Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour Seraphine
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Zazantor Signé [Signaler ceci]
Date: 05/05/2013 10:13 Title: Skyline

Beau travail tant sur sa présentation que sur l'émotion qu'il transmet. Tu peux poursuivre dans ce sens, à voir quels sentiments tu cherches à faire éprouver, pour clarifier ton expression je pense. Je n'ai pas cerné certaines phrases. En tout cas beau travail, et jolis dessins ;)
J'ai beaucoup aimé tes deux premiers chapitres :)

Reviewer: Ewie Anonyme [Signaler ceci]
Date: 23/03/2013 15:42 Title: Skyline

Merci d'avoir remis les liens !
C'est très particulier, je n'avais jamais eu l'occasion de lire quelque chose de ce genre, du coup je n'ai vraiment aucun élément de comparaison.
Comme tu dis, c'est vraiment de la poésie désabusée, surtout cette dernière planche. C'est une ambiance particulière en fait et ce n'est pas pour me déplaire.
Les dessins sont très sympas, mention spéciale pour le dernier ^^

Reviewer: Ewie Anonyme [Signaler ceci]
Date: 21/03/2013 21:25 Title: Skyline

Oh bah c'est sympa ça @_@ Une histoire illustrée ça change ! Moi qui aimait bien la bannière en plus x)
Le dialogue ne me semble pas assez naturel à première vue mais c'est dur de juger sur si peu ^^'
Par contre les images suivantes n'apparaissent plus ; ____ ; J'peux pas lire du coup...

Réponse de l'auteur: Ah, merci, ça fait plaisir cette réaction ! J'avoue que je ne vise pas le réalisme au niveau des dialogues, plus le poétique désabusé. Enfin... Bref, en principe, les liens sont réparés dans les chapitres suivant... ^^

Reviewer: Enaid Signé [Signaler ceci]
Date: 21/10/2012 17:29 Title: Skyline

Le style est déroutant, mais attise ma curiosité. La lecture est très rapide, ce qui rend les chapitres un peu trop courts.. Mais le mystère est là ! Je tacherais de lire ton histoire jusqu'à la fin =)

Reviewer: Selene Signé [Signaler ceci]
Date: 23/09/2012 14:47 Title: Skyline

Ton histoire semble intéressante. C'est très bien écrit, on a envie d'en savoir plus. Ce que je trouve juste dommage c'est que ton texte ne soit pas plus long au niveau des chapitres. ça se lit très bien et j'avoue que c'est un peu frustrant que ce soit court. Pour l'instant l'intrigue est un peu floue parce que ça commence doucement, mais je suivrai ton histoire avec intérêt et je te dirai au fur et à mesure ce que j'en pense.
En tout cas, bonne continuation.

Reviewer: QueenOfDarkness Signé [Signaler ceci]
Date: 24/08/2010 19:14 Title: Malheur au Prince

Bon, j'en ai assez^^Tes textes mes plaisent énormément, je voudrais beaucoup pouvoir te complimenter.... sauf que je ne peux pas parce que Alecto, Via, Azenor et les autres disent toujours tout ce que je pense en premier, alors je ne peux rien trouver qui ne soit pas redondant^^
Alors je vais devoir me contenter d'un simple: Whouaaaaaaaaaaaaaaa, j'adooore! Et préciser que Séraphine est le nom parfait pour une ville-enfant. J'aurais aimé connaître le prénom du Prince, ceci dit. Mais j'aime beaucoup tout de même!

Réponse de l'auteur: Héhé, il faut juste commenter avant de lire leurs remarques ! ;-p

Non, sans rire, je suis très contente que mes écrits te plaisent et aussi que tu prennes le temps de me laisser un petit mot ! ^^

Pour le prénom du Prince, je t'avoue que je ne le connais pas moi-même.

Reviewer: lunalice Signé [Signaler ceci]
Date: 22/06/2010 15:52 Title: Malheur au Prince

Ton texte est magnifiquement bien écrit. J'aime beaucoup l'histoire du prince-enfant, de la ville-enfant.
Bravo :)

Réponse de l'auteur: Merci beaucoup, je suis très heureuse que ça t'ait plu.

