Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour Le recueil de rien du tout
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Caroliloonette Signé [Signaler ceci]
Date: 03/09/2021 19:07 Title: Guérison

Celui-là est en effet très court, ça surprend d'ailleurs. Mais là où tu maîtrises à la perfection c'est que j'ai bien compris et j'avais même une scène en tête juste à partir de ces quelques mots. Une personne souffrant et une autre qui tente de la réconforter, de lui faire entrevoir un avenir meilleur, ou du moins un monde avec de l'espoir mais finalement rien ne sort car elle ne sait pas quoi dire/faire. Les intentions sont là, mais c'est tout !

Reviewer: Pruls Signé [Signaler ceci]
Date: 25/07/2021 10:31 Title: Guérison

Oh wow. Je ne m'attendais effectivement pas à quelque chose d'aussi court. Mais suffisant, ça peut l'être en effet. Tu fais le tour (ou tu n'arrives pas à le faire, et c'est tout le propos). C'est intéressant, mais en même temps ça désarçonne un peu. L'idée me plaît en tout cas.

Reviewer: Dedellia Signé [Signaler ceci]
Date: 09/07/2019 18:12 Title: Guérison

La courteur de ton poème est tout à fait appropriée. Il est court mais le message est là et justement un poème long aurait été un peu ironique. C’est direct, c’est droit au but et j’aime bien. C’est le dernier vers que je préfère, il résume tout en cinq mots. J’ai envie de partir sur des interprétations un peu trop poussées qui seraient plus longues que l’ensemble du poème, car c’est ce qu’il donne envie de faire ton poème. Bref, il m’a vraiment transportée!

Reviewer: Eejil9 Signé [Signaler ceci]
Date: 28/05/2018 18:43 Title: Guérison

Hello, c’est de nouveau moi ! Je ne garantis pas une review aussi longue que la précédente sur un poème aussi court mais je vais faire de mon mieux.

Je ne suis pas très très poésie, je n’ai donc pas été aussi emballée par ce texte que par le précédent, mais il y a pas mal de choses qui m’ont plu. Déjà son extrême simplicité et l’effet de clôture, de chute, qui m'évoque un peu la forme du haïku (ou la poésie marchombre, si tu connais Pierre Bottero, parce que je ne peux jamais m'empêcher de penser à lui). J’aime aussi (alerte gros mot d'étudiante en lettres, je m’excuse d’avance) l’aspect métapoétique de ton texte. C’est un poème qui parle de l'impossibilité à dire et qui dit en disant qu’il ne peut pas dire. C’est peut-être pas une grande nouveauté, l’ineffable en poésie, mais j’ai aimé que tu exprimes ça non pas avec de grosses figures ronflantes comme le font pas mal de poètes mais avec des mots tout simples, des mots de tout les jours. J’ai aimé aussi le travail de l’anaphore, ma grande construction de ce poème si court mais qui se suffit à lui-même. En cela, d’ailleurs, tu as raison : il est suffisant, ce poème. En rajouter aurait perdu tout son effet. J’ai aimé le fait que le dénuement se poursuit jusque dans la ponctuation - ou la quasi-absence de ponctuation. Pour être honnête, j’ai du mal avec la poésie sur le héron parce que j’ai souvent l'impression que ça n’en est pas, de la poésie. J’y lis des comptines, des exercices de style, rarement des poèmes (pfioooouuuu j’ai l’impression d'être tellement snob en écrivant ça :’( ). Ça, c’est un vrai poème, pensé, mesuré. Bravo, donc, tu as convaincu la grincheuse que je suis. 

Cependant (parce qu’il doit bien y en avoir un), cette simplicité que j’ai appréciée est aussi ce qui fait que ce poème ne m’emballe pas plus que ça. Je suis extrêmement difficile en matière de poésie, et si ton poème est efficace et qu’il se suffit à lui-même, il ne suffit peut-être pas à me retenir, moi, lectrice. La violence de ton texte précédent me manque peut-être... Ce n’est pas tant une question de longueur qu’une question de force, je crois. 

Bref, je salue le travail et j’ai tout de même apprécié, sans être absolument enthousiasmée ! ;) et je reviendrai lire tes prochains textes ! 

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.