Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour L'île et la Ville
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Vegeta Signé [Signaler ceci]
Date: 04/08/2014 03:47 Title: Chapitre 1

Bon, je t'avoue que quand j'ai vu que tu allais nous parler d'un monde où les gens sont croyants, j'ai failli refermer la fenêtre et chercher autre chose à lire. Et puis, je me suis dit, allez, je me laisse tenter, si vraiment ça me gonfle, j'arrête. Et je suis là, à la fin, en train de noircir le petit cadre :)
Je sais pas trop si c'est ton illu ou le début, mais j'ai cru que l'action se déroulait à Manhattan. En fait non, ou alors Manhattan avait bien changé pendant l'été ^^
Malgré mon a priori négatif envers le culte de manière générale, j'ai trouvé les discours croyants très bien écrits, ils donnent vraiment à réfléchir, c'est très intriguant. Je sais pas trop comment expliquer, tu vois, au début je faisais la moue et puis, au fil des mots, je me suis mise à froncer les sourcils de concentration, parce que c'était prenant et je voulais pas rater une étape sous prétexte que c'est pas mon truc.
Je me doutais bien qu'Amalric n'irait pas au bout du plan, mais je ne m'attendais pas à la façon dont tu as tourné les choses pour contrarier le destin, c'était vraiment chouette ! Cette histoire d'hologramme, ça m'évoque très vaguement un Tintin, je délire ou pas ? N'empêche que je me pose plein de questions du coup, sa tentative de destruction n'a pas été assez importante pour durer dans le temps ? Le système commence à déconner et dans quelques temps, l'hologramme s'effacera à nouveau ? Je sais pas trop... Ou peut-être que Lambert prendra conscience du mal qu'il fait (on peut toujours rêver) après cette rencontre avec un habitant de l'île qui n'aurait jamais dû avoir lieu.
Le discours des révoltés est un peu naïf, quand même, l'entreprise, de manière générale, est malheureusement une Hydre, il ne suffit pas de couper une tête pour la tuer. Mais en même temps, cette naïveté correspond à leur mode de vie rural, un berger qui meurt, c'est une bergerie qui disparaît. Et du coup, c'est super intéressant de comparer cette vision avec celle que je peux avoir en tant que lectrice, parce que, si on transpose ton récit au monde réel, je vis à la Ville, et avec celle d'Amalric qui évolue au fur et à mesure qu'il prend conscience des tenants et des aboutissants de l'état de servitude dans lequel son peuple est plongé.
Enfin, j'ai beaucoup aimé la conclusion, c'est la petite graine de l'espoir d'un monde meilleur pour les habitants de l'île, petite graine dont ils ne prendront pas conscience tout de suite, mais un jour, ça viendra car il suffit d'une fois, d'un regard, d'un homme, d'un mot.
Au final, entre la longueur inattendue pour une participation à un atelier (j'ai plus l'habitude de voir des participations où les auteurs se battent avec la limite inférieure) et la thématique sacrée qui me faisaient craindre de ne pas réussir à accrocher, bah, j'ai bien fait de continuer, je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai découvert plein de choses très intéressantes ! En plus de réaliser que je peux tout à fait trouver mon bonheur même loin de ma zone de prédilection :)
Merci pour cette lecture très enrichissante :)

Reviewer: litsiu Signé [Signaler ceci]
Date: 18/07/2014 21:43 Title: Chapitre 1

C'est inhabituel d'avoir un tel pavé pour un atelier, et en fait c'est dommage, parce que c'est une bonne longueur pour mettre en scène une histoire avec un contexte un peu développé. Pour le coup, c'est réussi, j'ai trouvé l'environnement suffisamment décrit pour m'en faire une image précise, et ça fait plaisir de ne pas avoir une histoire sur un fond bleu, pour changer.
J'ai bien aimé le côté un peu naïf (pas dans un sens péjoratif, hein ! ) du postulat de base de ce monde bipolaire, qui venait méchamment se téléscoper avec le destin cruel des protagonistes. J'ai aussi aimé le fait que la fin soit ouverte.
Bref, une lecture très agréable !

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.