Reviewer: via_ferata Signé [Signaler ceci]
Date: 29/11/2009 22:56 Title: Malheur au Prince

En lisant le titre, et le résumé (surtout la première phrase, la plus intéressante pour la rêveuse que je suis), je suis partie en demi délire (très calme, on aurait presque pu croire que je méditais sur le Jérusalem Délivrée du Tasse, comme je venais de l’annoncer…) sur un enfant prisonnier de ses propres rêves.
Bref, pleine de belles images, je clicotte sur ton texte.

Et bon sang ! Séraphine, quel nom parfait pour une ville-enfant. Avec ce prénom de jeune femme, on la voit, impétueuse, inconstante. Pourtant, elle est vieille, la ville, son corps de pierre en témoignerait.
Et à côté de ça, on a ce jeune souverain courbé sous le poids des années. Il semble vieux, vieux et décadent par la manière dont il est traité.
La ville et le prince ont inversé leurs rôles, et j’aime ça… Dès les deux premiers paragraphes, je suis emballée, enthousiasmée.

Les vieillards capricieux, et l’enfant à qui on fait la sourde oreille, encore…

Puis vient une esquisse, l’ombre d’un sourire : Lorenzo chasse ces années sombres, l’espace d’un instant (j’adore cette expression. Elle a quelque chose de superbe. Si un jour je pouvais la visualiser, verte, jaune et rouge, je crois que je serais comblée. Bref.)
Puis les livres et –enfin ?– les rêves… Des rêves et des voyages. Tu sais que si je devais formuler la Renaissance, je dirais « des rêves et des voyages » ? Bien sûr, il y a plus, mais quoi d’essentiel ? Quoi d’immédiat ? Enfin, je viens peut-être de dire une grosse ânerie, mais comme je l’assume complètement, ce n’est pas bien grave.

Zappons les meurtres, il n’y a rien à dire, sauf des divagations (trop d’insomnies nuisent à mes propos.)
Passons au Léthé : ce n’est pas un fleuve des Enfers, ça ? Le fleuve d’oubli, chez les grecs. Carlotta était destinée à l’oubli, sans quelques circonstances, elle y aurait plongé. Et tu l’inscris dans nos mémoires en la noyant dans ses eaux… Miam.
Surtout que le pont des souvenirs passe par-dessus… *soupir*

Et la fin, charmante. Enfin… on se comprend…

Malgré tout ça, ce texte me plait moins que d’autres… Pourquoi, je ne sais pas exactement. Il y a comme une hésitation dans le style, un trébuchement dans l’approche… Bref, un cafouillement quelque part. Au milieu du texte, et jusqu’à la fin, il manque quelque chose…
Mais j’ai quand même vraiment bien aimé.

Réponse de l'auteur: Le Tasse pour toi, Musset pour Alecto, je suis contente que mon petit texte vous inspire de telles pensées. Je ne sais pas exactement d'où m'est venu le nom de Séraphine. J'imaginais cette première scène, ce balcon, cette calme sérénité du soir, et le nom m'est apparu juste parfait. J'adore tes remarques sur la ville-enfant et le prince-vieillard. C'est tout-à-fait ce que je voulais rendre. *happy, happy, happy*

Il est mignon Lorenzo, hein? *sourire à la Mr. Green*

La Renaissance? des rêves et des voyages. Oui, oui, trois fois oui! Je vois qu'on partage la même image.

Et absolument oui aussi pour le Léthé fleuve de l'Oubli. Et c'était un clin d'oeil à Baudelaire, également, qui a un poème qui commence par Je suis comme le roi d'un pays pluvieux / Riche mais impuissant, jeune et pourtant très vieux et qui finit par Il n'a su réchauffer ce cadavre hébété / Où coule au lieu de sang l'eau verte du Léthé.

C'est embêtant que tu ne saches pas mettre le doigt sur ce qui cloche. Alecto ressentait ça aussi, donc j'en déduis qu'il y a effectivement un souci, mais difficile de dire quoi exactement...

