots en gras (qui t'ont sans doute été imposés, donc?) s'intègrent juste magistralement à l'ensemble (le travail que tu fais sur la toile d'araignée... soufflant), et je suis tellement admirative... Bon, tu le savais déjà que j'aimais ta plume, mais là c'est vraiment un concentré de ce que tu fais de meilleur. Et à côté de la poésie on a la réalité brute, et les discussions de ces femmes. "Comment il est, toi, ton Allemand ?" Bah dis donc, ça met une claque quand même, les métaphores passées ont vite le goût de l'amertume.

Bon, je suppose que "son Allemand" prendra une place progressivement plus importante dans l'histoire (dans sa vie ?). C'est classifié romance, et tu as choisi la citation d'Einstein alors j'ai l'impression (peut-être à tort) que tu vas vers : avancer pour se reconstruire. On verra. J'aime ta Cécile en tout cas. Je venais lire un peu ce que ce concours avait pu inspirer, mais ça aurait totalement pu être une lecture plaisir. Tu l'aurais écrite dans n'importe quelle situation que je l'aurais lue et savourée quand même.

A tout de suite !

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 20:31 Title: 1. Cécile et le silence

J'écoute, comme tu l'as suggéré, la musique de Ludovico Einaudi que je ne connaissais pas (la vidéo Seven Days Walking // Day One (Full Album) sur Youtube, je ne sais pas si c'est celle dont tu parlais). C'est dingue parce qu'à 1:55 je lisais "Vous réquisitionnez la maison ?" et la musique prenait un tout autre tournant, heureux hasard. La musique que tu as choisie forme en tout cas un bel écrin (quoi que ce puisse aussi être ton texte, le bel écrin).

Ce début me fait penser, toutes proportions gardées, au Silence de la mer, de Vercors, avec cette volonté mutisme des hôtes "occupés". J'ai hâte de voir ce que tu en as fait. En tout cas, je suis déjà sous le charme de tes mots et de toutes tes figures de style.

Reviewer: bellatrix92 Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 18:21 Title: 5. La fin

C'était vraiment une fin très réussie. J'ai beaucoup aimé

Reviewer: bellatrix92 Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 18:19 Title: 2. Entre femmes

c'est vraiment curieux, cette présence et absence à la fois

Reviewer: bellatrix92 Signé [Signaler ceci]
Date: 10/03/2020 18:16 Title: 1. Cécile et le silence

Hé bien décidément, les participants aiment les guerres mondiales! C'est à la fois original et bien écrit!

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.