Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Kriss Signé [Signaler ceci]
Date: 30/09/2014 22:19 Title: Chapitre 1

Edit : la phrase dont je parlais est donc bien "Il n’y avait rien d’étonnant à rencontrer de tels êtres si loin de chez eux, car une potence projette une ombre longue de bien des lieues."
J'avais oublié de chercher la citation exacte dans ton texte quand j'ai publié ma review ;)

Reviewer: Kriss Signé [Signaler ceci]
Date: 30/09/2014 20:36 Title: Chapitre 1

Ton texte était très intéressant !

La notion de suspens en était relativement absente : au vu de la forme choisie on sait que le preux chevalier triomphera de toutes ses épreuves et en sortira grandi. Mais l'intérêt de ton texte ne se situe pas là, il réside dans l'intelligence des épreuves, et dans la morale qui en découle. J'ai énormément apprécié le passage dans la ville, avec cette histoire de cité-labyrinthe dont on ne peut trouver la sortie qu'en prenant littéralement de la hauteur. J'ai vu que tu t'es inspiré d'une véritable ville grecque, mais quelle bonne idée tu as eu de l'intégrer à ton histoire ! Ca amène également une dimension de flou géographique qui fait écho au flou temporel : on ne sait ni exactement quand, ni exactement où ça se passe (même si Mélusine est traditionnellement située à Lusignan). La dimension esthétique m'a aussi beaucoup plu, avec toutes ces descriptions opposées qui se font le reflet l'une de l'autre (le chevalier miroir dans l'environnement putride, le château avant et après...).

La façon que tu as eu de décrire les différentes épreuves et rencontres était également très bien amenée. La vieille qui doit prouver plusieurs fois qu’elle ne lui veut pas de mal, le serpent qui s’incline deux fois, la voix dans les marais qui le prévient qu’il est bienvenu avant de lancer ses troupes à l’assaut… J’ai trouvé que cette notion d’étapes à l’intérieur même de chacune des épreuves était très utile pour donner de la crédibilité à ton histoire. On se met ainsi, nous, lecteurs du 21ème siècle, incrédules devant l’Eternel et facilement blasés, à la place du chevalier. Y a un peu l’idée de « sceptique tant que je ne l’ai pas vu de mes propres yeux ». J’ai trouvé ça tout à fait d’actualité. Ça donne plus de profondeur à ton personnage.

Et puis l'histoire de Mélusine est très chouette à la base, alors j'aime ton interprétation !

Dans les points négatifs, je citerais le caractère assez pesant de ton texte, en matière de forme je veux dire. Je trouve que l'équilibre entre tes mots (choisis pour leur précision et leur sonorité médiévale, bien entendu, mais qui amènent fatalement une "légère lourdeur" si je peux dire ^^) et les paragraphes longs et denses est assez maladroitement dosé. Tu aurais peut-être gagné en confort de lecture en aérant ton texte avec des sauts de lignes plus fréquents.
De plus, j'ai tiqué plusieurs fois sur des coquilles…

Mais en dehors de ça, mon avis est tout de même extrêmement positif. Je n'imaginais pas, en commençant la lecture, rentrer à ce point dans l'histoire. C'était vraiment ingénieux comme texte, et passionnant !

Et pour finir, j'ai relevé quelques tournures de phrases magnifiques, avec une mention spéciale pour « l’ombre de la potence ». Cette phrase est tout simplement brillante, je ne sais pas où tu es allé pêcher cette image mais elle est superbement évocatrice, harmonieuse, et les sonorités et le rythme sont tout simplement parfaits. Je suis amoureuse de cette phrase.

Félicitations, et merci pour ce texte ! :)

Réponse de l'auteur: Pour l'histoire de l'ombre de la potence, elle m'est venue à l'esprit spontanément. Je te remercie de ton intérêt. Je reconnais que je n'ai pas une très bonne orthographe et les coquilles sont malheureusement nombreuses dans mes textes. Pour le style, c'est aussi en partie un choix. Le castel de la Vouivre est en partie basé sur un roman de chevalerie appelé "Bel Inconnu". J'ai donc essayé de garder un aspect médiéval au texte. Pour les sauts de ligne... je n'y ai tout simplement pas pensé.

Reviewer: Vifdor Signé [Signaler ceci]
Date: 15/07/2014 22:11 Title: Chapitre 1

J'ai bloqué sur le nom "Helmut (Gehrar de) Köln" car je l'ai associé à Helmut Kohl et je me demandais ce qu'il venait faire dans cette galère. haha
Les pistolets à rouet m'ont paru un peu too much comparé au ton du reste de l'histoire, ça me semblait pas si tardif même si ok c'est assez lache temporalement pour faire ce qu'on veut. x) Bref à ce niveau là je trouve que c'est cool car l'histoire colle vraiment avec le vocabulaire employé et la narration, tout en apportant quand même un peu de modernité dans les descriptions.
Le passage du chevalier miroir est très chouette. Et après on se retrouve dans le château de la Belle au bois dormant. C'est sympa de reconnaitre les références. ^^ Et la fin tombe plutôt à pic, un combat trop épique n'aurait pas eu de sens ici. cette nouvelle est très sympa, merci de l'avoir partagé. :D

ps : pour répondre aux commentaires, tu dois cliquer sur "répondre" sinon ça poste ta réponse comme une autre critique et non comme une réponse. ;)

Réponse de l'auteur: Je me suis bien amusé à l'écrire aussi. La nouvelle est truffée de référence. Par exemple, la ville de la vouivre est inspirée d'une ville réelle en Grèce et la seule manière de trouver la sortie c'est bien de monter sur les toits comme dans la nouvelle. Après, comme le passage dans le marais le montre, on n'est pas dans une époque bien déterminée. On y croise aussi bien des mérovingiens, que des sarrasins où des mercenaires qui semble plutôt venir de la toute fin du XVème siècle. C'est une manière de rendre l'atmosphère encore plus intemporelle.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.