Reviewer: Alecto Signé [Signaler ceci]
Date: 09/11/2009 23:37 Title: Malheur au Prince

Italie-Renaissance, oui, tout-à-fait! La lumière, les Ecritures (très jolie phrase de l'Ecclésiaste! et que tu renverses bien), les bibliothèques, le pont des Souvenirs. C'est drôle, parce qu'en lisant la première partie je me suis dit que le Prince pourrait être un Lorenzaccio arrivé au pouvoir jeune, qui n'aurait pas eu à s'humilier. Ça a fait clic lors de la description de la ville coupée en deux; Lorenzaccio aussi fait toute une diatribe sur les faubourgs misérables (exsangues, quel joli mot), où les gens vendraient leur âme pour un peu d'argent, il me semble, non? Et puis à ce moment-là, Lorenzo le page arrive.

Mais la ressemblance se limite aux thèmes évoqués. Le style chez toi n'est pas aussi noir; il me ferait penser plutôt à une fresque. Très clair, épuré, des formes pleines (ça part un peu en cacahuètes ce commentaire, mais je ne pense pas délirer tant que ça: le premier paragraphe est tellement un tableau, le nom "séraphine" lié à la description d'un garçon aux boucles blondes... Il y a cette image qui a littéralement bondi devant mes yeux: http://roumientrelafranceetlatunisie.hautetfort.com/images/angelot.jpg). Bref, ce texte est un plafond de chapelle.

Pourtant, il y a quelque chose qui fait que ça ne me transporte pas autant que Rien que le vent. C'est très bien écrit, mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui manque. J'ai l'impression que le choix n'est pas assez tranché entre un récit réaliste et un récit friserait l'allégorie. Il y a soit trop de détails, soit pas assez. La fin par contre est très bien, elle mêle les deux dimensions sans qu'on ait l'impression que ce soit le résultat d'une hésitation.

Sinon, j'adore l'ambiguité des relations entre le Prince et Lorenzo. On sent la slasheuse en puissance XD

Réponse de l'auteur: Un jour il faudra qu'on m'explique pourquoi je mets autant de temps pour répondre à tes reviews géniales... Parce qu'il me faut un peu de temps pour les digérer et que ça me permet d'avoir le plaisir de les relire, peut-être... XD

Bien joué pour Lorenzaccio. C'était totalement l'une de mes inspirations. C'est la première fois qu'on compare un de mes textes à un plafond de chapelle, lol. Séraphine... En fait, une autre de mes inspirations c'est Les Villes Invisibles d'Italo Calvino. Je serai incapable de dire s'il en a effectivement une qui s'appelle Séraphine ou pas, mais c'est un recueil de descriptions de villes imaginaires qui portent toutes des prénoms de femmes particulièrement exotiques: Zaïre, Bersabée, Tamara...

Pour le mélange des genres, je visais définitivement plus l'allégorique que le réaliste, étant donné que c'est précisément une ville imaginaire, centrée sur ce motif de l'utopie et de la nécessaire corruption du pouvoir. Du coup, trop de détails? Peut-être. Mais ça ferait un peu nu, sans. Et puis, il y a ce côté architecture italienne, chargée, précieuse, que je voulais rendre.

Oui, j'étais une slasheuse qui ne s'assumait qu'à moitié, lol. Sans rire, c'était un choix de ma part. Je voulais une ambiguité mais rien d'explicite. Le jeune âge des protagonistes l'explique, je voulais un léger non-dit dans leur relation, en leur préservant leur innocence.

Reviewer: Lilith Signé [Signaler ceci]
Date: 09/11/2009 20:17 Title: Malheur au Prince

J'apprécie beaucoup l'ambiance que tu décris dans ton texte: j'ai l'impression de plonger dans les intrigues de la Cité des Doges ou encore dans celles des Médicis florentins. Je ne m'attendais pas du tout à la chute, tu as fait de l'Enfant-Prince, un disciple de Machiavel: le Prince ne doit pas seulement être aimé de son peuple mais aussi craint. ^^
En tout cas, bravo pour avoir réussi à me donner l'impression d'y être ! Et au plaisir de te relire pour d'autres textes, Vero. ;-)

Réponse de l'auteur: Formidable. Je suis contente que ce soit l'ambiance que tu ais ressenti : c'est vraiment ce que je visais! Une cité imaginaire, certes, mais définitivement en pleine Renaissance italienne! Très heureuse que ça t'ait plu! ^^

Pas de résultats trouvés.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.