Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour Illusions surnuméraires
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Lyssa7 Signé [Signaler ceci]
Date: 08/01/2018 14:18 Title: Terreur cérébrale

Bonjour Eejil !

Ton recueil me faisait de l'oeil à chaque fois que je le voyais passer dans les nouveautés alors je prends le temps d'en lire un ou deux. Ce premier texte, je me souviens que tu l'as écrit durant l'une des nuits, c'était la première que je faisais d'ailleurs et j'avais adoré ce que tu avais fait du thème.

Les phrases en italique entrent dans l'esprit comme une sorte de ritournelle, de chanson, de comptine étrange. Vraiment, j'adore ces passages. Et elle fait tourner ces rouages merveilleux, délicieux engrenages. Vite, vite, vite. Pour te dire, plus d'un an après, je m'en souviens encore !

Par contre, petite coquille dans le troisième paragraphe où tu as écrit : "Leur cerveau était-il mon bien fait que les hommes..." A un autre moment de ton texte, tu appelles Madeleine "Marianne".

La fin est en demi-teinte, à la fois douce et amère mais terriblement réaliste aussi. A cette époque, je suppose qu'on ne pouvait pas se permettre de se laisser aller aux rêveries au risque d'être rapidement rattrapée par la réalité...

Et cette phrase de fin qui rappelle cette comptine magnifique : Et elle fait tourner ces rouages merveilleux, délicieux engrenages. Vite, vite, vite. <3 C'est presque certain que je vais l'avoir dans la tête une bonne semaine. :mrgreen:

Bravo pour ce texte, Eejil ! Je suis d'autant plus admirative que tu as eu extrêmement peu de temps pour l'écrire !

Lyssa.

 



Réponse de l'auteur:

Tu surveilles les nouveautés du Héron ? (mais qui fait ça ? :mg:) Je crois que tous les textes de ce recueil ont été écrits pendant les Nuits ;) En tout cas, je suis contente que ça t'ait plu, même si c'est franchement celui que j'aime le moins, rétrospectivement.

Merci d'avoir relevé les coquilles, mais comme c'est les Nuits, je laisse tel quel ;)

Mille merci pour ta review qui est tellement mignonne et adorable, je réponds de manière trop nulle à côté <3 (Et désolée pour la comptine ! :mg:)

Reviewer: The Night Circus Signé [Signaler ceci]
Date: 24/06/2017 15:17 Title: Terreur cérébrale

(Avant de passer au rester, juste deux petits choses, il me semble qu'on dit "aller aux vêpres et pas à vêpres, non ? Et aussi à un moment j'ai l'empression que tu appelles ton personnages Marianne au lieu de Madeleine, ou alors j'ai moins compris quelque chose !) 

 

J'ai bien aimé ce texte, en particulier toute la première partie, parce que je trouve qu'elle fait galloper l'imagination, et ce que j'ai particulièrement aidoré, c'est le fait que la description de ce qui se passe dans sa tête à elle nous la fait imaginer de façon extrêment visuelle, alors même qu'on a aucun renseignement physique ou autre, du coup ça m'a limite gênée que tu confirmes qu'elle avait 17 ans ou le type de société dans lequel elle avait grandi, parce que c'était presque superflu tellement ça se comprenait !

Après, a tentative de fugue, j'avoue voir moins accrochée parce que je l'ai trouvée un peu précipitée dans la façon de la raconter, (même si ceci dit j'ai apprecié le côté jeune fille enfermée par sa mère, c'est le pire xD ) masi après j'ai re adoré la fin, la chute.

ça m'a fait pensait à Emily Dickinson en fait, qui a quasiment vécu en réclusion, mais voyageait dans sa tête en écrivant, et c'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé dans ton texte, le choix du voyage interieur plutôt que de l'oisiveté pouisque le voyage exterieur ne lui ai pas permis; mais au final, ça rejoint un peu ce qu'elle disait au début du texte sur les femmes savantes; elle les révère pour leur esprit plutôt que pour leur voyage, donc en un sens je trouve la boucle bouclée, et aussi, assez réaliste pour l'époque !



Réponse de l'auteur:

Bon j'avoue "aller à vêpres" c'est pour faire vieillot, je crois que ça se dit dans la langue du XVIIIe siècle. Et oui le personnage a changé de nom en cours de route, parce que je me suis inspirée du nom de Marianne dans La Vie de Marianne de Marivaux, même si c'est pas du tout le même genre de personnage, et du coup ça a fait des interférences.

Si tu savais comme ça me fait plaisir que tu dises que certains détails sont inutiles, ça me change, parce que les gens me posent toujours des questions sur ce que je sous-entend, là c'est bien que ce soit l'inverse :mg:

Oui, il y a sans doute un côté précipité dans la fugue, mais je l'ai écrite pendant une Nuit (enfin je crois), si ça se trouve j'arrivais à la fin du temps, En vrai je ne me souviens plus trop 0:)

Wow je connais mal Emily Dickinson (je sais juste qu'elle vit recluse et qu'elle écrit des poèmes avec souvent des pitits bouts de phrases partout) mais j'aime bien voir mon personnage dans cette figure-là !

Merci pour ton commentaire ma mouthe <3

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.