Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Commentaires pour En roues libres
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: Fleurdepine Signé [Signaler ceci]
Date: 20/03/2018 00:02 Title: Chapitre 1

Je reconnais les contraintes de la forêt :mg:

Et bien, tout d’abord, je te tire mon chapeau pour t’être lancée dans cette étrange aventure du labyrinthe, et pour avoir réussi à pondre un texte aussi vite pour cette première épreuve qui contenait pourtant bien des obstacles !

J’ai été très touchée par la situation de Léopoldine (ça se passe à quelle époque ton texte ? Il y a encore des gens qui s’appellent comme ça ? Haha. Je te taquine parce qu’en vrai, j’ai cultivé un amour pour Victor Hugo lorsque j’étais en primaire donc le prénom de Léopoldine résonne toujours positivement en moi <3), et je trouve que c’est un sujet très parlant que tu choisis là, parce que oui, qu’est-ce que ça peut provoquer, un accident soudain qui enlève la faculté de marcher, chez une personne ? C’est une question que je trouve intéressante à développer donc j’ai beaucoup aimé ce choix de sujet, au-delà de la tragédie que ça représente pour Léopoldine et de toute la compassion qu’on éprouve à son égard. L’abandon du mec, la démission, le laisser aller… c’est dur mais ça me semble légitime comme réaction dans une telle situation, même si ses décisions me paraissent également très inquiétantes, car refuser de se faire accompagner, que ce soit physiquement ou psychologiquement (surtout), c’est la voie ouverte à la dépression et aux envies de suicide. J’espère qu’elle réussira à surmonter le choc et à se reprendre en main (même si c’est très difficile. Il faut qu’elle accepte qu’elle ne peut pas tout réussir toute seule, surtout pas une épreuve aussi douloureuse, et qu’elle doit se faire aider par des proches ou des professionnels).
Juste une petite remarque sur l’écriture : fait gaffe, il y a quelques redites dans ton deuxième paragraphe, par exemple : « Pour que sa mère cesse pour qu’elle cesse » :)

J’ai bien aimé que son copain la laisse après avoir appris la nouvelle car ça montre la diversité de réaction qu’on peut avoir dans ces moments, mais j’espère franchement qu’il reviendra, au moins pour lui partager ce qu’il ressent et la soutenir un minimum. C’est certainement ça, le plus terrible, encore plus que le choc et l’accident : l’abandon des autres, les regards apeurés comme si c’était contagieux, le fait qu’on devienne une espèce de bête noire qu’on veut ignorer, je trouve que tu l’as bien retranscrit, et notamment le passage du « désolé » avec Frédéric.

Je suis quand même soulagée qu’il y ait une personne qui prenne soin de Léopoldine, et que Léopoldine accepte (parce que bon, sa mère, c’est pas trop ça x)). J’ai bien aimé le passage à la piscine, le fait que ce soit devenu son lieu de réconfort et qu’elle s’y sente si libre. C’est bien trouvé parce qu’effectivement, dans l’eau, elle doit se sentir « comme les autres » à nouveau, sans son fauteuil pour marquer son handicap, et les pieds dans l’eau on retrouve bien souvent une sensation de… liberté, oui, donc je trouve que ça colle très bien à la situation.

J’espère que ça s’arrangera pour Léopoldine :( Est-ce que tu vas continuer avec ce personnage ?

Bon courage pour la suite, en tout cas :hug:

PS : et ton titre est vachement bien trouvé, avec ce double sens qui convient à ta propre situation au sein de ce projet fou et la tragédie de Léopoldine ! 



Réponse de l'auteur:

Oooh ! Merci pour cette très longue review qui fait plaisir !

Alors oui, pour répondre à ta question, je vais continuer avec ce personnage. Le truc, c'est que j'ai fort peur des incohérence entre les chapitres.

Je sens déjà qu'elles arrivent alors que j'ai à peine commencé le chapitre 2...Tu m'as mis le doigt dessus en me reparlant que Léopoldine refuse de se faire aider. Arf... elle est un peu aidée dans le suivant. Disons qu'elle en parle qu'elle accepterait d'être aidée par le chéri de sa copine (une sorte de Teddy Riner). Bon du coup, faut que je rebidouille pour faire coller ça. Encore que c'est du même côté que sa copine Karine donc ça reste logique. Mais vu qu'elle songe à accepter qu'il la porte... hem... bon, à travailler. Merci de la remarque, du coup. !

Ah punaise, c'est compliqué. Disons que je vais devoir me concentrer sur la cohérence du personnage de Léopoldine en priorité. Et ça sera le plus dur car strictement rien n'est prévu dans ma petite tête... XD

En fait, je ne mérite pas les félicitations du "et pour avoir réussi à pondre un texte aussi vite pour cette première épreuve qui contenait pourtant bien des obstacles !" car en grande partie, le texte était déjà ! XD

Par contre, pour la suite, j'ai nada alors là j'aurai du mérite ! XD

 

Bon, évidemment, Léopoldine va finir par accepter de l'aide (je me demande d'ailleurs si j'ai bien fait de lui faire tout refuser, maintenant... Ca m'arrange pas ! XD ), mais je sais pas trop comment. Ca m'arrange pas du tout mon premier chapitre, en fait... XD
Bon, spa grave, je vais faire avec...

Cette thématique du handicap me touche, à un degré laaaargement moindre que le cas de Léopoldine et je pense que c'était pas mal d'en parler. Mais je ne pourrai pas trop en faire un truc vraiment "vrai", j'ai pas de vécu là-dedans. Certains points me parleront, d'autres moins, j'espère que ça passera quand même bien pour le lecture, que même si on n'est pas dans une "vérité", ça ira quand même...

Pour Frédéric, j'ai pas encore décidé de son sort... J'imagine que c'est les contraintes qui le feront ! XD

Et sinon, ça se passe de nos jours ! Je ne sais même pas pourquoi j'ai choisi ce prénom, mis à part que je l'aime bien (et tu as bien fait de me rappeler Victor Hugo, du coup c'est encore mieux)

 

Merci pour ta review et ton labyrinthe ! Je crains fort de ne pas parvenir à être très très cohérente, mais ça sera un plaisir de continuer à écrire !

biz

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.