Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour Ivraie
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Drusila Signé [Signaler ceci]
Date: 19/09/2014 14:54 Title: Chapitre 1

C'est assez particulier comme ambiance. En fait, j'ai surtout aimé comment l'atmosphère, la lourdeur de cette fin de journée colle aux personnages, à leurs aspirations à venir, en suspens et même à l'absence de celle ci. Au début, je m'y perdais un peu dans les personnages- surtout qu'il y a peu de descriptions physiques- mais chacun se caractérise par une action, une façon de parler ou un comportement.

Et qui a dit que les vacances d'été c'était fun xd ? Au delà de l'ennui, il y a quelque chose de bien plus lourd et j'aime beaucoup!!!

Reviewer: Ewie Anonyme [Signaler ceci]
Date: 23/03/2013 22:04 Title: Chapitre 1

Ce texte est vraiment très, très bien écrit et un rien poétique. Pour ne citer d'un passage "Dans mes oreilles résonnent l’écho des fleurs, l’écho des feuilles froissées contre le vent." à la fin, c'est vraiment magnifique.
Néanmoins, j'ai eu du mal à retrouver le thème, du coup on est un peu embarquée par l'écriture et... j'en ai un peu oublié l'histoire --'
Merci beaucoup pour cette lecture !

Reviewer: Halalyl Signé [Signaler ceci]
Date: 14/12/2011 18:24 Title: Chapitre 1

C'est superbement écrit. Le texte est riche de ce côté là, presque un relent de poésie parfois.
Le tout sur une trame très désabusée et triste, un peu.
Tout ça est vraiment très sérieux. Pour le style plus que pour l'histoire, merci pour ce texte que j'ai apprécié lire.

Reviewer: feuded Signé [Signaler ceci]
Date: 13/07/2011 20:45 Title: Chapitre 1

Chouette texte mais si j'avais envie de chicaner je releverais un point : la description systématique des cheveux des personnages. Cela traduirait-il un sentiment d'insécurité capillaire latente ?

Réponse de l'auteur: Non, je te rassure, aucune calvitie précoce à l'horizon! Je n'avais pas remarqué que j'insistais autant là-dessus (je viens de relire: il y a seulement deux personnages dont les cheveux sont mentionnés, c'est pas tant que ça, si?). Merci, je suis contente que tu aies apprécié.

Reviewer: via_ferata Signé [Signaler ceci]
Date: 25/12/2009 23:50 Title: Chapitre 1

Tout d’abord, j’ai envie de te dire que j’aime beaucoup ton titre. On ne parle pas assez souvent des titres, et pourtant, ils peuvent changer le sens d’un texte. Je les aime simples et nébuleux… « Ivraie » coule avec aisance : on a envie de parler du texte pour souffler son titre.
Et puis… Il convient si bien à l’ambiance du texte. Il y a des brindilles contre sa joue, il y en a partout. Quelqu’un en arrache une, nerveusement, puis arrache un à un chaque graine de l’épi, en ponctuant la conversation des ses mouvements de poignet sec, de ses doigts crispés qui triturent la brindille…
Bref.

On peut considérer que si je m’emballe dès l’introduction, c’est que j’ai aimé le texte. En effet, quelle mesure dans les phrases ! Le ton est juste, les images très claires, très nettes. Un regard fuyant se fixe sur des détails, qui prennent de l’ampleur. Des cheveux, des yeux. –des chevilles, et toujours avec beaucoup de naturel.
La seule chose qui a brisé ma lecture, et à chaque fois ça me gène, c’est ceci :
« - Quand partez-vous, demande Vadim pour la troisième fois. »
C’est peut de chose, mais ne pas voir de point d’interrogation perturbe le ton que je donne à ma lecture, je ne comprends pas la phrase, je reviens sur l’inversion, elle confirme qu’il devrait y avoir question, question il n’y a pas, maiiiis….
Alors je reprends, et :
« - Quatre jours. »
Il n’y a pas de « dans », du coup je me demande si je n’ai vraiment rien compris, si j’ai lu un « combien de temps » « quand », mais non.
Et bizarrement, s’il y avait eu un point d’interrogation, je n’aurais pas tiqué ensuite. Ca a quelque chose du soupir, l’inexpression est géniale. Tout dire est trop, Macha retient des mots, et garde un part de non-dit, comme réconfort, ou comme atténuation.

Re-bref.
J’aime vraiment le ton. Le temps qui s’écoule discrètement l’air de rien. Il y a des silences, pas besoin de parler. Et des mots. Dits et redits. L’habitude est agréable quand elle est rare. (houla… ce que j’écris ne veut rien dire… ce que j’entends, c’est que… parfois, on a l’impression de vivre quelque chose qui s’inscrit dans un quotidien, mais qui pourtant n’est pas si régulier que ça. L’impression que le temps s’arrête parce qu’on est bien, là, depuis assez de temps. Et même si c’est nouveau, ça semble éternel. Enfin, je ne sais pas si j’ai été claire, ni même si c’est que tu as voulu transmettre, mais voilà…)

Pour ce qui est du futur, beuh… je crois que je ne vais pas m’étendre. Tu as coupé un moment, et laissé au lecteur l’opportunité de l’inscrire dans un contexte, et de le poursuivre… T’expliquer à quel point j’ai aimé qu’il ne soit abordé qu’indirectement, ce serait me risquer dans l’épanchement personnel, donc… voilà, on va éviter.
Par contre, quelle que soit ma lecture, il me semble désespéré, ou du moins vu désespérément, ce qui ne semble pas vraiment correspondre au sujet de l’atelier.

Pour finir, je veux juste souligner le passage du papillon qui s’embrase… Il est terrible. Et si je m’avance un peu, c’est lui le centre de mon image du futur dans ce texte. Encore une fois, voulu ou non, je n’en sais rien, l’image est splendide et mon esprit l’a assimilée aux conversations.

Brefouille, j’ai aimé ce texte –au cas où je ne l’aurais pas exprimé clairement dans cette review…

Reviewer: Lyane de Rivesen Signé [Signaler ceci]
Date: 19/12/2009 01:04 Title: Chapitre 1

J'avoue que j'ai eu du mal à détecter le Futur dans ce texte. Et puis je l'ai relu, en réfléchissant un peu plus au sens des mots. Et j'ai compris. C'est un peu l'avenir tué dans l'oeuf, tout ça^^.

Question style, je trouve qu'il "coule" très bien. Il y a un bon rythme dans la longueur des phrases, les dialogues, les rélfexions et les actions. Vraiment parfait pour ce genre de scène un peu hors du temps: on se pose juste un moment avant de repartir.

En tout cas, le groupe d'amis est attachant. Ils sont tous nuancés et pour donner cette impression en si peu de mots, c'est une sacrée performance. Tu n'as pas caricaturé les rôles dans ce groupe et ce n'est pas facile lorsqu'on ne travaille pas un texte long.

Reviewer: Avel Signé [Signaler ceci]
Date: 09/12/2009 13:02 Title: Chapitre 1

Ton texte est très beau.
Très bon style. Un style reconnaissable aussi.

J’ai cependant trouvé parfois que certaines phrases faisaient trop empesées («Le ciel est un tissu découpé au tranchant des orties », « ses cheveux mouillés comme une vigne entre ses mains »), peut-être est-ce plus les métaphores et comparaisons qui sont empesées, plutôt que le style. Mais sans pourtant que je trouve que ce soit un défaut du texte. Empesée mais le message convié ne prend aucune lourdeur.

C’est un texte je dirais presque impressionniste en quelque sorte : aucune action, pas vraiment non plus des pensées, plutôt des sensations données par le paysage. Ce qui est le vrai personnage ici, c’est la météo, le paysage, tout cela qui fait l’ambiance – lourde et innocente, c’est par cela que tient ton texte.

J’ai donc beaucoup aimé ce texte.

Cependant en ce qui concerne les sujets de l’atelier, j’ai eu du mal à percevoir lequel tu avais choisi. On retrouve les contraintes, le papillon et le bandeau, mais où est « l'avenir a toujours représenté l'espoir d'un monde meilleur » ? Il y a quelques allusions : l’Europe, rester pour le « Real paradise »…Quel espoir ? Ton texte est si pesant que malgré les espoirs annoncés, on n’y croit pas. D’ailleurs tu as écrit : « ses espoirs déchirés », significatif, non ?
Pour moi ton texte ne respecte pas le sujet. Il aurait fallu que l’espoir, ou du moins l’avenir espéré y ait plus de place. Ici finalement on ne sait pas vraiment ce qu’ils voudraient pour leur avenir.
Plutôt que l’espoir d’un monde meilleur, on ressort de ton texte avec l’impression que l’espoir en le futur est illusion.

Avel - Azenor

Reviewer: verowyn Signé [Signaler ceci]
Date: 08/11/2009 14:18 Title: Chapitre 1

Je vais m'embarrasser (ANGLICISME! *baffe* SOS, je sais plus parler français...) en me répétant, mais bon, tu commences à y être habituée je crois: ce texte est sublime.

Je suis, une fois de plus, bouche bée devant ton talent.
Je te vénère.
Et je suis particulièrement constructive.

Une prose sublime, une ambiance qui me met des frissons, cette impression que le temps est comme en suspension... Wahou. Magique, tout simplement.
Des personnages qui pourraient n'être qu'esquissés, mais si bien écrits que leur personnalité rayonne entre les lignes.

Le passage du papillon me serre la gorge chaque fois que je le lis.

I'm in awe, tout simplement.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.